Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 19:06

Le Collier de Rubis

de Annie Pietri

collier-de-rubis.jpg

 Alix, l’espionne du roi soleil, qui est le personnage principal de l’histoire, apprend que son frère, Louis-Etienne est retenu prisonnier dans les glacières de Clagny par  leur oncle Le Baron De Grenois. Grâce à l’accord du roi Louis XIV, Alix, son cousin et JustiniPendant ce temps la marquise de Maison-Dieu qui est la mère d’Alix et de Louis Etienne s’est fait voler son collier de rubis mais elle l’a cependant retrouvé, elle espère le récupérer et reconnait aussi le baron de Grenois.  en ont pu partir à la recherche de Louis-Etienne.

Jeanne, 4C, 5 décembre 2013 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 18:35

Titre : L’infante de Vélasquez

Auteur : Marie Brantômel_infante_de_velasquez.jpg

Edition : Seuil

Genre : roman

Alors qu’une classe visite le musée du Louvre, deux petites filles, Inès et Alice décident de s’écarter du groupe. Après avoir parcouru de nombreux couloirs, les deux fillettes tombent sur un étrange tableau : Les Ménines. Inès, qui veut toujours tout avoir, a cette fois envie de devenir Dona Isabel de Velasco, un des personnages du tableau. C’est alors que la pièce se retrouve plongée dans un énorme brouillard. Un peu plus tard les deux filles sont retrouvées inconscientes. Lorsqu’elles se réveillent, Inès a changé, elle ne réagit plus. La mère d’Alice, interpellée par l’inquiétude de sa fille pour Inès, décide de mener son enquête pour résoudre le problème d’Inès.

VELASQUEZ-MENINES.jpg

Grâce à ce livre, j’ai appris la manière dont vivaient les gens au XVIIème siècle, leur façon de penser, leur état d’esprit, leurs vêtements...

J’ai aussi appris le nom d’un tableau du XVIIème siècle.

« Curieux ! Me dis-je, je n’aurais pas pensé que cet aposentador fût si dénué de scrupule. Je l’imaginais, au contraire, doté d’une certaine morale, plus protecteur que prédateur. »  P.69/70

« Prenez garde, Dona Carissima, voici une voiture ! Un carrosse de bois sombre, aux armes d’Aragon, tiré par quatre splendides chevaux arabes piaffants » P.71

Les cinq mots représentatifs :

Si je devais représenter de livre en cinq mots se serait irrationnel car dans la réalité on ne peut pas pénétrer dans un tableau.

Leçon parce que ce livre veut nous dire que si on a le même caractère qu’Inès, il va nous arriver quelque chose.

Etonnant, lorsqu’on regarde la couverture du livre on ne s’attend pas à lire une histoire comme celle-ci.

Mélange puisque ce livre est un mélange du 17ème siècle mais aussi du 21ème siècle mais cela n’est pas gênant pour comprendre l’histoire.

Vocabulaire, j’ai été surpris par le vocabulaire qui est employé dans cette histoire, les personnages utilisent du vocabulaire soutenu, je pensais qu’ils utiliseraient du vocabulaire plus courant.

Si je pouvais décider de publier ce livre je dirais non car je l’ai  trouvé ennuyeux, le sujet ne m’intéresse pas, l’histoire n’est pas faite pour quelqu’un de mon âge. Je trouve aussi que le vocabulaire employé n’est pas adapté, j’aurais plutôt utilisé des mots moins soutenus.

Mais ce livre est quand même original, quelqu’un de plus jeune serait peut être intéressé par ce livre et par son sujet.

 

                                                                             05/12/13 Pierre-Louis 4c 

utlign1

Titre: L’INFANTE DE VELASQUEZ
Auteur: Marie Brantôme
Edition : Seuil
Genre : C’est un roman

Sujet : ce livre parle de deux filles qui sont amies, l’une est très très jalouse de ce qu’ont les autres et veut toujours être mieux que tout le monde. Un jour elle se rend au Louvre avec sa classe pour voir des tableaux et d’un seul coup elle se retrouve toute seule. Une fumée blanche envahit la pièce et le personnage d’un tableau se met à parler à la petit fille jalouse…
Peu après, elles s’évanouissent et se retrouvent dans une pièce désaffectée et interdite au public.

Après cette expérience bizarre, la petite fille jalouse ne parlait plus et ne comprenait pas ce qu’on lui disait…La mère de son amie intriguée par ce qui s’était passé décida de chercher ce qui lui était arrivé.      

Ce livre m’a appris qu’au XVIIe siècle, les femmes nobles s’habillaient avec de longues robes (Page 64 « dans ma robe trop longue ») et j’ai appris aussi que les gens prenaient très soin de leur image (Page 65 « toute une bande de marquis (…) admiraient leur reflet dans l’eau »)

En cinq mots ce livre est :

Intrigant car on ne sait pas ce qui va se passer .

Bizarre car il se passe des choses inexplicables.

Attirant car il nous donne envie de le lire.

Instructif car il nous apprend des choses.

Original car il fallait trouver cette idée.

Oui je publierais ce livre car il nous apprend des choses comme des histoires ou comment était le XVIIe siècle …

L’histoire est très originale car il fallait quand même trouver une histoire qui soit dans un même contexte tout le temps.
                                                                                              Paul, 4A, janvier 2014

utlign1

Auteur : Marie Brantôme

Titre : L'infante de Vélasquez

Edition : Seuil

Illustrateur de la couverture : Ludovic Debeurme

Genre du roman : fantastique

 

Une mère raconte une histoire irréaliste qui lui est arrivée à elle, sa fille et une des amies de celle-ci. Alice, la fille de la narratrice, raconte l'histoire à une  amie, Inès, qui n'a à la bouche que les mots "je veux ".

Un jour, au Louvre, Inès se fait aspirer par le tableau de « l'Infante » de Vélasquez. Sa vie et celle d'une des servantes de l'infante vont être échangées. Inès est donc prisonnière du tableau, tandis que Dona Maria, elle, vit au côté d'Alice, de sa mère  et des parents d'Inès.

La mère d'Alice comprend peu à peu ce qui se passe et décide de mener son enquête. Elle découvre que la véritable Inès est coincée au XVIIème siècle, et fait tout pour la ramener dans sa vraie vie.

Un jour d'hiver, elle réussit à renvoyer Inès dans son époque, et Dona Maria dans la sienne. Mais Alice restera triste car elle aura perdu une amie, Dona Maria.

 

Je vais décrire Inès, la jeune fille qui se fait aspirer par le tableau.

Physiquement, elle a les cheveux bruns et bouclés, de grands yeux noirs et un visage ovale. Elle est égoïste, prétentieuse et demande sans arrêt toujours plus de choses.Elle se met facilement en colère contre sa mère quand elle n’a pas ce qu’elle veut. Elle est la meilleure amie d’Alice. Elle aimerait ressembler à Dona Maria parce qu’elle la trouve belle, et qu’elle a de beaux habits. Son souhait était  d’avoir la même vie que Dona Maria et son vœu se réalise puisque sa vie est échangée avec celle de Dona Maria : Inès se retrouve plongée en plein XVIIè siècle et Dona Maria, au XXIè  siècle, avec Alice et sa famille. Finalement, Inès est punie, car elle réalise que la vie de servante au XVIIè siècle était difficile.

 

« - Je sais  beaucoup de choses sur vous mademoiselle Coufi-Coufou ! Et je peux même accomplir votre souhait, si vraiment c’est ce que vous désirez. Mais je le répète, prenez bien garde ! Vous avez des parents qui vous aiment et vous entourent d’affection et de prévenance, des frères avec qui parler et rire, un lit douillet dans votre jolie petite chambre où ce soir votre mère viendra vous embrasser avant que vous ne vous endormiez…là-bas, ici, dans notre palais, Dona Maria que vous enviez tant n’a rien de tout cela. Elle est loin de chez elle, loin de sa famille. Elle dort dans une alcôve sans fenêtre, à côté de la chambre de l’infante qui l’appelle sans cesse, à toute heure du jour et de la nuit, parce qu’elle a peur ou faim ou soif ou envie d’une histoire. La naine la déteste et lui joue toutes sortes de méchants tours.

- Oh! Je n’écoute plus! s ‘écria Inès en se bouchant les oreilles. Vous me racontez tout ça pour me décourager, mais vous n’arriverez pas. Je veux

- Soit! répondit l’homme avant qu’elle ait pu terminer sa phrase.

Alice, sentant un danger imminent, voulut saisir la main d’Inès pour l’entraîner dans l’autre salle, mais n’en eut pas le temps. Une chaleur intense s’était soudain dégagée du mur où était accroché le tableau, tandis qu’une sorte de vapeur blanche envahissait l’espace, noyant les deux enfants dans une brume épaisse.

Inès s’était littéralement volatilisée dans un tourbillon et Alice était tombée à terre, inanimée. »

 

Extrait tiré des pages 26 et 27 du livre.

J’ai choisi ce passage car c’est le moment où Inès se fait aspirer dans le tableau.

Je le trouve intéressant car c’est là que l’intrigue commence. Malgré les avertissements de l’aposentador, Inès ne veut rien entendre et elle est piégée dans le tableau. C’est sa punition car elle a été trop exigeante et entêtée.

 

Le titre et le nom de l’auteur apparaissent en haut de la couverture.

L’image représente deux jeunes filles :

- une avec les cheveux châtain et une robe verte, debout. Elle donne l’impression de poser pour un tableau

- l’autre, brune et en habit rouge, vole derrière elle en la regardant et en lui touchant la main. On a l’impression qu’elle l’envie.

Cette couverture représente bien l’histoire. La jeune fille en robe verte est la servante de l’infante, et l’autre est Inès. Ce sont deux personnages importants du livre.

 

J’ai bien aimé ce livre car le genre fantastique me plaît, et l’histoire est entraînante. J’avais envie de savoir ce qui allait se passer et si Inès allait pouvoir revenir dans son époque. J’ai aussi bien aimé comprendre comment les gens vivaient au XVIIè siècle.

À la fin, les deux amies se retrouvent donc l’histoire se termine bien. Ce qui est un peu triste, c’est que Alice perd son amie, Dona Maria.

Je recommanderais plutôt ce livre aux personnes qui aiment l’histoire et le fantastique.

 

Sarah, 4D, décembre 2015

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 18:18

Le roi du poulpe et de la sardine4132QT9DZJL._.jpg

Edwige Cabelo

L'école des loisirs

C'est une pièce de théâtre.

Au Portugal, en 1917, José, un enfant de 10 ans vit avec tante Thérèse, il travaille à l’usine mais se fait renvoyer à cause de la grippe espagnole. Trainant avec ses copains, ils se prennent pour des marins. José raconte des histoires un peu farfelues ou des mensonges.

En lisant ce livre, j’ai appris que des enfants se faisaient mettre dehors car ils avaient la grippe espagnole. (Scène 2 page 30 l.2) : « Je ne peux pas te garder chez moi, ... »

Et j’ai découvert que des enfants dormaient dehors dans la rue (Scène 3 l.5) « José dort recroquevillé, sur le banc en azulejos »

Quatre mots représentatifs de ce livre :

Tristesse : Mort, abandon

Maladie : Grippe espagnole  

Histoire : Les histoires que José raconte par moment

Marin : on parle beaucoup de mer et de pèche

 Oui si j’avais le choix, je publierais ce livre car il raconte bien la souffrance à l'époque de la grippe espagnole à travers l'histoire d'un enfant et de ses amis. On découvre la souffrance à cette époque.

 29 Novembre 2013, Sébastien, 4 C

26.gif

Titre : le roi du poulpe et de la sardine

Genre : roman

 

             Ce livre parle d’un petit garçon « José », sa mère est morte à sa naissance et son père s’est remarié et a donné José à sa tante. Cette histoire se passe dans le Sud du Portugal à côté port de Faro. Le rêve de José est d’être marin, un jour sa tante le met à la porte parce qu’il a attrapé la grippe espagnole qui fait des centaines de morts dans le pays. Sa tante lui dit qu’elle a peur pour ses enfants. Il rencontre un homme (son père mais il ne le sait pas encore) qui sort d’un bar juste en face du port. Ils discutent et José lui fait part de sa situation et l’homme décide de l’aider. Ils passent beaucoup de temps ensemble et un jour José réalise son rêve et part en mer. Il se marie puis part au Maroc, un pays qu’il a toujours admiré et vingt ans plus tard, l’homme qu’il avait rencontré vient au Maroc et trouve la femme de José, il entre chez elle et elle lui explique que José est mort en mer et l’homme lui dit qu’il est le père de José.

 

Antoine G,4A,13 janvier 2014
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 17:07

poursuite_olympe-copie-1.jpgTitre : A la poursuite d’olympe

Auteur : Annie Jay

Edition : Le livre de poche jeunesse

Genre : Roman

Ce livre parle d’une fille nommé Olympe de Clay-Renault, elle a une belle-mère qui n’est intéressée que par leur fortune. Olympe s’enfuit de chez elle et se fait passer pour une religieuse.

Moi je ne publierais pas ce livre, car il est trop compliqué, et je pense que beaucoup de personnes de mon âge n’aiment pas ce livre, ne voudraient même pas le lire ou l’ouvrir.

 

Azeline 4A, 5 décembre 2013

 


 

frise-coloree

 

Titre : À la poursuite d’Olympe                   

Auteur : Annie Jay

Genre : Roman historique et d’aventure


Sujet : Depuis la mort de sa mère, Olympe de Clos Renault  doit rester au couvent.

Son père s’est remarié avec une veuve, Émilie, qui le mène par le bout du nez et les ruine.

Augustin détourne l’héritage réservé pour la dote d’Olympe.

Olympe s’enfuit du couvent en se faisant passer pour une religieuse. Elle revient chez elle et découvre que sa belle mère complote contre le roi.

Elle s’enfuit à nouveau en emportent quelque bijoux. Avec ses amies, elle tente d’en découvrir plus sur les comploteurs.Elle change de nom et de cachette au gré des événements.


Ce que l’on y apprend sur le XVIIe s 

J’ai appris que les fils et fille n’étaient pas libres : c’étaient leurs parents qui décidaient pour eux. (p.12).  

Je ne savais pas qu’on pouvait détourner de l’argent d’une fille lorsqu’elle entre en religion et abandonne tous ses biens à sa famille.


 S’il fallait représenter ce livre à partir de cinq mots, je choisirais

RELIGIEUSE : car dans l’histoire il y a une affaire religieuse et Olympe devait en devenir une.

REBELLE : car elle s’obstine à beaucoup de choses et elle s’enfuit de chez elle.

TROMPERIE : parce que sa belle mère détourne de l’argent à son père, elle complote contre le roi et Olympe l’espionne.

HISTORIQUE : c’est une histoire qui se déroule au XVIIe s : il y a beaucoup de choses qu’il n’y a plus maintenant.

LIBERTE : Olympe se bat pour sa liberté.


Si je pouvais décider de publier ce livre ou de ne pas le publier, je souhaiterais  que la couverture soit plus belle pour donner envie au lecteur de lire, que l’écriture soit un peu plus grosse pour moins se fatiguer et que l’histoire soit moins ancienne.

27 /01/13  Sulryck 4 A

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 16:57

Titre :la fiancée à la robe vertela-fiancee-a-la-robe-verte-194323-250-400.jpg

Auteur :Aubrey Flegg

Edition : Rageot roman

Genre : roman

Quel est le sujet de ce livre : une fille qui va se marier pour obéir à son père et sa mère mais elle n’aime pas son futur époux et elle se fait peindre sur un tableau, à la demande de son père.

Qu’est ce que vous avez appris sur le XVII e s? Nous avons appris que Louise est la fille d’un  riche faïencier et qu’elle va se faire peindre sur un tableau avec une robe verte.

S’il fallait représenter se livre en 5 mots : peinture, fille, mariage, robe, verte

Si je devais publier ce livre je déciderais:

« Maitre, j’aimerais croire que vous avez raison, mais grâce à notre télescope nous verrons des choses qui prouveront sans aucun doute que c’est belle sphères de cristal n’existe pas. Comment expliqueriez-vous le mouvement des quatre lunes qui tournent autour de Jupiter? Comment pourrait-«elle tourner autour de cette planète si elle est entourée d’une sphère  de cristal?

-La réponse est très simple, ma chère, c’est impossible.

- mais… »

Clémence  4eme A, 2 décembre 2013

utlign9

La fiancée à la robe verte.

Aubrey Flegg.

 Rageot romans.

 Roman de littérature jeunesse historique.

 Louise Eeden, 16 ans, pose pour le première fois avec une robe en soie verte. Elle se lie alors avec le vieil artiste, perfectionniste excentrique, le peintre Jacob Haintink qui fait son portrait et surtout avec son apprenti, Pieter, dans les années 1650. Bon gré, mal gré, elle s’apprête à être fiancée à un riche héritier. Peu à peu, elle prend la décision de ne pas se marier...

 Dans cet ouvrage, les personnages se posent des questions sur les astres, les couleurs ... Ce qui veut dire qu'au XVIIe, beaucoup de gens ne savent pas encore comment l'on fait par exemple du vert :

 " - Vous ne nous demandez pas pourquoi nous utilisons du bleu et non du vert ? interrogea le maître.

 - Vous venez de dire qu'il n'existait pas de peinture verte, maître, cela signifie que vous devrez utiliser du bleu et du jaune. [...]

- Écoute-la, Pieter ! s'exclama maître Haitink avec une surprise non feinte. Cette jeune dame en sait beaucoup trop sur notre métier. " p.30.

 Le peintre se fait appeler "maître" par son apprenti mais aussi par ses clients.

 Pour résumer en trois mots : peinture (c'est le sujet principal du roman), vert ( la couleur de la robe qui à l'air de poser problème au peintre ), fiançailles (qui approchent), questions (tout au cours du roman, on construit de nouvelles hypothèses grâce aux questions), historique (Le recit se passe au XVIIe s.).

 Si je publiais ce livre ce serait grâce pour sa fin. On ne s'ennuie pas du fait ou l'on apprend qu'elle décide de ne plus se marier. Mais je ne publierais pas ce livre car je trouve le contenu de l'histoire ennuyeux à cause des hypothèses proposées sur ce que l'on connait déjà.

 04/12/2013 Le Moine Lindsay 4eme A


Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 16:40

 Titre : L'inconnu de la Bastille

Auteur : Annie JAY et Micheline JEANJEAN

Édition : Hachette Jeunesse

Genre : Roman

inconnu-bastille--1-.jpg

Le sujet ? 

Le livre parle essentiellement de la révolution Française en 1789 et de la prise de la Bastille. D'ailleurs l'histoire commence le jour de la prise de la Bastille. La Bastille est pillée, les nobles se font tuer...

 Qu'est ce que vous avez appris ?

J'ai appris des choses sur la révolution française, comment ils vivaient à cette époque et puis comment certains pauvres ou roturiers cachaient les nobles ou certains nobles dans leurs greniers, dans le livre, je crois que c'est un ami du plus vieux du livre.

En 5 mots :

Guerre : Parce que tout le monde est pillé.

Retrouvailles : Parce qu’on voit au début « L'inconnu de la Bastille » qui sauve l’héroïne. On ne le revoit plus jusqu'à la fin du livre.

Agressions : Parce qu'au début du livre, Flore, la principale protagoniste se fait agresser.

Révolution : Parce que c'est la révolution.

Décapité : Parce qu'à la fin du livre, les nobles et ceux qui ont servi le Roi se font décapiter.

 Publication :

Oui je le publierais car je trouve que ce livre est très intéressant, il nous apprend plein de choses sur les principaux personnages de la Révolution et aussi sur la vie des  gens à cette époque de l'histoire.

  En plus de nous apprendre des choses ce livre raconte une histoire, ce n'est pas qu'un ''documentaire''. Par contre, il y a des passages un peu durs. Mais il y a aussi certains passages joyeux comme au milieu du livre où tout va presque bien. « Presque » car il ne faut pas oublier que cette histoire se passe pendant la révolution.

Clarisse 4A décembre 2013

 

 

Beaucoup de documents complémentaires au livre sur le site d’Annie Jay :

 http://www.anniejay.com/inconnu_bastille.htm

  

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 15:12

Nom du livre : Le théâtre

Auteur : Marie-Claude HubertLe-theatre.gif

 Editeur : Milan

 Genre : documentaire

 Ce livre est un documentaire sur le théâtre. Il explique le théâtre à tous les siècles et comment il a  évolué à travers le temps. Il y a le théâtre latin, le théâtre grec, le théâtre espagnol et le théâtre italien. Ce livre montre que le théâtre peut être drôle, triste et que quelquefois il peut même faire peur.

 J’ai appris que le théâtre existe depuis longtemps (p. 4° : « Le théâtre naît du culte. En Occident, cette naissance s’opère en deux temps, au VIe siècle avant JC, dans la Grèceantique, puis au Moyen Age. »

Les 5 mots les plus représentatifs de ce livre  sont :

Théâtre car il apparaît très souvent dans le livre.

Commedia dell’arte : j’ai retenu ce mot car il m’a plu.

Drame, il y a le drame romantique, le mélodrame, le drame bourgeois.

Ennuyeux : ce n’est pas une histoire.

Illustration : ce livre contient beaucoup d’images.

 Je ne publierais pas ce livre parce que le genre documentaire ne me plaît pas. 

Maxime, 4A, décembre 2013

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 13:29


Le titre de ce livre est « Elles sont toutes folles ».

L’auteur de ce livre est Sylvaine Jaoui.Jaoui-Sylvaine-Elles-Sont-Toutes-Folles-Livre-894521809_ML.jpg

Le genre de ce livre est une pièce de théâtre.

 Le sujet de ce livre est l’amour. Ce sont trois femmes qui tombent amoureuses, en même temps, et elles prévoient de sortir, mais ça tombe le même soir. Du coup ces femmes sortent à tour de rôles.

 Je n’ai pas vraiment appris des choses sur le théâtre, à part que c’est mieux quand il y a des personnages de tous âges.

 Si je devais représenter ce livre en cinq mots ce seraient, « facile » car il est facile à lire, « magnifique » parce que il est vraiment bien comme livre, « drôle » car il est un peu marrant et puis aussi « relire » car j’aurai beaucoup aimé ce livre, et pour finir « continuer » car il donne envie de continuer de le lire encore et encore.

 

Si j’avais à décider de le publier ou non, je le ferais.

Parce que tout simplement ce livre est super, il est drôle, avec un peu de suspense, il donne envie de le relire à chaque fois.

Ce livre ne m’a pas appris beaucoup de choses, mais c’est un livre qui donne envie d’être lu, il ne lasse pas.

 Jeudi 5 décembre 2013, Doriane, 4eC.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 12:57

Auteur : Annie Jay

Edition : Le livre de poche jeunesseCVT_Complot-a-Versailles_6498.jpeg

Genre : Roman

Le sujet de ce livre est l’histoire de Pauline et Cécile arrivant à la cour de Louis XIV, celles-ci se lient d’amitié à Hildie ou Elisabeth mais se lient d’animosité avec Athénaïs de Montespan ; grâce à de nombreux nobles et serviteurs, elles découvrent le complot de Versailles qui n’est d’autre que l’affaire des poisons, juste pour pouvoir régner.

Dans ce livre, j’ai appris qu’à l’époque de Louis XIV, les personnes appartenant un rang important dans l’ordre de la noblesse pouvaient être effrayées par des gens de rangs moins importants. Ainsi Marie-Thérèse dit : « Sans doute répondit-elle en cherchant ses pantoufles, mais ié n’ai plous peur dé vous. C’est moi la reine, vous, vous n’êtes plous rien » (pg. 220). Cela montre donc que la reine avait peur d’Athénaïs avant et que les favorites du roi avaient une énorme rivalité entre elles juste pour l’amour du roi. Par exemple, Athénaïs dit : « Ne jouez pas à ce jeu, Votre Majesté, vous n’y êtes pas de force ! », cela montre cette grande rivalité entre Athénaïs et Marie-Thérèse.

Les cinq mots qui représentent bien ce livre sont action, humoristique, suspense, intriguant et mystérieux.

Si je devais publier ce livre ou non, je le ferais car ce livre est très facile à comprendre, au fil de la lecture il y a toujours une cohérence, jusqu’à l’épilogue le suspense est entier.

Je le publierais également car malgré les nombreux personnages l’histoire est très facile à lire et à comprendre et le dénouement est heureux et humoristique. De plus, on ne peut pas deviner la suite de l’histoire après la fin d’un chapitre.

Baptiste, 4A, décembre 2013

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 11:40

Titre: La seule amie du roi

Auteur: Sophie Chérerla-seule-amie.gif
Genre: Roman, récit de vie

Sujet du livre: Une grand-mère raconte à ses petits-enfants sa jeunesse. Quand elle avait 10-12 ans, vers 1789, elle avait rencontré un jeune enfant âgé de 7 ans. Cet enfant, était le petit roi de France. Le fils du Roi Louis XVI. Elle s'amusait avec lui, jusqu'à l'aimer, ils  étaient très complices, mais cet enfant était très triste, puisqu'il était en "prison", avec sa famille. Elle allait lui rendre une visite très souvent, jusqu'à ce que ce petit roi, change complètement à cause de son oncle.


Qu'est-ce que j'ai appris:

 J'ai appris des dates, la vie des rois, des citoyens en 1789.

Page 15: "Quand j'étais une petite fille, le roi de France s'appelait Louis XVI. C'était un brave homme mais il n'avait ni  les qualités ni les défauts d'un roi. Il n'était pas fort, il n'était pas autoritaire, il n'était pas rusé, il n'était pas vif, il n'était pas réfléchi, il n'était décidé à rien."

Page 48:"Il était plus jeune et plus petit que moi, il était enfermé, il était menacé. J'étais grande, j'étais libre, j'étais du côté des vainqueurs et pourtant j'avais envie de me mettre sous sa protection. On a dû lui parler de moi  car il me dit  tout de suite:
-Vous êtes mademoiselle Angèle?

 -Oui, Monseigneur, pour vous servir.
Et je refis ma révérence en rougissant comme une tomate. Il rit de bon cœur..."

Cinq  mots pour présenter ce livre:


Royal: On parle d'une famille royale.
Facile: On a de la facilité à le lire, grâce au texte mais également parce que les personnages principaux ont notre âge.
Tristesse: Car je trouve le livre très triste, les morts, les injustices..
Histoire: On apprend beaucoup de choses, sur Louis XVI, sa famille, son fils.
Politique: Énormément de politique dans ce livre.

Je publierais ce livre car il est facile à comprendre, et nous apprend énormément de choses sur l'histoire, les lois, la royauté, les citoyens. Je trouve ça plus facile à comprendre en lisant un livre, une histoire. De plus, les personnages principaux ont notre âge, on peut facilement se mettre dans leur peau, ce qui facilite énormément     la lecture, je comprends mieux. Enfin la façon dont c'est raconté (récit de vie) est plus intéressante.

Donna, 4 A, décembre 2013

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs