Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 16:39

Auteur: Gudule
Titre: j'ai 14 ans et je suis détestable284729.jpg
Éditions: Flammarion_ date: 2000 

Genre: roman psychologique et sentimental

Illustrateur: Christel Fontes
Thème principal: L'histoire parle d'une jeune fille de 14 ans qui se déteste et se trouve "moche".

Résumé : 
L'histoire parle de Léa une jeune fille de 14 ans qui se déteste et que plusieurs
personnes détestent. Elle a une meilleure amie Pauline, qui, elle, est très belle.
Sinon il y a aussi Doc Rasta celui qui fait craquer toutes le filles, y comprit Léa et Pauline.
Ses parents sont très stricts avec elle, en particulier sa mère qui l'oblige à ranger sa chambre et décoller toutes ses photos, mais comme Léa ne le fait pas, sa mère finit par le faire.
Du coup, Léa énervée décide de s'installer au grenier où personne n'ira la déranger.Ses parents, pas trop d'accord, finissent tout de même par accepter. Léa se rend compte que « Whoo », le fantôme qu'elle s'était imaginé étant petite, existe bel et bien et se nomme Charles, il est mort dans ce grenier il y a très longtemps.
Un jour, Whoo avoua à Léa qu'il l'aimait, Léa petit à petit se rendit compte qu'elle l'aimait aussi. Mais le soir où Léa lui avoua ses sentiments, Whoo pu se délivrer de ce
cauchemar où il était emprisonné et partit.
Léa du coup se retrouva toute seule, jusqu'à un jour où Doc Rasta vint , il lui avoua qu'il l'aimait et Léa bouche-bée ne répondit rien.

Passage remarquable
J'ai bien aimé le passage de «  Tu me fous les boules [...] désarmante. » p.124.
Car c'est là où Léa va commencer « une nouvelle vie » car elle aura appris que des personnes l'aiment, comme elle est et qu'elle n'est pas vraiment détestable.


Critique personnelleJ'ai bien aimé ce live il est passionnant, et facile à lire.

Julie L, 4A, décembre 2012

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 00:31

Tasset Eric_Thomas Passe-mondes, tome 4 Uluru

Editeur : Alice Editions

Collection : poche. Alice jeunesse1216980-gf

Pour les butineurs, comme moi, l’éditeur Alice Éditions, a eu la bonne idée de résumer en deux pages les trois premiers tomes où Thomas, à 14 ans, découvre soudain qu’il a un destin exceptionnel. En effet, il appartient à l’ordre des Passe-Mondes et il est le Nommeur, seul capable de retrouver le nom des Incréés et de contrecarrer les « sinistres projets du Dénommeur »… Sur Lirélire, cet article écrit par Yves de 5B en 2008 relatait déjà le tome premier. Voilà Thomas contraint à partir à la recherche de la Première Frontière, rencontrant sur sa routes alliés, embûches, collaborateurs,  multiples aventures et mésaventures entre désert de Nerk, royaume de Elwander, la mer Noire et le Mont-St-Michel. Dans ses vertigineuses pérégrinations, Thomas a même acquis le pouvoir de lire dans les esprits…

Pour nous y retrouver, il faudrait bien un GPS ! Heureusement, une carte d’Anaclasis (où l’on voit que Colossea siège à l’emplacement de Paris)  et une autre carte du Monde des Reflets, l’Océanie précèdent le récit tandis qu’une chronologie comparée de ces deux mondes et six pages de présentation des personnages succèdent au récit dont la langue nécessairement allochtone est éclairée par un glossaire de 26 pages allant de Aedir à Zombre. En somme, la lecture est au moins aussi outillée que celle d’une tragédie grecque dans une édition pour lycéens.

Et dans ce monde d’ailleurs, voici ce qu’on peut lire en page 233, lignes 12 et suivantes :

« La fulgurite que leur tendit le gros homme un instant plus tard était tout simplement splendide. Elle adoptait la forme d’un S, avec une tête de serpent stylisée et une queue effilée de l’autre. Sa surface était parfaitement polie et recouverte de gravures d’une grande finesse. Mercier leur tendit une loupe et les visiteurs la détaillèrent à tour de rôle.

            _ On dirait Uluru ? se réjouit Henrique Serrao.

            _ Et une grotte, dans laquelle des hommes semblent danser, sourit Thomas. C’est bien un plan ! »

Fulgurite, kes a quo ? Le glossaire vous dit tout : la fulgurite est une pierre faite de sable vitrifié par la foudre.

Et Uluru ? Appelé aussi Ayers Rock, c’est un monolithe de grès situé au centre de l’Australie, haut de trois cent cinquante mètres et de plus de neuf kilomètres de circonférence. Uluru, Uluru, mais c’est… bien sûr c’est le titre de ce tome 4 ! Alors vite, direction Uluru !

Livre reçu de Babelio, vous pourrez le retrouver bientôt au CDI.  

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 15:15

 

Indications bibliographiques :

Auteur : Evelyne Brisou Pellen.

Titre : La bague aux trois hermines.

Edition : Milan 1991, collection Zanzibar.

Genre :Roman d'aventure, roman d'amour.

Thème principal : La vie d'Alix, une servante au Moyen Age.

 Résumé : L'histoire se passe au Moyen Age quand Sire Orderic décide de marier sa fille : Dame Isabelle. Il fait venir tous les prétendants du royaume pour choisir lequel sera l'époux de sa fille quand l'un d'eux se fait mystérieusement assassiner d'une flèche dans le cœur . Alix qui a décidé d'être les yeux et les oreilles de Dame Isabelle se charge de l'enquête et rapporte tout à sa maîtresse.

Un jour, Alix fait la connaissance de Sire Etienne. Elle le trouve parfait pour Dame Isabelle. Elle va alors tout faire pour que les deux âmes sœurs se rencontrent tout en menant l'enquête. Elle en arrivera même à soupçonner Sire Etienne.

Au fil de l'histoire, elle soupçonnera plusieurs personnes, comme Ordin le jongleur. Qui a assassiné le seigneur ? Un valet, un seigneur ou un marchand ? Alix se le demande. Elle ne peut plus faire confiance à personne. Le coupable essayera même de la tuer. Elle trouvera des preuves qui en accuseront certains et en disculperont d'autres.  Alors, qui est le meurtrier? Vous le découvrirez en lisant ce livre.

 Choix d’un passage remarquable d'une dizaine de lignes :

 « Ma tante, chuchota Alix, je vais être sincère avec vous : un seigneur a été tué sur le chemin de la forêt hier matin, et je sais que c'est Ordin le Jongleur qui a  fait cela.

- Que me racontes-tu là? s'effraya la femme.

- Rassurez-vous ma tante, je ne le dirai à personne. Ce que je veux savoir, c'est qui l'a payé pour cela, c'est tout ».

La peur quitta peu à peu le gros visage, faisant place à la méfiance :

- « Si Ordin savait ce que tu sais... »

 (Pages 111 à 112)

Ce passage est important car le lecteur peut croire que Alix a enfin trouvé le coupable mais, en fait, non. Ordin rira de ces accusations. Mais, Alix soupçonnera bien vite quelqu'un d'autre...

Jugement critique personnel :

 J'ai bien aimé ce livre mais la fin était un peu compliquée. J'ai apprécié car il y a de l'amour et de l'action. Je conseille ce livre à ceux qui aiment ce genre de roman.

Mais, j'ai trouvé qu'Alix changeait trop souvent de suspect et donc, on finissait par être certain que ce n'était pas celui qu'elle croyait être le meurtrier. Mais, à part ça, ce livre est très intéressant. 

 

Mathilde A.5C,  Décembre 2012

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

Titre : La Bague aux trois hermines

Auteur : Brisou-Pellen Evelyne

edition : Milan poche juniorbague.gif

genre : roman policier

Thème : un meurtre dans un château-fort au Moyen-Age

Le sujet : Ce roman se déroule au XIIe siècle dans le cadre clos d'un château-fort. Alix est une servante éduquée dans un château. Un jour, elle apprit que sa jeune maîtresse devait se marier mais Alix n'avait pas son mot à dire.Comme la future mariée ne pouvait voir ses prétendants, Alix s'en chargea elle-même. Elle espionna les futurs fiancés, elle fit la curieuse. Mais un problème survint ... Suspense !

Passage que je trouve remarquable : "En traversant une fois de plus la cour, Alix croisa Etienne qui lui fit un signe de la main" (p 153 à 165)

J’aime ce passage car il y a un dialogue intéressant et on y découvre que, rien qu’ en faisant un signe de la main, on peut résoudre une énigme. Alix a résolu une partie de son enquête à ce moment du livre.

 

Avis personnel : La personnalité d'Alix contribue fortement à l'intérêt de ce roman. Elle a de l'audace c'est pour cela ou grâce à cela qu'elle parvient à découvrir le coupable. Les relations entre les personnes sont bien décrites. Il y a de nombreuses incursions du côté des cuisines et des écuries ce qui permet de reconstituer le cadre d'un château et de résoudre une énigme très complexe.

 
Mathis, 5D, octobre 2011
 
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 11:52

Vivre au Moyen âge

édition :Gallimard

Genre : documentaire

Résumé des pages : 32-33

Sur ces pages, ça parle d'église. Dans chaque ville le premières fondations sont les églises parce que dans le Moyen-âge, les gens étaientt très croyants. Il y a deux types de styles : le style gothique et le style roman.getimage.php.png

Résumé des pages : 28-29

Sur ces pages , ça parle des équipements des soldats. Dans le Moyen- âge il y a eu beaucoup de guerres donc les soldats doivent être bien équipés : un casque, une épée, un bouclier, une cotte de maille et les gantelets.

Critique : Très bon livre qui apprend beaucoup de choses mais le livre est un petit long . 

Jérôme 5C novembre 2012

barrefleur15fx3

Titre : Vivre au moyen Age

Auteur : Andrew Langley

Editeur : Gallimard, 2005 

Collection :Les yeux de la découverte

Grenre : un documentaire.
Thème général :  la vie quotidienne au Moyen Age.
Mon passage préféré est : « La capture d’un ennemi de haut rang était une source de profit car la famille du prisonnier payait une rançon contre sa liberté. Celle de Richard Cœur De Lion pris par les turcs en 1194, s’éleva à 150 000 marcs, une somme colossale que durent payer ses vassaux et ses sujets ».

 J‘aime bien ce passage car cela explique un peu la capture de Richard De Lion par les turcs.

Avis critique personnel sur le livre : Je vous conseille d’emprunter ce livre car il est assez instructif.

Flavio, 5B, 22 obtobre 2011

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:56

 

1. Voici des quiz élaboré quatre groupes de deux à trois personnes à partir de portraits de personnages réalisés douze autres élèves de 2nde :

Quiz A. Rien que pour vous !: Bel-Ami A_QUIZ Quel personnage de Bel Ami êtes-vous ?

Quiz B. (toujours attendu)  

Quiz C. Rien que pour vous ! Bel-Ami C QUIZ Quel personnage de Bel-Ami êtes-vous ?  

Quiz D. Rien que pour vous ! Bel-Ami D QUIZ Quel personnage de Bel-Ami êtes-vous ?

2 Et ici un quiz élaboré par deux autres personnes à partir de la synthèse réalisée en équipe de quatre sur la presse dans Bel-Ami et la littérature du XIXe s :

Quiz / Le Monde de la presse dans Bel-Ami 

3. La carte commentée et annotée du Paris Hausmannien de Bel-Ami reste à déposer !

4. Voici une réécriture de Bel-Ami sous la forme d'une nouvelle dont l'héroîne est une femme d'aujourd'hui. 


5. Voici une réécriture de Bel-Ami sous la forme d'une nouvelle dont l'héroîne est une femme d'aujourd'hui. 

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 22:28

 

 

AUTEUR : Jacques CASSABOIS 
 TITRE : LE CHEVALIER TRISTAN 
 EDITEUR : Hachette 
COLLECTION : Le livre de poche jeunesse 
DATE DE PARUTION : Avril 2008. GENRE : Recueil de contes 
PERSONNAGES PRINCIPAUX : Tristan, Iseut, Marc 
THEME PRINCIPAL : Un amour impossible entre deux personnages 
RESUME : Tristan est un jeune chevalier dont le père est mort à la bataille et dont la mère est morte de chagrin après sa naissance. Il est recueilli par son oncle Marc qui lui apprend le maniement des armes. Tristan se fait nommer chevalier pour combattre le géant Morholt qu'il terrasse mais il est blessé par son épée empoissonnée. Il embarque dans une barque en espérant soit mourir librement soit trouver un remède miracle. La barque accoste en Irlande où il fait la connaissance de la sœur de Morholt qui le soigne ainsi que de sa fille Iseut. Tristan combat le dragon pour donner la main d'Iseut à son oncle Marc. Mais lors du retour en Cornouailles, ils boivent par erreur un philtre d'amour qui les unira à jamais. Iseut se marie avec Marc mais elle lui sera infidèle avec Tristan. Les barons du Roi Marc jaloux de Tristan, feront tout pour que le roi découvre leur relation. Tristan s'exile en Bretagne où il se marie avec une jeune fille mais refuse de consommer le mariage pour rester fidèle à sa bien aimée.  

UN PASSAGE REMARQUABLE : page 69

 Une autre année de solitude s'écoule. Les amants se terrent comme des bêtes, résistent au froid, à la pluie. Les privations n'altèrent pas leur ardeur. Pourtant, l'été qui revient est le troisième depuis qu'ils ont bu le vin et les effets du breuvage se dissipent. Ils se voient tels qu'ils sont, hagards, maigres. Ils n'en peuvent plus de vivre dans ce désert, mais ne savent pas comment réintégrer le monde sans se renier. Seul Ogrin peut les aider. Ils quittent leurs broussailles et se rendent à son ermitage. Le sage les reçoit et leur rédige une lettre de reddition que Tristan porte de nuit à Tintagel. Il réveille son oncle et s'enfuit.

 Ce passage met en avant la remise en question de nos deux amoureux. Malgré leur amour, ils acceptent de se séparer : Izeut retourne auprès de Marc et Tristan s'exile en Bretagne.

  CRITIQUE PERSONNELLE : Ce livre est intéressant et agréable à lire car l'histoire se déroule au moyen âge et il y a un peu de fantastique avec le dragon, le géant Morholt et la potion magique. Par contre, je trouve qu'il y a un peu trop de personnages. Tristan est partagé entre son amour pour Iseut et sa fidélité envers son roi Marc.

Antoine, 5C, novembre 2012

 

utlign1

Auteur : Jacques Cassabois

Titre : Le chevalier Tristan

Edition : le livre de poche

Genre : roman d’aventure

Thème principal : L’histoire de Tristan

  Le sujet :

 Un valeureux chevalier, neveu du Roi Marc roi de Cornouailles du nom de Tristan enchaine les victoires que ce soit au combat ou dans la vie. Mais un défi s’oppose à lui : le combat de Morholt, une bête qui va perdre en défiant Tristan. Blessé  il part pour l’Irlande où il va se faire soigner, il y retourne plus tard pour ramener Iseult future épouse du roi Marc. Mais pendant le retour en Cornouailles, Tristan voulant s’abreuver  but un breuvage qui fait aimer quelqu’un. Cette personne étai Iseult. Ils tombèrent amoureux et s’aimèrent en cachette. Mais arriva le moment où ils furent découverts, s’en suivit  une suite de péripéties.

Passage remarquable : - ¨C’est pour y creuser ta tombe que tu as choisi cette île, ironise le géant. Et évite aux tiens d’y transporter ta dépouille.

Il meugle comme un taureau. Quand il parle ses lèvres se retroussent et découvrent ses dents acérées de bête noire¨

Commentaire : on sent la puissance de la bête dans cette phrase et on sent aussi la tension entre les deux guerriers qui vont s’affronter.

 C’est un bon livre je le conseille aux autres personnes.

Matthieu P, 5C, 23/10/2012

utlign1

 

C'est l'histoire du roi Rivalin et de la reine Blanchefleur. Ils régnaient sur le royaume de Lohonois, en terre d'Armorique. Ils eurent un fils qui se nommait Tristan. Lorsqu'ils moururent, ils confièrent leur enfant à leur sénéchal. Un jour qu'il partait en mer, il fut emmené au pays de son oncle et là, il commença une histoire fabuleuse.

Florian, 5B, 22/01/2009

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 22:00

JEAN-CÔME NOGUES

 « Le Faucon Déniché »9782092541548_1_75.jpg
 Publié par Nathan en 1999, Collection Pleine Lune Aventure

Genre :  il s'agit d'un roman historique d'aventures

 Thème principal :la vie d'un jeune garçon du Moyen Âge qui capture un faucon

 Résumé : C'est un jeune paysan, Martin, de 12 ans qui un matin voulut aller chercher un faucon qu’il avait repéré auparavant dans un nid sachant bien que les serfs n'avaient pas le droit d’élever des faucons. Donc sa mère essaya de l'en empêcher mais cela était plus fort que lui il fallait absolument qu'il aille le chercher. Quand le fauconnier remarqua un faucon chez ce garçon, il alla voir et effectivement il trouva un faucon. Il voulut le récupérer mais Martin ne voulut pas car il avait passé du temps pour le dresser. Le fauconnier fit prendre le faucon et ordonna de le faire prisonnier au château. En prison il avait une botte de paille mangée par les rats et de temps à autre il avait du pain sec et de l'eau. Un jour, il vit de la fumée dans son village, à ce moment là, il comprit que le château allait être attaqué : il chercha à prévenir les gardes et le roi mais il était enfermé. Le seul recours pour prévenir quelqu'un  était de s'échapper par sa fenêtre jusqu'au tour de garde. Martin alla sonner la cloche pour prévenir le village. Une terrible guerre s'en suivit.

A la fin de cette guerre, Martin s'échappe avec ses parents. Les serviteurs du roi cherchent Martin sans succès jusqu'au jour d'une chasse où le faucon de Martin devait tuer une perdrix. Martin se trouvant là il l'en empêche. Le roi demande à Martin de se présenter, et en guise de remerciement pour avoir prévenu de l'attaque du château : il lui rend son faucon.

 

Passage remarquable : P84. « […] Plus efficace était la cloche au bout de la corde. Martin, le souffle haletant, se suspendit et tira de toutes ses forces. La bonne cloche ébranla l'air d'un coup très sourd. Martin s'accrocha de nouveau. Il tira. Un deuxième coup, un troisième. Le gros bourdon sonnait maintenant le tocsin à toute volée.

Martin ne faiblissait pas. C'était lui qui faisait tout ce bruit dans la chapelle du Seigneur, lui, le petit gardien d'oies ? Ce n'était pas possible ! Une sorte de joie s'empara de son cœur. Ses pieds, à chaque balancement de la cloche, quittaient le sol pour y revenir au balancement suivant. Quel jeu passionnant si ce n'avait été un cri d'alarme ! »

Signification : Sans la présence de Martin, et sans son courage, le château aurait été attaqué par surprise. Malgré la position sociale du jeune garçon, tous les villageois ont réagi pour sauver le château.

 

Jugement critique personnel :

 La lecture de ce roman nous permet d'apprendre ou de revoir des mots propres à l'époque du Moyen Âge. J'y retrouve également la hiérarchie sociale, le roi, les serfs... et le peu de crédit apporté aux petites gens. Je remarque que bien que le jeune Martin ait désobéit et soit prisonnier, il cherche quand même à sauver le château dont il dépend. Je conseillerai ce livre parce que cette histoire traite de la vie d'un jeune de mon âge à une époque qui nous est bien lointaine.

Fabien M, 5C, novembre 2012

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 19:24

Titre : Les déferlantes

 

Auteur : Claudie GallayLES DEFERLANTES

 

Edition : Ed. du Rouergue

 

Résumé : Oui, ce roman est un petit bijou ! (Cf critique sur couverture). Les lieux d’abord : l’auteur réussit la performance de nous donner envie de découvrir ce coin perdu de Normandie. Les personnages ensuite : elle nous décrit des hommes et des femmes à la personnalité affirmée, attachante ou particulière. Et les réparties de Max sont succulentes.

L’intrigue enfin se dévoile par petites touches jusqu’à l’émotion puis l’apaisement.

 

Passage : « Une première vague est passée par-dessus la digue. Il y en a eu d’autres. Et avec, ce vacarme infernal… L’orage a crevé. Des déferlantes d’eau se sont abattues sur la maison. Le visage collé à la fenêtre, j’ai essayé de voir dehors. Les lampadaires étaient éteints. Il n’y avait plus de lumière. Dans la lueur des éclairs, les rochers qui encerclaient le phare semblaient voler en éclats. Je n’avais jamais connu ça. Je ne sais pas si j’aurais eu envie d’être ailleurs. Quand j’ai regardé sur le quai, j’ai vu que la voiture de Lambert n’était plus là. Elle remontait en direction du village. Les feux arrière qui s’éloignaient. Et puis plus rien. »

 

Ce passage, tiré des premières pages du livre, nous met tout de suite dans l’ambiance. Le climat est rude. Il convient au personnage principal qui vient du sud pour oublier. Et puis, un autre personnage d’importance pour l’histoire, est ici mentionné.  

 

Véronique Nédélec

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:08

Coup de gigot et autres histoires à faire peurproduct 9782070612918 244x0
Roald Dahl
Folio Junior

C'est l'histoire de monsieur Maloney qui revenait chez lui après le travail  pour rejoindre sa femme Mary Maloney. Il lui annonça une mauvaise nouvelle qui eut pour conséquence de la rendre furieuse. Elle fut si en colère qu'elle tua son mari en le frappant avec un gigot. Mary ne se sentait pas du tout mal après avoir commis ce crime. Elle se rendit par la suite au marché du village et parla avec le marchand comme si de rien n'était. Lorsque Mary revint à son domicile, elle appela les policiers et ceux-ci crurent ce qu'elle leur raconta à propos du fait qu'elle n'était pas chez elle au moment-même où le crime s'était produit. Les policiers firent leur enquête et lorsqu'ils eurent fini, Mary leur offrit de rester pour prendre le repas avec elle. Sans le savoir, les policiers mangèrent le gigot qui avait servi d'arme pour le crime de monsieur Maloney.

Dany, 4C, novembre 2012

**********************************************************************************************************

L’auteur: Roald Dahl

Édition : Gallimard jeunesse

Collection : Folio Junior

Titre des nouvelles que contient ce recueil : Coup de gigot, Tous les chemins mènent au ciel , La logeuse , William et Mary.

Coup de Gigot

L'histoire se passe dans un village, une maison très chaleureuse, elle se déroule à notre  époque. Les personnages principaux sont la femme Mary Maloney, enceinte, au  sixième mois de grossesse, elle n'était pas nerveuse mais douce, attentionnée avec son mari. Le mari Patrick Maloney  travaille à la gendarmerie, il est toujours fatigué alors chaque soir en revenant de son travail il prenait un petit verre de whisky dans le canapé pour se détendre.

"Alors, Mary Maloney fit simplement quelques pas vers lui, sans attendre, elle leva le gros gigot aussi haut qu'elle put au-dessus du crane de son mari, puis cogna de toutes ses forces. Elle aurait pu aussi bien l'assommer d'un coup de massue". (page 15).

J'ai choisi cet extrait car c'est le moment le plus important où il y a de l'action, et c'est étrange de tuer son mari sans que la femme ait un regret.

Tous les chemins mènent au ciel

L'histoire se passe dans la 62e Rue, la nouvelle se déroule à notre époque. Les personnages principaux de la nouvelle sont la femme Mme Foster et le mari M. Foster. Toute sa vie Mme Foster avait souffert d'une crainte de manquer le train, l'avion, le bateau. Mis a part cette hantise, ce n'était pas une femme particulièrement nerveuse. Le mari M. Foster était un homme agacé par la crainte de sa femme, il faisait même exprès de la faire attendre sans nécessité ou même de faire manquer le train ou l'avion.

"Mme Foster prit son avion avec cinq minutes d'avance. Peu après, au-dessus de l'Atlantique, blottie dans son fauteuil, elle écoutait le ronron des moteurs. Paris venait à elle."(p.49)

J'ai choisi ce passage car c'était le moment fatidique pour elle de savoir si elle allait ne pas rater l'avion et comment allait se passer son voyage et son arrivée à Paris.

La logeuse

L'histoire se déroule dans une ville appelée Bath, plus précisément dans un hôtel. Les personnages de la nouvelle sont Billy, un jeune étudiant de 17 ans qui venait passer un séjour. Billy était stressé à l'idée de ne pas trouver une chambre d’hôtel. Second personnage : une dame âgée entre quarante cinq , cinquante - cinq ans, propriétaire de la maison . Elle avait un sourire encourageant et chaleureux, un visage rond, rosé et des yeux d'un bleu très tendre.

"Pardonnez ma question mais n'avez-vous pas eu d'autres pensionnaires que ces deux messieurs, pendant ces dernières années ? 

Tenant bien haut sa tasse de thé, elle inclina légèrement la tête, le regarda du coin de l'œil et lui fit un de ses charmants petits sourires.

-Mais non, mon cher petit monsieur. Rien que vous.( page 72)

 J'ai choisi ce passage parce qu’il met du suspense dans l'histoire et que cette dame est vraiment bizarre mais la fin aussi est bizarre.

William et Mary

L'histoire se déroule dans une famille à notre époque. Les personnages sont  William Pearl qui est mort et son épouse Mme Mary Pearl. William était un homme sans histoire, généreux, il avait laissé très peu d'argent après sa mort mais il avait laissé une lettre destinée à son épouse expliquant sa rencontre avec le neurochirurgien, John Landy et il y  détaillait sa curieuse proposition : maintenir le cerveau de l'homme en vie après sa mort. Mary Pearl, sa femme ; est triste de perdre son mari, enfin presque.

-"A bientôt, mon chéri, dit-elle encore.

- Cela suffit, madame Pearl !

- N'est-il pas adorable ? s'écria-t-elle en regardant Landy de ses gros yeux brillants. N'est-il pas mignon? J'ai hâte de le ramener à la maison ! (page 123)

J'ai choisi ce passage parce que c'est la fin de la nouvelle et que c'est terrifiant de voir une femme avec un comportement pareil, c'est étrange !.

Mon avis sur le livre : j'ai trouvé des nouvelles intéressantes avec des frissons, du suspense, du rire ou des nouvelles dont la fin était plutôt à faire peur comme "La logeuse" et " William et Mary" mais  dans l'ensemble c'était un bon livre de Roald DAHL.

Léa H, 4 A, 3 octobre 2015.

************************************************************************

Le titre de la nouvelle est : Coup de Gigot.

L'auteur est : Roald Dahl.

Les personnages principaux sont : Mary Maloney, Patrick Maloney et Jack Noonan.

 La collection : Folio Junior

Voici les titres des nouvelles que contient ce recueil : Coup de Gigot, Tous les chemins mènent au ciel, La Logeuse et William et Mary.

Coup de gigot : C'est l'histoire d'une femme, Mary Maloney, et d'un homme, son mari. Ils étaient mariés. Un jour, le mari alla à son travail, pendant ce temps la femme préparait le dîner et puis tout d'un coup, elle entendit les roues de la voiture sur le gravier alors son mari franchit la porte. Le mari était renfermé, il ne parlait pas. Sa femme lui proposa de manger, mais il ne voulut pas. Puis il annonça la nouvelle à sa femme :

-J'espère que tu ne me blâmeras pas trop, dit-il.

Et il lui dit ce qu'il avait à lui dire. Ce ne fut pas long. Quatre ou cinq minutes au plus. Elle demeura  assise sans mot. Elle ne voulait pas y croire, elle pensait que c'était un rêve. Puis elle alla en direction de la cuisine pour faire à manger. Elle prit le gigot et vit son mari, de dos, devant la fenêtre. Puis elle leva le gigot au-dessus de la tête de son mari, elle le cogna de toutes ses forces, il demeura miraculeusement debout, puis il s'écroula sur le tapis. « Elle était épouse de détective. […] Mais l'enfant qu'elle attendait ? Que faisait la loi d'une meurtrière enceinte ? » Elle se posait énormément de questions. Alors elle alla chez le commerçant pour acheter un gâteau au fromage, c'était le préféré de Patrick Maloney, son mari. Elle appela le poste de police, c'était Jack Noonan à l'appareil, puis les voilà qui arrivèrent. Mary devait répondre à d'innombrables questions. Les policiers finirent d'enquêter et ils étaient affamés alors Mary, pour les remercier, leur offrit le dîner. Ils mangèrent donc le gigot. L'un des policiers ajouta que Patrick avait le crâne en miettes, comme broyés à coups de marteau.

Ce livre était passionnant.

Adeline B. 4D, 04/10/2015

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 08:59

Titre : C'était la guerre 

 Auteurs : Annie Saumont, Italo Calvino, Robert Westall, Hervé

               Le Tellier, Jean-Noël Blanc, Jaroslaw Iwaszkiewicz

L’éditeur : Hachette Jeunesse

Collection : Courts Toujours51THPAYCCBL.jpg

Genre : anthologie de six nouvelles

 

Présentation  de la nouvelle : « Adolf » de Robert Westall

Thème principal : Une amitié entre un adolescent et un ancien héros de guerre

Résumé 

C’est l’histoire de Billy Martin qui va chercher une bière à l’épicerie pour son père. Sur le chemin, il fait la connaissance d’Adolf qui lui propose de faire ses courses en échange d’un peu d’argent. Billy accepte et quand il ramène les courses à Adolf, il lui montre ses tableaux et ils discutent de plusieurs sujets. Un jour, Adolf lui parle de « Dresde », une ville allemande qui s’est fait bombarder par les anglais pendant la guerre 1939-1945. Billy fait des recherches pour trouver ce qui s’est vraiment passé là-bas mais il ne se trouve qu’en face de personnes qui ne disent pas la vérité. Après plusieurs recherches, il trouve le livre d’Adolf Hitler qui raconte tout ce qui s’est passé sur la guerre, il le lit et en parle à un camarade. C’est là que les ennuis commencent car il raconte à tout le monde qu’Adolf est Adolf Hitler. Un groupe de punk tague sa maison d’insultes, une émeute éclate devant chez lui. Billy, inquiet, décide de tout raconter à son père qui lui dit qu'Adolf ne peut pas être Adolf Hitler car il était mort depuis longtemps. Ils partent à la maison d’Adolf qui est en flammes. Ils appellent la police qui sauve Adolf. Plus tard, ils apprennent qu’Adolf était en fait un grand héros de guerre polonais.

Passage remarquable :

 «La guerre, a ajouté Simms, elle a de drôles d’effets sur les gens – des années après. Le vieux Krainer a commencé par combattre Hitler et il a fini par se prendre pour Hitler. Je suis content d’avoir seulement été dans la défense anti-aérienne – loin de Lowestoft. Papa et moi, on a pris notre bière et on est parti. Les fenêtres aveugles de la maison incendiée d’Adolf Krainer ont semblé nous suivre, comme des yeux, tout le long de Tennyson Terrace."

La guerre fait changer les gens, elle laisse des traces sur les visages et sur les caractères.

Jugement critique :

J’ai apprécié cette nouvelle car cela parle d’une amitié entre un adolescent de 14 ans, qui pourrait être moi, et un vieil homme marqué par la guerre, puis d’une rumeur qui s’installe autour de cette amitié, et qui a failli couter la vie à une personne. Mais cet adolescent a permis au vieil homme de récupérer son honneur de héros.

 

Ewen, 4A, novembre 2012

***********************************************************************************************

51THPAYCCBL.jpgTitre du recueil: C’était la guerre

Edition: Hachette Jeunesse

Collection: Courts Toujours !

Titres des nouvelles:     -Les voilà

                                       -Un beau jour ne dure jamais longtemps

                                       - Le corbeau vient le dernier

                                       - Adolf

                                       - Mon frère David

                                       - Petit Péteux

                                       - Icare    

 

1: Annie Saumont : “Les voilà

On ne sait pas où se passe l’histoire ni à quelle époque mais les personnages principaux sont un enfant et son grand-père. Nous n’avons pas de renseignements sur eux. L’enfant écoute les vieilles histoires vécues par son grand-père quand il était jeune.

Extrait : “De là, je voyais sans être vu. Je les trouvais beaux, les soldats. Ils ont répété : serrez-vous ! Puis ils ont lancé des grenades. »  (p 18)

J’ai choisi cet extrait car je le trouve plutôt triste.

2: Italo Calvino,  “Un beau jour ne dure jamais longtemps”

L’histoire se passe sur les bords d’un petit ruisseau, en pleine seconde guerre mondiale, c'est-à-dire entre 1939 et 1945. Giovannino et Sérénella jouaient à la guerre avec des roseaux mais après avoir sifflé dans les roseaux, ils se retrouvèrent en plein champ de bataille, en pleine guerre…

Extrait: “... Ils revoyaient toujours le regard triste de ce soldat-là allongé par terre… (p 36)

J’ai choisi cet extrait car on voit à peu près comment étaient les soldats pendant la guerre. »

3: Italo Calvino “Le Corbeau vient le dernier”

L’histoire se passe d’abord au bord d’une petite rivière et vers la fin, dans un champ de bataille. Trois soldats sont au bord d’une rivière à regarder les truites passer. À un moment,  un des trois propose de lancer une grenade pour voir la réaction des truites. C’est alors qu’arrive un « gosse ». Il demande un fusil et on lui en donne un. Le gosse tire sur une truite, puis une autre. Ensuite sur une pomme de pin, puis deux puis trois. Une perdrix et une hirondelle tombent à leur tour au sol. Le chef des soldats décide de prendre le gosse sous son aile et c’est comme ça que le gosse est devenu soldat.

 Extrait:“... Mais, venant d’apercevoir des boutons dorés sur la poitrine de l’un d’eux, le gosse avait déjà fait feu en visant l’un de ces boutons ...”(p.49)

J’ai choisi cet extrait car on voit ce que les Français faisaient lorqu’ils voyaient des Allemands.

4: Robert Westall : « Adolf ».

L’histoire se déroule en Angleterre. C’est un jeune garçon appelé Billy Martin qui allait tranquillement chercher des bières pour son père. Il descendait la rue de Tennyson-Terrance quand soudain un vieil homme l’interpella. Il lui demanda d’aller faire ses courses. À son retour, Billy rentra chez “ le vieil Adolf”, c’est comme ça que les villageois l’appelle. Après avoir longuement parlé de ses tableaux qui rappelaient la seconde guerre mondiale, Billy décida de rentrer chez lui car il se faisait tard et que son père s’inquiétait. Le lendemain, à la bibliothèque du collège, Billy cherchait le livre que Hitler avait écrit “Mein kampf”. Après l’avoir lu, le garçon se demanda comment Adolf pouvait savoir autant de choses sur Hitler. Une idée lui vint à l’esprit : Adolf était en fait Adolf Hitler !!!!!  Il alla de ce pas le dire à ses parents qui, bien sûr ne le crurent pas. Mais suite à un article dans le journal qui disait qu’ un dangereux criminel de guerre habitait dans Tennyson- Terrence, le père de Billy partit de suite de la maison,  avec Billy. Devant la maison d’Adolf, un groupe de punks se tenait là, avec des coctails Molotov en main et ils les lançaient à travers la fenêtre de la maison. La semaine suivante, Billy apprit que Adolf était mort mais aussi que Adolf était ancien pilote de bombardier anglais et que, après avoir lu plusieurs fois le livre d’Hitler,  il le copiait: coiffure, style vestimentaire, etc. Depuis ce jour, le père de Billy l’accompagnait à chaque fois que Billy descendait la rue.

Extrait : ... « Le vieux Krainer a commencé par combattre Hitler. À la fin, il a fini par se prendre pour Hitler »... (p.103)

5 : Hervé le Tellier: «  Mon frère David. »

L’histoire se passe dans un camp de concentration allemand.  Le petit Michel écoutait les histoires de son grand frère David, qui lui contait leurs bons et mauvais souvenirs, à la sortie du camp de concentration dans lequel ils étaient tous les deux prisonniers.

Extrait : “debout Michel, encore un effort, un dernier effort. c’est l’arme rouge. Les allemands ont perdu la guerre. »

J’ai choisi cet extrait car on sait comment s’est passe la libération des camps de concentration allemands.

6: Jean-Noël Blanc: » Petit péteux. »

On ne sait pas où se passe exactement l’histoire mais elle se passe dans un petit village.

Amédée vit à la campagne avec son vieux père. Il allait tous les jours au village acheter à manger, boire un coup avec les villageois et voir sa petite copine. Mais un jour, son père vient à mourir. Amédée, sous le choc, ne sort plus de chez lui, ne se lave plus, il grossit... bref, il ne fait plus rien ! Puis un jour, comme tout le monde un jour, il vient à mourir, probablement d’une attaque, comme toute sa famille avant lui ...

Extrait: Je n’ai pas trouve d’extrait intéressant.

7: Jaroslaw Iwaszkiewicz: « Icare ».

L’histoire se passe en Varsovie. Michas regardait le tableau de la chute d’Icare et il se rappela de ce petit garçon, là, sur la route qui lisait tranquillement un livre quand soudain vint cette camionnette noire. De cette camionnette sortirent trois hommes cagoulés qui embarquèrent l’enfant. Personne n’avait rien vu, tout comme Icare , lors de sa chute. Personne, sauf Michas.

Extrait: “Ceux  qui allait périr au combat savaient pourquoi. Peut être éprouvaient-ils une consolation à l’idée que leur mort aurait un sens.”(p.158)

J’ai choisi cet extrait car on apprend comment étaient les soldats à l’idée de mourir.

J’ai trouve ce livre intéressant car je suis intéressé par la guerre.

Tom, 4D Septembre 2015

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs