Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 19:16

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUE

Auteur: Christian Grenier big-bug-christian-grenier-9782700229561.giftitre: Big Bug
Edition: Rageot
Collection: Heure noire 

GENRE Roman policier

THÈME PRINCIPAL Guy Gata un informaticien , à été assassiné dans son appartement , ce sont  Logicielle et Max deux policiers qui on été mis sur cette affaire.


En allant interroger les collègues de Gata,  Max et Logicielle se rendirent compte qu'il utilisait les ordinateurs de sa société pour faire de gros calculs,  mais à quoi cela pouvait-il lui servir ? En  fouillant dans sa vie, les deux policiers se rendirent compte que chez lui il n' y avait plus aucune affaire personnelle, plus aucun de ses disques  durs n'était à sa place, plus de photo de son passé, juste une photo de cette femme asiatique. Personne ne la connaissait, elle était comme un fantôme. 

Mais en fouillant, les enquêteurs trouvèrent d'où elle venait et pourquoi Gata la
protégeait. Une chose leur restait inconnue : maintenant que Gata est mort, où est-elle ?

CHOIX D'UN PASSAGE REMARQUABLE

"Dix minutes suffirent à Logicielle pour fouiller le contenu des mémoires. Leurs données concernaient exclusivement l'entreprise.
Quel genre de calcul Gata avait-il pu exiger de si gros ordinateurs dont son micro ne contenait aucune trace ?
-Les dernières modification on eu lieu se matin à 8 h 10, là encore l’assassin nous a doublés.
-Max ! ça y est j'ai découvert ce que je cherchais , l’assassin a oublié un détail , une clés USB."

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL

J'ai apprécié la mise en place de l'intrigue ainsi que le suspense. Ce qui m'a déplu, c'est que l'histoire est faite de répétitions et d'idées trop peu développées. 
Malgré tout c'est un livre agréable, assez facile à lire.

Marie-Reine, 4C, Janvier 2013

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 20:15

Indications bibliographiques

avant-qu-il-soit.jpg

Titre :  Avant qu’il soit trop tard

Auteur : Stéphane Daniel

Editeur : Rageot, 2005

Collection : Heure noire

 

Genre :  Ce livre est un roman biographique et policier

Thème principal : Le parcours difficile de Fabien, un garçon en classe de 5ème  racketté par trois autres élèves de son collège en classe de 4ème .

 

Résumé : Fabien Kemp est un garçon de 13 ans. En classe de 5ème, il est assez bon élève et vit paisiblement avec ses parents bien que leur profession respective les empêche de passer beaucoup de temps avec lui.  Or, Fabien est différent ces derniers temps : il est distant, ne parle plus, ne va plus à son club d’échecs ni au collège et ses notes chutent gravement. Car en effet, voilà plusieurs mois qu’il se fait racketter par des élèves en classe de 4ème. Ils lui volent de l’argent, des habits, des CDs et  vont même jusqu'à le frapper.

Il ne sait pas comment s’en sortir, il a très peur. Personne n’est au courant à part lui.

Lorsqu’un jour, son père, lui même ancien racketteur, aperçoit son fils en train de se faire agresser, par peur d’aller de nouveau en prison, il n’agit pas.

Malik, son meilleur ami le découvre également, mais lui décide d’envoyer une lettre anonyme au proviseur qui convoque immédiatement les délinquants, les menaçant avec l’aide d’un commissaire de police.

Pensant que la lettre est l’œuvre de Fabien, il est de nouveau roué de coups par les malfaiteurs mais beaucoup plus rudement cette fois ci.

Le pauvre garçon en a assez ! Il rentre chez lui, prend un couteau et se rend chez Johnson, le chef de la bande afin de régler ses comptes une bonne fois pour toutes.

Or, face à Johnson, lui aussi armé, Fabien n’a aucune chance. C’est alors que son père, qui l’avait suivi, arrive et pour défendre son fils, menace l’adolescent avec un bâton.

Mais au moment d’utiliser son arme, le policier chargé de surveiller les malfrats intervient, juste à temps pour empêcher le père de Fabien de faire une grave erreur qui l’aurait mené tout droit au pénitencier.

Prenant désormais l’affaire au sérieux, la police interdit la fréquentation du collège et ses environs au racketteur et Fabien peut désormais revivre normalement comme si rien ne s’était jamais passé.

Passage remarquable

« _Je tenais à vous voir, madame, pour vous alerter. Il me semble que votre fils est sur une      mauvaise pente.

En face, Mme Kemp opine, les mâchoires serrées.

-   En effet, ses résultats sont à la baisse et c’est inquiétant pour deux raisons : la première est qu’il ne paraît pas s’en alarmer outre mesure ce qui compromet une réaction rapide, la seconde que son niveau de départ ne justifie en rien une telle débandade.

-   Débandade ? réagit Marie Kemp. A ce point-là ?

-   Oui. Ses moyennes ont chuté, et en tant que professeur principal, je puis vous dire que cette tendance est générale.

Et elle rentre dans les détails, matière par matière. En face, la mère accuse le choc. »

 

Explication du passage Ce passage est très important pour le livre car c’est le moment où la mère de Fabien s’aperçoit que quelque chose ne va pas pour son fils même si elle ignore encore ce que c’est.

 Mon avis sur ce passage  J’apprécie ce passage car il y à beaucoup de dialogue bien qu’il soit  un peu long dans sa totalité.

 Mon avis sur ce livre

Bien qu’il ne m’eût pas franchement attirée au premier coup d’œil , j’ai beaucoup aimé ce livre.

L’histoire est prenante, il est facile à lire, je ne me suis pas du tout ennuyée en le lisant c’est pourquoi je le conseille à tout le monde. Il est très réaliste et l’auteur se met dans la peau de personnages différents à chaque chapitre, c’est intéressant de pouvoir observer les différents raisonnements des protagonistes de l’histoire.

J’attribuerais à ce livre la note de 17/20.

Margaux, 4A, Janvier 2013

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 19:31

Titre: Les clefs de Babel

Auteur: Carina Rozenfeld

ClefsBabel.jpg

Edition Syros

Collection: Les Incorruptibles

Résumé: C'est l'histoire d'un garçon, Liram, qui vit chez les Aériens c'est à dire les gens qui habitent dans les étages les plus hauts de la tour de Babel. Cette tour a été conçue pour accueillir la population lors du passage du Grand Nuage qui détruisait toute sorte de vie sur son passage. Plus tard il fait la connaissance de quatre adolescents avec en commun un tatouage très étrange... Pendant 10 siècles, les cinq jeunes adolescents dormaient et ne se réveillaient qu'au bout de 100 ans pour voir si la Nature avait bien avancé dans l'élimination de toute trace du passage du Grand Nuage. Mais le dernier centenaire ils se réveillèrent 50 ans plus tôt que ce qui était prévu. Pourquoi? Parce que la nature s'est débarrassée plus vite que prévu des traces du Grand Nuage. Ils se réveillèrent tous et l'un d'eux alla vers une armoire. Dedans se trouvait posée une boîte, il enleva la poussière qui était dessus et l'ouvrit : à l'intérieur se trouvaient cinq clés. Ces cinq clés permettaient d'ouvrir la porte de la tour de Babel et ainsi de libérer ses habitants. 15 ...plus tard ... Liram vient d'avoir 14 ans et son père lui a promis un cadeau exceptionnel. Après avoir soufflé ses bougies il déballe son cadeau et voit un jeune chaton. Son père lui dit que c'est un prototype, car c'est un chaton qui parle, et quand il parlera Liram devra tout de suite le dire à son père.

 

Mon avis:  J'aime bien ce livre parce que il est plein d'aventures et il est intéressant.

Morgane, 5C, janvier 2013

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 19:19

UN-CHEVAL.JPGTitre : Un cheval de rêve

 Auteur : Evelyne Brisou-Pellen

 Collection :  Pleine Lune

 Edition : Nathan

 Genre : Roman de vie

 Résumé du sujet : C'est l'histoire d'une petite fille, Marie , qui aime l'école.

Mais au début du siècle il n'y a pas beaucoup de filles qui ont la possibilité d'y aller.

Pour se rendre à l'école, Marie, emprunte un chemin dont elle a peur, il fait très froid, il fait noir, le sol est gelé, mais surtout sur son chemin elle croise, tous les jours, Ambroise, un jeune homme qui est très méchant avec elle, qui lui fait des réflexions si désagréable comme :

 « Marie Madec qui pue du bec. »

Et plein d'autres encore...

Elle rêve d'avoir un cheval, car grâce à lui, elle pourrait traverser ce chemin, sans aucune crainte.

Ce rêve finit par se réaliser !

 

Passage :

« Évidemment, tu peux toujours renoncer

C'est le maire qui a eu l'idée, voilà ce qu'on a trouvé.»

Et il ouvrit la porte.

Dehors, dans la cour, il y avait …

Dragon noir.

Quand je pense à ce moment, j'en ai les larmes aux yeux .

[…]

 « Ça ira très bien, murmurais-je la gorge serrée, je crois que je vais me débrouiller. » ( Page 176-177 )


Point de vue personnel : J'ai aimé ce livre, car j'aime beaucoup les chevaux, je rêve moi même d'en posséder un. L'histoire est bien racontée, car on peut facilement se mettre dans la peau de Marie.

 

Couleur qui représente le mieux ce livre à mes yeux:  Marron, car ça parle de chevaux.

Théoline, 5C, janvier 2013

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 17:48

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES :

Auteur : Gudule

Titre : La fille au chien noir28348486_5681074.jpg

Edition : Livre de poche jeunesse

GENRE : Je dirai que c’est plutôt un roman d’amour.

THÊME PRINCIPAL : Alex, un jeune garçon de 4ème n’a aucun ami. Il trouve chaque soir du réconfort près d’un chien errant. Mais un jour, ce chien meurt. Cependant, il va revivre dans les rêves d’Alex, avec la fille parfaite aux yeux d’Alex.

LE SUJET : Alex est un jeune garçon de 4èmetrès intelligent. Tout le monde se moque de lui. Il se fait souvent insulter, et n’a aucun ami. Puis un jour, il rencontre un chien errant, qui va devenir son ami. Hélas, les parents d’Alex ne veulent pas de ce chien chez eux. Alex a peur car l’hiver arrive et le chien reste dans le froid. Hélas, le chien meurt, et Alex se retrouve seul, il commence donc à imaginer la fille de ses rêves et à la dessiner sur son journal. Un soir, alors que des élèves de sa classe veulent le frapper, la fille de ses rêves et Vador, le chien qui est décédé apparaissent et le défendent. Comment est-ce possible ?

CHOIX D'UN PASAGE REMARQUABLE D’UNE DIZAINE DE LIGNES :

"A-t’il réalisé que ses agresseurs ne le tenaient plus ? Non, il était trop stupéfait pour ça. Un seul mot est parvenu à son esprit, un seul. Un mot inouï. Un nom. Vador.

Un souffle chaud sur sa main le tire de son hébétude, ainsi qu’une voix féminine, maintenant de toute douceur :

-          Tiens, remets vite tes lunettes !

Il obéit avec des gestes d’automate. Retrouve l’usage de la vue. Et manque d’avaler sa langue. Longs cheveux noirs, silhouette étroite, gracieuse, altière. Visage triangulaire pourvu de pommettes hautes. Regard sombre, un rien ironique…Bon sang, il la connaît cette fille ! Il ne connaît même qu’elle ! C’est celle qu’il a imaginée quelques jours plus tôt, et si imparfaitement dessinée.

Et à son côté…à son côté…

Non, ce n’est pas possible. Alex rêve. C’est ça, il rêve. Il doit s’être évanoui ou quelque chose de ce genre…

Pourtant, la truffe tiède qui cherche ses doigts semble si réelle !

-          Va…Vador ?"

 (Page 64-65) J’ai choisi ce passage, car c’est à ce moment qu’Alex rencontre la fille de ses rêves et retrouve Vador, son ami, le chien décédé un peu plus tôt.

 

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL : J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Au début j’ai eu du mal à accrocher et puis après j’ai continué et j’ai adoré. C’est un peu fantastique et le fait qu’Alex rencontre la fille de ses rêves et retrouve son ami, c’est génial. Je le conseille pour tout le monde… Je pense qu’il peut plaire à n’importe quel lecteur.

Emmanuëlle, 4C, janvier 2013

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:55

Auteur : Gudule

Titre : Ma sœur la princesse

Edition : Lire c’est voyager, 20069782917460450_1_75.jpg

 Genre :Roman

 Thème principal : deux jeunes filles ont gagné un voyage dans un pays partagé entre le luxe et la misère.

Le sujet : Louna et Agathe ont gagné à un concours à la radio. Elles ont gagné une semaine dans un palais au Zakoustan. Ce palais est, en fait, un hôtel où le prince Andros a débarqué. Un soir, alors que sa sœur est sortie, Agathe aide le prince à s’échapper de sa chambre car il se trouve surprotégé. Pour qu’il puisse aller dehors, elle le déguise en sa sœur. Et la ruse fonctionne ! Le prince, enfin sorti, veut visiter le pays qu’il gouvernera. Il y découvre la misère, les bidonvilles, et les gens affamés, obligés de fouiller les poubelles pour se nourrir. Agathe et le prince vont aider une femme à sauver son bébé : ils l’emmènent à l’hôpital. Arrivé ensuite à l’hôpital, le père de l’enfant, un résistant, leur demande de les aider, lui et les autres résistants à renverser le premier ministre.

Cette demande va les mener jusqu’au palais où ils seront emprisonnés puis libérés. Ils renverseront finalement le premier ministre qui gouvernait à la place du roi qui était déprimé (et qui ne s’occupait plus de son royaume).

Ils seront acclamés et le pays sera alors gouverné de manière plus juste, les habitants ne vivront plus dans des bidonvilles car le prince deviendra roi à la place de son père.

 

un passage choisi  :

 "Le prince a ouvert la portière et je me suis engouffrée à l’intérieur. Mais, comme il s’apprêtait à entrer à son tour, une femme l’a retenu par la jupe en criant :

« Pitié ! Pitié ! »

Elle tenait un bébé dans ses bras enveloppé d’une couverture.

« Ma petite Dili est très malade ! sanglotait- elle. Si on ne la soigne pas tout de suite, elle va mourir ! »

A nouveau, Andros a eu le bon réflexe : il l’a poussé près de moi, puis il est monté devant et a ordonné au chauffeur :

« A l’hôpital et que ça saute !

- lequel ?

- Le meilleur ! » (p 52-52)

C’est à ce moment là qu’Agathe et le prince vont sauver le bébé en l’emmenant à l’hôpital. La petite fille va s’en sortir mais Louna ne sera pas contente car Agathe a payé avec l’argent de sa grande sœur, ce qui ne leur laisse presque plus rien. Mais, Louna finira par l’accepter et respectera sa sœur pour son geste généreux après qu’elle lui ait donné quelques explications.

Jugement, critique personnel : J’ai bien aimé ce livre car il raconte ce qui se passe dans certains pays. On trouve deux aspects : d’un côté, le luxe, les palais, les hôtels, les rues marchandes… De l’autre, les bidonvilles, les gens qui meurent de faim et doivent fouiller les poubelles. En revanche, le livre ne montre pas le « milieu » : les personnes qui vivent dans des maisons, travaillent, peuvent s’acheter ce dont ils ont besoin…, ce que l’on voit dans la vie de tous les jours en fait.

Mais, je n’ai pas trop aimé certaines choses comme le dessin et le fait que Louna ne fasse pas partie de la « révolution » : elle ne réapparaît qu’à la fin, c’est dommage. Et aussi, quand Agathe déguise Storm en femme, personne ne se demande qui c’est, ce n’est pas très réaliste. Et à la fin, Louna s’aperçoit qu’Agathe n’est pas une « gamine » comme elle le disait au début du livre.

Ce livre est intéressant et je le conseille aux personnes qui aiment ce genre de roman. Mais, j’ai tout de même trouvé que l’on savait déjà ce qui se passerait : qu’ils sauveraient le bébé, qu’ils renverseraient le ministre… Mais bon, c’est plutôt une bonne chose car, cela veut dire que l’histoire se termine bien. Comme la plupart des livres que j’ai pu lire d’ailleurs.

Mathilde, 5C, 9 janvier 2013 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 19:15

J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique. A priori la première de couverture déjà présente une énigme : comment concilier le label "Aventure 9782918373100.jpgfantastique" avec ce titre injonctif et magistral ?
Pendant la lecture, cette énigme demeure et je me suis souvent demandée à qui s'adr
esse ce livre. Les nombreux alter ego de Max ne seraient -ils pas d'emblée rebutés par l'injonction menaçante du titre ? Les dévoreurs alter ego de Léa trouveront-ils  leur bonheur dans ce roman en matière d'aventure fantastique ? L'équilibre est difficile à établir entre projet didactique et création d'une véritable atmosphère fantastique, il a des exemples difficiles à surpasser, je pense à La Peau de Chagrin de Balzac. Je pense aussi à ce qu'écrivait D Pennac dans Comme un roman : « Le verbe lire ne supporte pas l'impératif. Aversion qu'il partage avec quelques autres : le verbe "aimer"... le verbe "rêver"...  »

Cependant pour de jeunes lecteurs et c'est le public visé par ce roman, ce livre présente quelques atouts susceptibles de les séduire : le réalisme actuel du cadre et des personnages, le suspense, la simplicité de l'expression et peut-être le documentaire, la présentation aérée et illustrée.  Je suis impatiente et curieuse de connaître leur avis.
 

 

Extrait choisi :

Je décidai de reposer le livre à sa place initiale à côté de mon radioréveil, de feindre une partie de Tifus et d'observer l'ennemi du coin de l’œil. Au bout de cinq minutes, je ne constatai aucun mouvement suspect. Je ne résistai pas longtemps à l'appel de mes copains, me pressant à venir les aider à vaincre Sacrehorror dans le niveau dix-sept. Je m’apprêtais à donner le coup fatal quand le livre s'abîma à nouveau sur le sol de ma chambre. Je sursautai. Le bruit me parut encore plus fort que précédemment. Là, j'en eus assez. (p. 17)

J. Bicrel, 26/12/11

utlign9

 Si tu ne lis pas prends garde à toi, Lorence Fantuz
 
Roman Fantastique
 
Un garçon apprend à aimer lire grâce à un livre qui le conseille et l’aide à découvrir en lui un talent pour l’écriture.
 
Résumé : Max est un jeune adolescent de 12 ans « accro. » au jeu vidéo « Tifus » et qui n’aime pas lire. Mais, un jour, il reçoit un vieux livre qui a appartenu à son oncle décédé et que sa  tante a confié à sa mère  et celle-ci  lui offre. Max remonte sans plus attendre dans sa chambre pour  continuer la partie qu’il avait commencée un peu avant que sa mère ne rentre de son travail.
Il posa le livre sur l’étagère et reprit sa partie. Soudain le livre qui  tombait le fit sursauter et Max se dit qu’il ne tomberait pas plus bas, mais à peine avait-il tourné le dos que le livre sauta sur la pile de CD qui se trouvait à côté de lui , Maxime éberlué et apeuré bondit sur le livre. Pour sa plus grand stupéfaction, le livre se mit à parler, il faisait apparaitre des images sur l’ordinateur de Max.
Fou de colère et de peur bien que le livre l’ait aidé, un jour, il décide de trouver un  plan pour s’en débarrasser mais le jour où Maxime devait le surprendre et s’en débarrasser, celui-ci avait disparu ! volatilisé ! Maxime s’en voulait finalement car la veille le livre l’avait aidé et lui avait trouvé une source d’inspiration qui lui avait valu un 20/20.
Il s’en voulait tellement qu’il se mit à chercher partout où il pouvait se trouver, mais après s’être longtemps lamenté et avoir cherché une solution, il se dit qu’il avait réussi à le faire disparaître. Alors, en faisant un effort, il pouvait le faire revenir. Si bien qu’il lut des livres empruntés à la bibliothèque et écrivit un poème qu’il composa tout seul. Soudain, une voix le félicita ;  il vit  le livre replacé sur la pile de CD et celui-ci lui dévoila qu’il avait un don pour l’écriture  et que c’est pour cela qu’il avait réussi à rédiger tout seul son poème. En suivant les conseils de son livre, il s’engagea dans une filière littéraire et à 17 ans, il fit éditer son premier livre.
 
Extrait de texte  (page 34) :
« Tu sais Maxime, si tu veux une histoire où il est question d’une grande amitié comme Jules et toi, je te conseille le Grand Meaulnes un roman écrit par Alain Fournier. »
 
En même temps que le garçon parle, le livre cite des titres de roman qui sont en rapport avec les propos de Maxime. Malgré une rencontre inattendue entre Maxime et le livre, une amitié se forme entre les deux personnages qui ne devaient pas se rencontrer. Maxime se rend compte que ce livre est bienveillant.

Ce qui est sympathique dans ce livre est que nous pouvons nous reconnaître en Maxime, du fait de notre âge et son histoire est agréable à lire.
Je vous le conseille !

Romain L, 5B, 15/01/12

utlign1

 

 

Indications bibliographiques

Laurence FANTUZ

« Si tu ne lis pas, prends garde à toi ! »

Éditions Adabam

Genre : Fantastique et réaliste

Thème principal : Aventure

Résumé : Max douze ans est un fan de jeux vidéos, la lecture et lui cela fait deux. Un jour un livre mystérieux lui est offert par sa mère. Ce livre l’entraîne dans une folle aventure

Entre les leçons données par ce livre sur la littérature et les répliques lancées par Max pour montrer son désaccord… Max deviendra t-il fan de littérature ou même écrivain ?

Choisir un passage

« Eh Max, tu sais moi aussi je connais un Jules […]

-Oh ! Avec « ton » Jules, vous jouez à quoi ? A tifus ?

-Non, me répondit-il. C’est encore mieux : De la Terre à la Lune. Tu connais Max ?

Ce jeu ne me disait rien du tout.

-Et, il consiste en quoi ce jeu ?demandai-je, un brin curieux.

-Lancer un boulet de canon sur la lune ! Mais, pour y parvenir, tu dois rejoindre le Gun Club de Barbicane…

Il me donna de nombreux détails alléchants qui ne manquèrent pas de m’enthousiasmer.

-Cela a l’air vraiment sympa. J’aimerais bien rencontrer ton ami Jules et jouer avec lui.

-Rien de plus facile ! déclara-t-il, satisfait de lui. Lui s’appelle Jules Verne et a écrit De la Terre a la Lune  en 1865. Il te suffit de lire son roman pour entrer dans son univers !"

Mon jugement

Ce livre est génial car il nous explique que la littérature est plus intéressante et enrichissante que les jeux vidéo.

Thomas  4 A Janvier 2013

utlign1

 

Titre: Si tu ne lis pas prends garde à toi !

Auteur : Laurence Fantuz

Illustrations : Dub

Edition :Adabam

Collection : aventure fantastique

  

Résumé : Max un enfant passionné par les jeux vidéo ne lit jamais de livre jusqu'au jour où un livre magique va l'entraîner dans une drôle d'aventure mais Max ne se laissera pas faire ! Pour le battre,  il devra lire et décrocher un peu de ses jeux vidéo.

 

Un extrait que j’ai apprécié : 

Jules était mon meilleur ami. Nous nous connaissions bien et avions partagés de nombreuses crises de rire. Il était très grand et assez costaud mais mystérieux. L’avoir pour copain me rassurait .En ce moment j'aurais bien aimé qu'il soit avec moi. A nous deux nous n’aurions fait qu'une bouchée de ce livre.

 Critique personnelle : Je vous conseille de lire ce livre car il est intéressant on y trouve le moyen de lire au lieu de passer tout son temps sur les jeux vidéo.

 Théo, 5C, Mars 2013 

                      utlign1

auteur : Laurence FANTUZ        

collection: Aventure /fantastique          

Illustration : DUB

Titre : si tu ne lis pas prends garde à toi     

Éditeur : Adabam       

Genre du roman : Fantastique          

 

Résumé : C’est l’histoire de Max ou Maxime, il a douze ans et c’est un fan des jeux vidéo surtout TIFUS son jeu favori, il n’aime pas lire. Un jour sa maman lui donne un cadeau et ce cadeau s’avère un livre, ce livre va bousculer sa vie. Le livre parle. Ce livre a une mission, il doit réussir à faire aimer la lecture à Max mais Max résiste pour ne pas lire. Il avait une poésie à composer pour le lendemain mais ne trouvait pas les rimes alors pour la première fois il demanda au livre de l’aider , ils réussirent à trouver un sujet . Quand la maitresse eut fini de corriger et qu’elle eut rendu la copie à Max il eut un 10/10 il était très content, surtout ses parent. Mais cela était trop beau pour être vrai. Max avait toujours l’idée de mettre le livre dans la benne à ordure , il élabora alors un plan pour le prendre  par surprise , l’attraper et le jeter. Il alla donc à la bibliothèque même s’il détestait ça, avec son meilleur ami Jules, Gaspard et sa sœur, c’était pour son plan, il voulait faire croire qu’il s’était mis à la lecture. Il emprunta donc trois livres et les ramena chez lui. Le jour J était arrivé il rentra chez lui, ouvrit la porte de sa chambre mais rien plus personne où était-il donc passer ? pendant des semaines il n’apparut pas, Max était triste, il était quand même attaché à ce livre et un jour il réapparut et Max était le plus heureux, le livre avait réussi sa mission, il pouvait donc retourner d’où il était venu.

 

Maxime est un petit garçon qui a douze ans il passe des journées entières sur son jeu favori TIFUS jour et nuit s’il le faut . Il est très gentil et calme (sauf avec sa sœur), il n’aime pas beaucoup sa sœur  mais ses parents du fond du cœur .Il est le personnage principal du livre. Il a les cheveux marron, les yeux verts un petit nez et une petite bouche et il est mince .

 

Extrait choisi : Max, j’ai une surprise pour toi, me dit-elle d’une petite voix coquine, en utilisant encore ce vilain diminutif qui me poursuit depuis ma naissance. Car, en vrai, je m’appelle Maxime !

-Une surprise ? m’exclamai-je.

Ma mère se leva, se dirigea vers la commode chinoise, ouvrit la porte, puis le tiroir, et sortit un petit paquet enveloppé simplement de papier journal. Ceci-dit, un cadeau, cela ne se refusait pas !

J’examinai avec intérêt le petit paquet, m’interrogeant sur son contenu. Il ne pesait pas trop lourd et sa taille pouvait me laisser espérer la présence d’un jeu pour ma dernière console. Un peu excité à cette perspective, je déchirai le papier et découvris… un LIVRE !   ligne 11

 

J’ai choisis ce passage car j’ai été très surpris et en même temps il m’a fait beaucoup rire car  quand la mère a demandé à Maxime de descendre, et qu’elle avait une surprise pour lui, je pensais qu’elle lui avait acheté un jeu, (lui aussi pensais pareil que moi) sauf que sa mère lui a acheté un LIVRE. Ça ma fait rire sur le moment.

 

On peut voir Max qui je pense joue à TIFUS sur son ordinateur avec le livre sur le bureau et Max est surpris de voir le livre à côté de lui

Moi  j’ai aimé voire adoré ce livre, il était captivant, bien à lire et pas difficile donc je le conseille pour ceux ou celles qui seraient intéressés. IL y a de tout : de l’amitié, du dégoût, des coups par derrière  etc.

Quentin, 4eme D, décembre 2015

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 00:10

Publié à la NRF chez Gallimard, ce roman est le troisième que je lis de Modiano, biel-herbe-des-nuits.jpgn après Villa Triste et Remise de Peine. Plusieurs années plus tard, c'est la même impression d'une mélodie envoûtante répétée en sourdine dans un décor blanchâtre de dédales de rues où se croisent entre présent et passé le poète Tristan Corbière, Jeanne Duval, la maitresse de Baudelaire, la mystérieuse baronne Blanche et puis Jean, le narrateur au petit carnet noir, et aussi Dannie, Paul Chastanier, l'homme à la Lancia rouge, Aghamouri, Marciano, Duwelz... Sans doute, les Parisiens qui connaissent bien leur ville peuvent-ils éprouver un plaisir supplémentaire dans les balades parisiennes où nous entraîne le narrateur au carnet noir.

Et puis dans cet amalgame étrange, une intrigue se dessine autour du personnage de Dannie dont l'identité varie et dont on finit par perdre toute trace. Sans doute est-elle mêlée à une affaire de meurtre, on croit deviner des allusions à la mystérieuse disparition de Ben Barka en 1965 mais rien de précis, tout est juste suggéré. C'est là ce qui fait la magie sans cesse renouvelée de l'écriture de Modiano. 

Voici une carte des déambulations du narrateur de ce roman. 

Quant à l'affaire du carnet noir, mais aussi du manuscrit perdu, du dossier jaune ou de la lettre que Dannie envoie à Jean à la fin du roman ce sont autant d'alertes lancées sur l'écriture, la fiction et le réel, la trace écrite... Ainsi :

"En feuilletant le carnet noir, j'éprouve deux sentiments contradictoires. Si ces pages manquent de détails précis, je me dis qu'à cette époque-là je ne m'étonnais de rien. L'insouciance de la jeunesse ? Mais je relis certaines phrases, certains noms, certaines indications et il me semble que je lançais des appels de morse pour plus tard. Oui, c’était comme si je voulais laisser, noir sur blanc, des indices qui me permettraient, dans un avenir lointain, d'éclaircir ce que j'avais vécu sur le moment sans bien le comprendre.Des appels de morse tapés à l'aveuglette, dans la plus grande confusion. Et il faudrait attendre des années et des années avant que je puisse les déchiffrer" ( p. 42)

 J'ai saisi ce livre, presque par hasard, au détour de mes pérégrinations en librairie, le hasard produit parfois de belles rencontres, dans ce cas des retrouvailles très plaisantes.

 J Bicrel, janvier 2013


Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 15:39

Titre : Sacrées sorcières

Auteur : Roald Dahllivres-sacrees-sorcieres-352.jpg

Edition : Folio junior

Genre : conte

Thème principal : La découverte du monde des sorcières par un petit garçon

Résumé :

Les sorcières sont des êtres terrifiants pour tout enfant qui les rencontre, et c’est ce qui arriva à un jeune garçon. Après le terrible accident de ses parents qui leur coûta la vie, il partit en Norvège pour vivre chez sa Grand-Mère. Cette dernière, un peu farfelue, en profita alors pour lui donner des indices pour repérer et démasquer une sorcière. Le garçon reprit ensuite l’école comme tous les autres enfants en Angleterre et lorsque vinrent les vacances, sa Grand-Mère et lui décidèrent de repartir en Norvège. Mais sa Grand-Mère tomba malade et le médecin leur conseilla de prendre des vacances au bord de la mer dans un grand hôtel. Ils acceptèrent avec quelques regrets. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est que dans cet hôtel se réunissaient toutes les sorcières d’Angleterre et également leur chef : La Grandissime Sorcière !                                                                                              

Commence alors une grande aventure. Pour le garçon et sa Grand-Mère, ce sera la chasse aux sorcières.

Passage remarquable :

« Ma gorge était en feu ! Cette épouvantable sensation de brûlure dans mon estomac. Maintenant, tout mon corps brûlait ! Ma tête, mes jambes et mes bras ! Je hurlais mais la main de la Grandissime Sorcière me referma la bouche.                                                             

Ensuite, je sentis ma peau rétrécir. Comment dire ?     

Du sommet de mon crâne jusqu’au bout de mes orteils, je rétrécissais. Un peu comme si j’étais un ballon qu’on s’amusait à tordre pour le faire éclater !                                                  

Ensuite, je sentis ma peau devenir métallique. Comme une automobile à la casse, sous presse. Oui, j’étais pressé ! » Passage P 110

Ce passage est le moment décisif de l’histoire. Il nous montre la cruauté des sorcières envers les enfants et leur haine. Le héros se transformera et la suite de l’histoire en sera bouleversée.

Jugement critique personnel : 

Ce livre est amusant et j’ai trouvé que les sorcières étaient différentes de celles qu'on trouve dans les contes ce qui changeait des balais et des chapeaux pointus. Je l’ai trouvé un peu enfantin et j’ai été déçue par la fin, mais même si ce n’est pas mon auteur préféré je le conseille à tout le monde car il nous entraine dans son monde imaginaire et nous fait vraiment croire aux sorcières. Je l’ai aussi aimé car il y a de l’aventure, du suspens mais aussi de la tristesse car on parle de la mort.

Fanny, 4C, janvier 2013

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 22:03

 

Auteur/s: Patrick Raynal.

Titre: Ki Du.

Édition: 2003, Syros Jeunesse, Rat Noir.9782748501148FS.gif

 GENRE Roman policier.

 THEME PRINCIPAL Une enquête policière.

 RESUME

Manu, quinze ans, fils d’un couple de riches niçois a disparu ; depuis 6 mois, aucune trace de lui. Ses parents engagent un détective privé, Corbucci. On suppose qu'il se serait réfugié en Bretagne, c'est un passionné d'aventures maritimes. Pleins d'épreuves et d'indices attendent Corbucci en Bretagne.

Le ramener s'avère plus difficile que prévu...

 

CHOISIR UN PASSAGE REMARQUABLE D'UNE DIZAINE DE LIGNES

J'ai pris un vol pour Paris, un autre pour Lorient et j'ai atterri sur l'aéroport de Lann-Bihoué en essayant vainement d'apercevoir un bout de Bretagne dans le paquet de Coton qui semblait emballer l'avion. Dehors, c'était pire. Une couche épaisse de nuages descendait presque jusqu'aux éclairages de l'aérogare, étouffant les sons et les lumières sous une gangue humide et, bien qu'on soit en novembre, presque tiède. Les gens s'y déplaçaient comme des ombres brumeuses dans un silence irréel et, sur le parking, les voitures semblaient quitter leurs places sans bruit dans un halo de lueurs jaunes et rouges. Je me suis souvenu des lectures de mon enfance. L'irruption d'une bande de korrigans entourant la silhouette spectrale et décharnée de l'Ankou ne m'aurait pas plus étonné que ça. L'unique loueur de voitures ne proposait que des modèles d'un classicisme désolant et j'ai fini par me décider pour une berline Mercedes noire comme la nuit dont les sièges de cuir beige et l'acajou du tableau de bord me rappelaient vaguement le luxe discret de ma vieille Triumph.

 

J'ai sélectionné ce passage car c'est son arrivée en Bretagne, c'est un passage remarquable de l'histoire. Et j'aime beaucoup ce passage, c'est très bien détaillée, avec des mots qu'on ne connaît pas forcément, mais ça nous apprend d'autres choses.

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL

L'histoire en elle même est intéressante, j'aime beaucoup les romans policiers, avec du suspens, des détails. J'ai beaucoup aimé ce roman, il est génial ! On apprend des nouveaux mots, c'est un des meilleurs livres que j'aie lus.

Camille, 5C, janvier 2013

 

 

ligne_separateur.gif

Auteur : Patrick Raynal
Editeur : Syros
Collection : Rat Noir
Parution : 15/05/2003
Nombre de pages : 152


J'ai bien aimé lire ce roman car c'est un roman policier avec des descriptions de toutes sortes de choses. On peut facilement se mettre à la place des personnages. On peut aussi découvrir des endroits que l'on ne connaît pas, comme Lorient. Ce passage, page 63 le montre bien :

"De l'autre côté, la route longeait bien des installations militaires, mais tout avait l'air aussi mort que les casemates aveugles, les hangars rouillés, les immeubles rongés par le sel et les canons périmés que l'âge avait fini par rendre pittoresques et qui jonchaient le décor comme les reliques d'une vieille guerre oubliée."

Voir sous ce lien la présentation de l'histoire.

Julien, 5B, octobre 2008

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs