Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 21:54
Hugo Hector, La Rage au coeur

Titre : La Rage Au Cœur

Auteur : Hector Hugo

Edition : Hachette

Collection : Le livre de poche

Genre : Roman

Le ou les thèmes : Adolescence, famille, amitié, guerre.

Présentation de la page n°1 et 4 :- Première page : Au premier plan une adolescente brune tient en sa ma main une feuille où il y a écrit « Justice ». Au deuxième la façade d’un commerce où est écrit « meubles ».

Quatrième page : Le résumé et à sa gauche une miniature de la première couverture.

Les deux personnages principaux sont Fatimzara et Monsieur et Madame Bedar

Les grandes caractéristiques de l’écriture : C’est un roman qui est réaliste, avec beaucoup de dialogues, l’auteur utilise un vocabulaire courant. Exemples :

« -Bonjour monsieur, nous venons pour les meubles que j’ai acheté pour mes enfants. -Quels meubles ?

-Un bureau et des lits superposés. Je vous ai payé d’avance.

-- Oui, je m’en rappelle. Cela ne va pas chercher très loin.

-Vous deviez nous livrer mais il y a encore rien d’arriver.

-Je suis en faillite. » (Page.44, Dialogue entre Monsieur Frollo et Monsieur Bedar)

« D’autant que le client est sorti du magasin et qu’il écoute tout ce qui se passe. Maudite journée.

- Écoutez il s’agit d’un mal entendu gênant. Je vais vous expliquer. » (Page79, Dialogue entre un client et Monsieur Frollo)

Je n’aurais rien changé à ce roman car je pense que sinon le livre aurait été ennuyeux.

Ce roman n’est pas ennuyeux, car il montre ce que vivent certaines personnes victimes d’arnaques. De plus cette famille était pauvre, et avec l’aide des idées de Fatimzara elle a pu récupérer ses meubles. J’ai donc trouvé ce livre intéressant.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 21:45
Auteur : Béatrice Rouer 
Illustrateur: Thierry Christamann
Editeur et collection: Rageot Cascade

D"après la couverture, j'avais pensé que ce livre avait l'air plein d'humour mais j'ai été déçue. Je l'ai tout de même trouvé intéressant.
Voici un extrait représentatif :
"Effectivement, pour une surprise, ça a été une sacrée surprise! Le nouveau avait un vieux cartable de cuir noir, un pantalon de velours marron à moitié usé, un grand pull gis tricoté main, la pipe à la bouche, une moustache par-dessus, et sur la tête, une casquette bleu marine de loup de mer. C'était mon papy!"

Papy retourne à l'école

Camille, 5B 17/10/2008

****************************************************************************************************************************

Titre : Papy retourne à l'école.

Auteur : Béatrice Rouer

Édition : Rageot Éditeur

Collection : Cascade

Genre : Roman

Thèmes : École, Humour, Mystère, Relation Grand-Père/Enfant

Première et la 4e de couverture : En première de couverture nous pouvons voir le titre, et l’illustration réalisée par Thierry Christmann.

En quatrième de couverture nous pouvons voir le résumé du livre ainsi que la collection et l'édition.

Les grandes caractéristiques de l’écriture : C'est un livre plutôt fantastique avec une écriture courante ou familière. Ex : - Qu'est-ce que vous f... là vous trois ? Page 85

Ce que vous auriez changé à ce livre si vous en aviez la possibilité:

J'aurais rajouté un personnage (un enfant) complice avec les bandits.

Dire en quatre ou cinq phrases ce que vous avez pensé de ce livre :

J'ai trouvé ce livre intéressant, car quand une personne âgée retourne à l'école, avec d'autres enfants, les jeux dans la cour ne sont pas les mêmes.

 

Maxime 4°B 1er juin 2015

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 21:20

Titre : Le Sari Défendu

Auteur : Anne-Marie Pol

Édition : Flammarion

Collection : Flammarion Jeunesse

Genre : Roman

Thèmes : Amitié profonde/ Amour/ Jalousie

Première de Couverture :

Sur la première de couverture L'auteur a voulu nous montrer une page colorée, elle a mis en valeur le titre par des lettres en majuscules écrites en gras de couleurs foncées.

Au premier plan on aperçoit deux jeunes filles d'environ 17 ans regardant toutes deux dans la même direction.

L'image doit être une représentation de "la photographie " où Adèle et Amrita ont posé pour la première automobile de Pondichéry en Inde.

Quatrième de Couverture :

Sur la 4e de couverture on y voit notamment le titre mis en valeur par des lettres majuscules sombres, un résumé assez court avec une question à la fin qui donne envie au lecteur de plonger dans le livre pour y répondre.

On remarque aussi une citation du livre, la collection, l'âge prescrit pour commencer à le lire (ici dès 11 ans) et le code-barres.

Description des deux personnages principaux :

Amrita est la servante de la famille Pontmercy, surtout d'Adèle Pontmercy "elle claque dans ses paumes pour appeler Amrita ; sa servante" (p.14) elle est de nature jalouse et envieuse, "(elle marche pieds nus)"(p.14)porte des " fleurs blanches piquées dans sa tresse noire"(p14) et dort sur une natte tressée "la servante déroule la natte qui lui sert de lit" (p.96). Elle croit en son destin et préfère partir avec celui qu'elle aime "- Emmène-moi, dit-elle." (p.108) pour une nouvelle vie plutôt que de rester avec "sa soeur de lait".

Adèle est une jeune fille à la" chevelure blonde, yeux bleu marine et bouche cerise"(p.18), elle est prête à tout pour obtenir ce qu'elle veut, s'en fiche de ce qu'on peut dire sur elle dans la colonie, or en 1905 l'avis d' autrui sur des familles riches comme celle d'Adèle est important" -Qu'importent les mauvaises langues ? Je n'irai pas au bal." (p.114). Elle est très attachée à sa "sœur de lait" (Amrita) comme on peut le voir à la fin du livre mais elle décide de lui pardonner "comprenant pourquoi Amrita est partie, elle lui pardonne" (p.117),

Les grandes caractéristiques de l'écriture :

Je dirai que le roman a beaucoup de dialogues, on se croirait avec eux, il est très captivant et donne au lecteur l'envie de le continuer il y a plusieurs types de vocabulaire en fonction de la classe sociale, "Fort bien!"(p.20) "Oui, Mam'zelle"(p.35) il est très réaliste et nous rend compte de l'époque en Inde en 1905.

Ce que j'aurai changé si j'en aurais la possibilité :

Si j'en aurais eu la possibilité j'aurais bien voulu avoir une suite " Qu'est-il devenu à Joseph Volcy et Amrita ?" et rajouter quelques chapitres en plus pour savoir ce qu'ils sont devenus et aussi pour que Amrita et Adèle se retrouvent car je suis vraiment restée sur ma faim et je trouve que ça se termine tristement car elles n'auront jamais pu se dire au revoir.

Ce que j'ai pensé du livre :

J'ai beaucoup aimé ce livre car il m'a beaucoup captivée du début à la fin je voulais savoir la suite, il nous fait réfléchir et on se pose beaucoup de questions , c’est également très intéressant de découvrir la vie des Français au tout début du 20e siècle.

Pauline, juin 2015

******************************************************************************************************************************

Nom et Prénom de l’auteur : Anne-Marie Pol.

Titre du roman : Le Sari défendu.

Editeur : Flammarion.

Collection : Flammarion jeunesse.

Nom et Prénom de l’illustrateur de la couverture : Aline Bureau.

Genre du roman : Amour, amitié.

L’histoire se déroule en Inde à Pondichéry en 1905. Adèle est française et riche quant à Amrita, elle est Indienne et pauvre. Elles ont toutes les deux dix-sept ans. Ces deux jeunes filles ont grandi ensemble, mais Amrita est la servante d’Adèle. Elles sont tout de même « sœurs de lait ». Un jour de Pongal, grande fête de la moisson où l’on honore le soleil et la terre, elles assistent à l’arrivée de l’automobile par bateau. Ce jour-là, Amrita et Adèle rencontrent un jeune homme qui se nomme Joseph Volcy. Elles l’avaient déjà croisé auparavant chacune de son côté. Mais les jeunes filles sont toutes les deux amoureuses de lui. Adèle dit à sa sœur de lait qu’elle avait des sentiments pour le jeune homme mais Adèle ne sait pas qu’Amrita l’aime aussi. Puisque Adèle l’aime, Amrita préfère l’oublier et aide son amie à le revoir. Mais la mère d’Adèle ne veut pas qu’elle le voie. Elle lui dit de l’oublier mais celle-ci n’est pas d’accord. La jeune fille décide de lui envoyer une lettre qu’Amrita lui apportera. Amrita va pouvoir le revoir. Joseph va faire bousculer leur vie et leur amitié.

  1. Description d’un personnage :

Amrita est Indienne. Elle a dix-sept ans. Ses parents sont décédés. Elle a été éduquée par sa mère. Amrita travaille chez les Scipion en tant que servante. Elle est timide, aimable, jalouse, bien éduquée ... La jeune fille est sœur de lait avec Adèle sa patronne qui a le même âge. Elle est jalouse d’Adèle car Adèle s’entend bien avec Joseph Volcy. Elle habite chez les Scipion. Amrita est pauvre.

  1. Extrait du roman (p.72,73):

À la cuisine

« À peine Mam’zelle l’a-t-elle convié qu’il est accouru. »

Depuis hier, il aurait pu oublier le rendez-vous, après tout ? Hélas, non !

À l’aide d’un petit maillet, Amrita casse des morceaux du pain de glace (sorti de la glacière), Mam’zelle lui ayant réclamé une boisson bien fraîche pour «  Monsieur Volcy ».

Mam’zelle prend déjà soin de son bien-être.

Mam’zelle est en train de l’amadouer.

La preuve ? Amrita entend rire le jeune homme, assis sur la véranda auprès de son hôtesse…

  • « Sauveur » ? s’étonne-t-il. N’est-ce pas un terme exagéré, Mademoiselle ?
  • Je ne crois pas.

Adèle sourit.

  • Sans vous, j’aurais eu une crise de nerfs. J’ai très peur des singes, vous savez.

Il la croit à moitié. Il a l’impression inexplicable qu’Adèle Scipion n’a pas peur de grand-chose, en dépit de sa blondeur éthérée.

Elle ne craint même pas l’opinion de la colonie française, c’est dire ! La photographie du journal le démontre.

Un bon signe pour Joseph Volcy… 

J’ai choisi ce passage car il montre que  Amrita est jalouse d’Adèle. Mais elle ne le montre pas et Adèle essaye d’amadouer Joseph.

L’illustration de couverture :

On voit à gauche Amrita et à droite Adèle. On les différencie à leurs vêtements. Amrita est pauvre et Adèle est riche. Elles regardent toutes les deux soit l’arrivée de l’automobile soit Joseph Volcy.

Je trouve que l’illustration de couverture correspond à l’histoire. Elle montre bien la richesse et la pauvreté des deux jeunes filles.

Mon avis sur le livre :

J’ai trouvé le livre assez intéressant car il n’y avait pas beaucoup de suspense et d’action. J’ai tout de même bien aimé car c’était une histoire d’amour. Il montre qu’en étant riche et noble on n’obtient pas forcément tout ce que l’on veut. Il montre aussi quelques traditions comme le sari. Le sari rouge est signe de prospérité. Ce roman était très rapide à lire.

Noémie C 4D, 15/12/15

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 17:05

TITRE: Nos étoiles contraires

AUTEUR: John Green

EDITION: Nathan

COLLECTION: Roman grand format

GENRE: Roman

THEMES: Amitié, histoire et amour

La première de couverture est dotée d'un fond bleu. Par dessus on peut remarquer deux nuages: l'un est noir comportant le titre du roman qui est écrit en blanc et l'autre nuage est blanc avec le nom de l'auteur écrit en noir. Cette première de couverture donne aussi l'avis de «Entertainment neekly» et mentionne l'autre livre qu'a écrit John Green. La quatrième de couverture quant à elle comporte l'avis de plusieurs personnes (auteurs, lecteurs, magazines,...).

Les personnages principaux de ce livre sont: -Hazel Grace Lancaster: Jeune fille âgée de 16 ans (p.15) Atteinte d'un cancer de la Thyroïde, avec des métastases dans les poumons (p.15)! Cheveux courts, joues de hamster effet secondaire au traitement), ballon en guise de tête, cheville d’éléphant(p.18-19) Timide(p.22)

Augustus Waters: Grand, musclé, tout en longueur . Les cheveux acajou, raides et courts (p.18) Dix-sept ans (p.20) Atteint d'ostéosarcome (p.20) Il a peur de l'oubli (p.21), il boite (p.23) car il a perdu une jambe(p.128)

L'écriture de ce roman est réaliste avec un vocabulaire courant, il y a aussi beaucoup de dialogues «Quoi qu'on lise sur le cancer (brochures,sites internet ou autres),on trouvera toujours la dépression parmi les effets secondaires. Pourtant, la dépression n'est pas un effet secondaire du cancer.» (p.13), cela illustre l'écriture réaliste de ce roman ou «-Je n'ai pas gardé mon vœu, ai-je dit.

-Ah! s'est-il exclamé avant de marquer une pause bien calculée. Mais moi j'ai gardé le mien.

-Ah bon?[...]

-Je l'ai eu en échange de ma jambe, a expliqué Augustus.

Mais ne vas pas t'imaginer que je te donne mon vœu . J'ai moi aussi envie de rencontrer Peter Van Houten. Sauf que je ne vais pas le rencontrer sans la fille qui m'a fait connaître son livre!» (p.99) illustre le fait qu'il y a beaucoup de dialogue dans ce roman.

Je trouve qu'il n'y a rien à changer dans ce roman. Il illustre parfaitement la réalité de la vie en passant par les moments difficiles et heureux. On peut aussi remarquer que l'on peut réaliser ses rêves dans la vie quoi qu'il arrive.

Ce roman est certes un roman sur la maladie, le cancer, les déceptions, mais pas que... car, il y a aussi l'amour, l'amitié, les questionnements sur l'existence elle-même. J'ai aussi trouvé ce livre un peu triste, il reflète l'amour et la vie. Les émotions, riches sont évidement présentes à chaque page. John Green a mêlé à la fois les joies et les peines, l'humour et les larmes, la tendresse et la violence de la maladie. J'ai trouvé ce livre intelligent, poignant et sensible car l'auteur a réussi à mêler plusieurs sentiments différents!

VICTORINE 4eme B

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 16:46
Cantin Marc, Moi, Félix, 10 ans, sans papiers

Titre : Moi, Félix 10 ans sans papiers

Auteur : Marc Cantin

Edition : Milan

Collection : Junior

Genre : (roman/nouvelle/poésie/théâtre/…)/ Roman

Le ou les thèmes (adolescence, famille, amitié, guerre, histoire, …) C’est une histoire sur la clandestinité

Sur la 1ère de couverture, on peut apercevoir une maman Ivoirienne clandestine avec ses trois enfants qui posent devant le drapeau français. Sur la 4ème de couverture, on peut apercevoir une carte d’identité française avec la photo de Félix, l’un des enfants.

Parmi les personnages principaux, il y a Félix, c’est un garçon de 10 ans, clandestin, qui arrive à Brest où il ne connait que son oncle et sa tante. Il est courageux, il aime les aventures et il est intelligent. « Félix est né avec le sens de l’orientation, il ne peut pas se perdre. » (P.34) « Pour ne jamais perdre son chemin, il faut penser comme un lion. Un lion ne se perd jamais, il sent les sources sous le sable et connait milles indices pour trouver la gazelle. C’est papa qui m’a appris à penser comme un lion. » (P.35)

L’oncle de Félix : Parce qu’il est très gentil, il lui donne de l’argent pour pouvoir quitter Brest et acheter un billet de train car il est recherché et il doit partir à Rennes pour rejoindre d’autres personnes qui pourront l’aider. « Une voix dans un haut-parleur leur dit qu’il va partir. L’oncle Massoudé me serre dans ses bras. Tu verras c’est des gens très bien, des Ivoiriens comme nous. » (P.110)

C’est un livre écrit à la première personne et au présent, il est facile à lire et on y trouve quelques mots Ivoiriens expliqués en fin de livre. (P.45) « La foret, les animaux qui s’y cachent et font entendre leur cris, les routes, les pistes les champs de bananiers, de caféiers, et de cacaoyer, les maisons des Sénoufos aux portes sculptées, les poètes et les *griots que l’on écoute sans jamais cligner des yeux… »

*Griots : conteur, musicien, poète, gardien de la mémoire d’un groupe ou d’un peuple, qui se déplace généralement de village en village.

« Et il est inconcevable de préparer un *mafé sans oignons. »

*Mafé : Plat africain à base d’arachide, d’ail, d’oignon, de tomate et de thym. Il est servi par exemple avec du mouton. »

Si je pouvais changer, je changerais la fin pour qu’il puisse retourner avec sa famille et puisse avoir des papiers français.

J’ai adoré ce livre car ce garçon (Félix) m’a beaucoup touchée. Ce livre est très réaliste sur la vie des clandestins. Il est facile à lire et à comprendre. Ce livre donne du suspense du début à la fin. Il est joyeux et triste à la fois. On ne s’attend pas du tout à la fin.

Laura 4ème B

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 19:22

Titre: Petite Lune

Auteur : Joëlle Busuttil

Édition : SYROS jeunessepetite-lune-joelle-busuttil-9782748500196.gif

Collection : jeunesse

Genre : roman

Thème : Politique de l'enfant unique en chine

Présentation de la 1ere de couverture :

Sur cette page on voit deux femmes chinoise, une jeune femme et une autre plus âgée se tiennent face à face dans une pièce où se trouvent des meubles en bois et une machine à coudre. Les 2 femmes regardent le bébé que la jeune femme tient dans ses bras. Une porte est ouverte au fond de la pièce.

Présentation de la 4ème de couverture :

Sur cette page on voit une jeune fille chinoise assise au bord d'un lit avec des livres ouverts devant elle qu' elle ne regarde pas. Sa tête est tournée vers la gauche et son regard semble ailleurs.

Caractéristique d'écriture :

L'écriture est très réaliste car le livre est inspiré d'une histoire vraie

« Bien sûr que non, mais il faut sa signature pour que l’enfant soit adopté et il donnera. Je crois même qu’il est content que Xiaoyue ait plus de chance dans la vie que lui-même n’en a eu, ajoute Lan pensive. » page 79 lignes 6 à 10

Ce que je voudrais changer :

J'aurais rajouté un épisode à la fin pour connaître l'avenir de Xiaomei car on connaît déjà l'avenir de sa petite sœur. Le lecteur reste sur sa faim concernant Xiaomei.

Mon avis :

 J’ai bien aimé ce livre car il raconte une histoire inspirée de fait réels et nous montre la dureté de la vie des femmes en Chine et les inégalités entre les hommes et les femmes.

                                                                                                          Clément  4B Juin 2015

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

            

Titre : Petite Lune

Auteur : Joëlle Busuttil

Éditeur : Syros jeunesse

Date : Décembre 2004

Genre : fiction à valeur documentaire (social et politique)

Résumé : C’est l’histoire d’une collégienne chinoise appelée Xiaomei. Un jour en rentrant chez elle, elle voit sa mère, Li Depo, couchée sur le seul lit de la maison. Sa mère semble souffrir. En effet, depuis longtemps Li Depo attend un bébé car son époux, Chen Dugan, veut un fils.  Xaomei va donc prévenir sa voisine, Lü Songan. C’est une femme un peu plus jeune que sa mère et qui vit toute seule avec son bébé de huit mois. Alors Lü Songan accompagnée de Xaomei va prévenir Ma Jiangsi, un vieil homme qui habite dans l’immeuble lui aussi et qui possède une carriole qu’il tire avec son vélo. Le vieil homme emmène Li Depo jusqu’à  l’hôpital sous les yeux de Xaomei et de Lü Songan. Pendant quelques jours, Xaomei va chez Li Depo manger car son père ne rentre qu’à neuf heures du soir.

Mais une nuit son père la réveille pour l’emmener à  l’hôpital car sa mère vient d’accoucher mais son père a l’air déçu et une fois à l’hôpital Xaomei voit que l’enfant est une fille. Une nuit elle entend son père et sa mère se disputer car son père veut garçon et non une fille et veut alors tuer la petite sœur de Xaomei. Alors pour quelque temps Li Depo va vivre chez la grand-mère de Xiomei. Et un jour Xaomei rencontre le grand Xiong (elle l’aime en secret) et ce dernier lui conseille l’adoption du bébé mais Xaomei ne veut pas quitter sa mère car elle serait triste que sa petite fille aille chez des étrangers. Alors Xaomei en parle à Lü Songan et elle appelle une amie qui travaille dans un hôtel et qui a une correspondante allemande et un jour elle leur annonce qu’elle a trouvé des Allemands pour l’adoption du bébé et que Chen Dugan est d’accord pour signer pensant que sa fille aura un meilleur avenir que lui. Alors Xaomei va prévenir sa mère et elle est d’accord elle aussi. Le jour de l’adoption, tout se passe bien et Li Depo est si heureuse que les Allemands les aient invités à venir quand ils le souhaitent, pour voir leur fille.

Mon passage préféré page 79 ligne 8 à 11

-Bien sûr que non, mais il faut sa signature pour que l’enfant soit adopté et il donnera. Je crois même qu’il est content que Xiaoyue ait plus de chance dans la vie que lui-même n’en a eu, ajoute Lan pensive.

Avis personnel : J’ai aimé ce livre car il raconte une histoire directement inspirée de la réalité.

Lucien, 5e C, Mars 2013

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

Titre : Petite Lune

Auteur : Joëlle Busuttil

Éditeur : Syros jeunesse, 2002

Genre : roman

Thèmes : adoption, enfant unique, Chine

 

Le sujet : Les parents de Xiaomei veulent avoir un deuxième enfant, un garçon. Au collège, tout le monde se moque d'elle car en Chine, on n’a le droit d'avoir qu'un seul enfant.

Quand sa mère Li Depo accouche, c'est malheureusement une fille. Son père Cheng Deguan est très en colère et veut tuer la tuer.

Li Depo va alors se réfugier chez sa mère. Xiaomei est triste et se demande ce que va devenir sa sœur Xiaoyue (Petite Lune)…

 

Passage choisi : p. 39-40

            - C'est une petite fille ! annonce Li Depo, le visage creusé.

            Cheng Deguan  tourne les talons et sort de la pièce. Xiaomei se jette sur sa mère et fond en larmes. Li Depo se met elle aussi à pleurer.

            - Maman, Maman !

            - Les bébés sont dans une chambre à part, viens, je vais t'emmener voir ta sœur ! dit Li Depo, ravalant ses larmes.

            Dans le couloir, elles croisent Cheng Deguan qui fait mine de ne pas les voir. Li Depo passe devant lui, serrant sa fille contre elle, comme pour se protéger.

 

Remarque sur ce passage : J'ai choisi ce passage car on voit que ce moment  (la naissance d'un enfant) qui aurait dû être heureux ne l'est pas du tout car c'est une deuxième fille. La mère pleure et le père sort de la pièce puis « fait mine de ne pas les voir ».

 

Jugement personnel : J'ai bien aimé ce livre car il reflète la réalité. En Chine, tout le monde n'a pas la chance d'aller à l'école. Les filles sont moins importantes que les garçons à cause des rites liés à la mort. Xiaomei défend sa sœur et je trouve ça gentil de sa part.

 

Bleuenn, 5C, avril 2013

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 19:04
Royer Alain, Papa, moi... et moi !

Titre : Papa, moi … et moi !

Auteur : Alain Royer

Edition : Oskar Jeunesse

Collection : Cadet Roman

Genre : Roman

Le thème : la famille

Présentation de la première de couverture :

La première de couverture présente 4 personnages : un homme, une femme et deux filles.

Le père a l’air de gronder la jeune fille tandis que la femme est en train d’écouter derrière le père en le tenant par la taille ainsi que l’autre fille.

L’adolescente qui a l’air de se faire reprendre par son père fait une mauvaise tête.

La première de couverture correspond au titre.

Présentation de la quatrième de couverture :

Sur la quatrième de couverture, on peut lire le résumé. En arrière-plan, on peut apercevoir la même illustration que sur la première couverture en rose fuchsia. On voit aussi l’édition du livre, le titre, l’illustrateur, l’auteur, la collection, l’édition et l’âge du lecteur qui peut être âgé de 8 à 88 ans.

Les grandes caractéristiques de l’écriture :

Ce roman est plutôt réaliste car ce sont des parents qui divorcent et aujourd’hui c’est assez courant dans la vraie vie.

Il y a beaucoup de dialogues : « ça va me venger de toutes les vieilles guimbardes de mon enfance » page 7.

Mais aussi du vocabulaire assez soutenu :

« Pardon, Pardon, a fait la grosse dame en battant en retraite » page 15.

Les deux personnages principaux :

Les deux personnages principaux dans l’histoire sont le père et la fille qui s’appelle Cléo.

Cléo, triste : « j’ai pleuré une semaine du matin au soir » page 3

Cléo, rigolote : « alors, j’ai éclaté de rire » page 4.

Cléo, sauvage : « je lui est volé dans les plumes comme une hyène. Je lui ai griffé la joue puis je l’ai poussée si fort qu’il est tombé en criant » page 42.

Le père, plaisante : « Papa m’a fait monter à l’arrière en plaisantant » page 7.

Le père, têtu : « Papa est têtu comme une mule » page 12.

Le père, blagueur : « Veux-tu ne pas manquer de respect à tes ancêtres ! a répliqué papa en pouffant de rire » page 75.

Le père, excité : « Papa était plutôt surexcité depuis une semaine » page 81.

Ce que j’aurais changé à ce livre si j’en avais la possibilité :

Je supprimerais des personnages car je trouve que dans ce roman le père ne pense souvent qu’aux femmes.

Ce que j’ai pensé de ce livre : Ce livre se lit assez rapidement quand on est intéressé par l’histoire mais il est quand même assez ennuyant car cela parle souvent de la même chose. Cependant il présente un certain humour. J’ai apprécié la lecture mais trop lassante.

Cathy 4D, juin 2015

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 18:34

Titre : Le miroir se brisa

Auteur : Agatha Christie

Édition: Le livre de poche

Collection : Le livre de poche

Genre : roman policier

Le ou les thèmes (adolescence, famille, amitié, guerre, histoire, …)

- amour, célébrité, fascination, admiration, caprice, idole, meurtre, famille, dissimulation, rancune, vengeance.

La première de couverture

En haut figure :

  • le nom de l'auteur : Agatha Christie
  • le titre de livre : le miroir se brisa

En bas à droite : l'édition

  • le livre de poche

Au premier plan, je distingue une image d'une jeune femme chic s'observant dans le miroir.

La quatrième de couverture (nous donne plus de renseignements sur le livre).

En haut à gauche, je distingue l'image d'une jeune femme chic s'observant dans le miroir:

  • le nom de l'auteur : Agatha Christie
  • le titre de livre : le miroir se brisa

En haut, à droite de l'image : le synopsis.

Ce résumé nous plonge dans un thriller époustouflant, angoissant, mystérieux et dramatique.

Le meurtre de Heather Badcock tient en haleine les lecteurs du début à la fin.

En bas à gauche, je vois le code barre, au milieu : code prix, en dessous dépôt légal Impr. 4988,5 édit. 3114 4/1987.

Sur le côté le nom de l'illustrateur.

Les deux personnages principaux du récit sont :

* Heater Badcock et Marina Gregg :

- Heater Badcock : secrétaire de l'association des ambulanciers de St -Jonn à Gossington Hall.

- Mrs Badcok! (Le vicaire se retourna, verre en main. L'infatigable secrétaire de l'association. Que deviendrait St-Johnn sans elle?)

Heather Badcock a croisé Marina Gregg aux bermudes :

- Vous ne me reconnaissez pas ? Demanda Heather Badcok, souriante. Comment le pourriez-vous, avec les centaines de gens que vous rencontrez ? Souvenez-vous … Aux Bermudes)

- Marina Gregg : mais oui (Marina était toujours charmante et enjouée).

-Mrs Badcok : Moi, je m'en souviens parfaitement dit Heater Badcok. J'étais si heureuse ! Ravie de voir Marina Gregg, la grande actrice !

P37

Les grandes caractéristiques de l’écriture : il y a beaucoup de dialogues, le niveau de langue est courant) :

1) - Jason RUDD s'était levé et marchait de long en large.

  • (Si je pouvais éloigner Marina d'ici … Sans délai …)
  • Abandonnez le film ? Mais, pensez un peu … Il éleva la voix.
  • La seule chose qui m'importe est Marina. Ne le comprenez-vous pas ? Elle est en danger. Je ne pense qu’à cela.
  • Il faut que j'aille chercher mon pulvérisateur.

Page 146

 

2)- Je vois dit Miss Marple … Pas autant que je le désirerais. Mais si seulement je savais pourquoi elle a abîmé sa robe neuve.

  • Qui ? Mrs Badcok ?
  • Oui, cela me paraît tout à fait curieux … Inexplicable. Mon Dieu, je dois être stupide.

Page 166

 

 

Ce que j’aurais changé à ce livre si j’en avais la possibilité :

J'aurais fait intervenir Miss Marple, détective amateur, plus souvent dans l'enquête, pour le meurtre de Mr Heater Badkoc.

A certains changements de chapitre, il est difficile de comprendre le rôle de certains personnages dans l'histoire. Il faut souvent revenir en arrière pour comprendre le nom et le rôle de chacun. Si j'avais à le réécrire, je le traduirais plus simplement tout en laissant planer le mystère.

Ce que j’ai pensé de ce livre.

Ce livre est intriguant, plusieurs personnages sont soupçonnés de meurtre.

Ce livre est mystérieux, dramatique, car plusieurs crimes ont été commis et de nouveaux rebondissements interviennent à chaque fois.

C’est un thriller époustouflant, qui nous tient en haleine jusqu'au bout.

Il nous démontre que la vengeance peut parfois mener au meurtre.

Loana 4ème B juin 2015

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 18:10

Titre: Le loup de Manigod.

Auteur: Françoise Grard.

Édition: Maxi-livres, 2005.

Collection: Maxi-poche jeunesse.

Genre: roman.

Thèmes: énigme, mystère et enquête.

1ere de couverture:

Il y a Mathilde et son Louis et au loin il y a leur hôtel.

4eme de couverture:

Il y a l'image de la 1ere de couverture, il y a le nom de l'auteur, le début du résumé, le titre, le prix et le code barre.

Les personnages principaux:

Mathilde et Louis sont frère et sœur, ils ont invité un ami Frédéric.

Passage: «Mathilde, son frère Louis et leur ami Frédéric espèrent passer à Manigod d'heureuses vacances » (dans le résumé).

Les grandes caractéristiques de l'écriture:

Le livre est fantastique, il y a peu de dialogues et de description, il est employé un vocabulaire courant.

Les changements du livre:

J'aurai parlé plus du loup et j'aurai fait parler plus Gabriel.

Mon avis: Le livre je l'ai bien compris. J'aurai aimé que l'on parle plus du loup et de la mère des de garçons Gabriel et Ambroise. Il y a quand même du suspens, du mystère et de l'enquête et j'adore ça.

Élodie  4B, 1er juin 2015

****************************************************************************************************************************

Auteur : Françoise Grard

Illustrations ; Hélène Usdin

Editeur : Actes Sud junior

Collection : Les premiers romans. Cadet polar


Une jeune fille ,Mathilde a notre âge . Elle a un frère qui s'appelle Louis. Un jour, ils partent en vacances avec leur ami Frédéric, ils espèrent trouver le soleil mais non. Mathilde rencontre deux jeunes garcons Ange et Ambroise . c'est étrange : ils ont peur. Pour les sauver, Mathilde doit affronter le loup en haut de la montagne. Pour cela, ils dorment tous à l'hotel et le lendemain matin, Mathilde va affronter le loup...

J'ai bien aimé ce livre il n'y a pas de mots difficiles .

Margaux, 5B, 3 mai 2009

******************************************************************************************************************************

La dédicace de l'auteur

Pour écrire ce roman, le deuxième tome de la série qui met en scène Mathilde, Louis et Frédéric, j'ai été très tentée de prendre pour cadre un pays cher de Haute-Savoie, la vallée de Manigod. Dans ce cadre idyllique, m'est venue l'idée de confronter mes héros aux agissements sournois d'un médecin offrant toutes les apparences de la respectabilité. Une fois de plus, c'est l'intuition de Mathilde, plus qu'une déduction objective, qui va les lancer au secours de deux enfants livrés à la malveillance d'un homme au bord de la faillite et qui profite de l'influence déloyale qu'il exerce sur leur mère pour les entraîner dans sa fuite.
Les héros doivent alors faire la preuve de la malhonnêteté du Docteur Desroy, alors que celui-ci est protégé par la considération générale.
La situation de Mathilde et de ses deux compagnons n'est pas rare : leur condition d'adolescents les laisse sans crédit auprès des adultes. Si forte que soit leur conviction, elle ne fait pas le poids avec l'autorité médicale. Ils doivent donc se battre seuls pour sauver Ambroise et Gabriel. Finalement, seule une fuite hasardeuse, la nuit, sur les sentiers de montagne, tandis que «le loup» est à leur trousses, leur permettra d'arriver à leurs fins.
Car c'est par compassion et solidarité pour «plus petit que soi» que Mathilde trouvera en elle la force et l'opiniâtreté qu'elle n'aurait pas eues pour sa propre sauvegarde.


Françoise Grard

 

La présentation de l'éditeur

Ce n'est pas parce que l'on passe ses vacances au fond d'une vallée retirée des Alpes que l'on n'a aucune chance d'y rencontrer mystère et aventure : Mathilde et Frédéric ont fort à faire, cet été-là, pour percer le secret d'un inquiétant médecin et aider deux jeunes enfants aux yeux tristes. Au détour des sentiers de randonnée, le danger les guette...

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 21:30
Brisou-Pellen Evelyne, Le Maitre de la septième porte

Le titre du livre que j’ai choisi est « le maître de la septième porte ». Il a été écrit par Evelyne Brisou-Pellen. Ce livre est un roman édité par RAGEOT et sa collection est Cascade. Ce roman a plusieurs thèmes : la famille et la guerre.

Sur la première de couverture, on voit un jeune garçon aux cheveux blonds et longs qui se nomme Kélacien (ou Kéla). Il s’apprête à sortir son épée de son fourreau. Derrière lui, on aperçoit Silien, son grand-père accoudé sur un rocher, en difficulté, affaibli. Enfin en arrière-plan, on voit un château situé sur une falaise et séparé de la terre par une cascade. Il n’y a aucune illustration sur la quatrième de couverture.

Les deux personnages principaux du récit sont Kéla et Silien. Ce dernier est très vieux, il a de longs cheveux blancs, une barbe, son crâne est dégarni. « Alors Silien s’était redressé lentement sur sa houe. Il était trop vieux maintenant. Ses cheveux blancs tombaient sur ses épaules et son crâne était dégarni. Même ses mains parcheminées, ses doigts décharnés disaient leur âge. » (Page 5). « Silien passa ses doigts dans sa barbe, les agrippant aux poils blancs comme il faisait toujours quand il réfléchissait. ».(Page 7) Kéla est, contrairement à son grand-père, très jeune. Il a les cheveux blonds et longs et des yeux noirs et profonds. « Et l’enfant était si jeune encore. »(Page 5). « […] l’enfant blond avait pâli. » (Page 5). « L’enfant leva ses yeux noirs et profonds vers lui. » (Page 7).

L’écriture de ce roman est fantastique avec un peu plus de descriptions que de dialogues et avec un vocabulaire plutôt courant. « Déjà les liens l’enserraient de toutes parts. Il arrivait encore à un peu à remuer ses doigts, mais Kéla me bougeait plus. Ils étaient perdus. Les chenilles tisseuses avaient fini leur nid. Elles s’y étaient lovées tout contre le corps de l’humain qu’elles avaient emprisonné dans leur cocon et qui leur servirait de nourriture pendant le long hiver où elles se transformeraient. » (Page 31 et 32). « Sans rien ajouter, Fatar éleva ses bras au-dessus de lui, ses mains comme des serres. La rivière se mit à bouillonner, puis le courant s’inversa d’un coup puis le radeau fut entraîné vers l’arrière, tanguant dans les remous avec ses deux passagers allongés sur le bois, s’accrochant de toute leur force aux lianes d’attache. » (Page 60 et 61)

Si j’en avais eu la possibilité, j’aurais rajouté un personnage (un guerrier) qui aurait aidé Kéla et Silien dans leur périple jusqu’au château. Cela aurait permis aux deux héros de pouvoir avancer plus vite mais aussi d’arriver au château avant les Olmèdes

J’ai trouvé ce livre passionnant car j’aime beaucoup les romans fantastiques et celui-ci m’a beaucoup plu. J’ai aussi trouvé ce livre un peu ennuyant car pour moi, il y avait trop de descriptions et pas assez de dialogues. Mais il y avait quand même un peu d’action mais peut-être pas assez de scènes de combat.

Ronan, 4B, juin 2015

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs