Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 21:14
Hamon Philippe, Puisque réalisme il ya

auteur : Philippe Hamon

Titre : Puisque réalisme il y a

éditeur : LaBacconnière

Collection : Langages

Année d'édition : 2015

Je dois cette découverte à Babelio que je remercie et à Masse critique qui m'a offert ce livre. C'est un recueil de douze articles de l'universitaire spécialiste du roman et de la description, Philippe Hamon. Il place ce recueil sous le sceau du réalisme du XIXe en prenant le titre d'un article écrit par Baudelaire à propos des tableaux de Courbet, titre que Baudelaire reprend à Courbet écrivant à Champfleury... Le cadre est donc dressé dès le titre.

Un tel livre ne se lit certes pas comme un roman, il ne se critique pas non plus de la même manière : je l'ai lu d'une traite pour Babelio mais j'y reviendrai volontiers lorque l'un des artices me semblera en lien avec les sujets du moment car c'est un texte très documenté, érudit même et amplement enrichi de notes. Un trésor sur le réalisme.

"Comment écrire le réel ?" (I) L'auteur dresse un bilan des travaux sur les caractéristiques d'écriture des écrivains réalistes et naturalistes avant de souligner combien la question descritères de l'analyse pose problème. Il retient cependant deux des critères d'Auerbach comme représentatifs et féconds : celui du genre d'une part, que l'on peut envisager comme cadre d'un horizon d'attente. Le réalisme est conforme au réel du genre dans lequel il s'inscrit, il y a un réel du conte qui n'est pas celui du roman. Celui du "sérieux" d'autre part qui suppose neutralité, objectivité, effacement alors même que l'auteur dirige et contrôle le roman. Le recours fréquent au discours indirect libre apparait comme une technique pour résoudre cette contradiction.

Dans un deuxième article, "Voir le réel" (II), l 'auteur s'intéresse plutôt à l'acte de voir pour un écrivain, à ses implications dans l'écriture et à la façon dont l'auteur réaliste donne à voir ce que le lecteur voit en lisant. Au XIXe s. entre peinture, affiches, cartes postales, photographie, les images nouvelles se multiplient et influencent l'écriture réaliste et naturaliste.Par ailleurs l'abondance des brouillons, schémas, dossiers préparatoires forme aussi un ensemble de vues de l'écrivain qui pré-voit. Toutefois "les images mentales" de l'écrivain comme du lecteur sont "in-descriptibles par essence" et forcément individuelles.

Suivent "Misère de la mimésis"(III), "Écrire les passions"(IV), "Vibrations" (V) où l'auteur s'intéresse à ces réalistes qui cherchent la réalité dans le mouvement, entre concret, observable et immatériel (Balzac jeune, Maupassant), "Mettre en listes" (VI), "Défiler"(VII), "Le Corps au travail" (VIII) en particulier dans l'oeuvre de Zola.

"Exploser les reliques" (IX) à travers les oeuvres de Balzac, Flaubert, Maupassant permet de retrouver plusieurs dimensions d'ordre esthétique du réalisme : le réel comme référent, la relation du réel avec la question du vrai et du faux, le réel comme fragment exposé, le réel par le biais des indices grâce à la métonymie et à la synecdoque, figures privilégiées des réalistes, le réel par le biais du détail.

"Poésie et réalisme" (X) est l'article qui a le plus retenu mon attention, sans doute parce qu'a priori c'est une association improbable.En tous cas, c'est pour l'auteur l'ocasion d'une réflexion sur la définition du réalisme, courant de la Mimesis que l'on fait remonter à Homère et école localisable autour de Zola et de ses avatars italien, portugais, ensemble de doctrines esthétiques et littéraires ou méthode de travail incluant l'enquête et le recours au discours socialement marqué ou ensemble de sujets particuliers comme les moeurs, le corps ou encore manière de traiter ces sujets de façon neutre et objective, "sans tabou ni censure', en "tranches de vie" plus que dans une intrigue ou bien encore le réalisme se définit-il par ses modèles comme L'Éducation sentimentale, Germinie Lacerteux et l'Assommoir ?

En tous cas, "le fantasme d'adéquation entre le réel et le texte" , le désir de Zola de mettre ce réel en exposition sous "une vitre", c'est la poésie, plus que le roman qui le réalise, explique Philippe Hamon. Il entreprend alors de chercher dans les récits réalistes et naturalistes comment est représenté le poète. Modèles ou repoussoirs quant aux valeurs du vrai, du réel, du moderne ou du matériel, le poète est souvent ridiculisé. Puis il entreprend de sonder les sujets abordés et la manière de les aborder (mode sérieux, objectivité, neutralité) et il observe alors que Coppée, Richepin, Vehaeren empruntent à Zola sujets et postures. Par le recours au prosaïsme, au conte en vers, Copée comme ses épigones Gros, Nouveau, Rimbaud, Verlaine, voire Baudelaire par exemple dans "une Charogne" fragmentent le réel. Puis l'auteur s'attarde sur les multiples "discours croisés" comme la correspondance entre Zola et Mallarmé, l'envoi de son roman Madame Bovary par Flaubert à Lamartine, les chroniques de Zola pour la presse sur les Parnassiens, sur Copée, Baudelaire, Gautier et même Hugo. Enfin les nouvelles écritures _ poème en prose et prose poétique qui relèvent du croisement des genres suscitent des réactions diverses des réalistes. Philippe Hamon souligne que "Les connivences structurelles sont manifestes, presque à l'oeil, ou à l'usage, entre description et poésie" or la description systématique est l'une des caractéristiques du récit réaliste et note que la pratique du récit bref comme les nouvelles rappelle le caractère fragmenté de la poésie. Et c'est finalement l'opposition tiangulaire habituelle entre poésie, réalisme et ironie qu'il convient de remettre en cause à partir du moment où on ne réduit pas ces notions à quelques poncifs.

"Balzac, l'ironie et le calembour"(XI) l'article suivant, pose justement la question de l'ironie dans le recit balzacien. Puis le dernier article, "De l'allusion en régime réaliste" (XII) explore la tension entre la volonté de tout peindre, de tout dire de tout voir des réalistes et la part de l'implicite, de l'allusion dans le récit réaliste. Alors que le roman policier, le pamphlet, la fable... exigent l'allusion, le récit réaliste a priori la proscrit. Pourtant, observe l'auteur en analysant un extrait de Nana, l'allusion est nécessaire pour faire communiquer des groupes sociaux trop éloignés, elle apparaît comme "fait de société" .

Un recueil d'articles à exploiter et consulter au gré des recherches et des travaux.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 17:23
Collectif, Cinq crimes à vous coller au fauteuil

Les auteurs sont Richard Matheson, Robert E. Alter et William Brittain.

Le titre est : Cinq crimes à vous coller au fauteuil.

L'édition est : Pocket junior.

Ce recueil contient : - Les enfants de Noé - La chasse aux monstres - La main - La maison de la peur - L’automobiliste.

Les enfants de noé: La nouvelle se passe à Zachry de nos jours, les principaux personnages sont Mr Kertchum et les policiers.

Extrait : « Zachry : 67 habitants. Il émit un grognement. Encore une localité de cet interminable chapelet de la côte du Maine. »

J'ai choisi ce passage car il nous parle de cette ville si mystérieuse.

La chasse aux monstres : La nouvelle se passe dans un quartier résidentiel, de nos jours. Les personnages principaux sont les humains et un serpent à sonnette.

« Le projectile aurait de toute façon manqué sa cible de dix bons centimètres, mais avant même que le caillou eut heurté le sol, le serpent perçut le danger et battit en retraite dans un grouillement d'anneaux. »

J'ai choisi ce passage car il donne toute l'intrigue.

La main : La nouvelle se passe sur une autoroute lors d'un embouteillage, de nos jours. Les personnages sont le narrateur et la conductrice du break.

C'était une main humaine, sans aucun doute. C'est simple ; si toutes les vitres de ce break n'avaient pas été fermées, j'aurais pu la toucher en allongeant le bras. »

J'ai choisi ce passage car il permet toutes les suppositions possibles sur cette histoire.

La maison de la peur : La nouvelle se passe non loin du lac Oneida. C'est l'histoire d'une maison qui a été le lieu d'un massacre et la légende dit qu'il y aurait un trésor. L'action se déroule de nos jours. Les principaux personnages sont Joe, Gert et Phil.

« À en croire la superstition locale, cette demeure est hantée ; mais certains esprits forts la qualifient en plaisantant de « maison malade ».

J’ai choisi ce passage car c'est cette superstition qui va faire dérouler l'intrigue.

L'automobiliste : La nouvelle se passe sur l'autoroute en direction de Buffalo. Les personnages sont l'automobiliste et un auto-stoppeur, de nos jours.

« Lorsque la voiture passa devant lui, l'homme agita son pouce d'un air implorant. »

J'ai choisi ce passage car c'est le début de l'histoire.

J'ai retrouvé dans les différentes histoires les intrigues qu'Alfred Hitchock montre dans ses films. Il y a toujours du suspense. On a envie de connaître la fin.

Évan L.M 4A le 2 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 15:06

http://www.gallimard.fr/var/storage/images/product/6e5/product_9782070519910_195x320.jpg

Nom/Prénom de l'auteur : Régine Detambel.

Titre du recueil : Solos.

Edition : Gallimard.

Collection : Page blanche.

Ce livre contient six nouvelles : http://www.regine-detambel.com/images/30/extrait_162.pdf

Le nouvel ami de ma mère.

Histoire : On ne sait pas où se passe cette histoire, ni à quelle époque. Les personnages principaux sont une fille et sa mère. La mère de la petite fille a une nouvelle fois rencontré un homme, un mélomane et souhaiterait se marier avec lui.

Extrait choisi: « Le nouvel ami de ma mère était un grand mélomane et grand amateur d'opéra. » P.31

Avis : J'ai bien aimé ce livre mais, il est un peu long pour les personnes qui n'aiment pas lire.

Louis, 4D, 5 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 14:44

Jack LONDON

L'évasion de la goélette et d'autres histoires de mer

Gallimard Jeunesse

Voyage en page

Ce recueil contient :

  • L'évasion de la goélette
  • À l'abordage
  • Une incursion chez les pilleurs d'huîtres

L'évasion de la goélette

L'histoire se passe sur la mer dans un bateau appelé la « Mary Thomas » . Les principaux personnages sont :

  • L'avocat
  • Jack
  • Le Capitaine
  • Bub

L'avocat est une personne qui est plutôt sympathique en défendant un de ses camarades : « Ça va, Jack, repartit l'Avocat. C'est son droit. Il risque de perdre sa paie, comme n'importe lequel d'entre nous. »

Jack est un peu grincheux : « Quand les anciens parlent, un morveux de ton espèce doit se taire, protesta de sa couchette un matelot anglais. » (Jack)

Le capitaine est une personne qu'on entend moins, le narrateur explique ses émotions dans ce passage du texte : « À cet instant le capitaine de la Mary Thomas évoquait avec une netteté singulière sa petite maison de Californie, sa femme et ses deux gamins blonds ; dans sa gorge une étrange sensation d'étouffement lui fit craindre d’éclater en sanglots s'il essayait de prononcer une parole. »

Bub est un gamin assez inoffensif le narrateur montre qu'il aime bien aider les gens : «Bub ne raisonna pas davantage. Il rampa jusqu'au câble, ouvrit son couteau et se mit à la besogne. La lame ne coupait guère et il sciait lentement les fils l'un après l'autre. À chaque effort lui apparaissait de plus en plus terrible la perspective de l'exil en Sibérie qu'il lui faudrait endurer tout seul. Un tel destin partagé avec ses camarades était déjà redoutable, mais l'affronter seul lui apparaissait odieux. »

Extrait représentatif : J'ai choisi ce passage car je trouve qu'il montre le début de l’évasion de la goélette. Page 25

« Que se passe t-il sur la Mary Thomas ? Bub se posait toutes sortes de questions. Un fait lui paraissait certain : ses camarades, abandonnant leur passivité, se rendraient maîtres de l'enseigne et des quatre marins russes ! Au bout d'un instant, il aperçut une brève lueur et en écoutant avec attention discerna la faible détonation d'un revolver. Puis, ô bonheur ! Les feux disparurent brusquement.

La Mary Thomas était reconquise ! »

À l'abordage

L'histoire se passe sur la mer dans un bateau avec deux personnages qui sont copains.

Les principaux personnages sont :

  • Bob
  • Paul

Bob et Paul sont deux copains, ils habitent porte à porte, sur le début de cette nouvelle, ils se disputent sur un débat.

Extrait représentatif : J'ai choisi ce passage car l'abordage comme le titre de cette nouvelle commence ici. Page 37

« Je saisis Paul par le bras . Nous perçûmes le bruit d'avirons sur les tolets, tandis que le petit feu blanc, maintenant à proximité de nous, oscillait de haut en bas.

-Eh bien, le voilà, ton bateau pirate ! murmurai-je histoire de plaisanter. Rappelle l'équipage aux postes de combat et qu'il se prépare à repousser l'abordage !

Une incursion chez les pilleurs d’huîtres

L'histoire se passe sur la mer et sur un bateau appelé « La Maggie-Goudron »

Les personnages principaux sont :

  • Le Grant ( Charley )
  • Neil Partington
  • Mr Taft
  • Le Marsouin
  • Le Mille-Pattes

Le Grand ( Charley ) est un patrouilleur et est plutôt curieux

Neil Partington est honnête et courageux

Mr Taft est plutôt sympathique pour les affaires en guise de récompense

Le Marsouin est assez insolent comme son camarade le Mille-Pattes

Extrait représentatif :

« En attendant, toi et moi pourrions accomplir bonne besogne. Qu'en dis-tu ?

-Mais certainement, mais certainement ! s'écria MrTaft lorsque Charley se fut présenté et lui eut expliqué son dessein. Ces pirates me dérobent chaque année plusieurs milliers de dollars, et je serais heureux de les faire pincer et mettre en prison. Comme je l'ai dit tout à l'heure, j'offre cinquante dollars par tête... et j'y trouve encore mon compte. Ils ont pillé mes parcs à huîtres, arraché mes bouées de signalisation, terrorisée mes gardiens, et l’année dernière tué l'un d'eux. Malheureusement, il m'est impossible d'en fournir les preuves. Le délit a été commis au milieu de la nuit. Je n'avais que le cadavre du pauvre gardien et aucun indice : les détectives n'ont rien pu faire.»

 

Mon avis sur ce livre :

J'ai trouvé toutes ces nouvelles intéressantes, pleines d'actions, pleines d'émotions.

 

Logan 4A 05/10/2015

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 13:13

Bertherat, Marie
La nuit du loup

Édition : Fleurus

Collection : Zeste

Peter Nelson un berger, avait fait son plan, ce soir-là, il l'avait choisi, un soir sans lune.
Il avait tué une de ses brebis et l'avait mise dans l'enclos des loups de Morgan Newman, il avait une idée derrière la tête.
Au matin Thomas Filmore l'homme à tout faire de l'enclos des loups de Morgan, venait de découvrir la brebis morte et dévorée, il appela Morgan. Ils étaient sous le choc et ils se posaient plein de questions ...
Puis un autre jour Thomas comprit ....


Romy, 4A, 5 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:50

Auteurs: BLANC Jean-Noel,HUGHES Yves ,ARROU-VIGNOD Jean-Phillipe,MONTAIGNAC Christian,DELERM phillipe

Titre du recueil:Coups Francs

Edition:Gallimard Jeunesse

Collection:Folio Junior

Titres des nouvelles que contient ce recueil :

_Un petit peu d'air dans un peu de cuir p5

_Petite main p19

_Goal volant p37

_Le meilleur de la rue p62

_Sonny la crevette p74

Présentation du récit : Un petit peu d'air dans un peu de cuir

Cela se passe dans les années 1970 pendant une coupe du monde au Mexique et pendant une coupe d'Europe des clubs champions à Saint Etienne. Le personnage principal est le narrateur

Je choisis ce passage « Car ce jeu est une des plus belles choses que l'on ait inventées pour fabriquer du bonheur avec un peu d'air enfermé dans une enveloppe de cuir, beaucoup d'espace et plus encore d'amitié: encore plus que ça, beaucoup plus, vraiment beaucoup plus. » P18. Cet extrait reflète le bonheur que le football a apporté à beaucoup de monde pour peu d'investissement.

Présentation du récit:Petite main

L'histoire se passe à Paris près du Stade de France en 1998. Les personnages principaux sont Michel Platini, un joueur de Football,« Papa »,  un homme qui connait bien Michel Platini, « Moi »,un adolescent handicapé qui crée le ballon de la finale de la coupe du monde.Je choisis le passage P31-32 « Et là, au milieu de la pelouse verte sous les projecteurs et les yeux des millions de téléspectateurs, mon ballon. » Car cela montre l'importance de ce ballon pour le garçon.

Présentation du récit: Goal volant

Dans le collège Chateaubriand ,  un tournoi est organisé   dans les années 2000. Les personnages principaux sont M Tricotz, le professeur de Gym, Rémi Pharamon ,un adolescent et capitaine de son équipe, Philibert, adolescent et joueur de l'équipe, Pierre-Paul de Culbert, un adolescent très intelligent et grassouillet et Mathilde, déléguée de la classe de 4ème 2.

Je choisis le passage « Certains soirs, je viens la regarder en cachette. C'est la seule coupe que j'ai jamais gagnée. » P61 car cela montre le bonheur que  lui procure en regardant la seule coupe qu'il avait gagnée.

Présentation du récit :Le meilleur de la rue

Nous sommes en 1955 à Joeuf en Meurthe et Moselle. Les personnages principaux sont Michel, une enfant d'une dizaine d'années qui adore le football, la famille Protois où Michel joue au ballon, et toute l'équipe de Michel :Fred, Vespi, Hervé, Dominique, Philipe, Yves, Pierre et René;

Je choisis  le passage « C'était le bon temps où une rue vivait au rythme du cœur d'un enfant » .P73 car il regrette le temps où les enfants se rencontraient le dimanche pour jouer au football

Présentation du récit: Sonny la crevette

L'histoire se déroule à Port Harcourt au Nigeria dans les années 2000. Les personnages principaux sont Sonny, adolescent de 13 ans qui joue dans l'équipe de Football, Teddy Okumi l'entraineur d'une équipe.

Je choisis le passage « Et puis un jour, Sonny la crevette serait un grand footballeur! » P91 car il a de   l'ambition.

J'ai aimé le livre car il parle de football et des émotions qu'il peut apporter.

Pierre M. 4A, 4 octobre 2015

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:26

Marcel Aymé

La clé sous le paillasson

Folio junior

Gallimard jeunesse

Nouvelles de ce recueil : La clé sous le paillasson, La canne, Le nain

La clé sous le paillasson

L’histoire se déroule dans une petite ville de province, début 1900.

Les personnages sont le gentleman cambrioleur, Mariette, Madeleine, la mère et le père.

Le gentleman cambrioleur est le fils de la famille dont il cambriole la maison.

« -Je me sens déjà prêt à renier les erreurs de ma vie d’aventures pour accomplir ma destinée dans un emploi de l'enregistrement. » Page 17

J'ai choisi ce passage car c'est à ce moment où il se rend compte que faire le cambrioleur, ce n'est pas ça, vie.

La canne

L'histoire se passe à Paris, début 1900

Les personnages sont Sorbier, Mathilde, Victor et Félicien.

Sorbier et Mathilde sont les parents de Félicien et Victor.

« Autour de lui, il y eut un tumulte de rires, de commentaires, de protestations. » page 57

J'ai choisi ce passage car Sorbier a honte à cause de la canne alors qu'il faisait le fier avec celle-ci.

Le nain

L'histoire se passe à Paris, début 1900

Les personnages sont Valentin, Germina, Barnaboum, Mary et l'homme serpent.

Valentin est un nain. Tous les personnages font partie d'un cirque.

« Chacun essuyait une larme et donnait des paroles de regret. » page 81

J'ai choisi ce passage car toute la troupe était déçue que Valentin parte à cause de sa taille.

Mattéo 4eme A, 4 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 19:00
Aubert, Brigitte, Scènes de crime

Auteur : Aubert Brigitte

Titre : Scènes de crime

Editions : Thierry Magnier

Collections: Nouvelles

Titres des nouvelles que contient ce recueil : Dance Floor , L'Antre , O tempura o Mores , Le Centre , L'ascenseur , Hors Forfait , Grave Party , Double voie , tueurs en série , Autant en emporte le vampire , quinze partout .

Dance floor : l'histoire se passe dans une boîte de nuit. L'époque n'est pas marquée dans cette nouvelle.

Les principaux personnages sont : Robin, Amélie, Fazik, Stefan, Jimmy, Lo sound, speedy.

Robin : il travaille dans une boîte de nuit, c'est le copain d’Amélie

Il critique beaucoup les gens, il est souvent habillé de costumes et de cravates noirs.

Amélie on ne la voit pas vraiment dans l'histoire, on sait juste que c'est la copine de Robin.

Fazik : Il travaille avec Robin à la boîte de nuit et c'est lui qui commande tout le monde.

Stéfan : Il est très maniaque, il est toujours prêt à prendre le parti de Fazik et il travaille

L'antre : L'histoire se passe dans une cité. Les personnages principaux sont :Abdou et Nour

Abdou : C'est le grand frère de Nour, il est assez grand et mince et il est habillé avec des habits de pauvre.

Nour : C'est une petite fille très mignonne, c'est la petite sœur de Abdou et elle adore jouer aux poupées.

O tempura o mores : L'histoire se passe dans un restaurant on doit être en 1990.

Les personnages pricipaux sont : Mori, ousmane et Ho.

Mori : il travaille au restaurant comme gestionnaire et il s'occupe aussi de la comptabilité, il est jaloux de Ho.

Ousmane : C'est le plongeur du restaurant ; il était arrivé sans papiers, il y a six mois il était à la rue sans travail donc Mori décida de l'embaucher à la plonge.

Ho : Il travaille au restaurant où il fait des acrobaties, il montre tout le temps sa beauté et tous ses muscles aux autres clients.

Le centre : On est dans un centre qui ressemble à une sorte de prison .

Le principal personnage est un homme mais son nom n'est pas marqué dans le texte, il est anonyme, on sait juste qu'il est né dans une prison et qu'il sert de nourriture à ses maîtres.

L'ascenseur : L'histoire se passe dans un lycée ou plutôt dans l'ascenseur du lycée.

Les principaux personnages sont : Gaëlle et grand type maigre, les cheveux châtain.

Gaëlle, elle a dix huit ans, elle est tout le temps en retard et elle déteste sa tata, son tonton et ses cousins.

Les grands types maigres : Alors il est dans l'ascenseur avec Gaëlle, il est très bizarre et a une drôle de ceinture autour de sa taille.

Hors forfait : L'histoire se déroule dans un cinéma, au lycée et sur une route.

Les principaux personnages sont sont : Kévin, Sandra, Laetitia et Doug.

Kévin c'est le héros de l'histoire et il se fait passer tout le temps pour le méchant.

Sandra : On ne l'a pas vue dans l'histoire car dès que l'histoire a commencé elle était déjà décédée.

Laëtitia : C'est la petite sœur de Sandra et elle accuse Kévin d'avoir tué sa sœur.

Doug : C'est le petit copain de Sandra et l'envie de vouloir taper Kévin ne cesse de le démanger.

Grave party : L'histoire se passe environs au 21 ème Siècle et le lieu est Albi.

Les personnages principaux sont : Noémie

Noémie est une jeune fille rousse qui rêvait de devenir écrivain, elle a un petit copain qui s'appelle Jules, étudiant en journalisme.

Double vie : L'histoire se déroule à notre époque.

Les principaux personnages sont : Marco et son double.

Marco est un jeune homme qui adore la liberté, faire des bêtises et rouler vite aussi.

Son double : il ressemble à deux gouttes d'eau à Marco et ils se sont rencontrés sur une quatre-voies.

Tueur en série

L'histoire se déroule dans un parc

Le principal personnage est un psychopathe anonyme

Le psychopathe : il est dangereux, c'est un homme et c'est un tueur en série, il adore tuer les gens ça le soulage !

Autant en emporte le vampire

L'histoire se passe chez Gaëtan et ça se déroule à notre époque.

Le principal personnage est Gaëtan.

Gaëtan est un adolescent qui a à peu près quatorze ans, il adore les jeux vidéos et surtout le livre '' Vlad et les dévorateurs '' et il a tous les jours peur que les monstres de son livre viennent l'attaquer.

Quinze partout

Ça se déroule au 21 ème Siècle.

Les principaux personnages sont Mariane et Francis.

Marianne : C'est la femme de Français et elle fait tout le temps le ménage, elle est grande et maigre.

Francis : C'est le mari de Marianne, celui-ci adore le tennis et il ne manquerait pour rien au monde la finale de Tennis.

Coline, 4A, 4 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 17:49
Collectif, Le Train perdu et autres histoires

Titre du recueil : Le train perdu et autres histoires mystérieuses

Collection : Médium

Edition : école des loisirs

Sophie Cathala : Un gentil petit bled 13

Michel Carrouges : Le cache nez de caoutchouc 27

J.G Ballard: Le Vinci disparu 43

Tomas Owen : Une aile de papillon mort 83

Claude Farrère : Le train perdu 93

Bernard Cassac : L’arbre du Portugais 105

Un gentil petit bled :

L’histoire raconte une mésaventure d’André Faulk un homme simple sans grande particularité physique. Il devait se rendre à un rendez-vous important avec son patron mais sur la route un des pneus de sa voiture se dégonfle .Par chance un garage se trouvait non loin mais quand il arrive, plusieurs personnes attendent aussi que leur voiture soit réparée .Alors il décide de passer la nuit dans une auberge où le téléphone ne fonctionne plus et quelques personnes jouaient à la belote. Le lendemain le garagiste lui apprend que la batterie ne se recharge pas .Désespéré il marche sur la route en faisant du stop .Au final il arrive à une petite maison avec à l’intérieur des joueurs de belote comme dans la première, il demande le téléphone mais il est lui aussi en dérangement alors il demande une chambre comme la première fois.

Passage que j’ai aimé : « Je voudrais une chambre » , dit-il « Une belle chambre .Une chambre ensoleillée même en décembre… » .

Conclusion : Cette histoire m’a beaucoup plu.

« Vous auriez plutôt intérêt à prendre de l’avance. Ici on ne voit pas tellement de circulation ».Ce passage représente bien l’histoire.

Le cache-nez de caoutchouc

C’est l’histoire d’un jeune garçon qui vivait à Niort avec ses parents et un jour il entre dans le bureau de son père et prend les jumelles qu’il n’avait pas le droit de prendre .En regardant par la fenêtre avec l’objet il aperçut son professeur, M .Carmolaux , qui parlait avec un homme. Le professeur poussa l’homme et celui-ci enferma M.Carmolaux dans une petite fiole et partit. Le matin suivant le professeur ne venait pas et la classe commença à s’agiter, le proviseur entra dans la classe et calma les élèves puis repartit .Le lendemain matin les parents du jeune garçon lui demandèrent de sortir. En partant il prit le journal dans la cuisine . Dehors il lut un article sur la disparition du proviseur et de M.Carmolaux . L’article préconisait de faire sortir les enfants de la ville afin de les protéger, la mère du garçon arriva dans le jardin, prit le journal et dit « Que je t’y reprenne, petit malheureux, à chiper les journaux ! »Dans le train pour aller chez sa grand-mère l’homme que le jeune garçon avait vu enlever le professeur lui donna un journal. Arrivé à la gare, l’homme partit en trombe et le garçon n’avait pas pu lui rendre son journal .À son arrivée chez sa grand-mère celle-ci prit le journal et dit « Sale gosse, que je t’y reprenne encore à voler des journaux ! »

Passage représentatif : « Sale gosse que le t’y reprenne encore à voler des journaux ! »(page41)

Une aile de papillon mort

Un jour un homme du nom de Fédor Glyn voulait se peser sur la balance du parc. Il monte sur la machine incère la pièce et là, l’aiguille montre 2kg 900. Fédor va donc essayer une autre balance mais le résultat est le même alors il décide d’aller voir le responsable. Après lui avoir raconté son histoire Fédor lui propose d’aller vérifier si la balance fonctionne bien mais une fois de plus même avec le réglage l’aiguille affiche toujours 2kg 900. En rentrent chez lui il voulut vérifier quel poids il faisait, alors il alla dans la pharmacie la plus proche et encore une fois le résultat ne changea pas, alors il rentra chez lui pour revérifier. Il posa ses vêtements sur la balance, avec son chapeau, le tout pesait 2kg 900. Quand sa femme arriva elle dit qu’elle aussi ne pesait plus rien.

Passage représentatif de l’histoire : Quand à Fédor Glyn, malgré son petit ventre qui l’attristait souvent, rien …Zéro. Zéro…Zéro …un souffle. (page91)

Le train perdu

Tiphaigne Hoff était un chef de gare dans les années 1900.Un soir, le train 1815 allait partir. Tiphaigne criait son habituel « en arrière, les voyageurs !» mais ce soir-là il n’y avait pas un chat. Il se retourna et vit son collègue qui frappait chaque roue du train avec un marteau puis regarda derrière lui et vit deux personnes sur le quai et resta bouche bée. Il y avait un grand homme et un petit, le grand portait un manteau sombre tandis que le petit était très vieux, sa tenue était particulière avec sur sa tête un chapeau castor. Le plus petit monta avec une agilité étonnante dans le train. Le plus grand restait immobile alors Tiphaigne alla à sa rencontre mais le vieillard lui dit de ne pas le toucher. Le géant monta et le train partit. Le chef de gare dans laquelle le train 1815 était sensé arriver assurait qu’aucun train n’était arrivé ce soir-là. La machine qui était partie voir si le train avait déraillé est arrivée à la gare en question et n’avait rien vu .Le train 1815 avait mystérieusement disparu.

Passage représentatif de l’histoire: personne n’a plus ouï parler du train 1815.

L’arbre de portugais

Julien était condamné à trois mois de prison pour recel. Il fut placé dans une prison avec un homme que l’on appelait le portugais. En arrivant dans la pièce le portugais fit de la place sur l’étagère pour Julien. Le portugais avait été enfermé pour avoir tué sa femme. La première nuit fut très dure pour Julien, son partenaire de chambre avait crié toute la nuit car il faisait un cauchemar, d’après le gardien. Le lendemain Julien demanda au portugais pourquoi il criait la nuit, l’autre lui répondit qu’il devait couper un arbre dans son jardin mais qu’il ne réussirait pas tout seul alors il demandait à Julien de l’aide. Et pendant des nuits et des nuits ils coupaient l’arbre. Quand ils vinrent à bout de l’arbre celui-ci s’écroula sur le sol Une nuit Julien se réveilla et vit le portugais en sang, les infirmiers prirent le portugais le posèrent sur une civière et l’emmenèrent.

Tristan, 4A, le 4 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 16:39
Vignal Hélène, Casseurs de solitude

Nom et Prénom de l’auteur: Hélène Vignal

Titre du recueil: Casseurs de solitudes

Edition: Rouergue

Collection: Doado

Titre des nouvelles: Chien de garde, Une journée de merde, Ostende, L’Héritage, Droit dans son rock, Pas droit à l’erreur, Regarde-moi, Accusé de réception, La Grève.

Présentation de chaque nouvelle:

Chiens de garde, l’histoire se déroule chez elle au XXIe siècle. Les personnages principaux sont: Françoise la maman, Lucien le fils et le père. Lucien est un adolescent dont la maman, Françoise, qui subit un licenciement et dont le papa, qui soutient sa femme, en oublient un peu leur fils. « Ça m’énerve, je ne demande pourtant pas grand-chose: une demi-heure pour m’aider à mémoriser 28 pays membres ! Je sors en claquant la porte. Il ne proteste même pas » p.9 L.23 a 26

Une journée de merde, l’histoire se déroule dans un appartement au XXIe s. Les personnages principaux sont: Adra, Maman Hawe, Papa Saclio, Maman Fatou, Petit Diouf. Adra en remontant dans son appartement apprend la cause de la mort tragique de sa grande sœur au travers d’une dispute entre sa mère et la deuxième femme de son mari. « C’est parce-que ta mère est une incapable comme toi ! Une coupeuse de pacotille ! Cette fois on va le faire ici. J’ai des adresses sûres. Je vais voir une coupeuse aujourd’hui même. »

Ostende, l’histoire se déroule à Ostende au bord de mer. Les personnages principaux sont: Margaux et Damien. Margaux part voir la mer à Ostende en cachette avec son père qui est malade. « À son tour il crie, je l’éclabousse pour que tout aille plus vite. S’il se baigne aussi alors il sera sauvé. » P.39L.13 a 15.

L’héritage, l’histoire se déroule au centre équestre au XXIe siècle. Les personnages principaux sont: Guindal, Bertrand Arias, Paloma. Mr Arias un riche industrielle vient mettre en pension Magico le cheval de Paloma , sa fille qu’il punit car elle ne travaille pas à l’école et c’est Guindal qui va s’occuper du cheval. Il aime les chevaux. « C’est en les regardant que j’ai compris une chose sur Paloma, que les autres ne savaient pas. Cette gamine elle sentait plus l’argent que de la joie de vivre, c’est vrai. » P.54 L.22 à 24.

Droit dans son rock, l’histoire se déroule à un festival au XXIe siècle. Les personnages principaux sont: Timothée, son père, la bénévole Marion. Timothée refuse de faire du bénévolat et en acceptant, grâce à la rencontre de Marion, elle va découvrir que ça peut être très enrichissant. « J’ai tourné sur moi et j’ai regardé les gens autour: ils étaient comme elle. Kiff général. J’ai mieux compris le topo de mon père mais je me serais fait brûler vif plutôt que de l’admettre. » P.75 L.22à25.

Pas droit à l’erreur, l’histoire se déroule chez elle au XXIe s. Les personnages principaux sont Zoe, la copine et Marie. Marie veut faire une surprise : pour l’anniversaire de son frère, elle fait des pâtisseries, pendant ce temps elle coupe la conversation avec Zoe, ce qui déclenche un drame. « Il s’est rien passé. Tu ne m’as pas répondu ? Je ne t’ai pas répondu ! Tu fais tes gâteaux ? Eh ben moi je dors ! Alors maintenant tu sors et tu me lâches. » P.86 L.18 à 20

Regarde-moi, l’histoire se déroule chez eux puis ensuite en vacances au XXIe s. Les personnages principaux sont: Zoe la fille, le papa Vincent, la maman Véronique, Marc le copain. Un couple et une adolescente Zoe ont du mal à se comprendre et le père introduit son copain Marc qui deviendra l’amant de la jeune fille.

Accusé de réception, l’histoire se déroule à la préfecture au XXIe s. Les personnages principaux sont: Estelle Osch et Eliot. Eliot rêve de faire un stage en 3ème de cascade mais n’ayant plus trouvé, il se retrouve avec sa tante à la préfecture. Son poste va lui faire découvrir que son proviseur abrite des sans papier dont Adra. Il réagit. « Je l’ai récupérée à temps, personne ne saura rien. Faut qu’ils s’en aillent… c’est moi qui trie le courrier. »

La grève, l’histoire se déroule au collège au XXIe s. Les personnages principaux sont: Fanny et Tiago. Un jour de grève Fanny retrouve Tiago qu’elle « kiffe », ils arrivent à se faire isoler dans la salle d’arts plastiques. Et arrive la vérité. « Tu verras sur les photos. Bien sûr que je vais la Ken ! Non je ne suis pas un mytho. C’est la sixième mon pote ! Nan pas la cinquième !... » P.124 L.8 à 11.

Mon avis sur le livre: il y a des nouvelles que j’ai vraiment bien aimées et d’autres que je n’ai pas aimées parce qu’il y avait des nouvelles que je ne comprenais pas bien et que je ne trouvais pas très intéressante, et des nouvelles qui étaient super intéressantes.

Romane 4ème D lundi 5 octobre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs