Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 18:54

Titre : Sigrid et les mondes perdussigrid.jpg

L’œil de la pieuvre

Auteur : Serge Brussolo

Edition : Le livre de poche jeunesse

Genre : roman fantastique

Thème principal :

Faire que les gens apprécient ce livre en faisant plein de surprise

Résumé :

Sigrid  est  une  jeune  fille  orpheline  qui  depuis  l'age  de  dix  ans  est  en  mission sur  une  autre  planète,  à bord  du  sous-marin   Blue  Deep.  Pour  l'équipage  du  Blue Deep,   pas  question  de  sortir  barboter  dans  l'eau  sous  peine  d'être   transformé  en  poisson. La  planète  Almoha  est  entièrement  recouverte   par  un  océan empoisonné  qui  a  le  pouvoir  de  métamorphoser  les  êtres  vivants  quand   le  seul  et  unique   continent   d'Almoha  s'est  enfoncé  dans  les flots, ses  habitants furent changés  en  poissons. Un  jour,  le  sous-marin  découvre  l'existence  de  plusieurs  vaisseaux-forêts  chargés  de  conserver  les  derniers  végétaux  existants  sur  cette planète. Sigrid  et  ses  amis  sont  envoyés  en  expédition  sur  ces  ilots  flottants  avec mission  de  les  faire  exploser.  Mais  pourquoi  détruire  les derniers  vestiges  d'un peuple  disparu?  Que  craignent  donc  les  officiers  du  Blue Deep ?  Lors  d'une  mission  de  surveillance  dans  une  zone reculée  et  abandonnée  du  sous-marin, Sigrid  fait  une  étrange  découverte: Un  hublot  oublié  par  lequel  elle  peut  pour  la première  fois  observer  le  monde  sous-marin  d'Almoha. Quel  est  donc  le  mystère  que  cachent  ces  eaux  profondes ? Tout le monde se le demande.

Mon passage : Page 333

Un jour, alors qu’elle tournait autour de la maison pour juger de l’effet de ses arrangements, elle fut rejointe par un grand poisson efflanqué, dont le museau était couvert de taches roussâtres. Son instinct lui souffla qu’il s’agissait de Gus, mais lorsqu’elle voulut demander son nom à l’inconnu, elle ne réussit qu’à cracher de grosses bulles muettes. était-ce important ?

Si le livre était bien ou non :

J’ai bien aimé ce livre car j’adore les livres d’aventure. Ce livre est mon style et je pourrais pourquoi pas lire la suite (Le mangeur de muraille) Pourquoi j'ai aimé ce livre  Ce roman est merveilleux. Page après page, vous allez de surprises en surprises ; la suite n'est jamais celle que vous aviez imaginée. L'univers sous-marin de Serge Brussolo est réellement magique.

Clémence 5C Mars 2013

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 17:19

Indications bibliographiques :

Auteur : Johan HeliotSECTRET-adn.jpg

Titre : Secret ADN

Edition : Mango

 

Genre : Roman de Science Fiction.

 

Thème principal : L'enquête d'une reporter sur la mort d'un de ses amis.

 

 

Résumé : Lou est une « fouiNet ». Un jour, son ami et mentor, Muna Katz décède dans un étrange crash d'avion. Bien décidée à comprendre ce qui s'est réellement passé, elle décide d'enquêter.

Elle fera la rencontre d'une espionne et d'un « hippie » scientifique qui l'aidera beaucoup dans ses recherches. Aidée d'Adrian, son collègue et ami et d'Erwan, le fils de Muna Katz, elle ira jusqu'en Afrique pour trouver ce qui s'est réellement passé et savoir si son ami était effectivement bien dans cet avion lors de ce crash. Mais, il y a beaucoup de choses que Lou ne sait pas, notamment que l'espionne qu'elle a rencontrée travaille pour une organisation qui veut le secret ADN.

Lou, Adrian et Erwan auront besoin de l'aide de tout leur entourage (famille et amis) pour trouver ce qu'ils cherchent et découvrir la vérité.

Mais, la trahison n'est jamais bien loin. Surtout pour un secret tel que ce qui touche à l'ADN.

Ils rencontreront des gens qui les aideront beaucoup (ou pas) dans leurs recherches.

Ce qu'ils vont découvrir dépasse totalement ce qu'ils avaient imaginé.

 

Passage remarquable d'une dizaine de lignes :

« - Tu veux ma confession, hein ?

-  J'ai promis un super scoop à Adrian. Il ne t'impliquera pas, il me l'a promis.

Erwan manifesta sa réprobation :

 - Je n'ai pas confiance en ce cafard aux faux airs angéliques.

 - Je lui dirai juste ce qu'il a besoin de savoir pour se faire mousser auprès de notre redac' chef. Le fin mot de l'histoire restera entre nous.

Les regards convergèrent vers le chirurgien (...). Celui-ci comprit.

- Je ne veux rien entendre, lâcha-t-il. Je vous demande juste de ne pas me mêler à vos embrouilles.

Il s'éclipsa. Muna se redressa prudemment dans son lit. Lou cala un oreiller supplémentaire dans son dos. Il se concentra et se mit à parler, tâchant de maîtriser son souffle ».

(page 185)

 Cet extrait relate la conversation entre Lou et Erwan quand ils ont fini par comprendre ce qui s'est vraiment passé : ce n'était pas Muna Katz qui était dans l'avion lors du crash, ils l'ont retrouvé dans un bidonville et il a été blessé par balle.

Lou fait promettre à Adrian de ne pas indiquer trop de détails dans son article de journal. Car, sinon, comme Erwan est déclaré mort et compte-tenu que Lou a quitté le pays sans passeport, tous deux risquent d'avoir des problèmes avec le gouvernement français.

 

Jugement critique personnel :

 

J'ai bien aimé ce livre car il y a beaucoup d'aventure, un peu d'amour et de l'humour.

Mais, je trouve que l'auteur aurait dû mettre la date ou l'année à laquelle l'histoire s'est passée même si elle ne s'est pas vraiment passée. Cela aurait permis que l'on se perde un peu moins dans l'histoire.

Je n'ai pas aimé la fin car elle était un peu trop compliquée,  il y avait trop d'informations données d'un coup, on s'y perd un petit peu. Ce qui est dommage car, dans l'ensemble, ce livre est très bien et  je le conseille aux fans de Science Fiction.

Mathilde, 5C, mars 2013

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:14

Auteur : Gudule

Titre : Au Gringo’s bar

Éditions : Syros jeunesse

Date: 1998

Collection: souris aventure

Genre : roman d’aventure et voyage

Thème : Sauvetage d’un singeau-gringo-s-bar-gudule-9782748501698.gif

Sujet :

Matt est embarqué par ses parents en Équateur mais lui a 14 ans, il ne veut pas passer ses vacances avec son père et sa mère. Heureusement au Gringo’s bar (un lieu paradisiaque) il fait la connaissance de José, un indien de son âge .Tous deux vont se lancer dans des aventures dangereuses pour ramener un singe dans son habitat naturel, la selva, dans la forêt amazonienne.

Passage remarquable ( p83 à 84)

S’il n’est pas originaire de la tribu, ils le vireront sans pitié, explique t-il, reprenant à son compte les propos du présentateur. Les singes sont presque aussi racistes que nous tu sais…

L’Indien serre les poings :

-S’ils lui font des misères, gare à eux! Le singe atteint la troupe, il n’a pas l’air menacé, heureusement .Ses congénères le laissent approcher avec indifférence. Les autres singes tentent de lier connaissance. Matt serre la main :

-Mission accomplie ! Murmure t-il, tout ému.

Jugement personnel

J’ai bien aimé le livre pour ses aventures et actions

 Loïc, 5C, mars 2013

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 20:08

Titre : Le Petit Prince

Auteur : Antoine De Saint-Exupéry1248456-gf.jpg

Edition : GALLIMARD, paru en 1943

 Genre : Récit d'aventure, poétique et philosophique

 Thème principal : Rencontre et voyage entre plusieurs et différentes planètes.

 Résumé C’est l’auteur qui raconte : Une panne de mon avion m'a fait rencontrer un petit être, qui, au premier abord voulait que je lui dessine un mouton, or moi je ne savais dessiner que des éléphants dans des boas … !

Ce petit homme s'appelait, Le Petit Prince.

Son monde était extraordinaire, complètement différent du nôtre !

Le petit prince, décida de faire le tour de plusieurs planètes pour chercher une occupation, et pour s'instruire. Il rencontra alors plein de personnes : Un roi, un vaniteux, un buveur, businessman, un allumeur de réverbères, un écrivain .Il découvrit aussi la planète Terre.

 Passage choisi :   « Le petit prince arracha, aussi avec un peu de mélancolie, les dernières pousses de baobabs. Il croyait ne jamais devoir revenir. Mais tous ces travaux familiers lui parurent, ce matin-là, extrêmement doux. Et, quand il arrosa une dernière fois la fleur, et se prépara à la mettre sous son globe, il se découvrit l'envie de pleurer. » 

 Remarque sur ce passage : Ce passage me fait remarquer la sensibilité du Petit Prince, et le monde « magique » qui l'entoure.

Jugement personnel : J'ai beaucoup aimé ce livre, car je le trouve très féerique, j'ai beaucoup aimé l'histoire, la rencontre entre l'auteur et le Petit Prince.

 Théoline, 5C, mars 2013

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 16:44

Titre: La vie est belle?

Auteur: Karen McCombie

Illustration de couverture: Marguerite Sauvage

Éditeur: Hachette Jeunesse

Collection: Livre de Poche Jeunessela-vie-est-belle-marguerite-sauvage-karen-mccombie-laurence.gif

C'est l'histoire de Jude, âgée de 16 ans qui vit avec sa mère. Ses parents se sont séparés quand elle était petite et elle tente de reprendre contact avec son père qu'elle n’a pas vu depuis plusieurs années. Shaunna est l'une de ses amies et elle travaille à la même cafétéria que Jude, la cafétéria Tesco. Un lendemain de fête, Jude décide d'aller se faire un piercing au sourcil pour que enfin sa mère la remarque ne serait-ce qu'une seule fois, car sa mère enchaîne les soirées et ne fait même pas attention à sa fille ... Bref, elle va se faire un piercing et quand elle sort de chez la personne qui faisait les piercings ( je ne sais pas comment il s'appelle) elle retourne travailler à la cafétéria où elle retrouve Shaunna. Quand Shaunna la voit avec un piercing elle est atterrée, elle lui demande pourquoi elle a fait ça et Jude répond juste que c'est parce que c'était en promotion.

 « Jude essaya de retrouver son père ... Quand la mère de Jude quitta la maison pour aller à l'une de ces fêtes , elle regarda dans l'annuaire pour enfin trouver le numéro de son père. Elle composa le numéro, quand à l'autre bout du combiné quelqu'un décrocha et demanda qui était à l’appareil, mais Jude avait la gorge nouée comme si elle ne pouvait plus parler et décida de raccrocher. Elle alla fouiller dans la maison pour retrouver une photo de son père pour essayer de se remémorer des souvenirs mais elle ne trouva rien, non rien du tout. Avec l'un de ses amis, ils avaient retrouvé le domicile de celui-ci et attendirent toute une journée devant la maison en espérant que quelqu'un sorte. Quand tout à coup un homme ouvrit la porte, avec un enfant dans un landau et sa femme sans doute qui suivait. Jude resta bouche bée et n'osa pas aller lui parler. »

    Mais dans ce livre Jude va aussi à des fêtes, rencontre des personnes parfois étranges et elle cherche désespérément le grand amour...

 Morgane, 5C, Mars 2013

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:17

AUTEUR : Fabienne Verdier
TITRE : Passagère du silence- Dix ans d’initiation en Chine
EDITION : Albin Michel 2003

 

Passagere.jpg

GENRE : autobiographie, récit de vie

THÈME  PRINCIPAL : C'est l'histoire de Fabienne Verdier qui, étudiante, consacre sa vie à la peinture et plus particulièrement à la peinture chinoise, et part en Chine dans une des meilleures écoles.


     LE SUJET : L’auteure, étudiante en art, va partir et se rendre en Chine pour apprendre les différentes manières de peindre. Elle entre donc, comme boursière, dans une école réputée, en province.

Une fois sur place elle fut un peu surprise par les conditions de vie des étudiants. Ils  avaient des chambres minuscules, de la nourriture une fois par jour et en petite portion et une thermos d'eau chaude pour la journée. Au début, notre étudiante avait le droit à un traitement de faveur qui l’empêchait de s'intégrer.
Elle se débrouilla pour avoir le droit d’essayer de trouver les meilleurs maîtres pouvant exister dans les alentours. Elle trouva un vieil homme qui était à la retraite et qui avait consacré sa vie à la peinture. Il lui expliqua toutes les bases, les manière de peindre mais aussi et surtout la philosophie d'un trait et la manière de lui donner vie, cela dura 19 ans

Passage choisi :
"Je dois apprendre le chinois, lui répondis-je , même pour mes études de peintre. Mon interprète est d'un dévouement admirable. Mais rendez-vous compte, elle ne peut rester avec moi en permanence ; elle-même suit des cours et puis, l'anglais
n'est pas ma langue : je dois retraduire en français  ce qu'elle me dit.  Avouez que ce n'est pas facile.

- Tu es venue étudier l'art, tu veux devenir peintre, pas sinologue
-Certes, mais il est impossible de vivre dans un pays pendant plusieurs année sans parler la langue.
-Entendu, mais si tu tombes malade, ne viens pas te plaindre. Tu aura le droit à tant de grammes de riz et tant de grammes de viande par jour. Ici , c'est ainsi que le système fonctionne. En revanche, tu auras  le droit d'aller consulter les derniers vieux maîtres qui habitent encore ici. Ils sont à la retraite ; tu apprendras auprès d'eux le travail du pinceau et de ce qui t'intéresse, tout cela va me retomber sur le dos mais je te comprends."

Jugement critique personnel :
J'ai bien aimé ce livre car il nous fait voir comment les choses se passaient en Chine à l’époque de Mao Tsé Toug, il nous apprend beaucoup sur la calligraphie chinoise  et les fondements sur lesquels elle est basée.
Ce livre nous montre les effets du régime communiste chinois des années 80 et tout ce que la « révolution culturelle » a mis en route.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 18:04

uneprincesse04paillette.jpgAuteur : Meg Cabot

Titre : Journal d’une Princesse, Paillettes et courbettes.

Edition : Hachette jeunesse

Collection : Livre de poche jeunesse

Date :  2008

GENRE : Récit d’initiation.

THEME PRINCIPAL : Le journal d’une jeune fille qui devient une princesse.

 

 LE SUJET : Mia Thermopolis, princesse héritière du trône de Genovia, petite principauté qui se trouve entre la France et l’Italie, y passe les vacances de Noël. Juste avant de s’envoler, Michael, le grand amour de sa vie, l’a embrassée ! Elle se demande alors comment elle va faire pour pouvoir passer toutes les vacances de Noël sans lui, surtout qu’il y a un gros décalage horaire entre New-York et Genovia ! Entre les cours de princesse avec sa grand-mère et la préparation de son discours pour le prince William, elle n’a presque pas de temps pour elle !

Mais heureusement, Michael ne l’a pas oubliée quand elle revient aux USA. Son nouveau problème est de trouver son talent secret ; autour de la table, les autres ont tous un talent secret, sauf elle. Elle apprend également qu’on a tourné un film sur elle, Michael l’a invitée au Screening Room vendredi soir, mais sa grand-mère l’oblige à aller à un bal pour la comtesse  de Trevanni.

 

PASSAGE REMARQUABLE : Page 250-251.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? m’a-t-il demandé.

Oh, ta sœur est en colère car je n’ai toujours pas découvert quel était mon talent secret, ai-je répondu en rangeant mon journal.

Ton quoi ? a fait Michael.

Mon talent secret. »

Et alors, parce qu’il avait été si honnête avec moi en me disant qu’il m’aimait, j’ai décidé d’être honnête avec lui.

« C’est juste que Lilly et toi, vous avez tellement de talents, ai-je expliqué. Vous êtes bons dans pleins de domaines tandis que moi, je suis nulle partout. Parfois j’ai l’impression de… de ne pas être à ma place. Du moins en étude dirigée.

Mais voyons, Mia, tu es super douée ! s’est exclamé Michael.

Ah oui ? ai-je répondu en montrant ma robe. Douée pour ressembler à un perce-neige ?

Non, a répondu Michael.Quoique, maintenant que tu le dis, tu es assez bonne à ça aussi. Non, je voulais dire douée en écriture. »

Je l’ai regardé fixement et j’ai fait « Hein ? », ce qui n’avait rien des manières d’une princesse, je vous l’accorde.

« Eh bien, ça me paraît évident que tu aimes écrire, a continué Michael. Tu es toujours le nez dans ton journal. Et tu as toujours des supernotes en dissertation. Oui, c’est évident pour moi que tu es un écrivain. »

J’aime beaucoup ce passage car on apprend quel est le talent secret de Mia, et c’est ça qu’elle cherche pendant tout le livre.

 

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL : J’ai adoré ce livre, l’histoire est très entraînante et c’est le genre de livre que j’aime lire, je n’irais pas jusqu'à dire que c’est mon livre préféré mais j’aime beaucoup ce livre, je me suis rendu compte que je l’avais déjà lu mais c’était bien de le relire !

Maëlle B, 5C, Mars 2013 

Partager cet article
Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:09

Auteur : Marguerite Yourcenar 
titre  : Comment  Wang-Fô fut sauvé ( issu du livre Nouvelles orientales )
Edition  : l'imaginaire Gallimard Comment-Wang-fo-fut-sauve.gif

GENRE :nouvelle

THÈME PRINCIPAL Un peintre et son apprenti partent pour explorer et peindre de nouveaux paysages, cela ce passe dans la Chine antique .

LE SUJET C'est l'histoire d'un peintre nommé Wang-Fô et de son apprenti nommé Ling qui furent faits prisonniers par
un empereur. Celui-ci avait de nombreuses oeuvres de l'artiste mais l'une d'elle n'était pas terminée. Il demanda donc que dans les derniers instants de sa vie le peintre finisse ce tableau inachevé.

UN PASSAGE REMARQUABLE

" Wang-Fô, je veux que tu consacres les heures de lumière qui te restent à finir cette peinture, qui contiendra
ainsi les derniers secrets accumulés au cours de ta longue vie."

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL

J'ai bien aimé la façon dont l'auteur a écrit cette histoire et la façon dont elle est mise en scène. 

Marie-Reine, 4C, février 2013

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 20:25

Ce livre raconte l'histoire de deux enfants, Ludovic et Fatouma. Il sont tous les deux en classe de CM1.
 Au début, Ludovic ne faisait pas très attention à Fatouma. Mais un jour, ils se sont retrouvés en classe l'un à côté de l'autre, ils ont commencé à discuter et à mieux se connaître. Il s'entendaient très bien.
Quelques jours avant les vacances d'été, Ludovic trouva que Fatouma éta
it triste mais elle ne lui parla de rien. Les grandes vacances arrivées, Fatouma devait aller à Paris et Ludovic en Bretagne.

Quelques jours avant la rentrée, Ludovic s'inquiétait pour Fatouma car elle ne donnait pas de nouvelles. Pour connaître les raisons de l'absence de Fatouma, lisez ce livre !

 

ALEXANDRA 5A Novembre 2008

 

 

 

barre46

Auteur : Guy Jimenes

Titre : Pense aux jours heureux

Édition: Oskar Jeunesse

Collection : Cadet roman.

 GENRE : Roman d’amour.

 THEME PRINCIPAL Histoire de deux enfants amoureux.

 LE  SUJET

Deux enfants de CM1 sont amoureux, la petite fille, Fatouma Diallo a la peau colorée, le petit Garçon s'appelle Ludovic. Ils se connaissent depuis le CE1, et s'entendent très bien. Un jour, Fatouma disparait sans prévenir Ludovic, il va la chercher partout, jusqu'à la rentrée des classes. Il la revoit le premier jour de CM2, mais il la trouve changée, plus aussi joyeuse qu'avant,  il décide donc de lui parler mais elle ne veut rien lui dire. Il découvre que sa famille est immigrée et que son père est malade, donc il ne peut plus travailler. Les Diallo ne peuvent plus payer leurs factures, et Mme Diallo n'est pas autorisée à travailler, ils doivent alors déménager. Les services sociaux mettent à leur disposition une chambre dans un vieil hôtel de la ville, en attendant la décision du préfet pour la suite. Ludovic suit Fatouma et découvre alors qu'elle vit maintenant dans cet hôtel.

 UN PASSAGE REMARQUABLE D'UNE DIZAINE DE LIGNES page 21.

C'est dommage d'employer un mot aussi banal que " porte-monnaie " à propos du cadeau de Fatouma. C’est un objet magnifique, un objet d'art, aussi beau qu'un bijou ! Il se compose de deux pièces de cuir à peu près carrées : un compartiment avec un rabat dans lequel on peut mettre ce qu'on veut : de l'argent, une photo, un porte-bonheur ou même une carte de crédit (j'en aurai une quand je serai plus grand).

La seconde pièce de cuir est attachée par une lanière à la première. Elle sert à la fermer et à la protéger, comme un étui. Un cordon permet de suspendre l'ensemble à son cou. Je n’avais jamais parlé avec Fatouma de son pays d'origine; Je n'y pensais même pas. Le Sénégal, je savais quand même où c'était. Monsieur Michel nous l'avait montré sur la carte du monde, puis en plus gros sur la carte de l'Afrique. Fatouma était née au Nord de ce pays et l'avait quitté toute petit, à l'âge de 3 ans. Elle n'y était jamais retournée.

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL

 J'ai trouvé ce livre très intéressant sur tout ce qui touche les populations qui viennent d'ailleurs, ce qu'il peut se passer s’ils quittent leur pays illégalement etc....J'ai beaucoup aimé ce livre, également car il est très facile à lire et très court, pas du tout ennuyant donc je le conseille pour les personnes qui aiment peu lire.

 

Flore, 4A, janvier 2012 

barre46

Titre : Pense aux jours heureux

Auteur : Guy Jimenes

Illustration : Karen Laborie

Le jour de la rentrée, Ludovic, le héros de l'histoire, remarqua une fille qu'il connaissait depuis le CE1 mais cette année, elle ne lui fit pas la même chose, elle l'attira plus. Ils devinrent meilleurs amis et le jour de son anniversaire, Ludovic invita Fatouma. Au moment d'ouvrir les cadeaux, il découvrit le cadeau de Fatouma : un porte-monnaie en cuir qui venait du pays d'origine de Fatouma, le Sénégal. Un jour Ludovic lança le porte-monnaie dans les arbres mais plus tard, il le ramassa.

Puis un jour, en arrivant à l'école, il ne la vit pas, elle arriva en retard et cela plusieurs jours à se suivre. Ludovic déécida de la suivre et s'aperçut qu'elle n'habitait plus au moment endroit : son père était tombé gravement malade alors pour payer les médicaments, la famille de Fatouma avait dû déménager dans un immeuble dégradé et donc moins cher. Un jour, Ludovic décida de dire à Fatouma ce qu'il ressentait et ils redevinrent amis alors qu'ils avaient cessé de l'être.

Léo P, avril 2013

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 19:45
Titre:L'assassin de papa
Edition:Syros jeunesse, collection souris noire
Genre:Roman policier
Le thème principal est un assassin qui tue des femmes.
Un petit garçon et son père vivent sur une péniche.Le père essaie de gagner de l'argent dans le metro, il s'installe et pose une boite devant lui qu'il appelle la boite à "valda".Un jour alors que le père se promène il entel-assasin-de-papa.jpgnd des cris. C'était ceux d'une femme. Il se déplaça de rue en rue guidé par le bruit mais il décida de rentrer à la péniche.Le lendemain il parut dans les journaux qu'une femme avait été tuée, alors le père su que la femme était en fait celle qu'il avait entendu crier la veille. Plus tard dans la soirée il réentendit des cris alors il se précipita dehors et il vit une femme courir et deux hommes qui la poursuivaient, alors il courut vers elle pour aller l'aider, il y avait l'assassin et un autre homme.Le petit garçon curieux alla voir ce qui se passait mais tout à coup il se fit bousculer par l'assassin qui fuyait et tomba dans la Seine, alors à l'aide de l'autre homme le père repécha son fils.La dame proposa de ramener le petit garçon chez elle histoire de prendre une douche bien chaude mais le père hésita puis il accepta de laisser son fils à la dame.Le petit garçon prit un bain tout était merveilleux chez cette dame tout sentait très bon, il n'y était pas habitué lui qui vivait dans une péniche et qui ne prenait que deux douches par mois.Ensuite la dame lui donna des habits elle disait qu'ils étaient vieux mais en réalité ils étaient neufs alors, une fois le petit garçon habillé, l'homme le ramena chez lui, le père n'était pas trop d'accord de le voir avec ces habits neufs alors il lui demanda d'aller les rapporter le lendemain et c'est ce qu'il fit.
Après qu'il eut rapporté les habits il alla se promener avec son père il s'arrétèrent devant le marchand de journaux et le père demanda à son fils de rester là et dit qu'il reviendrait le chercher. Le petit garçon attendit pendant des heures et des heures mais il ne voyait pas son père revenir puis le marchand de journaux ferma sa boutique alors le petit garçon retourna à la péniche mais son père n'y était pas alors il alla chez la dame qu'il avait vue la veille et il passa la nuit chez elle. Le lendemain soir il alla à la péniche et vit un homme qu'il ne reconnaissait pas, puis il s'approcha et il reconnut son père qui n'avait plus de cheveux et qui était deprimé mais le fils lui remonta le moral. Le lendemain l'assassin fut arrété. Le marchand de journaux proposa un travail au père et son fils put aller à l'école.
Passage remarquable d'une dizaine de lignes: "Sur la péniche j'ai d'abord cru qu'il n'y avait personne.Puis quelqu'un a toussé.Je me suis retourné.J'ai reconnu le vieux manteau avant de le reconnaitre,lui. C'était mon père. Il était ratatiné dans un coin sombre.Il n'avait plus de cheveux.
-PAPA ! criai-je.PAPA!"
J'ai choisi ce passage car c'est le moment où le fils retrouve son père.
J'ai bien aimé ce livre car il y a du suspense, qu'il n'est pas très long à lire et qu'il se lit vite.
Emma D, 4A, janvier 2013
utlign9-copie-1


Indications bibliographiques

Auteur : Malika Ferdjoukh

Titre : L’assassin de papa

Edition : souris noire, mars 2010

Genre : Roman policier

 Thème principal :Valentin et son père vivent dans la misère à Paris et échappent à des tueurs.

Résumé du sujet : Valentin et son père habitent dans le 16e arrondissement de Paris. L’été ils vivent sous le pont de Grenelle dans une vieille  péniche  et l’hiver,  ils logent chez une amie Mona. Ils passent leur vie à faire les fins de marchés, sans jamais se séparer. Valentin ne va pas à l’école. Dans les quartiers,  il y a plusieurs crimes de femmes. Une nuit, ils sont témoins du vol du sac à main d’une jeune femme ; tous les deux défendent la victime et aperçoivent les voleurs. Cette jeune femme,  Laura pour les remercier, prête des vêtements à Valentin  qui était trempé car il était tombé dans l’eau. Plus tard, les voleurs, à nouveau attaquent le père de Valentin qui disparait plusieurs jours. Valentin le cherche  partout, se fait aussi poursuivre par ces voleurs. Valentin pour leur échapper, tombe  une fois encore dans l’eau  et va se réfugier chez Laura. Elle le réchauffe et lui donne à manger. Puis Valentin retourne dans la vieille péniche où il retrouve son père épuisé et traumatisé. Valentin annonce à son père qu’il veut aller à l’école.

Grâce aux témoignages du père et de Valentin, l’étrangleur fut arrêté. Le père travailla à la boutique des journaux du quartier. Valentin commença à fréquenter l’école.

Un passage remarquable d’une dizaine de lignes

« Papa…

-Quoi ?

-Papa… je crois… que ça me plairait d’aller à l’école…

Il m’a serré, a remis le duvet autour de moi, son bras autour du duvet.

-Qu’est-ce  que tu dis ?

J’ai jeté le duvet et je me suis levé.

-J’ai envie d’être comme les autres … d’aller à l’école…

À son tour, il s’est levé. nous sommes  allés sur le pont où le soleil de juillet grimpait dans le ciel.

-Tu sais ce que ça veut dire, hein, fiston…

-Oui

Et tu veux y aller quand même… pourquoi, fiston, pourquoi ? On n’est pas bien tous les deux ? sans comptes à ne rendre à personne ?

-Si… Mais j’ai envie d’aller à l’école …

-… D’apprendre à lire, vraiment lire… Apprendre l’anglais, faire des expériences de chimie… Ecrire…

Je l’ai regardé. Et je me suis mis à pleurer. » 

C’est un moment important car le père veut garder son fils auprès de lui. C’est tout ce qu’il a de plus précieux. Emmener son fils à l’école, représente beaucoup de choses; il faut de l’argent, travailler ; rentrer dans le monde du travail. Ils vont être séparés, mais son fils veut être comme les autres

Jugement critique personnel

J’ai apprécié ce livre car il y a du suspense jusqu’à la fin du livre  car on ne peut pas prévoir  la survie des  héros.  Le père et le fils sont liés d’une belle amitié car ils ne veulent pas se séparer. C’est aussi un livre  triste car ils vivent dans la misère  et cachent la pauvreté. Le papa produit beaucoup d’efforts pour que son fils soit heureux en faisant de la bonne cuisine Ils savent se débrouiller  Le livre se termine bien car l’étrangleur de femmes est arrêté. Le papa trouve un travail  et son fils va à l’école.

Gaëtan, 5C, mars 2013

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs