Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:40

Un tueur à la fenêtre de Stéphane Daniel (Rageot.-Heure noire 2007)

Lundi, 19 heures, Cité des Mimosas. Max s'écroule, mortellement touché, sous les yeux de son ami Lucas. Un résident, excédé par le bruit, aurait tiré. Lucas ne croit pas à cette version et, malgré son chagrin, il va tout faire pour découvrir la vérité.

V. Nédélec, documentaliste

******************************************************************************

Auteur : Stéphane Daniel

Titre : Un tueur à la fenêtre

Collection : Heure Noire9782700223675FS.gif

Illustrateur de couverture : François Baranger

Genre : Roman policier

Max et Lucas se promènent dans la ville par une journée de canicule. Max aperçoit de l’autre côté de la rue ses copains en scooter. Il les rejoint et se fait tuer d’une balle. Lucas rencontre alors une journaliste, celle qui a écrit l’article sur la mort de Max. Il rentre ensuite chez lui et aperçoit une lettre tapée à la machine qui lui dit : « ne dis pas un mot aux flics ».Il décide alors d’aller voir le copain de Max pour voir s’il connaissait quelqu’un qui aurait pu vouloir tuer Max. Il ne connaissait personne. Il apprend alors que l’auteur du crime s’est suicidé juste après avoir tiré. Cela lui semble bizarre étant donné qu’il était tout près de l’immeuble d’où on a tiré et qu’il n’a entendu qu’un seul coup de feu. Il va chez le commissaire qui lui apprend qu’il était sans doute la cible. Il va au lycée, et trouve encore une lettre qui lui dit cette fois de ne pas dire un mot non plus à la journaliste, sinon elle aussi serait tuée. Il va quand même lui parler et le tueur la blesse. Il va la voir à l’hôpital, et se dit qu’il va devoir retrouver le criminel au plus vite. Il se rend compte quelques jours plus tard qu’il a oublié de lui demander un renseignement, et on lui apprend alors que son frère l’a sortie de l’hôpital. Or, elle n’a pas de frère. Il va donc la retrouver et se fait capturer par le tueur, qui était au final un faux vigile soit-disant placé devant l’immeuble des copains de Max pour les surveiller. Il arrive quand même à le faire arrêter par la police.

Lucas est un adolescent de dix-sept ans qui doit découvrir comment et qui a tué Max, son meilleur ami. Il s’emporte facilement, est très nerveux. Il connaît les copains de Max et sait qu’ils ne sont pas forcément sympathiques. Il va devoir faire face à une journaliste agressive, un tueur sans pitié et des policiers pas très aidants. C’est lui qui était visé par le tueur, mais il ne se fait pas forcément bien protégé.  Il va  essayer de le retrouver, car il reçoit des lettres lui disant de ne rien dire à personne. Il finit par vaincre le tueur, car ce garçon est très persévérant et ne se sent pas rassuré de savoir qu’il était la cible.

« La barre en face lui offre le spectacle de ses orbites mortes. Par centaines, des fenêtres percent la façade lépreuse. La réfection n’est pas encore prévue, on attend que les murs s’écroulent pour engager les travaux indispensables. Le scooter redémarre derrière lui, les mobylettes assurent la stéréo. Lucas aperçoit une minuscule fumée à l’une des fenêtres en étages : sans doute un gamin qui fait exploser un pétard.                                                                                                                   

Lucas se retourne. Chérif fixe un point par terre, les yeux écarquillés, sa bouche s’arrondit :

-Merde…

Il part à reculons. Lucas s’en désintéresse. Max est  allongé par terre, son  bras est tordu sur le sol, ses yeux grands ouverts ne regardent plus rien. Sur sa nuque, ses cheveux sont collés de rouge. Du sang coule sur ses épaules. Dans la poitrine de Lucas, quelque chose se met à hurler. » (pages 15 et 16)

J’ai choisi ce passage car c’est à partir de ce moment que tout bascule : la belle journée d’été se transforme en journée de cauchemar, Lucas perd son meilleur ami. C’est le début d’une suite de péripéties et de questions sans réponses auxquelles Lucas va essayer de répondre tout au long de son aventure.

L’illustration de couverture représente un fusil et un homme à demi caché par l’ombre en train de tirer. Cette image représente l’élément perturbateur et le titre du livre. On voit tout de suite à quoi s’attendre.

J’ai aimé ce livre car il y a tout le temps de l’action, le personnage principal est très touché par la disparition de son meilleur ami. Le tueur apparait seulement à la fin mais il se signale par les lettres à Lucas pendant toute l’histoire. L’intrigue est originale car on ne s’attend pas du tout à voir le tueur envoyer des lettres à sa cible initiale et à se faire passer pour le frère de la journaliste pour attirer Lucas dans un piège.

Raphaël 4A, décembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Publié par Véronique N, Raphaël M, 4D - dans D
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LIRELIRE
  • LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire) Pour envoyer vos fichiers ouvrez ce lien, donnez l'identifiant Lierelire et donnez le mot de passe : http://outils-n.archive-host.com/upbf.php?id=vJxkEuFnbtxh
  • Contact

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs

  • M (93)
  • C (86)
  • B (74)
  • D (63)
  • G (53)
  • S (45)
  • H (43)
  • P (41)
  • F (37)
  • L (34)
  • J (31)
  • R (26)
  • T (26)
  • A (24)
  • K (23)
  • V (17)
  • W (16)
  • N (13)
  • O (10)
  • E (7)
  • GESTION (5)
  • I (3)
  • Z (3)
  • Q (2)
  • quizz (2)
  • Y (1)