Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 19:32
Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 18:57
Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 18:25

Les six compagnons et l’ homme des neiges

les-6.jpg


Auteur: Paul Jacques Bonzon

Collection: bibliothèque rose/verte

Date: juin 2007

Genre: roman d’aventure

Editeur: Hachette livre

Thème principal : Les Compagnons partent en classe de neige

Résumé du sujet sur http://serge.passions.perso.sfr.fr/six_comp_titres_2.htm

Passage remarquable d’une dizaine de lignes : « Toup à coup l’homme des neiges surgit et attrapa Gorget !

Je repris Gorget et le tirai d’un coup sec vers moi. L’homme des neiges le lâcha et Gorget fut sauvé. » (page … )

J’ai choisi ce passage car c’est à ce moment que Tidou sauva Corget.

Jugement critique et personnel : J’ai apprécié le suspens qu’il y a dans ce livre. L’auteur fait bien ressentir les sentiments des personnages du roman. J’aurais souhaité plus de dialogue entre les personnages du livre.

Mathis B, 4A, Mai 2013

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 22:32

Auteur :Michael Morpurgo

Titre : Cheval de guerre

yann2image.jpg


Edition : 1986, folio junior, Kaye et Ward

Genre : documentaire d'aventure

Thème principal : Les aventures d'un cheval pendant la guerre.

Résumé : A peine âgé de 6 mois, un cheval demi-sang bai roux est acheté aux enchères par le père du jeune Albert. Le garçon de 13 ans nomme le cheval Joey et très vite, une solide  amitié les unit. Albert s'occupe de Joey, l'apprivoise, le monte. Mais son père veut que le cheval travaille à la ferme pour mériter sa nourriture. Sous les directives d'Albert,  Joey devient un vrai cheval de ferme et travaille aux champs. Malgré cela, le père estime que ce second cheval coûte trop cher. Alors que la guerre vient tout juste d'être déclarée, il le vend à l'armée anglaise et Joey devient un cheval de guerre. Albert est triste de quitter son fidèle ami et il se fait

 promettre que celui-ci sera bien traité. En temps de guerre, un cheval sert dans la cavalerie pour combattre sur le front, pour tirer l'ambulance et ramener les  blessés, pour déplacer les canons jusqu'au front. Appartenant à l'armée britannique, Joey est ensuite capturé par les Allemands. Quel que soit le côté, l'animal rencontre des hommes, des paysans, des vétérinaires, des officiers qui s'occupent toujours au mieux de lui. Joey raconte sa vision de ce terrible  conflit.

"C'était toutes les nuits que nous passions dans les lignes, enfonçant jusqu'aux paturons dans la boue gelée. Conditions bien pires que celles de ce  premier hiver de guerre ou  Topthorn et moi étions chevaux de cavaliers. A l’époque, chaque cheval avait son cavalier qui faisait tout son possible  pour s'occuper de lui et le réconforter, mais aujourd'hui la priorité des priorités, c'était le canon ; nous, nous passions  bien loin après. Nous n'étions que des bêtes  de somme et traités comme  telles."

 Jugement:

"Ce livre magnifique nous fait partager  l'incroyable destin d'un  cheval pendant la Grande Guerre. On comprend qu'après avoir été utilisés dans la cavalerie, les chevaux furent utilisés à d’autres tâches plus utiles: l'évacuation des blessés en tirant des brancards, l'attelage des canons, le remorquage des munitions et des cuisines roulantes ..." Comme l'écrit Yann sur http://www.ac-nice.fr/ienvalsiagne/oree/sitedeguerre/roman/roman11.htm

Antoine M, 5C 06/05/13



UNE RENCONTRE AVEC MICHAEL MORPURGO par GallimardJeunesse

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 14:30

Marc Levy

L'étrange voyage de monsieur Daldryl-etrange-voyage-de-monsieur-daldry-187554-250-400.jpg

Rober Laffont

Genre: roman d'aventure

Thème principal: Une jeune londonienne qui va découvrir un côté caché de sa vie qui va refaire surface  lors d'un voyage  organisé par son voisin de palier qui à la fin  va devenir son petit ami.

le sujet: Alice est une jeune étudiante qui crée des parfums, elle est heureuse, elle est souvent avec ses amies jusqu'au jour où elle fait la rencontre de son voisin de palier. Il est peintre et ne rêve que d'une chose : éloigner Alice de lui car il l'aime et c'est un sentiment nouveau pour lui, un sentiment qui lui fait peur. Il va l’emmener en voyage et pendant ce voyage ils vont se rapprocher et faire une découverte tout à fait extraordinaire : Alice qui croyait être londonienne est en faite  originaire de Turquie, elle se pensait fille unique alors qu'elle a un frère dont elle fera la connaissance et avec qui elle va rester très proche.

Passage choisi : « - depuis quand ? demanda Alice

Daldry inspira profondément.

-Depuis le premier jour où vous êtes entrée dans cette maison, depuis la première fois où je vous ai vue monter cet escalier, et le trouble n'a cessé d'empirer.

- Si vous aviez des sentiments pour moi pourquoi avoir tout fait pour m'éloigner de vous?

Ce voyage à Istanbul, c'était bien pour vous éloigner de moi, n’est-ce pas.

-Oui j'aurais été n'importe où pour vous oublier.

-Et maintenant ?

-Je ferai tout pour rester à vos côtés. »

Jugement personnel: j’ai bien aimé ce livre car il montre ce que l'amour peut nous faire faire sans que l'on y réfléchisse, sans que l'on puisse penser que ce que l'on fait est inutile car on ne peut lutter contre l'amour.

Marie-Reine, 4C, mai 2013

ligne separateur

Marc Levy
L'étrange voyage de Monsieur Daldry
Robert Laffon

Thème principal : Alice est une jeune londonienne qui va découvrir ses origines grâce à un voyage.

Résumé : 
Alice est un nez, elle crée des parfums. Elle vit dans une vieille
maison victorienne. Ils sont trois à vivre dans cette maison, elle, Mr Daldry et une vielle dame qui a le chic de jouer du piano tard le soir. Mr Daldry et Alice ne se connaissaient que de vue avant ce soir de novembre, où elle avait invité des amis à jouer de la musique chez elle, ce qui importunait beaucoup Mr Daldry, car cela le réveillait. Il le fit savoir.

Pour se faire pardonner, il lui offrit un dîner au restaurant et ils apprirent à
mieux se connaitre. Ils firent plusieurs sorties dont une, dans une fête foraine, où Alice consulta une voyante qui lui révéla qu'elle avait des origines en Turquie, en particulier à Istanbul.
Grâce à l'héritage venant du père de Mr Daldry, ils conclurent un pacte : Mr Daldry financerait le voyage et Alice confectionnerait un parfum qui ferait sa fortune à partir des odeurs rencontrées pendant leur voyage, cela lui permettrait de rembourser Mr Daldry.

Ils partirent, et elle apprit par sa rencontre avec son ancienne
nourrice retrouvée après de longues recherches, qu'elle avait été adopté par des européens (anglais)   après la mort de ses parents et qu'elle avait un frère. Elle le revit, ce qui lui rappela plein de souvenirs. Mr Daldry rentra à Londres et Alice resta un peu plus longtemps à Istanbul.
Quand elle rentra Daldry lui déclara sa flamme et ils se mirent ensemble.

Pages 49 ligne 29 à 50 :

"Alice avança vers le kiosque. La devanture était fermée, mais un rai de
lumière s'échappait des volets. Elle fit le tour un frappa à la porte.
La voyante parut étonnée en découvrant Alice.
- Qu'est-ce que tu fais là? Quelque chose ne va pas? demanda t- elle.
_ Non, répondit Alice.
_ Tu n'as pas l'air d'être très en forme, tu es toute pâlotte, reprit la vieille femme.
_ le froid certainement, je suis transie jusqu'aux os.
_ Entre, ordonna la voyante, viens te réchauffer près du poêle."

Alice s'engouffra dans la guérite et reconnut aussitôt les odeurs de
vanille, d'ambre et de cuir, plus intenses à l'approche du réchaud. Elle s'installa sur une banquette, la voyante s'assit à côté d'elle et prit ses mains dans les siennes. »

C'est de cette nuit que le futur d'Alice se décide, c'est pour cela que
j'ai choisi ce passage.

Ce livre m'a beaucoup plu par son contenu où l'on découvre des

évènements  liés à la seconde guerre mondiale. Puis nous découvrons Londres et
pour finir Istanbul avec ses grands marchés, ses hôtels luxueux, ses parfums et son histoire.
J'ai aussi beaucoup aimé la façon dont l'auteur a écrit son livre. Je recommande donc aux  petits et aux grands lecteurs ce livre haletant.

Romain, 4C, mai 2013

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 13:51

Auteur : Philippe Kerr
titre: Les enfants de la lampe magique / TOME 1 : Le tombeau d' Akhenaton Les-enfants-de.jpg
édition:bayard jeunesse
Thème principal : deux jeunes enfants se découvrent des dons extraordinaires 
Le sujet:A 12 ans John et sa sœur jumelle Philipa mènent une vie normale à New York jusqu'au jour où John se réveille en découvrant une étrange fissure  sur le mur de sa chambre et peu après il découvre avec sa sœur, un oncle nommé Nemord qu'ils avaient vu une seule fois dans un rêve qui leur a été commun. 
Cet oncle va leurs révéler leur véritable identité ! Et oui ! John et Philipa sont des djinns ou autrement dit des génies. 
Ils vont être emportés dans de grandes aventures pour lutter contre le mal tout en 
Cachant leur véritable identité. tout leur périple les mène au Caire puis en Angleterre, ils vont beaucoup voyager et et sauver leur oncle à maintes reprises .
Un passage choisi
"-Vous voulez dire que nous sommes des djinns, comme dans les Mille et une Nuits ? s'écria John. ceux qu'on déniche au fond des vieilles lampes à huile,tout ça ?
-Je suis sûr  que c'est une blague,répéta Philipa.
-C'est un peu difficile à croire,je sais, en convint Nemord.
-Un peu beaucoup, oui !
-Toutefois si vous réfléchissez aux étranges événements auxquels vous avez été mêlés depuis votre opération, vous admettrez qu'une explication aussi étrange soit envisageable. "

jugement personnel : J'ai beaucoup apprécié ce roman qui m'a fait voyager dans un monde tout à fait surnaturel, c'est un livre facile à lire.

Marie-Reine, 4C, mai 2013 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 10:31

Auteur : Hervé Jaouen

L-OR-BLANC.jpg

Titre : L’or blanc du Loch Ness

Edition : 1998 ; Gallimard Jeunesse 

 

Genre : roman policier

Thèmes : l’Écosse, la recherche scientifique, l’espionnage  

Résumé :

Rogis, Annie et son fils Alec Matallan habitent en Écosse. Cette famille est passionnée d

e pêche. Ils tiennent une auberge. Le père est guide et garde de pêche et Alec veut lui succéder. Un  jour, trois hommes dont un myope arrivent à l’auberge dans l’intention de pêcher de l’aube au crépuscule. Lors de la première soirée, Lord Kemberley, détective , crache du sang. Le myope dit qu’il est médecin et fait les premiers soins. Le médecin du village arrive et pense qu’on a administré un tonique à Lord Kemberley.

Le lendemain, ils sont tous allés à la pêche,  accompagnés d’Alec, le fils. Le myope est avec Alec dans la barque mais il laisse Alec pêcher car il ne sait pas. Ils font un déjeuner sur l’île. Les trois voyageurs disparaissent. Alec découvre Lord Kemberley poignardé et enlève le couteau de sa poitrine. Découvrant le meurtre Alec s’enfuit chez Fiona son amie d’enfance. La police arrive chez elle mais elle discute pour qu’il puisse se cacher au refuge de Nessie, dans une bergerie.

A la tombée de la nuit Fiona lui envoie des pulls, des couvertures et de la nourriture. Un berger Maclaglen  surprend les jeunes. Puis un autre écossais arrive équipé d’une cornemuse. Les deux bergers se disputent. Alec et Fiona en profitent pour prendre la fuite. Un hélicoptère passe au  dessus d’eux et s’arrête brutalement comme s’il avait atterri. Au loin, ils voient une moto qui passe à vive allure. Alec et Fiona descendent dans la tourbière. Ils se perdent dans le labyrinthe et découvre un laboratoire, une ville souterraine, et la moto. Fiona découvre ses brebis qui avaient été vendues  la veille. Ayant découvert un laboratoire sous le château, 

Fiona et Alec s’enfuient avec la moto très rapidement. Ils veulent prendre le train vers l’Angleterre  pour annoncer leur découverte à la télévision mais ils se font encercler par deux hommes et sont emmenés au studio de la BBC. Là les journalistes expliquent que le laboratoire effectuait des manipulations génétiques des brebis. Les espions pensaient que les policiers étaient à la poursuite des jeunes et cela leur avait permis de les prendre en fragrant délit. En récompense, Alec et Fiona déjeunent chez la reine dans le Buckingham palace.

Choix d’un passage remarquable

« -J’ai le plaisir d’accueillir en direct sur le plateau du journal télévisé les jeunes Ecossais héros de cette histoire, ainsi que M. Le ministre de l’intérieur et M. John  Sterling, des services spéciaux américains.

Avec la surabondance de mots familiers  à tous les hommes politiques, le ministre fit un véritable discours qu’il convient ici de résumer en toute simplicité. En association avec leurs collègues américains et à la suite d’intuitions scientifiques (« intuitions, cher Alec ! »,

 chuchota Fiona), des chercheurs britanniques s’étaient  livrés à des manipulations génétiques sur des brebis, jusqu’au résultat espéré : l’obtention d’un lait de brebis sélectionnées contenant des protéines capables des soigner les maladies génétiques, jusqu’à  ce jour incurables. Une découverte révolutionnaire, fondamentale.

-ainsi, conclut le ministre, les brebis les plus chères du monde vivent-elles désormais en Ecosse. Un litre du lait de ces brebis peut être estimé aujourd’hui à quelque chose comme dix mille livres. »

Commentaire

Les deux jeunes deviennent célèbres car ils découvrent les trois espions. Le laboratoire caché sous le château fait une découverte révolutionnaire. Grâce au lait de brebis, les chercheurs vont pouvoir guérir des maladies incurables.


Jugement critique personnel

Le  livre est étrange car la police fait semblant de poursuivre les deux jeunes afin de piéger les espions. On pense que le laboratoire est dirigé par les méchants puisqu’ils modifient le lait de brebis. En fait, ce laboratoire est contrôlé par le pays britannique afin de faire progresser la médecine. Fiona est courageuse car elle a protégé son ami face à la police. Ensuite elle l’a aidé à s’enfuir et est partie avec lui dans la nuit. Mr Lord  Kemberley que l’on croyait assassiné n’est  que blessé car le poignard a heurté la boite à hameçon. Le livre se termine bien.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 21:58

Auteurs: Matthew Morgan, David Sinden et Guy Macdonaldsociete-protectrice-des-monstres--tome-3---alerte-aux-troll.jpg

Titre: Alerte aux trolls

Edition: Pocket jeunesse

Genre: Ce livre est un roman d’aventure

Thème Principal: Une chauve souris alerte des sauveteurs d’une menace pour les trolls qui eux arrêteront  sûrement les braconniers.

Résumé :  

Il y a un homme qui s’appelle le baron Marackaï et qui veut détruire la SPM (société protectrice des monstres). Alors il décide de commencer par tuer tous les Trolls qui vivent dans un tunnel. Il met le feu au tunnel et là un gobelin sort du tunnel en cachette et se cache derrière un arbre. Il écoute tout ce que dit le baron et décide d’envoyer une chauve-souris messagère à la SPM.

C'est une chauve-souris messagère qui donne l'alerte à la SPM : les trolls de la Montagne sont en danger ! Une horrible chasse aux monstres se prépare et ils pourraient devenir une proie facile.

 

Passage remarquable :

 

« Bone le rejoignit avec le tuyau.

-C’est toujours moi qui me coltine les travaux pénibles ! protesta-t-il.

-Toi, tu te charges du pétrole ; moi, je suis le tireur ! Si t’es pas content, t’a qu’à en parler au baron !

En grommelant, Bone planta le tuyau dans le trou et ouvrit le robinet.

Après un long gargouillis, le pétrole jaillit. Blud sortit une boite d’allumette.

-Allez !il est temps de réchauffer les petites bêtes !

… » Page 91/ligne11

 

Ce passage est important car il montre que le troll est en danger et que les deux personnages dans ce passage ne sont pas si content de faire ce travail surtout un des deux. Cela montre donc qu’ils n’ont pas été manipulés par leur chef.

 

Jugement critique personnel : Ce livre est très bien et facile à comprendre et à lire. Il me convient surtout car l’écriture est en gros caractères donc cela est plus facile à lire à cause de mes problèmes de vue. Je le conseille car l’histoire est très intéressante et l’auteur est imaginatif.

Adrien, 4C, mai 2013 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 15:04

Titre : Bilbo le hobbitbilbo.jpg

Auteur : J.R.R.Tolkien

Edition : J’ai lu

Genre : roman fantastique

Thème principal : Le voyage initiatique  d’un hobbit

Résumé : Bilbo, un jeune hobbit (semi-homme) vit dans un trou paisible de la Comté, il y mène une vie tranquille jusqu'à ce qu’un jour il retrouve le magicien Gandalf. Ce dernier lui propose de participer à une quête, pour aider les nains à retrouver Erebor leur cité perdue, gardée par un dragon. Le voyage semble difficile et périlleux. Bilbo hésite.                                             

Après avoir longuement réfléchi, il accepte enfin et se met en route avec ses nouveaux compagnons. Son rôle dans le groupe ? Être pour eux cambrioleur, car il est petit, rapide et très discret. Mais les nains vont douter de sa fidélité de nombreuses fois. Après de longues journées de marche ils décident de se reposer. Mais leur moment de calme est vite troublé par l’arrivée de trois trolls affamés. Bilbo, plus petit et plus malin que les nains les fait se transformer en pierre grâce à la lumière du soleil. Et c'est comme cela que la grande quête se remet en marche, le groupe suivi par les gobelins qui veulent se venger de la mort de leur Roi. Bilbo va risquer sa vie de nombreuses fois, contre les elfes ou dans la forêt de Mirkwood mais aussi découvrir un mystérieux anneau qui va changer son destin.

Passage remarquable :

« Il devina de son mieux et rampa un bon bout de chemin, jusqu'au moment où sa main rencontra soudain un objet qui lui parut être un minuscule anneau de métal froid, gisant sur le sol du tunnel. C'était un tournant de sa carrière, mais il n'en savait rien. Il mit l'anneau dans sa poche presque machinalement, l'objet ne paraissait certes d'aucune utilité sur le moment. » 

Avis personnel :

Ce livre m'a beaucoup plu. J'aime  le genre « héroïc fantasy » et ce livre le reflète très bien. Tolkien a imaginé un monde fantastique avec une multitude de détails qui nous transportent dans un univers qui nous semble réel. On y trouve de l'aventure, du courage mais aussi de la nostalgie car Bilbo quitte sa petite maison et la Comté pour la première fois. Il vivra de nombreuses épreuves et nous fera rêver de dragons, d'elfes, de trolls et autres créatures toutes plus extraordinaires les unes que les autres.   

Fanny, 4C, mai 2013 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 22:20

Le-rapport-Brodeck.jpgCe livre a attendu longtemps sur ma table de chevet : l'illustration de couverture et le sujet abordé me faisaient reculer l'instant de m'y plonger malgré le bonheur que j'ai toujours trouvé à lire Philippe Claudel. Mais voilà, je l'ai lu et il ne me quitte plus ! Vous raconter l'histoire serait un peu vain tant ce livre a connu de succès. Je propose donc cet abécédaire, portrait en 26 touches d'un roman inoubliable. Puisse-t-il vous donner l'envie de le lire, d'y penser, d'en parler. 

 

A comme animal « L’homme est un animal qui toujours recommence » Mais que recommence-t-il ? Ses erreurs ou la construction de ses fragiles échafaudages qui parviennent parfois à le hisser à deux doigts du ciel ? (P 175)

B comme Brodeck, « Je m’appelle Brodeck et je n’y suis pour rien » dit celui qui a pour mission d’écrire le rapport sur la disparition de L’Anderer (l’autre), ce rapport dont les commanditaires attendent qu’il consigne bien tout ce qui s’est passé, tout, sauf leur monstruosité. Mais Brodeck écrit en secret un autre rapport.

C comme Claudel, auteur mais pas narrateur du Rapport de Brodeck mais aussi des Ames Grises, de La Petite fille de Monsieur Linh, de Parfums… une vingtaine de livres souvent primés, précise l’éditeur.

D comme Diodème, l’instituteur qui écrit des romans ; le tiroir de sa table recèle des secrets bien gardés.

E comme Emilia, la Juste, qui chantonne sans cesse, les yeux dans le vague, corps sans âme

F comme Fédorine, femme sans âge, "échappée du ventre pourri de l’Europe », p 28

G comme Göbbler, le voisin, un méchant, toujours puant le poulailler, toujours menaçant.

H comme Herz : l’entrée de la ferme du maire du village est ornée d’une poterne où est inscrit « Böden und Herz geliecht », « Ventres et cœurs unis » !

I comme inventaire de la flore des montagnes et même de la faune, Brodeck s’y applique avec méticulosité.

J comme « Je n’ai jamais couru aussi vite de ma vie.                                     …………..    Jamais. »                                   

K comme Kelmar, compagnon de Brodeck à S puis durant les cinq jours vers le wagon vers le camp mais « pas plus loin ».

L comme langue : « Ces soldats qui venaient en vainqueurs partageaient nos coutumes, parlaient une langue tellement proche de la nôtre qu’il suffisait de peu d’efforts pour la comprendre et la manier. » ( p 262)

M comme Monsieur Socrate, l’âne de L’Anderer et Mademoiselle Julie, son cheval bai.

N comme neige qui tombe dru sur le village et sur la camp.

O comme Ohnmeist le mystérieux et unique chien du village, chien de personne.

P comme Peiper, le prêtre du village qui se réfugie dans l’alcool au lieu de remplir ses fonctions et comme la peur qui a mené Brodeck aux bourreaux parce « Quelle avait saisi quelques-uns à la gorge » p  271 . Et surtout comme Poupchette l’enfant au doux babil, fruit de l’horreur et promesse du renouveau.

Q comme les quatre uniques exemplaires du précieux Liber florae montanarum dont le village se débarrasse en même temps que de l’Anderer son propriétaire.

R comme renard : pourquoi les renards meurent-ils aux abords du village ? Est-ce qu’ils se suicident ? Pourquoi est-ce un renard « très beau, très vieux », qui précède Brodeck dans sa fuite ?

S comme sacrifice : celui d’Aloïs Cathor sacrifié, décapité en place publique pour que chacun comprenne ce que les bourreaux nomment loyauté.

T comme tout : « Je sais tout Brodeck. Tout. Et tu ne peux même pas imaginer ce que ce Tout veut dire », confie le curé Peiper à Brodeck p 163

U comme Ulli Rätte, l’université de S. où Brodeck est allé étudier grâce aux villageois qui s’étaient cotisé pour en faire un futur instituteur du village.

V comme vouloir : dans l’apologue du tailleur Bilissi, celui-ci choisit de ne rien vouloir de crainte de tout perdre.

W comme « WR », les initiales entrelacées sur le brassard noir de l’étudiant qui sème la terreur en pourchassant les Femdër dans les rues de S

X pour les noms inconnus que Brodeck a préféré ne pas voir sur le testament de Diodème.

Y comme les yeux de l’Anderer « très ronds, d’un beau vert jade », ils « sortaient un peu de sa face ce qui rendait son regard encore plus pénétrant. » p 24

Z comme la Zeilenesseniss et son nourrisson – « La Mangeuse d’âmes » qui ne manque jamais la pendaison hebdomadaire au camp.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser nos avis de lecteurs à propos des livres choisis (élire) et lus (lire).
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs