Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 17:09

sacha-macha-rachel-hausfater-douieb-yael-hass-L-1--1-.jpegLivre : De Sacha à Macha

Auteurs : Rachel Hausfater-Douieb et Yaël Hassan

De la collection de Flammarion

Sujet : C’est l’histoire d’un garçon, Sacha qui est en 4ème  et qui vit seul avec son père. Sacha est un garçon assez mystérieux et renfermé. Il envoie des e-mails par internet à des personnes imaginaires jusqu’au jour où Macha lui répond. C’est une jeune fille qui est en 3ème  et qui est bavarde.

Au fil des jours, Macha et Sacha vont échanger des messages et apprendre à se connaître. Sacha est triste à cause d’un secret que son père lui cache. Ils se font beaucoup de confidences et se soutiennent alors qu’ils ne se connaissent à peine, mais Macha va lui redonner la joie de vivre. Il va apprendre la vérité et renouer des relations avec son père. Sacha sait que sa mère est russe et qu’elle s’appelle Macha.

 Son père décide de partir de voyage en Russie dans la ville de naissance de Sacha et peut être qu’ils feront des recherches pour retrouver sa mère.

 

Jugement personnel : Ce livre raconte une belle histoire d’amitié.

   Compte rendu de Camille E, 4ème A, 24/10/2012.

*****************************************************************************************************

Pierre M********

Lecteur

mc.m@dorange.fr

 

                                                                                           le 05/02/16 à St-Donan

 

                                                                                          à :Rachel Hausfater                     

                                                                                             auteure du livre

                                                                                             

Objet: critique de livre

 

                Chère auteure,

 

               Je me permets de vous écrire pour vous faire part de quelques critiques.

               Certains passages m'ont touché par exemple la réconciliation de Sacha avec son père car après l'avoir considéré comme un monstre, il le trouve très gentil. D'autres au contraire m'ont déçu : à la fin du livre, j'aurais aimé savoir qui était la mère de Sacha et qu'ils reforment leur famille. L'intrigue m'a surpris.

               Je voulais aussi vous faire part du comportement des personnages. Je trouve Sacha bien têtu car il s’entêtait à croire son père méchant et Macha très énergique. J'ai pu m'identifier à eux car ils avaient presque mon âge. C'est aussi pour cela que le livre est agréable à lire et le vocabulaire à la portée de tout le monde.

                 En espérant que vous comprendrez mes critiques, je vous souhaite le succès pour ce livre. À bientôt pour un nouveau livre.

                                  

                                                                                         Pierre M***********

Repost 0
Publié par Camille E, 4A, Pierre, 4A - dans H
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 13:00

Auteur : Evelyne Brisou-Pellen
 Titre : les 5 écus de Bretagne
 Edition : Hachette jeunesse 
Collection : Livre de poche jeunesse
 Date : 1998
 GENRE : Roman historique.
 THEME PRINCIPAL : La vie quotidienne au moyen âge.
RESUME :EN 1469, Guillemette Landais, jeune fille de 13 ans, part vivre chez son grand-père à Rennes, suite au décès de son père. Quand, elle arrive à Rennes, son grand- père ignore son existence. Il décide de l’appeler Philippa, pour ne pas éveiller les soupçons, elle travaille donc avec lui, dans sa boutique qui se nomme « les écus de Bretagne ». Guillemette décide de faire des recherches sur son père, et s’embarque dans une grande aventure faite de rencontres et de découvertes. Elle rencontre Estienne et Lucasse, des employés de Messire Boisguérin. Pendant son enquête, elle apprend que son père avait caché son existence à son grand-père. Et aussi que son grand-père n’est en réalité que le frère de son grand-père et qu’il l’avait adoptée. 
PASSAGE REMARQUABLE : Page 16.« Ma grand-mère est morte, messire, et mon père aussi.- Votre père… »La mâchoire de la jeune fille se crispa un peu. Le ton du vieil homme s’était fait interrogatif. Elle dit :« C’est tout, messire Boisguérin. Ils étaient ma seule famille, avec vous.- … Que voulez- vous dire ?- Messire Boisguérin, mon père Philippe était le fils unique de Guillemette Landais. Unique, vous comprenez ? Jamais elle n’a eu d’autres enfants, jamais elle ne s’est mariée. »
C’est mon passage préféré de l’histoire, car on apprend que la jeune fille tenait beaucoup à son père et que Messire Boisguérin a un peu mauvais caractère. 
JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL :Je n’ai pas trop aimé ce livre car l’histoire était un peu bizarre, et qu’elle était en langage soutenu. Guillemette doit changer de prénom, elle apprend la mort de son père, elle a un grand père adoptif… Il y a beaucoup de rebondissements.
 Maëlle 5C, 26 novembre 2012 

utlign9-copie-1

Auteur : Évelyne Brisou-Pellen

Titre : Les cinq écus de Bretagne

Éditeur : Le livre de poche jeunesse

Date : juin 2008

Illustrateur : Bruno Pilorget

 Genre : Roman historique

Sujet : C’est une fille qui va chez son grand-père car son père est  mort. Cette fille s’appelle Guillemette et son grand-père ne savait pas qu’elle existait. Guillemette doit se faire appeler Philippa pour que personne ne sache qu’elle existe.

Extrait choisi, Pages 10 et 14.

« Elle  frappa de nouveau.la porte ne s’ouvrit pas, ni le volet, mais une voix soudain lui parvint d’en haut :

-C’est fermé voyons !

Elle leva  la tête d’un mouvement de surprise inquiète, elle recula un peu.

-C’est fermé ! Ne savez-vous point que nous sommes dimanche ? Revenez demain.

-Monsieur, osa la jeune fille d’une voix mal assurée, il faut que je vous parle.

-Cela ne peut-il pas attendre ?

-Vous êtes bien monsieur Boisguérin, le miseur ?

-Bien sûr que désirez-vous ?

-C’est que… Je ne peux vous le crier par la fenêtre.

Monsieur Boisguérin la fit rentrer.

Et elle lui dit :

-Mon père est mort. Et c’est toi mon grand-père… » .

Je trouve que ce passage est bien car il explique que son père est mort, que c’est monsieur Boisguérin son grand-père et tout le chemin que Guillemette a fait pour arriver à Rennes. 

Jugement personnel : J’ai bien aimé cette histoire car elle raconte la vie d’une jeune fille au Moyen-âge, les guerres qu’il y avait entre deux camps. Mais j’ai eu du mal comprendre car il y avait les mots anciens comme pas = point et les mots étaient mis dans tous les sens.

Clémence M, 5C, 24/10/2012

utlign1

Auteur: Evelyne Brisou-Pellen
Editeur: Hachette jeunesse
Collection: Livre de poche jeunesse
Genre: Roman historique
Thème Principal: Une jeune fille orpheline à Rennes au Moyen-Âge

  Personnages:
-Guillemette Landais= Philippa
-Messire Jamet Boisgérin et son apprenti Estienne
-Gilles Boisguérin et sa fille Béatrice
 
Résumé:En 1469, Guillemette  perd son père qui était garde du Château de Fougère et à l'âge de 13 ans elle devient orpheline. Elle part alors voir le trésorier de la ville de Rennes, Messire Boisguérin. Il lui réserve alors un accueil un peu bizarre et lui demande de prendre un nouveau prénom : Philippa pour masquer son existence.Sachant lire et écrire elle aide Messire Boisguérin à faire tourner sa boutique"Les écus de Bretagne". 
Une servante nommée Lucasse et un apprenti nommé Estienne travaillent aussi pour Messire Boisguérin.
Guillemette nommée Philippa  décide enquêter  sur la mort de son père, elle pense que Messire Boisguérin est son grand-père et qu'il a organisé le meurtre de son propre fils par des tueurs à gages. Elle découvre par la suite que son grand-père ignorait son existence. 
  
Passage du livre choisi: "[...] Jamais juqu'à ce jour , Philippa n'avait touché de fourchette, jamais non plus elle n'avait mangé dans une assiette d'argent ouvragé, entre des plats du plus bel étain, aussi beau, et même peut-être plus, que ceux qui l'avaient toujours impressionnée, dans la grande salle du chateau[...]"
 Ce que je n'ai pas aimé : Au début ce que l'on apprend est triste car c'est la mort du père de Guillemette .
  Ce que j'ai aimé :  C'est d'apprendre comment était Rennes au Moyen-Âge.

Morgane LR, 5C, 13/10/12
utlign9

Auteur : Evelyne Brisou-Pellen

Thème principal : Le Moyen-Age

Résumé : En été, une fille, Guillemette Landais vient de perdre son grand-père. Mais son père ne l’a pas laissée sans trace de son grand-père, il lui avait indiqué qu’il était le  « miseur de Rennes ».

Il lui avait envoyé une lettre pour le prévenir de son arrivée, or le messager s’était trompé d’adresse et avait donc livré la lettre au frère du miseur de

Rennes (l’actuel miseur) car ils portent le même nom de famille.

Ce frère  avait une fille un peu plus jeune que Guillemette et donc la seule héritière officielle de son père mais aussi de son oncle. Elle, ne voulait pas de tout cet argent mais son père voulait qu’elle l’ait !

Alors quand il reçut la lettre de son fils, le père de Guillemette, fut fou de rage et engagea des gens pour le tuer....

 

Jugement critique personnel : Ce livre raconte l’histoire d’une fille qui souhaite retrouver son grand-père. Mais le chemin pour y arriver est semé d’embuches, de larmes et de mensonges. Donc j’ai aimé car ce livre raconte la vie quotidienne des habitants de Rennes au Moyen-âge.

Clarisse L, 5C, 18/10/12

 utlign9
Titre : Les Cinq écus de Bretagne
 Auteur : Evelyne Briosou-Pellen 
 Illustrateur : Bruno Pilorget 
 Edition et collection Hachette jeunesse 

Résumé : vers le début de l'été 1469, une jeune fille nommée Guillemette, dont le père est décédé, va rejoindre son grand-père, qui ne sait pas qu'il a une petite fille. Son accueil réserve à Guillemette bien des surprises.

Mon avis : J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de mots difficiles. Je ne le recommande pas à ceux qui comme moi, ont des difficultés pour comprendre les livres aussi compliqués.

Noémie, 5C, 18/10/2012 

utlign1

 

Auteur : Éveline Brisou-Pellen9782010200267FS

Édition : Livre de poche, hachette jeunesse 1993

genre : C'est un roman historique

         
 Résumé :
          Cette histoire se déroule en Bretagne au 15 e siècle. Guillemette Landais vient de perdre son père, il a été assassiné par des bandits. Elle décide de se rendre à Rennes pour rejoindre son grand père, Jamet Boisguérin dont-elle sait seulement qu'il est le miseur de la ville. Celui-ci ignore son existence mais malgré tout il l'accueille et lui demande de ne pas révéler son identité, elle devra s'appeler "Philippa". Sachant lire et écrire elle l'aidera à la boutique " les écus de Bretagne ", elle l'accompagnera pendant les réunions avec les merciers et écrira le compte-rendu de la discussion.
Le miseur a une servante nommé Lucasse et un apprenti, Estienne. Gilles de Villefranche est le frère de Jamet Boisguérin, ils n'ont pas le même nom car Gilles n'aimait pas son nom de famille, alors, il avait pris celui de sa femme. Ce dernier a une fille, Béatrice de Villefranche, elle a beaucoup d'argent, mais son père veut la marier de force avec le fils de messire Rochel.
Le lendemain, Philippa rencontre les maîtres fondeurs qui l'avaient accompagnée jusqu'à Rennes, ils viennent fabriquer une cloche  pour l'arrivée du Duc de Bretagne. Sachant qu'elle était Guillemette Landais; ils lui racontent qu'un charpentier a entendu que l'on avait retrouvé son père assassiné et qu'il avait reçu une somme d'argent pour le crime.
Un matin, Philippa décida de retourner chez elle mais une inondation eut lieu à l'hôpital Saint Yves, alors elle alla secourir des enfants.
Un soir, Philippa vit trois hommes entrer dans la boutique, afin de voler l'argent que le miseur avait caché dans la chambre de Philippa. Alors elle partit le mettre en lieu sûr et le confia à sa grande tante la sœur portière. Gilles apprit à sa fille Béatrice qu'une rumeur courait sur Philippa : elle serait la fille du miseur , si c'était le cas, la fortune de son frère serait perdue pour Béatrice, nièce et seule héritière du miseur ...
            
Passage choisi du livre :"Jamais jusqu'à ce jour, Philippa n'avait touché de fourchette, jamais non plus elle n'avait mangé dans une assiette d'argent ouvragé, entre des plats de plus bel étain, aussi beaux, et même peut-être plus, que ceux qui l'avaient toujours impressionnée, dans la grande salle du château."

Commentaires :
 Je conseille ce livre aux personnes qui veulent découvrir la vie en ville au Moyen Age en Bretagne et les divers métiers  : merciers, miseur...
Enora M, 5D, le 16/11/11 
        

utlign1

66397257

 

Auteur : Evelyne Brisou-Pellen
Titre : Les cinq écus de Bretagne
Edition : 1993, Hachette Jeunesse, Livre de poche
Genre : Roman historique
Thème principal : Un e jeune fille orpheline à Rennes au Moyen-âge

Le sujet : A la mort de son père Guillemette Landais se retrouve orpheline. Elle décide alors par la dernière volont é de son père d’aller voir son grand-père messire Boisguérin à Rennes. Celui-ci exige qu’elle change de nom pour cacher son identité. Elle décide alors de s’appeler Philippa. Une rumeur court dans la ville : Philippa ne serait pas la petite fille de messire Boisguérin. Il décide donc de l’adopter. Un jour Philippa apprend que c’est le frère de messire Boisguérin son vrai grand-père et qu’il a payé des bandits pour tuer son père.

Passage remarquable :
« Savez-vous l’histoire des cinq écus de Bretagne ? Lorsque le premier propriétaire de cette maison l’a vendue, autour des années 1400 je crois, l’acheteur l’a payé en écus d’or. Le compte a été mal fait et, sans s’en apercevoir l’acheteur a payé un écu de trop. Le vendeur ne voulant pas le voler déposa en partant l’écu sur la cheminée.  Par superstition peut-être, le nouveau propriétaire n’y a pas touché, et a appelé sa maison L’Ecu de Bretagne. Il faut dire que cette monnaie était alors nouvelle.
Quand cet homme a finalement revendue la maison, le nouvel acheteur a décidé de la payer un écu de plus, écu qui devait rester sur la cheminée … La tradition s’est maintenue. J’ai acheté la maison « Les Quatre Ecus de Bretagne » qui est devenue la mercerie  les Cinq Ecus de Bretagne
»

Ce passage est intéressant car le nom de la maison est né de cette histoire et constitue le titre du roman.

Jugement critique personnel :
J’ai aimé l’histoire mais j’aurais aimé avoir une suite. L’histoire est complexe car il y a certains passages où je n’ai pas tout compris. C’est un livre intéressant que je conseille de lire.


Chloé Le H, 5 D, le 6 novembre 2011

 

utlign1

Auteur: Evelyne Brisou-Pellen

9782013224468FS.gif

Editeur: Hachette jeunesse

Collection: Livre de poche jeunesse

 Genre: Roman historique 

 Résumé:

En 1469, en Bretagne, Guillemette Landais qui est âgée de 13 ans vient de perdre son père qui était garde du château de Fougère. Elle part à Rennes voir Messire Boisguérin, le trésorier de la ville. Il lui fait un accueil pour le moins inhabituel et lui demande de prendre un nouveau prénom : Philippa. Celle-ci enquête sur la mort de son père, elle pense que Messire Bosguérin est son grand-père et qu'il a prémédité le meurtre de son fils en faisant appel à des tueurs à gages.   

Elle découvre plus tard que son grand-père ignorait son existence...

Les Personnages:

 Il y a Guillemette Landais appelée Philippa , Messire Jamet Boisguérin et et 

son apprenti Estienne, Gilles Boisguérin et sa fille Béatrice,...

Ce que je nai pas aimé:

J’ai été déçu par le début de l’intrigue qui démarre par le décès de son père.

Ce que jai aimé: 

 

A travers ce livre, j’ai découvert comment était Rennes au Moyen-âge. J’ai aussi fait la découverte de métiers qui à l’heure actuelle n’existent plus : miseur, tripière.... 

  Vincent C, 5D, 06/11/11

utlign1

 

L'illustation de première de couverture a évolué depuis la première publication de ce livre en 1993 comme le montrent ces trois couvertures.


 

On retrouve quelques années après Philippa et Estienne dans Les Portes de Vannes du même auteur, chez le même éditeur. Ce deuxième roman est prrésenté dans cet article en mai 2009 par Anaëlle : Les Portes de Vannes (cliquez le titre)

Repost 0
Publié par Vincent C, 5D, Chloé, Le H, 5D, Enora M, 5D, Morgane LR, 5C, Clarisse L, 5C, Clémence M, 5C, Noémie 5C, Maëlle, 5C - dans B
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 11:19

Auteur : Évelyne Brisou-Pellen9782203117679FS.gif

Titre : la fille du comte Hugues

Edition : Casterman

Date : 1995

Collection : roman

GenreC’est un roman d’aventure,  d’amour et une sorte de recueil de conte du moyen-âge

Thème L’admiration pour une mère généreuse

 Sujet : Jehanne 15 ans est la fille du comte Hugues et l’apprend lorsque sa mère est mourante, quand elle lui donne un petit paquet où il y avait des vêtements de bébé marqués d’un A rouge. Jehanne découvre qu’elle s’appelle Anne.

Sa mère n’est pas sa vraie mère car c’est sa servante, dame Hersende, qui l’a enlevée pour la sauver d’une grande épidémie dont ses parents ont été touchés et sont morts.

Avant de mourir dame Hersende lui dit d’aller au château dont son oncle est le seigneur pour se faire reconnaître. Mais son cousin l’empêche d’accéder au trône qui revient à Jehanne. Heureusement, elle fera une jolie rencontre qui l’aidera dans sa vie prochaine…

Passage remarquable, page 6 lignes 20 à 31

Jugement personnel : J’ai bien aimé mais il manque un petit peu plus d’action.

 

Loïc, 5C, 20/10/12

barre46

 

Auteur : Evelyne Brisou-Pellen
Edition : Casterman
Genre : Roman d’aventure
Thème principal : L’admiration pour un oncle

Résumé  :

C’est l’histoire d’une jeune fille prénommée Jehanne. Jehanne s’occupait de sa mère mourante. Lorsque sa mère mourut, elle partit vivre chez son oncle, le comte Jean .Celui-ci vivait dans un grand château. Un jour, on accusa Jehanne du vouloir tuer le comte. Un des neveux, Thierry, était à la source de ces accusations. Lorsqu’il apprit que Jehanne était également la nièce du comte Jean et la fille du comte Hugues, il y eut un combat pour définir qui de Jehanne ou de Thierry serait le successeur. Jehanne obtint la succession grâce au combat mené pour elle par le gardien du château, Guillaume, Elle se maria par la suite avec celui-ci. Ils vécurent heureux et eurent de nombreux enfants.

Passage choisi :

"-On a empoisonné le comte ! On l’a empoisonné.
Assise sur le banc de pierre, dans un renfoncement du mur, Jehanne leva la tête.
Dans les escaliers de la tour des pas précipités. Une porte s’ouvrit dans un grand fracas d’armes, et deux gardes en cottes de mailles la saisirent violemment par les bras. Elle ne comprit rien. On ne lui laissa pas dire un mot. On lui fit dévaler l’escalier, puis d’autres escaliers. Une descente sans fin, folle, effrayante. Et la voix de Thierry qui criait :
-Elle a empoisonné le comte !
Puis elle entendit le mot « cachot » et la terreur entra dans son cœur."

Jugement personnel :
Je vous conseille ce livre car il nous apprend à quel point la vie de noble était difficile au Moyen-âge.

Apolline LR, 5B, 23/10/2011

Repost 0
Publié par Apollline LR, 5B, Loïc C, 5C - dans B
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 21:23

Auteur: Jean François ChabasAurelien-Malte.png

Titre: Aurélien Malte

Édition: Livre de Poche Jeunesse

Genre: Roman par lettres

Thème Principal: les lettres écrites par un homme à une femme

Résumé : C’est l’histoire d’un homme qui se nomme Aurélien Malte. Il a 36 ans et est emprisonné depuis 13 ans pour meurtre (un homicide volontaire). Mais, il doit encore rester un an derrière les barreaux. Durant cette année qu’il lui reste à purger il écrit à Anne, sa visiteuse qui vient le voir de temps en temps. Aurélien rédige sur un cahier toutes ses lettres qui ne lui seront jamais envoyées. A travers ces lettres, Aurélien nous renseigne sur sa vie avant la prison. On apprend qu’il vivait avec son grand-père. Celui-ci l’a élevé jusqu’à l’âge de 12ans. Mais malheureusement son grand-père perdit la vie en montagne lors d’une promenade avec son petit-fils : il glissa sur la neige glacée et se fracassa la tête sur un rocher. Après le décès de son grand-père, Aurélien fut élevé par sa mère et son beau-père. Les gros ennuis commencèrent à ce moment-là.        

Aurélien décrit également l’univers carcéral : la violence, l’isolement, le mensonge.Ainsi, l’écriture lui permet   de « s’évader », de trouver un semblant de  « liberté »…

Choix d'un passage remarquable :

« Grand-père, Grand-père, je gueulais, nous nous étions retrouvés, juste un mauvais moment qui serait vite oublié. Il n’a pas répondu, ni fait le moindre signe. J’ai bougé, et là je l’ai senti passer, parce que je ne sais pas s’il vous est arrivé de respirer avec des côtes cassées, mais on déguste. J’avais un but, pourtant,  mon grand-père, et je me suis dégagé de l’arbre, et j’ai commencé à glisser sur les fesses pour le rejoindre, mais je suis à nouveau parti dans la pente qui était beaucoup trop raide. C’est Grand-père qui m’a sauvé la vie, je lui suis rentré dedans. Si c’avait été le rocher, j’aurais encore bien morflé. Son dos a amorti le choc, mais je suis tout de même retombé dans les vapes, à cause de mes cotes.       A mon deuxième réveil, il y avait un choucas perché sur la rocaille, juste à côté de nous. Ça l’a plutôt surpris de me voir bouger, il s’est envolé avec un grincement déçu. Ce que j’ai vu ensuite, c’est la petite flaque rouge sous la tête de Grand-père qui me tournait le dos, je l’ai tiré par l’épaule et il n’avait plus de visage, il avait dû cogner de plein fouet dans le rocher ».

J’ai choisi ce passage car il évoque tout le respect d’Aurélien envers son Grand-père. C’est lui qui l’a élevé et logé pendant des années, jusqu’au jour où celui-ci s’écrasa sur un rocher.

Jugement critique personnel :    Je n’ai pas de jugement négatif sur ce livre : il m’a plu et il est très intéressant.

Maël, 4 A, 23/10/2012

utlign1

JEAN-FRANCOIS CHABAS

 « Aurélien Malte »

 Publié par Livre de poche jeunesse en Août 2007 , Collection Livre de poche jeunesse

Genre :  Roman par lettres

Thème principal :Des lettres écrites par un homme Aurélien pour une femme Anne

 Résumé : C'est l'histoire d'un homme de trente six ans qui a été incarcéré pendant 13 ans pour avoir tué son beau père à coup de poing. Il faut dire qu'il l'avait bien cherché car pendant un très long moment Aurélien et sa mère se faisaient frapper

Cet homme se nomme Aurélien, Aurélien MALTE. La dernière année de son emprisonnement il rencontre  une visiteuse de prison, celle-i s'appelle Anne. Il lui écrit des lettres qu’il ne lui enverra jamais. À travers ces lettres, Aurélien nous renseigne sur sa vie avant la prison. On apprend qu’il vivait chez son grand-père. Celui-ci l’a élevé jusqu’à l’âge de 12 ans. Mais malheureusement son grand-père perdit la vie en montagne lors d’une promenade avec son petit-fils : il glissa sur la neige glacée et se fracassa la tête sur un rocher. Après le décès de son grand-père, Aurélien fut élevé par sa mère et son beau-père. Les ennuis commencèrent à ce moment-là. Mais pas seulement avant son emprisonnement ; pendant aussi. Un jour il raconte qu'un homme venait de se faire amocher dans les douches par une cuillère, ça paraît tout bête mais non car les détenus aiguisent leur cuillère en les frottant sur les murs, les sols, les barreaux et tout ce qui traîne par là. Ils font ça jusqu’à ce que le manche devienne  aussi tranchant qu'un scalpel. Un autre jour, un homme s’était pendu dans sa chambre.

 

Passage remarquable : Page:42

« Bon sang, on avait déjà marché trois bonnes heures, alors ça ne me plaisait pas du tout, l'idée d'avoir peiné pour rien. Je l'ai dit à grand-père, comme un petit con, vous pouvez imaginer, allez, grand-père, allez, on fera attention, allez, et il a cédé, il m'a juste demandé de passer derrière lui. Nous avons mis nos lunettes de soleil,[...] nous sommes arrivés dans une pente qui, même exposée plein Sud était encore très enneigée un versant abrupt, et là encore grand-père m'a dit, mon garçon, nous ne somme pas prudents, et il avait raison, la neige en fondant et gelant, et refondant et regelant, avec les couches successives et le vent, et tout, ça devient une surface absolument imprévisible, mais une fois de plus j'ai chougné comme un morveux, et grand-père a soupiré et il m'a dit tu bouges pas je vais  voir ça. Il n'avait pas fait dix mètres qu'il est parti sur la plaque.[...] quand j'ai compris, j'ai crié, avant de sentir." 

Jugement critique personnel : Très bon livre et très intéressant, on y apprend ce qu'il se passe en prison, mais aussi pourquoi certaines personnes présentent des troubles du comportement face à d'autres : bien souvent leur enfance n'a pas été heureuse.

Fabien, 5C, Mars 2013

 

Repost 0
Publié par Maël G, 4A, Fabien, 5C - dans C
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 21:46

couv-garinhauteterre.jpgAuteur : Evelyne Brisou-Pellen.

Titre : Le chevalier de Haute-Terre. 

Edition : Folio Junior, gallimard jeunesse.

Genre : Roman d'aventures. 

Thème principal : L'histoire d'un scribe et d'un chevalier. 

Garin, jeune scribe, se promène dans les bois pendant que Rennes est assiégé. Il y rencontre un bien curieux individu, à l'oeil bandé, Conan de Haute-Terre. Le chevalier apprend à Garin qu'il s'est bandé un oeil en attendant de retrouver son fils Judicaël, qui est retenu prisonnier quelque part. Garin accepte de devenir le serviteur de cet individu et de faire ses chroniques en échange d'argent. Au fur et à mesure de leur voyage, ils reçoivent des messages. Des lettres exigeant une certaine somme pour qu'ensuite, l'auteur de ces lettres relâche le fils de Haute-Terre. En réalité, l'auteur, c'est Tudal, un chevalier que Garin et Haute-Terre avaient sauvé sur le bord de la mer. Doutant de Haute-Terre, Garin rencontre François, un vieil ami qui lui trouve un poste au château de Suscinio. Garin accepte. Tudal et Haute-Terre, mal en point de leur aventure en mer, sont hébergés au château de Suscinio eux aussi. Un jour, quelqu'un tira une flèche sur Haute-Terre. Celui-ci fut désarmé.

Une autre flèche visait Garin, mais le tireur rate sa cible. On se prépare à l'enterrement de Haute-Terre, lorsque celui-ci surgit de sa tombe, bien vivant. Alors, il menace un garde qui lui montre l'endroit où Judicaël est enfermé ! C'est précisément au château de Suscinio. Il retrouve enfin son fils. 

Passage du livre : p 146 

"Ah ! Tu es là ! lança le chevalier. Tu tombes bien, on vient de me remettre ceci.

Et il lui tendit le rouleau.

La barque…c'est de cette façon qu'il recevait son courrier ? Stupéfait, Garin déroula le parchemin et lut : 

Si votre fils dans son entier retrouvez vous voulez,

La rançon dans son entier verser vous devrez."

 

Jugement critique personnel : Il y a beaucoup de suspens dans ce livre. Je ne l'avais pas choisi exprès, j'avais pris au hasard et c'est mon genre.

Mais, le chevalier a dû parcourir des kilomètres pendant tout le livre pour ensuite retrouver son fils en deux minutes et quelques lignes à la fin. C'est une fin un peu rapide. 

Soraya, 5C, 22/10/12

Repost 0
Publié par Soraya H, 5C - dans B
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 21:48

Indications bibliographiques :

  •  Auteur : Christopher Gravett 
  • Titre : Le temps des châteaux fort 
  •  Edition : GALLIMARD

Genre :  Documentaire

Thème principal :

Il raconte l'histoire de la vie quotidienne au Moyen Age et l’histoire des châteaux forts.

Résumer le sujet :

Ce livre permet d'apprendre beaucoup sur le Moyen âge, pas seulement sur les châteaux forts mais aussi sur la vie quotidienne au Moyen âge. Les étapes de leurs constructions sont expliquées et il montre aussi leurs transformations au fil des siècles des matériaux, des types de donjons, les vestiges des derniers monticules recouverts d’herbe où étaient placés avant les premiers châteaux en bois et en terre : Yelden ( Angleterre) ; La motte de Pleshey ( Angleterre ), les activités qui se déroulaient dans le château comme l’orgue de barbarie, les bouffons et les fous, jeux de balles et pleins d’autres choses variées. Certaines pièces sont expliquées comme la cuisine, la grande salle, la prison, etc.. La défense est aussi très importante, ils ont élaboré plusieurs types de défense comme le tir plongeant ( Angleterre ), mâchicoulis, tourelle de guet ou guette, meurtrières,.. Dans les châteaux il y avait des officiers : le sénéchal surveille les fortifications et garnison ; le maréchal le soin des chevaux ; le chambellan veille à la nourriture et aux boissons…

Choisir un passage remarquable d'une dizaine de lignes :

Les premiers châteaux forts apparaissent en France, en Allemagne et en Italie du Nord entre le IXe et le Xe siècle, au moment où l'empire de Charlemagne s'écroule sous la pression des raids vikings et hongrois. Les seigneurs bâtissent alors des forteresses pour se protéger et abriter leurs soldats. Nombreux sont les châteaux forts qui se dressent encore dans le paysage d'aujourd'hui. Au Moyen- Age, un château fort est la résidence fortifiée d'un seigneur, qu'il soit roi ou un simple baron. C’est un symbole 

9782070539734FS

de pouvoir mais aussi un lieu d'habitation et une place forte capable de tenir de longs sièg


Ce court passage montre globalement l’évolution de la construction des châteaux forts et leurs rôles sur la société de l’époque. Dès le début du livre, on comprend beaucoup de choses sur la naissance des châteaux, et en peu de temps.
es. (Pages 6 et 8)

Jugement critique personnel :

Ce livre est vraiment intéressant et vraiment très détaillé je trouve et peut être un peu trop, c'est vrai que l’on apprend et comprend beaucoup de choses sur la vie au Moyen Age, et il y a même des études de cas. Ce recueil est très chargé en illustrations, ce qui permet de mieux imaginer la vie à cette époque. 

Louise, 5C, 20/10/2012

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

Auteur :Christopher GRAVETT.

Titre : Le temps des châteaux forts 

Edition : septembre 2000, Gallimard et Dorling Kindersley, collection Les Yeux De La Découverte

Genre : documentaire.

Thème principal : Ce document  parle des châteaux forts et de la vie quotidienne dans ces châteaux au Moyen-âge.

 

Résumé :Ce livre renseigne sur les  châteaux forts, la façon d’y vivre et leurs constructions. Il nous raconte aussi les activités du château : les jongleurs contant les fabliaux, les bouffons amusant leurs seigneurs,  les jeux de balles… Il y a aussi l’explication de la construction et des inventions de leur système de défense. On parle des métiers de cette époque, comme les forgerons, les cuisiniers, les serviteurs… on parle des châteaux forts différents selon leur localisation (comme ceux du Japon ou de France). Les différentes pièces y sont décrites comme la prison, la cuisine, les résidences du seigneur ou du roi…


Mon passage préféré est à la page 26, de la ligne 1 à la ligne 13 :

« Les archers ajustent leur tir 

Même en temps de guerre, les châteaux disposent rarement d’une garnison comptant plus d’une centaine d’hommes. En réalité, un petit effectif bien retranché dans le château suffit à empêcher l’assaut d’un plus grand nombre. Les parapets et les mâchicoulis qui couronnent les murs permettent aux archers de battre l’ensemble de la muraille. Sur les parapets, les créneaux (parties creuses) sont parfois garnis de volets (huchettes) contre les projectiles ennemis tandis que les melons (parties pleines) sont percés de meurtrières pour faciliter le tir. »

J’aime ce passage là car il exprime comment cela se passait au moyen-âge quand un château était assailli et cela montre l’effectif qu’il y avait dans les châteaux.

 

Jugement personnel sur ce livre :

J ai aimé ce livre car il était intéressant et tout est bien expliqué. Ce que je n’ai pas apprécié  dans ce documentaire est qu’il  ne raconte pas qui gagnait le plus souvent dans les batailles et  ne raconte  pas non plus les conflits entre les camps. Ce livre est facile à lire car les mots compliqués sont expliqués. Je le conseille pour tout le monde car la lecture de ce documentaire  est facile.

Pierre LM, 5B, 20/10/2011

Repost 0
Publié par Pierre LM, 5B , Louise, 5C - dans G
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 23:21

le_secret_de_la_cathedrale.gif

Un tailleur de pierre, Colin arrive à Amiens. Il a choisi cette ville parce qu’avant de mourir dans un incendie, son père, maître Aurèle, était le maître du chantier. Ainsi, son rêve est de suivre la voie de celui-ci. Mais depuis qu’il est    arrivé sur le chantier, les accidents et les meurtres se succèdent de façon mystérieuse. Il est lui-même victime de plusieurs tentatives de meurtres ainsi que plusieurs de ses amis. Colin va alors enquêter. Son enquête se passe sur la plus haute tour de la cathédrale. En ce lieu, il découvre l’identité du meurtrier, le maître d’œuvre.  Alors que ce dernier s’apprête à le tuer, le cracheur de feu, porté disparu et son père ont survécu a l’incendie de l’auberge. Colin se jette dans les bras de son père.

 Mon avis :

Je pense que ce livre est très bien. D’une part, il y a beaucoup de mystères. D’autre part, je ne pensais pas que le père aurait survécu et donc cela crée du suspense. De plus, la période du Moyen-âge me plaît. 

Clémence LC, 5C, 18/10/2012

Repost 0
Publié par Clémence, 5C - dans N
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 07:08

AUTEUR : Evelyne BRISOU-PELLEN

TITRE : Le crâne percé d’un trou

EDITION: Gallimard Jeunesse, 1998, Folio Junior.

GENRE: roman d’aventures9782070619498.jpg

THEME PRINCIPAL: Vol de relique

Le sujet : C’est l’histoire d’un garçon nommé Garin qui se rend au Mont-Saint-Michel pour gagner de l’argent comme scribe. Il voit que le Mont est peuplé de moines qui lui enseignent la vie de moine. Mais le jour où on lui montre les reliques du Mont,  une relique a disparu,  il s’agit crâne de Saint Aubert. Or après ce vol, des choses étranges se produisent : un moine observe dans l’ombre Garin, ce dernier rencontre un étrange moine à son réveil qui lui fait signe de se lever et d’aller suivre les autres moines, et le frère cellier tremble pendant la messe du matin.

Puis Garin retrouva mort frère Robert, qui avait la main brûlée et à côté de lui, la relique de Saint-Aubert. Ensuite ce fut le tour du frère jardinier qui avait du sang à l’épaule ; peu de temps après, Garin découvrit qui avait volé le crâne, c’était Herbert. Mais quand Garin quitta le Mont, il trouva sur la plage un sac appartenant à Herbert, il regarda dedans et ne trouva qu’un simple os, c’était frère Louys qui avait remis le crâne à sa place. Puis Garin repartit en direction de l’horizon, avec le sac contenant l’os.

Choix d’un passage remarquable d’une dizaine de lignes. Page 190

« Lentement, il fit non de la tête.

-Toutefois vous savez qui les a tués ?

Le ton était presque affirmatif. Le cellérier fixa Garin avec une sorte de terreur. Le garçon insista.

-C’est Sévère ? C’est le frère Sévère ?

-Je…Je crois…Sévère n’est pas son nom… Il s’appelle Herbert. Je ne voulais pas, non ! Je ne voulais pas !

J’ai volé des reliques, je le confesse, mais je ne voulais pas… »

J’aime ce passage car on découvre qui est l’auteur des crimes.

Critique : J’aime ce livre car j’aime les histoires de meurtres. Je vous conseille ce livre car il y a une énigme à résoudre.

Lucien R, 5C, 14/10/2012

barre46

AUTEUR : Evelyne Brisou-Pellen

GENRE : Roman

COLLECTION : folio junior 

NOMBRES DE PAGES : 196 pages

DATE DE PARUTION : 1998

 

RESUME :

Garin a rencontré un ami sur le chemin du Mont-Saint-Michel, Louys un vendeur de reliques. Ils arrivent à l’Abbaye du Mont-Saint-Michel accompagnés de deux moines. Le crâne de Saint Aubert a été volé et on accuse Louys de l’avoir dérobé. Alors Louys est mis au cachot. Des reliques également disparaissent. Garin va devoir mener une enquête pour les retrouver.

 

EXTRAIT CHOISI : Pages 20-21

      "Garin s’assit sur le talus. Derrière lui une vraie foule commencait à s’agglutiner : des pèlerins, surtout, qui arrivaient de Bretagne, de Normandie ou de France et aussi des marchands. La mer commençait à se retirer laissant sur le sable l’empreinte de ses vagues et quelques flaques qui luisaient dans la pâle lueur du soleil déclinant. L’ombre du colosse de pierre s’allongeait maintenant sur la grève, comme s’il cherchait à atteindre la terre ferme du bout de ses doigts pointus.

"Regardez, souffla une voix près de lui, il n’y a plus d’eau elle s’est enfuie. Dieu n’est donc pas contre nous !"

J’ai choisi ce passage pour expliquer qu’à cette époque la prière était importante dans leur vie d’où l’importance des reliques.

 

LE MOMENT QUE J’AI PREFERE

Ce que j’ai le plus aimé c’est quand plein d’objets sont dérobés : des papiers importants, la relique, le crâne de saint Aubert.

 

CE QUE JE PENSE : 

J’ai beaucoup aimé ce livre car il y a des mystères à résoudre. Il y aussi le fait que c’est un enfant qui mène l’enquête.

Killian, 5B, 10/11/2011

barre46

Titre : Le crane percé d’un trou

Auteur : Evelyne Brisou-Pellen

Illustrateur : Nicolas Wintz

Type du livre : Roman historique (  Moyen-âge )

Résumé : Le roman se passe en général au Mont Saint-Michel, au Moyen-âge. Garin, un jeune scribe, arrive au Mont Saint-Michel, pour gagner de l’argent. Mais à peine est-il arrivé, que des choses étranges se passent : une relique*, le crâne de St Aubert, a été volée. Plus loin dans le roman, d’autres reliques sont volées. Même deux meurtres se produisent. Garin, décide donc de mener une enquête à sa façon. Son suspect est un moine un peu étrange et il décide donc de le surveiller. Au bout de quelque temps, suite à plein de découvertes, Garin trouve un voleur de reliques qui est également un meurtrier.  

 Relique(s)* : Ce qui reste d’un corps saint, objet précieux.

 Avis : Je n’ai pas spécialement aimé ce livre, car je n’aime pas vraiment le romans ou livres sur le moyen-âge. Je le conseillerais plutôt aux personnes s’intéressant aux romans historiques sur le Moyen-âge. 

Donna L, 5C, 18/10/2012

Repost 0
Publié par Killian, 5B, Lucien R, Donna L, 5C - dans B
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 21:41

AUTEUR: Evelyne Brisou-Pellen.

TITRE: L'inconnu du donjon.

EDITION: Avril 2003, Gallimard jeunesse, Folio junior.InconnuDonjon.jpg

GENRE: Roman d'aventure.

THÈME PRINCIPAL: Les aventures de Garin Troussebœuf

RÉSUMÉ: C'est l'histoire d'un garçon nommé Garin qui un jour s'endormit sur la route et se fit arrêté par Messire du Guesclin au château de Montmurant. Arrivé là-bas, il décida de changer d'identité et de se faire appeler Garin Trousse-anglais du château. Un jour, il découvrit qu'il y avait un autre prisonnier, mais qui lui, n'était pas anglais. Il ne parlait pas. Un jour Messire du Guesclin demanda à Garin de faire l'inventaire du château. Arrivé dans une pièce, il y découvrit un vieil homme très étrange, et il comprit tout de suite que celui-ci pratiquait la sorcellerie. Puis il repartit voir l'inconnu qui ne parlait pas et, en arrivant, le prisonnier commença à parler étrangement. Garin lui répondit et l'inconnu lui dévoila sa véritable identité...

PASSAGE CHOISI:

"-Ainsi tu es scribe itinérant. Tu cours les chemins, portant ton écritoire accroché à ton épaule droite, et tu es de nature imprévoyante.

- Comment savez-vous cela ?

- Hum... Tu as des taches d'encre sur l'index et le majeur de la main droite, avec un petit creux à cause de la plume. Tes souliers sont solides, comme les souliers de ceux qui marchent beaucoup. Tu as tendance à porter l'épaule droite plus basse et ton surcot est usé dans le dos, à l'endroit où frotte ton écritoire. De plus, tu es imprévoyant, car tu as été capturé de nuit, ce qui veut dire que tu dormais dehors à deux pas d'un château. Si tu étais arrivé avant le coucher du soleil, on t'aurait ouvert.", page 59.

COMMENTAIRE SUR LE PASSAGE: J'ai bien aimé ce passage car le vieil homme découvre plein de choses sur Garin sans lui avoir parlé auparavant.

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL: J'ai assez bien aimé ce livre, mais ce qui m'a déplu c'est qu'il y avait plein de mots compliqués. Je le conseille pour ceux qui ont moins de problèmes avec le vocabulaire.

                                    Bleuenn.N, 5C, 18/10/12

Repost 0
Publié par Bleuenn N, 5C - dans B
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 19:23
Titre : Le fantôme de Maître Guillemin
Auteur Evelyne Brisou-Pellen9782070617166
Collection :  FOLIO JUNIOR
Edition : Gallimard Jeunesse, 1963, pour le texte et les illustrations, Gallimard Jeunesse, 1997, pour la présente édition  
Genre : Roman historique, Moyen-Age 
Thème principal : La vie quotidienne au Moyen-Age 

Passage choisi : '' Alors, Martin saisit les mains froides du veillard et les lui croisa sur la poitrine. Il regarda le frère Clément, qui semblait incapable du moindre mouvement, et lui pris le bras :

-Venez, dit il doucement, Il est en paix, maintenant. ''     ( Page 167 )

J'aime bien ce passage car il est émouvant et juste. Ce passage montre la fin de cette histoire, et Martin a raison en disant  : '' Il est en paix maintenant . ''

Jugement critique et personnel : J'ai moyennent aimé ce livre car je m'interesse très peu aux récits qui parlent de Moyen-Age. J'ai quand même aimé les esprits '' Fantômes '' qui il y a dans ce livre . Je le conseillerais aux personnes qui aiment les romans historiques (Moyen-Age ) 

Théoline, 5C, 15/10/2012
Repost 0
Publié par Théoline, 5C - dans B
commenter cet article

Présentation

  • : LIRELIRE
  • LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire) Pour envoyer vos fichiers ouvrez ce lien, donnez l'identifiant Lierelire et donnez le mot de passe : http://outils-n.archive-host.com/upbf.php?id=vJxkEuFnbtxh
  • Contact

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs

  • M (93)
  • C (86)
  • B (74)
  • D (63)
  • G (53)
  • S (45)
  • H (43)
  • P (41)
  • F (37)
  • L (34)
  • J (31)
  • R (26)
  • T (26)
  • A (24)
  • K (23)
  • V (17)
  • W (16)
  • N (13)
  • O (10)
  • E (7)
  • GESTION (5)
  • I (3)
  • Z (3)
  • Q (2)
  • quizz (2)
  • Y (1)