Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 19:22

Titre: Petite Lune

Auteur : Joëlle Busuttil

Édition : SYROS jeunessepetite-lune-joelle-busuttil-9782748500196.gif

Collection : jeunesse

Genre : roman

Thème : Politique de l'enfant unique en chine

Présentation de la 1ere de couverture :

Sur cette page on voit deux femmes chinoise, une jeune femme et une autre plus âgée se tiennent face à face dans une pièce où se trouvent des meubles en bois et une machine à coudre. Les 2 femmes regardent le bébé que la jeune femme tient dans ses bras. Une porte est ouverte au fond de la pièce.

Présentation de la 4ème de couverture :

Sur cette page on voit une jeune fille chinoise assise au bord d'un lit avec des livres ouverts devant elle qu' elle ne regarde pas. Sa tête est tournée vers la gauche et son regard semble ailleurs.

Caractéristique d'écriture :

L'écriture est très réaliste car le livre est inspiré d'une histoire vraie

« Bien sûr que non, mais il faut sa signature pour que l’enfant soit adopté et il donnera. Je crois même qu’il est content que Xiaoyue ait plus de chance dans la vie que lui-même n’en a eu, ajoute Lan pensive. » page 79 lignes 6 à 10

Ce que je voudrais changer :

J'aurais rajouté un épisode à la fin pour connaître l'avenir de Xiaomei car on connaît déjà l'avenir de sa petite sœur. Le lecteur reste sur sa faim concernant Xiaomei.

Mon avis :

 J’ai bien aimé ce livre car il raconte une histoire inspirée de fait réels et nous montre la dureté de la vie des femmes en Chine et les inégalités entre les hommes et les femmes.

                                                                                                          Clément  4B Juin 2015

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

            

Titre : Petite Lune

Auteur : Joëlle Busuttil

Éditeur : Syros jeunesse

Date : Décembre 2004

Genre : fiction à valeur documentaire (social et politique)

Résumé : C’est l’histoire d’une collégienne chinoise appelée Xiaomei. Un jour en rentrant chez elle, elle voit sa mère, Li Depo, couchée sur le seul lit de la maison. Sa mère semble souffrir. En effet, depuis longtemps Li Depo attend un bébé car son époux, Chen Dugan, veut un fils.  Xaomei va donc prévenir sa voisine, Lü Songan. C’est une femme un peu plus jeune que sa mère et qui vit toute seule avec son bébé de huit mois. Alors Lü Songan accompagnée de Xaomei va prévenir Ma Jiangsi, un vieil homme qui habite dans l’immeuble lui aussi et qui possède une carriole qu’il tire avec son vélo. Le vieil homme emmène Li Depo jusqu’à  l’hôpital sous les yeux de Xaomei et de Lü Songan. Pendant quelques jours, Xaomei va chez Li Depo manger car son père ne rentre qu’à neuf heures du soir.

Mais une nuit son père la réveille pour l’emmener à  l’hôpital car sa mère vient d’accoucher mais son père a l’air déçu et une fois à l’hôpital Xaomei voit que l’enfant est une fille. Une nuit elle entend son père et sa mère se disputer car son père veut garçon et non une fille et veut alors tuer la petite sœur de Xaomei. Alors pour quelque temps Li Depo va vivre chez la grand-mère de Xiomei. Et un jour Xaomei rencontre le grand Xiong (elle l’aime en secret) et ce dernier lui conseille l’adoption du bébé mais Xaomei ne veut pas quitter sa mère car elle serait triste que sa petite fille aille chez des étrangers. Alors Xaomei en parle à Lü Songan et elle appelle une amie qui travaille dans un hôtel et qui a une correspondante allemande et un jour elle leur annonce qu’elle a trouvé des Allemands pour l’adoption du bébé et que Chen Dugan est d’accord pour signer pensant que sa fille aura un meilleur avenir que lui. Alors Xaomei va prévenir sa mère et elle est d’accord elle aussi. Le jour de l’adoption, tout se passe bien et Li Depo est si heureuse que les Allemands les aient invités à venir quand ils le souhaitent, pour voir leur fille.

Mon passage préféré page 79 ligne 8 à 11

-Bien sûr que non, mais il faut sa signature pour que l’enfant soit adopté et il donnera. Je crois même qu’il est content que Xiaoyue ait plus de chance dans la vie que lui-même n’en a eu, ajoute Lan pensive.

Avis personnel : J’ai aimé ce livre car il raconte une histoire directement inspirée de la réalité.

Lucien, 5e C, Mars 2013

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

Titre : Petite Lune

Auteur : Joëlle Busuttil

Éditeur : Syros jeunesse, 2002

Genre : roman

Thèmes : adoption, enfant unique, Chine

 

Le sujet : Les parents de Xiaomei veulent avoir un deuxième enfant, un garçon. Au collège, tout le monde se moque d'elle car en Chine, on n’a le droit d'avoir qu'un seul enfant.

Quand sa mère Li Depo accouche, c'est malheureusement une fille. Son père Cheng Deguan est très en colère et veut tuer la tuer.

Li Depo va alors se réfugier chez sa mère. Xiaomei est triste et se demande ce que va devenir sa sœur Xiaoyue (Petite Lune)…

 

Passage choisi : p. 39-40

            - C'est une petite fille ! annonce Li Depo, le visage creusé.

            Cheng Deguan  tourne les talons et sort de la pièce. Xiaomei se jette sur sa mère et fond en larmes. Li Depo se met elle aussi à pleurer.

            - Maman, Maman !

            - Les bébés sont dans une chambre à part, viens, je vais t'emmener voir ta sœur ! dit Li Depo, ravalant ses larmes.

            Dans le couloir, elles croisent Cheng Deguan qui fait mine de ne pas les voir. Li Depo passe devant lui, serrant sa fille contre elle, comme pour se protéger.

 

Remarque sur ce passage : J'ai choisi ce passage car on voit que ce moment  (la naissance d'un enfant) qui aurait dû être heureux ne l'est pas du tout car c'est une deuxième fille. La mère pleure et le père sort de la pièce puis « fait mine de ne pas les voir ».

 

Jugement personnel : J'ai bien aimé ce livre car il reflète la réalité. En Chine, tout le monde n'a pas la chance d'aller à l'école. Les filles sont moins importantes que les garçons à cause des rites liés à la mort. Xiaomei défend sa sœur et je trouve ça gentil de sa part.

 

Bleuenn, 5C, avril 2013

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 19:04
Royer Alain, Papa, moi... et moi !

Titre : Papa, moi … et moi !

Auteur : Alain Royer

Edition : Oskar Jeunesse

Collection : Cadet Roman

Genre : Roman

Le thème : la famille

Présentation de la première de couverture :

La première de couverture présente 4 personnages : un homme, une femme et deux filles.

Le père a l’air de gronder la jeune fille tandis que la femme est en train d’écouter derrière le père en le tenant par la taille ainsi que l’autre fille.

L’adolescente qui a l’air de se faire reprendre par son père fait une mauvaise tête.

La première de couverture correspond au titre.

Présentation de la quatrième de couverture :

Sur la quatrième de couverture, on peut lire le résumé. En arrière-plan, on peut apercevoir la même illustration que sur la première couverture en rose fuchsia. On voit aussi l’édition du livre, le titre, l’illustrateur, l’auteur, la collection, l’édition et l’âge du lecteur qui peut être âgé de 8 à 88 ans.

Les grandes caractéristiques de l’écriture :

Ce roman est plutôt réaliste car ce sont des parents qui divorcent et aujourd’hui c’est assez courant dans la vraie vie.

Il y a beaucoup de dialogues : « ça va me venger de toutes les vieilles guimbardes de mon enfance » page 7.

Mais aussi du vocabulaire assez soutenu :

« Pardon, Pardon, a fait la grosse dame en battant en retraite » page 15.

Les deux personnages principaux :

Les deux personnages principaux dans l’histoire sont le père et la fille qui s’appelle Cléo.

Cléo, triste : « j’ai pleuré une semaine du matin au soir » page 3

Cléo, rigolote : « alors, j’ai éclaté de rire » page 4.

Cléo, sauvage : « je lui est volé dans les plumes comme une hyène. Je lui ai griffé la joue puis je l’ai poussée si fort qu’il est tombé en criant » page 42.

Le père, plaisante : « Papa m’a fait monter à l’arrière en plaisantant » page 7.

Le père, têtu : « Papa est têtu comme une mule » page 12.

Le père, blagueur : « Veux-tu ne pas manquer de respect à tes ancêtres ! a répliqué papa en pouffant de rire » page 75.

Le père, excité : « Papa était plutôt surexcité depuis une semaine » page 81.

Ce que j’aurais changé à ce livre si j’en avais la possibilité :

Je supprimerais des personnages car je trouve que dans ce roman le père ne pense souvent qu’aux femmes.

Ce que j’ai pensé de ce livre : Ce livre se lit assez rapidement quand on est intéressé par l’histoire mais il est quand même assez ennuyant car cela parle souvent de la même chose. Cependant il présente un certain humour. J’ai apprécié la lecture mais trop lassante.

Cathy 4D, juin 2015

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 18:34

Titre : Le miroir se brisa

Auteur : Agatha Christie

Édition: Le livre de poche

Collection : Le livre de poche

Genre : roman policier

Le ou les thèmes (adolescence, famille, amitié, guerre, histoire, …)

- amour, célébrité, fascination, admiration, caprice, idole, meurtre, famille, dissimulation, rancune, vengeance.

La première de couverture

En haut figure :

  • le nom de l'auteur : Agatha Christie
  • le titre de livre : le miroir se brisa

En bas à droite : l'édition

  • le livre de poche

Au premier plan, je distingue une image d'une jeune femme chic s'observant dans le miroir.

La quatrième de couverture (nous donne plus de renseignements sur le livre).

En haut à gauche, je distingue l'image d'une jeune femme chic s'observant dans le miroir:

  • le nom de l'auteur : Agatha Christie
  • le titre de livre : le miroir se brisa

En haut, à droite de l'image : le synopsis.

Ce résumé nous plonge dans un thriller époustouflant, angoissant, mystérieux et dramatique.

Le meurtre de Heather Badcock tient en haleine les lecteurs du début à la fin.

En bas à gauche, je vois le code barre, au milieu : code prix, en dessous dépôt légal Impr. 4988,5 édit. 3114 4/1987.

Sur le côté le nom de l'illustrateur.

Les deux personnages principaux du récit sont :

* Heater Badcock et Marina Gregg :

- Heater Badcock : secrétaire de l'association des ambulanciers de St -Jonn à Gossington Hall.

- Mrs Badcok! (Le vicaire se retourna, verre en main. L'infatigable secrétaire de l'association. Que deviendrait St-Johnn sans elle?)

Heather Badcock a croisé Marina Gregg aux bermudes :

- Vous ne me reconnaissez pas ? Demanda Heather Badcok, souriante. Comment le pourriez-vous, avec les centaines de gens que vous rencontrez ? Souvenez-vous … Aux Bermudes)

- Marina Gregg : mais oui (Marina était toujours charmante et enjouée).

-Mrs Badcok : Moi, je m'en souviens parfaitement dit Heater Badcok. J'étais si heureuse ! Ravie de voir Marina Gregg, la grande actrice !

P37

Les grandes caractéristiques de l’écriture : il y a beaucoup de dialogues, le niveau de langue est courant) :

1) - Jason RUDD s'était levé et marchait de long en large.

  • (Si je pouvais éloigner Marina d'ici … Sans délai …)
  • Abandonnez le film ? Mais, pensez un peu … Il éleva la voix.
  • La seule chose qui m'importe est Marina. Ne le comprenez-vous pas ? Elle est en danger. Je ne pense qu’à cela.
  • Il faut que j'aille chercher mon pulvérisateur.

Page 146

 

2)- Je vois dit Miss Marple … Pas autant que je le désirerais. Mais si seulement je savais pourquoi elle a abîmé sa robe neuve.

  • Qui ? Mrs Badcok ?
  • Oui, cela me paraît tout à fait curieux … Inexplicable. Mon Dieu, je dois être stupide.

Page 166

 

 

Ce que j’aurais changé à ce livre si j’en avais la possibilité :

J'aurais fait intervenir Miss Marple, détective amateur, plus souvent dans l'enquête, pour le meurtre de Mr Heater Badkoc.

A certains changements de chapitre, il est difficile de comprendre le rôle de certains personnages dans l'histoire. Il faut souvent revenir en arrière pour comprendre le nom et le rôle de chacun. Si j'avais à le réécrire, je le traduirais plus simplement tout en laissant planer le mystère.

Ce que j’ai pensé de ce livre.

Ce livre est intriguant, plusieurs personnages sont soupçonnés de meurtre.

Ce livre est mystérieux, dramatique, car plusieurs crimes ont été commis et de nouveaux rebondissements interviennent à chaque fois.

C’est un thriller époustouflant, qui nous tient en haleine jusqu'au bout.

Il nous démontre que la vengeance peut parfois mener au meurtre.

Loana 4ème B juin 2015

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 18:10

Titre: Le loup de Manigod.

Auteur: Françoise Grard.

Édition: Maxi-livres, 2005.

Collection: Maxi-poche jeunesse.

Genre: roman.

Thèmes: énigme, mystère et enquête.

1ere de couverture:

Il y a Mathilde et son Louis et au loin il y a leur hôtel.

4eme de couverture:

Il y a l'image de la 1ere de couverture, il y a le nom de l'auteur, le début du résumé, le titre, le prix et le code barre.

Les personnages principaux:

Mathilde et Louis sont frère et sœur, ils ont invité un ami Frédéric.

Passage: «Mathilde, son frère Louis et leur ami Frédéric espèrent passer à Manigod d'heureuses vacances » (dans le résumé).

Les grandes caractéristiques de l'écriture:

Le livre est fantastique, il y a peu de dialogues et de description, il est employé un vocabulaire courant.

Les changements du livre:

J'aurai parlé plus du loup et j'aurai fait parler plus Gabriel.

Mon avis: Le livre je l'ai bien compris. J'aurai aimé que l'on parle plus du loup et de la mère des de garçons Gabriel et Ambroise. Il y a quand même du suspens, du mystère et de l'enquête et j'adore ça.

Élodie  4B, 1er juin 2015

****************************************************************************************************************************

Auteur : Françoise Grard

Illustrations ; Hélène Usdin

Editeur : Actes Sud junior

Collection : Les premiers romans. Cadet polar


Une jeune fille ,Mathilde a notre âge . Elle a un frère qui s'appelle Louis. Un jour, ils partent en vacances avec leur ami Frédéric, ils espèrent trouver le soleil mais non. Mathilde rencontre deux jeunes garcons Ange et Ambroise . c'est étrange : ils ont peur. Pour les sauver, Mathilde doit affronter le loup en haut de la montagne. Pour cela, ils dorment tous à l'hotel et le lendemain matin, Mathilde va affronter le loup...

J'ai bien aimé ce livre il n'y a pas de mots difficiles .

Margaux, 5B, 3 mai 2009

******************************************************************************************************************************

La dédicace de l'auteur

Pour écrire ce roman, le deuxième tome de la série qui met en scène Mathilde, Louis et Frédéric, j'ai été très tentée de prendre pour cadre un pays cher de Haute-Savoie, la vallée de Manigod. Dans ce cadre idyllique, m'est venue l'idée de confronter mes héros aux agissements sournois d'un médecin offrant toutes les apparences de la respectabilité. Une fois de plus, c'est l'intuition de Mathilde, plus qu'une déduction objective, qui va les lancer au secours de deux enfants livrés à la malveillance d'un homme au bord de la faillite et qui profite de l'influence déloyale qu'il exerce sur leur mère pour les entraîner dans sa fuite.
Les héros doivent alors faire la preuve de la malhonnêteté du Docteur Desroy, alors que celui-ci est protégé par la considération générale.
La situation de Mathilde et de ses deux compagnons n'est pas rare : leur condition d'adolescents les laisse sans crédit auprès des adultes. Si forte que soit leur conviction, elle ne fait pas le poids avec l'autorité médicale. Ils doivent donc se battre seuls pour sauver Ambroise et Gabriel. Finalement, seule une fuite hasardeuse, la nuit, sur les sentiers de montagne, tandis que «le loup» est à leur trousses, leur permettra d'arriver à leurs fins.
Car c'est par compassion et solidarité pour «plus petit que soi» que Mathilde trouvera en elle la force et l'opiniâtreté qu'elle n'aurait pas eues pour sa propre sauvegarde.


Françoise Grard

 

La présentation de l'éditeur

Ce n'est pas parce que l'on passe ses vacances au fond d'une vallée retirée des Alpes que l'on n'a aucune chance d'y rencontrer mystère et aventure : Mathilde et Frédéric ont fort à faire, cet été-là, pour percer le secret d'un inquiétant médecin et aider deux jeunes enfants aux yeux tristes. Au détour des sentiers de randonnée, le danger les guette...

 

Partager cet article

Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 21:30
Brisou-Pellen Evelyne, Le Maitre de la septième porte

Le titre du livre que j’ai choisi est « le maître de la septième porte ». Il a été écrit par Evelyne Brisou-Pellen. Ce livre est un roman édité par RAGEOT et sa collection est Cascade. Ce roman a plusieurs thèmes : la famille et la guerre.

Sur la première de couverture, on voit un jeune garçon aux cheveux blonds et longs qui se nomme Kélacien (ou Kéla). Il s’apprête à sortir son épée de son fourreau. Derrière lui, on aperçoit Silien, son grand-père accoudé sur un rocher, en difficulté, affaibli. Enfin en arrière-plan, on voit un château situé sur une falaise et séparé de la terre par une cascade. Il n’y a aucune illustration sur la quatrième de couverture.

Les deux personnages principaux du récit sont Kéla et Silien. Ce dernier est très vieux, il a de longs cheveux blancs, une barbe, son crâne est dégarni. « Alors Silien s’était redressé lentement sur sa houe. Il était trop vieux maintenant. Ses cheveux blancs tombaient sur ses épaules et son crâne était dégarni. Même ses mains parcheminées, ses doigts décharnés disaient leur âge. » (Page 5). « Silien passa ses doigts dans sa barbe, les agrippant aux poils blancs comme il faisait toujours quand il réfléchissait. ».(Page 7) Kéla est, contrairement à son grand-père, très jeune. Il a les cheveux blonds et longs et des yeux noirs et profonds. « Et l’enfant était si jeune encore. »(Page 5). « […] l’enfant blond avait pâli. » (Page 5). « L’enfant leva ses yeux noirs et profonds vers lui. » (Page 7).

L’écriture de ce roman est fantastique avec un peu plus de descriptions que de dialogues et avec un vocabulaire plutôt courant. « Déjà les liens l’enserraient de toutes parts. Il arrivait encore à un peu à remuer ses doigts, mais Kéla me bougeait plus. Ils étaient perdus. Les chenilles tisseuses avaient fini leur nid. Elles s’y étaient lovées tout contre le corps de l’humain qu’elles avaient emprisonné dans leur cocon et qui leur servirait de nourriture pendant le long hiver où elles se transformeraient. » (Page 31 et 32). « Sans rien ajouter, Fatar éleva ses bras au-dessus de lui, ses mains comme des serres. La rivière se mit à bouillonner, puis le courant s’inversa d’un coup puis le radeau fut entraîné vers l’arrière, tanguant dans les remous avec ses deux passagers allongés sur le bois, s’accrochant de toute leur force aux lianes d’attache. » (Page 60 et 61)

Si j’en avais eu la possibilité, j’aurais rajouté un personnage (un guerrier) qui aurait aidé Kéla et Silien dans leur périple jusqu’au château. Cela aurait permis aux deux héros de pouvoir avancer plus vite mais aussi d’arriver au château avant les Olmèdes

J’ai trouvé ce livre passionnant car j’aime beaucoup les romans fantastiques et celui-ci m’a beaucoup plu. J’ai aussi trouvé ce livre un peu ennuyant car pour moi, il y avait trop de descriptions et pas assez de dialogues. Mais il y avait quand même un peu d’action mais peut-être pas assez de scènes de combat.

Ronan, 4B, juin 2015

Partager cet article

Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 21:09
Gutman Dan, Victor crève l'écran

Le titre du livre que j'ai choisi est « Victor crève l'écran ». L'auteur de ce livre est Dan Gutman.

L'édition est de Flammarion et la collection est de Castor Poche.

Ce livre est un genre fantastique. « Victor crève l'écran » évoque les thèmes de la famille, l'amitié et l'adolescence.

La première page représente Victor, un des personnages principaux de l'histoire, qui sort d'un écran d'ordinateur et on peut également apercevoir Lucas Turner le second personnage principal devant un ordinateur.

Sur la 4ème de couverture on peut voir Paige en train de penser à Victor.

Les deux personnages principaux sont Lucas Turner (également appelé Yip) p.7-8 et Victor p.66.

Le livre est en partie un livre humoristique puisque le grand-père de cette histoire est un ancien producteur de films pour les effets spéciaux p.12. Mais il est également fantastique puisque dans l'histoire une personne sort de l'ordinateur p.84. Il y a beaucoup de dialogues. Ces personnages utilisent un vocabulaire plutôt courant.

Dans cette histoire j'aurais préféré que le personnage « Victor » dure plus longtemps car comme la fin de l'histoire l’explique Victor devait se rendre à Washington pour prendre la place du président, j'aurais aimé voir comment il allait se débrouiller pour, justement, prendre sa place.

J'ai trouvé ce livre très bien, j'ai bien aimé le fait que le grand-père a transmis sa passion pour les effets spéciaux à son fils mais que celui-ci utilise des ordinateurs contrairement à son père et que Lucas Turner utilise un des ordinateurs de son père Willis pour se créer un ami qui au final va devenir un ennemi qui va trahir Lucas !

Ophélie, 4D, juin 2015

Partager cet article

Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 20:40

TITRE:  La marraine de guerre

AUTEUR : Catherine Cuencamarraine-guerre.jpg

EDITION: Livre de poche jeunesse

COLLECTION : Historique

GENRE : roman

THEMES : guerre et amour

PREMIERE DE COUVERTURE :au premier plan on voit un jeune homme avec un uniforme de poilu ,un fusil et sa baïonnette à la main. En arrière plan on voit le visage et le dos d'une femme et en bas de la page la vision d'un champ de bataille à l'aube.

QUATRIEME DE COUVERTURE : dans un petit carré à droite on voit la reproduction de la première de couverture , à coté la collection du livre, le nom de l'auteur, le titre du livre et un extrait du livre;

PERSONNAGES PRINCIPAUX : le personnage principal se nomme Étienne. C'est un jeune homme de 22 ans qui est à l'armée pendant la guerre 14-18, (page 8 : « Étienne qui n'a que 22 ans »).Il va être nommé caporal et il écrit à sa marraine de guerre. Pendant une permission ,il se
décide à la rencontrer à l'improviste et par un heureux hasard la croise et tombe amoureux. (page 57: _« comment-vous appelez-vous? _ Étienne... » )

Le deuxième personnage principal s'appelle Marie-Pierre. C'est la marraine de guerre d'Étienne et c'est une jeune femme brune de l'âge d'Étienne. (page 57 : « les mèches brunes éparses sous le chapeau,les yeux noirs,la peau mate,les pommettes hautes,le cou altier,la taille élancée... »)

GRANDES CARACTERISTIQUES DE L'ECRITURE : c'est un récit réaliste avec beaucoup de descriptions et qui est écrit avec un vocabulaire courant (page 76 « bien mon caporal »).Il y a aussi des échanges de lettres. Il y a aussi du vocabulaire familier (page 73 « Bon Dieu, mais c'est qu'ils s'acharnent ces salauds! »)

CE QUE J'AURAIS CHANGE : dans ce livre j'aurais changé le caractère du capitaine qui est agressif .J'aurais voulu qu'il comprenne que ses soldats en ont assez de la guerre et qu 'il les aide au lieu de les sacrifier sur le champ de bataille et de les exécuter. Si l'auteur l'avait décrit avec un plus de sympathie, l'histoire aurait été encore meilleure.

CE QUE J'AI PENSE DU LIVRE : ce livre est un très bon roman sur la première guerre mondiale
qui raconte la vie dans les tranchées et la camaraderie entre poilus .L'histoire entre un caporal et sa marraine de guerre qui tombent amoureux l'un de l'autre est un scénario assez courant en quelque sorte mais aussi original avec le moment où ils se croisent par un heureux hasard.
Y-aurait il une suite avec la guerre 39-45 ?

Malo, 4D, Juin 2015 

*************************************************************************************************************************

Titre : La marraine de guerre

Auteur : Catherine Cuenca

Les personnages principaux de ce livre sont Etienne, un jeune homme de 22 ans, un poilu orphelin, qui sera nommé caporal pendant la guerre 14-18 et sa « marraine de guerre », Marie-Pierre, une jeune femme avec laquelle il entretient une relation épistolaire depuis le début de la guerre, pour l’aider à garder le moral. L’auteur a ajouté des personnages secondaires, les camarades d’Etienne, pour étoffer son histoire.

Mon personnage préféré est Etienne parce qu’il est courageux, combatif et sensible aux autres. Lors des combats, il n’hésite pas à aider les autres : « À côté de lui, un jeune soldat est accroupi, une recrue de dix-sept ans à peine…Ses yeux lancent des regards effrayés…Un élan de sympathie pousse Etienne vers le jeune garçon… » (Page 14)

Ce personnage se préoccupe de savoir s’il doit ou non rencontrer sa marraine et comment la chose serait possible. Si j’étais à sa place, j’aurais également souhaité la rencontrer :

« - Comment vous appelez-vous ?

-Etienne…, répond-il. Mais sa voix se brise devant l’air stupéfait de la jeune femme…Marie-Pierre…, souffle-t-il. Elle hoche la tête… » (Page 57)

L’auteur a créé du suspense dans ce livre car on ne sait pas s’il va rencontrer ou pas sa marraine. Lors d’une permission, alors qu’il devait rendre visite à un ami, au dernier moment il change de train donc de destination : « Il passe à coté d’un train dont un cheminot indique la direction à l’aide d’une plaque de bois peinte : Saint-Etienne…Un parfum de lavande lui arrive aux narines… : Marie-Pierre. Hypnotisé, Etienne a oublié Paul…Un billet pour Saint-Etienne, s’il vous plaît… » (Page 50). Il crée aussi du suspense car on se demande si Etienne va mourir : « Etienne … se sent basculer, comme happé par la terre. La chute lui paraît interminable. … Je ne vais quand même pas rester enfermé vivant dans cette tombe de boue ? » (Pages 74 – 75). Grâce à ce suspense, on a envie de connaître la fin de l’histoire et donc de poursuivre la lecture. Le livre se termine bien parce que le lecteur attend une fin heureuse. C’est la fin de la guerre, l’armistice et Etienne va retrouver sa marraine dont il est amoureux.

 L’auteur a écrit ce livre pour montrer la difficulté lors de la guerre et l’importance que pouvaient avoir les marraines de guerre pour les soldats. Il essaye de nou

 

s dire que quoi qu’il arrive, il est important de garder le moral pour s’en sortir. « Marie-Pierre l’a sauvé. Il ne mourra pas. Il a reprit espoir, parce qu’elle lui a transmis tout son amour, toute sa volonté et sa foi en la vie, parce qu’il l’aime enfin et qu’il a besoin de la revoir et de la savoir toujours auprès de lui. » (Page 89)

 

J. Alexandre 4ème A, octobre 2013 

 

 

ligne separateur

Titre : La marraine de guerre

Auteur : Catherine Cuenca

 

Résumé: Ce roman parle d'un jeune adulte de 22 ans qui part à la guerre face aux allemands, cet homme s'appelle Etienne et est originaire d'Auvergne comme certains de ses camarades. Il correspond avec sa marraine de guerre appelée Marie-Pierre et au cours de l'histoire ils vont essayer de se rencontrer...

Définition de marraine de guerre: Une marraine de guerre est une femme qui correspond avec un soldat durant la guerre 1914/1918

  Avis: J'ai bien aimé ce livre car il parle de la guerre et j'apprends en lisant cette histoire que les soldats ont des marraines de guerre que je ne savais pas avant !

Dany W, 4C, 15/10/12

 

Partager cet article

Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 20:27

Titre: Garçon manqué

Auteur: Hortense Cortex

Édition: Bayard Jeunesse

Collection: Je Bouquine

Genre: Roman

Les thèmes sont: la famille et l'amitié

La première et la 4e de couverture du livre:

À la première de couverture on voit une jeune fille avec les yeux verts, qui a les cheveux roux et tressés. Elle est habillée avec un t-shirt vert émeraude et elle porte des bretelles marron. Sur une de ses bretelles il y a un badge accroché où il est écrit « cherche plus,  tu m'as trouvé » avec un petit monstre bleu et elle porte un collier bleu, vert et bleu clair.

Sur la 4e de couverture, il y a marqué le résumé de l'histoire et trois phrases qui décrivent comment l'auteur a eu cette idée pour faire ce livre.

Les deux personnages principaux du récit :

Le premier personnage principal est Sido, c'est une fille qui a un style de garçon manqué et elle aime jouer au foot avec les garçons de son école, mais elle n'aime pas les robes et le maquillage. C'est alors qu'un nouveau arrive à l'école le premier jour de la rentrée, et Sido va décider de le séduire mais le nouveau ne semble pas faire attention à elle, du coup elle va vouloir changer de style et devenir féminine, et pour cela Sido va devoir fouiller dans la chambre de sa sœur en toute discrétion car elle ne veut voir aucune personne entrer dans sa chambre : « Pour être franche , je redoutais un peu ce qui m'attendait derrière sa porte. Val  avait entièrement relooké sa pièce, la semaine précédente, et je n'avais pas encore découvert le nouveau décor. Enfin...je suis entrée. (Page 43 et 42)

Le deuxième personnage principal est Vincent qui est l'ami de Sido, c'est même lui qui a offert le badge avec le petit monstre bleu à Sido en guise d'amitié. Le jour de la rentrée, lorsque le nouveau arriva à l'école il vit que Sido n'était pas insensible à son charme et du coup il en devient jaloux, alors il fait la tête à sa meilleure amie : « Mon seul bijou, c'est un badge que mon ami Vincent m'a offert deux ans plus tôt. Dessus, on voit un monstre poilu qui ouvre les bras et dit: « Cherche plus, tu m'as trouvé ! ».

Les grandes caractéristiques de l'écriture:

C'est une écriture plutôt réaliste avec beaucoup de dialogues et un vocabulaire courant.

« -Tu sors en chaussettes, maintenant ?  a-t-il demandé en montrant mes pieds.

J'avais oublié de remettre mes baskets. J'ai haussé les épaules:

  • Ça  me regarde.
  • Il ne te manque plus que les cours de dessin, finalement... » (page 58)

Je n'ai rien à changer dans ce livre, je trouve que l'histoire est très bien comme ça. J'ai bien aimé ce livre car c'est une histoire réaliste et qui pourrait se passé dans la vraie vie. J'ai bien aimé le personnage de Sido, parce qu'elle nous montre qu'il ne faut jamais abandonner son meilleur ami pour un autre garçon et j'ai bien aimé quand sa sœur l’a aidée pour la rendre plus jolie.

Flora, 4B, juin 2015

 

J'ai beaucoup aimé ce livre car il y a du suspence et de l'action.
Ce livre parle d'une fille qui reste tout le temps avec les garçons et qui déteste les filles qui se maquillent, elle est garçon manqué. Un jour un nouvel élève arrive, c'est Matthieu. Elle tombe amoureuse et c'est à partir de ce moment qu'elle est devenue une vraie fille.

Extrait du livre :
"La terreur de la récré...C'est le surnom qu'on m'avait donné en CM2. À l'époque, j'étais la seule fille qui avait le droit de jouer avec les garçons..."
Hortense Cortex vit à Rennes. Elle a peu publié jusqu’à présent, pourtant son premier roman jeunesse Un Cœur au creux de la vague, publié chez Rageot collection Cascade, a été très remarqué. Deux textes chez Je Bouquine ont suivi, l’un d’entre eux, Garçon manqué, est sorti dans la collection « romans » chez Bayard Jeunesse en 2002. C'est celui qui est présenté ici.


Marie C, 5B 29/01/2009

 

 

Partager cet article

Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 20:04
Audren, Le Paradis d'en bas

Titre : Le paradis d'en bas

Auteur : Audren

Édition: L'école des loisirs

Collection : Médium

Genre: Roman

les thèmes: Mystère, famille, amitiés, enquête.

Sur la première couverture, on distingue:

Le Nom de l'auteur: Audren, Le titre du livre: Le paradis d'en bas, l'éditeur: l'école des loisirs, quatre enfants (deux filles et deux garçons) en tenues très décontractées.

Sur la quatrième page de couverture , on peut voir le résumé de ce roman, suivi du nom de l'illustrateur de la couverture: Soledad Bravi, le code barre du livre avec son prix.

Les deux personnages principaux du récit

Léopold : Il est le narrateur. Très agacé du regard de ses parents puisqu'ils ne lui accordent aucun intérêt, sérieux envers son club et ses recherches, ses découvertes réalisées lors de cette enquête qu’il a menée à cœur jusqu'au bout avec ses amis (p.23-24).

Il grandit grâce à cette expérience et ça le transforme. Il est un peu jaloux de Justine, sa petite sœur car toutes les attentions excessives de ses parents se portent sur elle (p.22).

Il crée avec ses amis le CHD (Club des Héritiers Détectives).

Manon Janvier: C'est une fille timide aux longs cils noirs et aux grands yeux mauves. Elle est surnommée Blanche-Neige car elle a 7 frères (page25).

Les caractéristiques d'écriture de ce livre sont réalisme et mystère, avec beaucoup de descriptions puisque le narrateur, Léopold, décrit dans la majorité du livre, ce qu'il pense et les sentiments ressentis pour certains personnages.

L'histoire est racontée avec un vocabulaire courant, d'où sa facilité de lecture.

ex: «Je restai muet, sidéré. Mes parents ne me racontaient pas tout! Encore une fois, la sensation d'exclusion et d'abandon me chatouilla le coin des yeux. Deux minuscules larmes tentèrent de s'en échapper mais je les retins en basculant ma tête vers l'arrière. A cet instant, une projection de compote pomme-banane s'écrasa sur mon front. Maman apprit à Justine qu'il ne fallait pas tenir sa cuillère de la main gauche, mais personne ne me tendit de serviette pour me nettoyer. Exaspéré pas ce manque de considération, je quittai la table. Même au paradis, on m'oubliait parfois.»(p.48-49)

ou « Avec les hérissons écrasés, la jalousie, les cyclones et le doute, le monde ne pourrait être parfait. Le vrai paradis n'existait pas sur terre et c'était tant mieux. Qu'aurions-nous pu espérer autrement? Ici, c'était juste la vie, le paradis d'en bas.»(p.110)

Je trouve que les traits de caractère de certains personnages sont très peu exploités, alors qu'ils sont essentiels pour résoudre ce mystère mais au final, ils ne sont que très peu intervenus dans cette histoire(ex: Holly, Manon...).Si les protagonistes secondaires avaient un peu plus participé et étaient plus exploités, alors il y aurait eu de l'action dans le déroulement de l'histoire.Malgré cela, j'ai bien aimé la fin car je m'attendais pas à cette issue.

J'ai bien aimé ce roman. Il est facile et rapide à lire ainsi qu'à comprendre.

Même si j'aurais préféré que le caractère de certains personnages soit un peu plus développé. J'aurais bien aimé aussi que quelques passages soient un peu plus dynamiques, avec plus d'action et moins de descriptions inutiles. Malgré cela, il reste très plaisant à lire. Je le recommande à ceux qui aiment la lecture simple, facile avec des mystères.

Clémence B 4èD (30/05/2015)

Partager cet article

Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 19:31
L'accident
L'accident

Titre : L’accident

Auteur : Agnès Azza

Édition : GründRomans

Genre : Roman

C’est un Roman qui parle de la vie, de l’adolescence et de la mort.

La première page de couverture est neutre on y voit le titre du livre « L’accident » en dessous on peut voir en petite écriture, cette phrase : « Aujourd’hui j’ai quinze ans trois jours et vingt heures comme mon frère le jour de l’accident… » En bas à droite de la couverture il y a un casque. Et tout en bas de cette couverture l’édition.

La quatrième de couverture est toujours aussi neutre, on revoit notamment le titre du livre. En dessous de celui-ci une phrase donnant l’idée générale du livre : « ça parle de la mort et les adultes ne veulent jamais en parler. » Et non un court texte résumant l’histoire.

Il y a deux personnages principaux :

-Henri est âgé de quinze ans, il se dispute souvent avec sa sœur Vanessa. Il a un scooter. Henri est têtu. Ex : « Ca suffit, vous deux ! Henri, la prochaine fois, pense à en laisser aux autres. » (p.10) il est aussi sarcastique Ex : « Alors là, tu vois, m’a-t-il répondu, j’y ai pas pensé ! »(p.10)

-Vanessa est âgée de onze ans au début de l’histoire, et de quinze ans à la fin de celle-ci. Elle a une amie appelée Patou qui a le même âge. Vanessa se dispute souvent avec son frère, Henri. Elle est superstitieuse. Ex : « Comme avant chaque interro, j’ai fait trois fois le tour de ma chaise comme maman m’a appris pour me porter chance. » (p.15)

C’est une écriture triste, poétique et à la fois réaliste. C’est un roman qui comporte pas mal de dialogues, l’auteur a utilisé un vocabulaire familier, Ex : « Allez, va mourir à Ouagadougou, espèce d’abruti ! p.11 ».

Dans ce livre si j’en avais eu la possibilité, j’aurais changé le passage de l’accident d’Henri, j’aurais rajouté plus de détails sur les circonstances de l’accident, et surtout pourquoi Henri n’avait pas son casque lors de sa chute, alors que lorsqu’il est parti de chez lui, il le portait. Or, le médecin de l’hôpital a affirmé qu’il ne portait pas de casque lorsqu’il s’est fait renverser par la voiture.

J’ai bien aimé ce livre, car j’ai trouvé qu’il était très réaliste. On s’attache facilement à l’un des personnages principaux, Vanessa. Ce livre détaille bien les sentiments ressentis par les personnages. J’ai néanmoins trouvé que ce livre était un peu court, et, que l’on aurait pu rajouter certains passages de l’accident d’Henri.

Anne-Lise, 4D Juin 2015

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs