Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 20:20

                                                  

3 raisons/3 mn par Jade, 4D

                                                 

3 raisons/3 mn par Louis, 4D

 

3 raisons / 3 mn par Quentin P, 4D

 

3 raisons/3mn par Zachalie, 4C

Ce livre a été écrit par Isabelle Allard d'après le roman de Deborah Ellis. Je ne connais pas d'autres œuvres de cette auteure. Je sais juste que c'est un livre de l'année 2018. Cette époque est particulière mais sans lien particulier avec le sujet du livre. C'est un texte écrit en Français dès l’origine.

 

Il appartient à un genre dont je reconnais les caractéristiques, c'est une bande dessinée constituée de bulles au-dessus des personnages et je reconnais la disposition des bandes dessinées. J’ai retenu tout particulièrement cette phrase : «II ne reste presque plus rien à manger» Elle témoigne de la pauvreté de la famille.

 

Cette BD parle d'une jeune fille qui s'appelle Parvana qui a onze ans, elle vit avec sa famille à Kaboul sous le régime des talibans. Son père travaille au marché, il lit des lettres aux personnes qui ne savent ni lire, ni écrire. Des hommes musclés  l’emmenèrent un jour en prison. Parvana ne pouvait pas vivre sans lui, elle établit un plan : se faire passer pour un garçon pour aller délivrer son père.

 

L’action se passe à Kaboul en Afghanistan sous le régime des talibans en Mai 2001.

Les personnages principaux sont Parvana et Shauzia. Elles essayent de délivrer le père de Parvana en se transforment en garçon.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre car il montre la misère humaine et le mode de vie en Afghanistan. J'ai compris sans peine ce livre car l'écriture est facile à comprendre. On n’hésite pas sur le sens du texte et ses intentions sont faciles à percevoir. Pour moi je pense que l'auteur veut nous montrer la misère humaine et comment ça se passait en Afghanistan. Pour cela, l’auteure décrit, argumente et provoque.

Killian M

L'auteur de cette histoire est Deborah Ellis ; l’histoire est écrite à l’origine en Anglais. Ce livre a été écrit pendant la guerre de l'Afghanistan, c’est une bande dessinée.

C'est l'histoire d'une jeune fille se nommant Parvana qui habite à l'Afghanistan qui allait tous les jours au marché pour vendre, écrire ou traduire avec son père. Lui se nommait Baba mais les filles n'ont pas le droit de se montrer donc elle ne devait pas y rester. Une fois chez eux ils mangeaient quand les personnes du marché frappèrent à la porte et dirent que la place de Baba était en prison. Parvana était très déçue, elle dut aller au marché toute seule pour nourrir sa famille. Sa mère décida de lui couper les cheveux pour qu'elle ressemble plus à un gars. Une fois la journée du marché terminée, elle essayait de retrouver son père.

 Je trouve que cette histoire est passionnante parce qu'elle a du suspense et elle facile à lire. Elle explique la vie difficile de certains pays. Ce texte est surtout destiné aux enfants. L’auteure veut nous dire que la vie n'est pas facile partout (dans tous les pays).

Thomas, 4D

 

Parvana est paru en Novembre 2017, le livre a été écrit par Deborah Ellis, il a ensuite été formaté en bande dessinée. Enfin, le livre a été adapté en film par Nora Twomey.

Je ne connais pas pour l’instant d’autres œuvres de cette auteure.

Le roman a été écrit pendant la guerre en Afghanistan, où les conflits durent malheureusement toujours à l’heure actuelle.

Le texte est écrit français, il a sûrement été traduit car l’auteure est canadienne. Deborah Ellis est spécialisée dans l’écriture d’œuvres pour les enfants et la jeunesse.

 L’argent gagné grâce aux différents livres de la série Parvana est entièrement reversé à une association qui soutient la scolarisation des jeunes filles afghanes.

Le texte appartient à un genre d’histoire réelle et vécue.

 Parvana est le personnage principal de l’histoire. Les autres personnages principaux de la BD sont les membres de la famille de Parvana : sa mère Mama Jan, son père Nurullah Alizai surnommé Baba (papa en arabe), la grande sœur de Parvana, et son frère, Sulayman, qui est mort. Enfin, il y a son petit frère en bas âge, Zaki.

 

Tout commence au moment où Parvana et son père font le marché à Mandawi Bazaar pour survivre malgré la guerre. Baba, le père de Parvana lit et écrit : il est très instruit. Il a perdu son travail d’enseignant et vend donc des objets sur le marché pour acheter à manger.

Alors que les femmes n’ont pas le droit de se faire remarquer, les Talibans avertirent Parvana qu’elle ne devait pas venir au marché.

De plus, comme Baba est très instruit, il est très mal vu par les Talibans, qui le considèrent comme une menace.

Le soir même, Baba se fit arrêter. La famille de Parvana ne savait plus quoi faire car ils n’avaient presque plus rien à manger.

C’est alors que Parvana décida avec courage de se couper les cheveux pour ressembler à un garçon, pour pouvoir sortir seule et travailler. Son nom deviendra Aatish, qui veut dire feu.

Aatish travaille dans le but de nourrir sa famille et de faire sortir Baba de prison.

 

Quand j’ai lu la bande dessinée cela m’a fait penser à des bruits de fusils, de hurlements et de bombardements. On ressent les sentiments de peur, d’appréhension et d’insécurité. Cela m’a aussi fait penser aux images que l’on voit à la télévision, avec les femmes voilées portant leurs enfants dans leurs bras pour quitter leurs pays et qui espèrent survivre.

Pour terminer, ce livre m’a aussi fait penser à une chanson de Vitaa et Claudio Capéo « Un peu de rêve » :

« Tendez-moi un peu de rêve, j’ai plus le temps, sauvez-moi, ici je crève, j’ai plus le cran, je veux déployer mes ailes et m’envoler……

Je cherche la paix, le bonheur, quitter l’enfer, ici j’ai peur, je cherche la paix, le bonheur… »

 

J’ai choisi cet extrait du livre qui m’a plu : « Il n’y a pas si longtemps, nous avons connu la paix, ici à Kaboul. Les enfants allaient à l’école, les femmes étudiaient à l’université. Tous les empires nous avaient oubliés. Du moins, pour quelques temps. Mais cela n’a pas duré, il y a eu un coup d’état. Ensuite, il y a eu une invasion…Puis une guerre civile. Dans ce chaos, certains se sont tournés vers ceux qui promettaient de ramener l’ordre. Mais à quel prix ? » (Pages 10/11)

 

Parvana est un très beau livre, qui raconte la réalité de la guerre en Afghanistan et qui explique la place des filles dans ce pays, qui n’ont pas les mêmes droits que les garçons.

 

Pour ce livre, je mets la note de 4/5.

 

Gabin T, 4e C

Le livre écrit en 2005 par Deborah Ellis, canadienne, est une bande dessinée. Il est publié en anglais pour la première fois au Canada et en français par les éditions Hachette en 2018. Le film de cette bande dessinée sortira au cinéma le 27 juin 2018.

www.archive-host.comstyle="font-size:14px;">Les personnages principaux sont Parvana et Shauzia.

Parvana vit en Afghanistan, pays en pleine guerre, dirigé par les talibans. Les femmes n’ont plus aucun droit, interdiction de se déplacer sans un homme, de travailler…

Le père de Parvana ayant refusé de donner sa fille en mariage se retrouve en prison. Parvana, sa mère, ses sœurs et son petit frère ne peuvent donc plus rien faire seuls. Parvana et son amie de classe, Shauzia, décident alors de se déguiser en homme pour pouvoir travailler et gagner de l’argent. Parvana pourra faire manger sa famille et retrouver son père. Elle pensait qu’en donnant un « pot de vin » au gardien de prison elle pourrait voir son père.

Elle trouve un travail dans une carrière d’argile mais là elle se fait démasquer par Idrees, celui qui voulait se marier avec elle. Elle doit donc fuir avec toute sa famille et décide de rejoindre son père.

À la prison elle voit son cousin Razaq, qui est gardien de la prison. Il l’aide à libérer son père mais trop malade, il meurt sur le chemin du retour.

J’ai bien aimé ce livre. L’auteur parle d’un pays différent du mien, un pays en guerre où les femmes n’ont aucun droit.

Côme, 4D

L’auteur de cette bande dessinée est Déborah Ellis qui a d’abord écrit le roman en 2003 en anglais puis la bande dessinée en 2018. Il a aussi été adapté en film en 2017.

Il s’agit de l’histoire de Parvana et de sa famille musulmane qui   vit à Kaboul en Afghanistan en 2001.Parvana est la fille de Baba Nurullah Alizai et de Mana Jan. Le papa de Parvana se fait arrêter alors qu’il n’a rien fait de mal. Il faut alors trouver comment nourrir et protéger la famille.

Avec sa mère et sa sœur, Parvana décide de se couper les cheveux pour qu’elle devienne un garçon et qu’elle puisse travailler pour nourrir sa famille et aussi la protéger.

 Cette histoire me fait penser aux traditions des musulmans et à la difficulté pour les femmes de s’imposer par rapport aux hommes. Cela me fait aussi penser à la violence subie par les hommes en temps de guerre et je crois qu’avant dans notre pays, c’était un peu la même chose .

J’ai bien aimé ce livre car il parlait du droit des femmes par rapport aux hommes. Je pense que l’auteur voulait dénoncer la violence par rapport aux femmes et la discrimination.

Je donne trois étoiles à cette BD.                                                                            Tihane, 4C

 

Le quiz de Tihane, 4C 

https://www.babelio.com/quiz/44171/BD-Parvana-une-enfance-en-Afghanistan

L’auteur de cette bande dessinée se nomme Déborah Ellis. Elle a été écrite en 2016 en anglais. Elle a été traduite par Shelley Tasaka. La BD a aussi été réalisée en film par Nora Twomey. C’est une bande dessinée car il y a des onomatopées dans plusieurs bulles et qu’il y a des images en couleur, bien plus que dans un roman.

Il s’agit de l’histoire de Parwana, une jeune fille de onze ans et de sa famille qui vit à Kaboul en Afghanistan sous le régime des Talibans. Son père se nomme Nurullah Aliyai, sa mère Mama-Jan, sa sœur s’appelle Soraya et son petit frère Zaki. Le père de Parvana s’est fait arrêter mais malheureusement lui seul avait le droit de travailler ; les femmes n’ont pas ce droit et elles ne doivent jamais sortir de chez elles. La famille de la jeune fille se retrouve alors en manque d’argent et donc manque de nourriture.

Parvana, le personnage principal, essaye d’aider sa famille en faisant des petits boulots, elle est accompagnée par une jeune fille de son âge, Shauzia, maintenant appeler Delinvar. Un jour, en allant au marché pour acheter de la nourriture pour sa famille, elle se fait poursuivre par des hommes ralliés aux Talibans. Ces hommes se battent contre les ennemis de l’Islam.

Quand j’ai lu ce livre ça m’a rappelé une personne de mon entourage qui s’est convertie à l’Islam.

Je pense que ce livre est destiné à tout le monde et que nous ne pouvons pas hésiter sur le sens du texte car il est flagrant. Déborah Ellis traite le sujet de l’inégalité entre les hommes et les femmes ; j’ai ressenti de la pitié pour ces femmes car elles n’ont aucun droit par rapport aux hommes. J’ai adoré lire cette BD car l’histoire est passionnante. Cependant, quand j’ai fini le livre, j’ai eu l’impression de ne pas avoir fini, la fin n’est pas complète. Je pense avoir compris le sens du livre même si je n’ai pas compris la fin. J’approuve le point de vue défendu par ce livre : il n’est pas juste que les femmes n’aient rien le droit de faire.

Ce qui m’a le plus marquée, c’est quand la mère se fait taper par un homme seulement car elle possédait une photographie.

Jessie, 4C

J’ai bien aimé ce livre car l’histoire était triste, j’ai choisi ces champs lexicaux de la violence, du courage et de l’inégalité pour mon nuage de mots car c’étaient les plus associés à ce livre .

Léo, 4C

 

nuage de mots de Gabin T 4C

nuage de mots de Gabin T 4C

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs