Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 15:41

 

Sous ce lien, une sixième lecture, arrivée en retard

Commentaires critiques mais bienveillants vivement souhaités.

Le roman complet en ligne 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 15:07

      Et sous ce lien, une dix-huitième lecture, arrivée en retard.

Commentaires critiques mais bienveillants vivement souhaités.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 13:00

 

2nde 2, novembre 2012

Commentaires critiques mais bienveillants souhaités

barre46

Le Parfum est un roman où tout est décrit, dans les moindres détails. Lorsque l'auteur parle des odeurs des rues de Paris et de l'atelier de Baldini, on a l'impression de les sentir.
« A l'époque dont nous parlons, il régnait dans les villes une puanteur à peine imaginable pour les modernes que nous sommes. Les rues puaient le fumier, les arrière-cours puaient l'urine, les cages d'escalier puaient le bois moisi et la crotte de rat, les cuisines le chou pourri et la graisse de mouton; les pièces d'habitation mal aérées
 puaient la poussière renfermée, les chambres à coucher puaient les draps graisseux, les courtepointes moites et le remugle âcre des pots de chambre. Les cheminées crachaient une puanteur de soufre, les tanneries la puanteur de leurs bains corrosifs, et les abattoirs la puanteur du sang caillé. Les gens puaient la sueur et les vêtements non lavés; leurs bouches puaient les dents gâtées, leurs estomacs puaient le jus d'oignons, et leurs corps, dès qu'ils n'étaient plus tout jeunes, puaient le vieux fromage et le lait aigre et les tumeurs éruptives. Les rivières puaient, les places puaient, les églises puaient, cela puait sous les ponts et dans les palais. Le paysan puait comme le prêtre, le compagnon tout comme l'épouse de son maître artisan, la noblesse puait du haut jusqu'en bas, et le roi lui-même puait, il puait comme un fauve, et la reine comme une vieille chèvre, été comme hiver. Car en ce XVIIIe siècle, l'activité délétère des bactéries ne rencontrait encore aucune limite, aussi n'y avait-il aucune activité humaine, qu'elle fût constructive ou destructive, aucune manifestation de la vie en germe ou bien à son déclin, qui ne fût accompagnée de puanteur. Et c'est naturellement à Paris que la puanteur était la plus grande, car Paris était la plus grande ville de France. Et au sein de la capitale il était un endroit où la puanteur régnait de façon particulièrement infernale entre la rue aux Fers et la rue de la Ferronnerie, c'était le cimetière des Innocents. (...) Or c'est là, à l'endroit le plus puant de tout le royaume, que vit le jour, le 17 juillet 1738, Jean-Baptiste Grenouille. »

Si quelque s'intéresse à la parfumerie, ce livre décrit comment on fait pour "capturer les odeurs" et les conserver. Il explique aussi pourquoi les essences de fleurs sont chères.

Raphaëlle,3e D, 19/10/2008

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 23:44

Indications bibliographiques :

 

Auteur : Brigitte Coppin.

 

Illustrateurs : Erwann Surcouf et Maurice Pommier

 

Titre : Au temps des châteaux forts

 

Édition : Gallimard Jeunesse

 

Collection : Le Journal d'un Enfant

 

Genre : Journal, récit de vie.

 

 Thème Principal : La vie du jeune Arnaud à l’époque du Moyen-Âge.

 

 Résumé : Arnaud est un jeune villageois de 12 ans, habitant au village des Courtils, dans le Nord du royaume de France. Il a une petite sœur, Margot. Leur mère est morte l'année passée, leur père, est parti dans une ville bien meilleure que la leur, laissant ses enfants avec leur belle-mère. Pour l'instant, Arnaud s'occupe des moutons, un jour, il sera menuisier, comme son père. L'hiver, il va à l'école du village, le curé leur apprend à lire et écrire. Ce dernier, lui a offert du papier et de l'encre pour qu'il puisse écrire quand il voudra. Il retourne aux champs l’été. Arnaud raconte sa vie, au fil des jours, quand il a une mauvaise ou bonne nouvelle, quand il part de nouveau aux champs, quand il rencontre des gens étrangers...

 

Il travaille dur pour sa famille, il essaye même de combattre sa peur des chevaux pour travailler.

 

Choisir un passage remarquable d'une dizaine de lignes : (page 24)

 

5è jour d'Octobre

 

Aujourd'hui, le maréchal ferrant est venu pour Albo, un beau coursier d'Espagne qu'on a livré pour le seigneur. J'ai bien vu que le cheval était agité et qu'il fallait l'attacher solidement ! Lorsqu'il a rué j'ai reculé et j'ai renversé le brasero où le maréchal faisait chauffer les fers. Résultat : je me suis brûlé le bras, j'ai été renvoyé de l'écurie et maintenant je vais sûrement me faire fouetter par messire Robert. J'en ai assez d'être ici !

 

6è jour d'Octobre

 

Dieu merci, l'intendant n'était pas là et j'ai échappé à la raclée. Mon bras gauche me fait très mal.

 

 Ce passage est douloureux pour Arnaud, car, il se fait très mal et en même temps, il se fait renvoyer. Heureusement, après, il se fait soigner par des gens aimables et chaleureux.

 

Son mal a encore duré plusieurs jours, mais il est parti d'un coup.

 

Jugement critique personnel :

 

J'ai bien aimé ce livre car :Il explique bien la vie au Moyen-âge, il est bien construit, on peut même soulever des volets. Et c'est une belle histoire.

Camille C, 5C, 21/10/2012

SeparateurNeutre.jpg

Auteur : Coppin Brigitte

Titre : Le journal d’un enfant au temps des châteaux forts
Genre : Récit de vie
Thème principal : La vie d’un enfant au temps des châteaux fortsproduct_9782070559459_244x0.jpg

Résumé
En 1390, Arnaud a 12 ans et habite le petit village des Courtils, près du château de Coucy, sur la route de Soissons, dans le Nord de la France. Il a une petite sœur, Margot. Leur mère est morte l’année précédente et leur père s’est remarié les laissant avec leur nouvelle belle-mère pour s’installer en ville. Mais cette dernière confie Arnaud au château de Coucy pour que la famille ait moins d’impôts à payer. Après son arrivée au château, Arnaud aide à de multiples taches : Nettoyer les lieux d’aisance, aider à l’écurie, porter des coffres et du lourd matériel… D’ailleurs, après avoir déchargé le chariot de la dame, Arnaud est suspecté d’avoir égaré un coffret contenant certainement des objets très précieux.
Le jeune garçon raconte ce qu’il vit au quotidien.

Jugement critique personnel
C’est un très bon livre, je le trouve vraiment intéressant et je le conseille fortement à ceux qui aiment le Moyen-Âge, les châteaux forts, mais avant tout à tous les lecteurs. Ce qui est bien dans ce livre c’est qu’il y a beaucoup de définitions et d’indications.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 22:48

 Indications bibliographiques

Auteur : Évelyne Brisou-Pellen

Titre : Les portes de vannes

Edition : hachette jeunesse

Genre : Roman historique

Thèmes principaux : Une enquête policière, la vie quotidienne au moyen âge, les aventures de Estienne et de Philippa en 1473.

Résumé http://brisou-pellen.fr/ebp-notportesdevan.html

Choixd'un passage remarquable « Recroquevillée sous la courte pointe, Philippa ne dormait pas, elle tremblait de froid. C’était l’inconvénient des lits personnels »

Jugement critique personnel

Très bon livre

Gaétan H, 5C, 12/11/2012

 

barrefleur15fx3

Titre: Les portes de Vannes
Auteur: Evelyne Brisou-Pellen
Illustrateur : Bruno Pilorgetcouv-portesdevan-copie-1.JPG
Collection: Hachette Jeunesse

Mon avis : J'ai bien aimé ce livre car ça aurait pu être réel. J'avais déjà lu un livre qui parlait d'une fille qui s'était déguisée en garçon comme dans ce livre.

Ce livre fait partie de la sélection 5NicoLire, il est la suite du roman Les Cinq Ecus de Bretagne (qui sera étudié en cours) mais on peut le lire et le comprendre sans connaître Les Cinq Ecus de Bretagne.

Passage du livre, chapitre 2, page 36 :

"S'il vous plaît, vous pouvez m'emmener ?
- Où allez-vous, jeune homme ?
- A Vannes.
- C'est bon, montez. Je puis vous mener jusqu'à Malestroi. Cela vous approchera."
Sans arrêter les deux chevaux, l'homme tendit la main à Phillippa pour l'aider à se hisser près de lui sur le banc de bois. Il avait un visage rond et rieur, et approchait sans doute la cinquantaine.
"Est-ce loin, Malestroit ? s'enquit Philippa.
-Sept à huit lieues bretonnes. A l'allure où nous allons, nous y serons demain soir. Je suis bien content d'avoir un compagnon, les routes ne sont pas très sûres, ces temps-ci ...

Anaëlle, 5B, 03/05/2009 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 19:00

9782844208040_1_75.jpgINDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES :

 Fred Paronuzzi

 Terrains Minés

 Date : Décembre 2009 ;

Editeur : Edition Thierry Magnier ;

Collection : NOUVELLES

GENRE : Littérature

THEME PRINCIPAL : Le sport est ici le thème principal. Le sport en question s’appelle le football. Plusieurs histoires racontées se déroulent dans plusieurs pays différents.

RESUME : à lire sur http://crdp.ac-paris.fr/comite-de-lecture/?p=1084

CHOISIR UN PASSAGE REMARQUABLE D’UNE DIZAINE DE LIGNES

Dans ce livre mon passage préféré a été :    « Ca sert à quoi l’école ? A rien. En tout cas pas ici. Et sûrement pas en ce moment. C’est ce que pense Simon, qui sèche de plus en plus souvent les cours. Quand sa conscience l’y ramène deux journées de suite, rarement davantage, il se fait sermonner par le CPE puis se traine jusqu'à une salle de classe où il somnole, perdu au dernier rang. »

J’ai aimé ce passage car il est drôle et en même temps non. J’aime cette idée de l’auteur de nous avoir montré ce que pensait Simon.

JUGEMENT personnel de Sophie Audouard : http://crdp.ac-paris.fr/comite-de-lecture/?p=1084

 Matthis LB, 4A,10/11/2012

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 18:33

Titre : Le chant des lunes

Auteur : Gudule

Edition : Editions Thierry Magnierle-chant-des-lunes-gudule-9782844206428.gif

Genre : nouvelles fantastiques

Thème principal : il n’y a pas de thème, ce sont 10 petites histoires différentes les unes des autres.

Résumé  de la dixième histoire qui s’appelle Le chant des lunes : Hélène Dumas travaille à l’institut médico-légale et adore son travail. Elle a une cinquantaine d’années. Un jour, elle reçoit le corps d’un enfant d’environ sept ans. Elle reconstitue son visage et s’aperçoit que ce visage, c’est le sien lorsqu’elle avait sept ans. Hantée par ce visage, elle décide d’aller voir son père qui lui révèle qu’il a fait cloner sa fille lorsqu’elle était bébé. Hélène se rend compte qu’elle avait une sorte de sœur et pense à tout ce qu’elles auraient pu faire si le clone était encore vivant. Elle retourne voir son père qui lui dit que c’est la vraie Hélène qui est décédée et donc que le clone c’est elle.

Passage du livre remarquable :

-       Ce clone ? articula-t-elle d’une voix sans timbre.

-       C’est toi.

Hélène ne broncha pas. Elle en eût été bien incapable. En elle s’ouvraient des abîmes, des gouffres. Des tourbillons obscurs.

-       J’ai dû corrompre un employé du centre pour qu’il t’enlève… reprit le vieillard…

Commentaire sur le passage du livre :

Je trouve ce passage de l’histoire intéressant car c’est à ce moment qu’Hélène découvre que c’est elle le clone, que c’est elle qui a volé le destin de la vraie Hélène. Ce sont les révélations du père d’Hélène. Ce passage est important pour la suite de l’histoire.

Jugement critique personnel :

Je conseille de lire ce livre car il est intéressant à lire. Il y a en tout dix petites histoires fantastiques à lire. Par contre, ce livre est difficile à comprendre et à lire pour des personnes qui ne sont pas habituées à lire. Je trouve que la dernière histoire est la plus intéressante.

Adèle, 4A, 10/11/2012

****************

Titre du recueil : Le chant des Lunes.

le-chant-des-lunes-gudule-9782844206428.gifAuteur : Gudule (Anne Liger-Belair)

Collection : Nouvelles

Edition : Thierry Magnier                 

Titres

1-La mort qu’on voit danser

2-Enfer-Sur-Meuse    

3-Journal d’un clone

4-La momie

5-Un berceau de dentelle noire

6-La petite fille qui mordait ses poupées

7-La voix

8-Le petit garçon dans les roses thé

9-Niguedouille

10-Le chant des lunes

1-La mort qu’on voit danser

L’histoire se passe dans la Cordillère des Andes à notre époque .

Aude est une jeune femme de vingt-cinq ans qui a la passion du voyage .

 « La poupée !

[…]Le petit automate remuait par saccades. […] Ses doigts articulés saisirent délicatement le bord de sa jupe et la soulevèrent .L’un de ses genoux se plia avec grâce, sa tête bouclée oscilla, ses cils papillonnèrent. Puis, par à coups, sa bouche s’ouvrit, transformant son sourire en une sorte de mastication spasmodique d’où s’échappait une voix aigrelette : « Bien-ve-ni-da… »                          

« La mort … La mort approche ! pensa Aude, en un flash. » p.24

J’ai choisi ce passage car on y apprend que l’histoire des poupées qui accueillent les gens au paradis n’est pas juste une légende .

2- Enfer-Sur-Meuse

L’histoire se déroule dans une petite ville de la Meuse, de nos jours.

C’est l’histoire d’une femme de trente ans qui, atteinte d’un cancer, s’est suicidée .

 « Les suicidés vont en enfer , m’a-t-on appris au catéchisme . L’enfer… Grands dieux, mais… j’y étais !!!

Pas dans les flammes d’un brasier peuplé de démons cornus, non. Pas rôtissant sur le gril des damnés. Dans mon enfer, à moi (chacun le sien je suppose ?), Enfer-Sur-Meuse […]. » p.35

J’ai choisi ce passage vu qu’il illustre bien l’idée que le personnage se fait de sa ville et de son enfer.

3-Journal d’un clone

La nouvelle se passe dans une ville au XXI e siècle .

Le personnage principal est un clone HD22 , très gentil , maltraité par son propriétaire , Yannick , un petit garçon méchant .

 « Le HD22 est un clone recommandé pour les enfants nerveux […] , et c’est ainsi que je me suis retrouvé au Noël suivant , devant leur sapin . » p.42-43

J’ai choisi ce passage puisqu’ il montre comment le clone est arrivé dans sa famille et pour qui il est recommandé.

 4-La momie

L’histoire se déroule dans un hôpital à notre époque .

Mme Delcourt , défigurée lors d’un voyage en Egypte par un animal est le personnage principal de cette nouvelle .Elle fait de la chirurgie pour retrouver son ancien visage .

 « Aaargh , que font-ils ! Ils déroulent la bandelette. Un tour, deux … […] AAAAAAAAH !

-Du calme, madame Delcourt, dit le chirurgien […] La greffe a pris ne vous inquiétez pas, je vous promets que vous retrouverez votre visage. » p.63-65

Ce passage démontre que le titre est une image , en réalité la narratrice n’est pas une momie mais une personne défigurée . C’est pour cela que je l’ai choisi.

5-Un berceau de dentelle

La nouvelle se déroule dans une ville inconnue, en été , de nos jours .

Les personnages principaux sont Sarah , une femme petite et frêle passionnée par les antiquités et  Suzanne , une vieille femme morte dont l’esprit cruel est emprisonné dans un tableau.

 « Face au portrait de Suzanne, Sarah semble hypnotisée. Elle claque des dents. Ses mains, son visage sont glacés.

-La voix cette nuit c’était la sienne.

[…]Mon bébé est à la maison, Sarah. Tout seul dans son berceau de dentelle. […]Le cœur en débandade, Sarah traverse la cave et se penche sur le berceau. » p.82-83-91

J’ai retenu ce passage parce qu’’il expliquait bien le titre .

 6-La petite fille qui mordait ses poupées

Le récit se passe au XXIème siècle dans une maison.

Le personnage principal est une petite fille qui ne peut s’empêcher de mordre au cou ses jouets .

 « Presque à mon insu, j’ai planté mes dents dans le cou de Totote .[…] Entre temps mon vice avait pris de l’ampleur . J’avais testé le cou de tous mes jouets, sans y trouver la satisfaction espérée. » p.96-97

J’ai relevé ce passage car il montre que la petite fille n’a pas un comportement normal.

7-La voix

L’histoire se déroule au XXIème siècle dans un quartier rempli d’immeubles .

Hélène est une jeune femme qui habite dans un appartement et qui entend sans cesse une voix .

-Camille est une petite fille très étrange qui à une voix de bourreau.

 « Camille ouvre une bouche édentée , fait un visible effort.

-Bonjour, articule-t-elle enfin.

La voix. C’est l’atroce voix du bourreau qui sort de cette gorge enfantine. » p.114-115

On découvre que la voix de tyran qu’entendait Hélène est en fait la voix d’une petite fille, Camille , c’est pour ça que j’ai choisi ce passage .

 8-Le petit garçon dans les roses thé

L’histoire se passe à notre époque dans une petite ville et plus précisément dans un jardin.

Les personnages principaux sont Eloi un petit garçon qui possède la jeunesse éternelle et une jeune femme passionnée par ce garçon qui va en tomber amoureuse.

 « Il ne protesta pas lorsque je l’égorgeai. Blottie contre le cadavre je connus enfin l’amour. Une nuit tout entière […] Une nuit à me gorger du parfum des roses thé, jusqu’à en frôler l’overdose. » p.130

J’ai choisi ce passage montrant que la jeune femme en voulait à Eloi de ne pas vieillir donc elle le tue .

9-Niguedouille

C’est dans le futur que se déroule cette histoire , dans un monde où l’informatique est plus utilisé que la mémoire .

Le personnage principal est Niguedouille, une vieille femme, seule survivante de la perte de l’assistance mémorielle par le reste du monde .

 « Niguedouille, tout le monde l’appelait comme ça . Elle n’avait jamais su utiliser l’assistance mémorielle. » p.135-136

Niguedouille se fait appeler ainsi par les autres parce qu’elle ne sait pas utiliser l’assistance mémorielle.  C’est pour cela que j’ai retenu ce passage.                                                       

10-Le chant des lunes

Le récit se déroule au XXIème siècle dans un lieu inconnu .

Hélène Dumas est une femme de cinquante ans dont le métier est anthropologue spécialisée dans la reconstruction faciale.

 « À l’aube après une nuit de travail frénétique, force lui fut d’admettre l’incroyable vérité : la petite fille qu’elle avait devant elle c’était elle-même. » p.161-162

J’ai choisi ce passage car c’est la révélation qui va lui faire découvrir ses vraies origines.

 

Mon avis sur ce livre : J’ai apprécié ce livre pour plusieurs raisons :

-le suspens dans chaque nouvelle rendait le livre palpitant.

-les histoires étaient fantastiques et j’aime bien ce genre de lectures.

J’ai observé que les nouvelles finissaient le plus souvent mal.

Lily   L.T,  4A, le 04/10/15

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 11:16

9782845260634_1_75.jpgAu temps du moyen âge, les enfants vivent dans une grande famille qui comprend mère, père, grands- parents, oncles, tantes , et cousins…

Les parents souhaitent vivement avoir des enfants, les nobles pour perpétuer la lignée et pour que le fils puisse être héritier du château, et des biens, quant aux pauvres c’est pour avoir le bonheur de la famille, mais aussi pour aider les parents quand ils seront plus grands pour les travaux et veiller sur la vieillesse des parents.

Quand la mère attend un bébé, son entourage veille sur la santé pendant les neuf mois de grossesse. Celles qui attendent un bébé doivent suivre un régime et éviter les aliments trop salés et les épices et elles ne doivent pas boire de vin. L’accouchement est toujours une épreuve redoutée, si tout se passe bien, les parents ont le temps de noter avec soin le jour et l’heure de la naissance. Dès sa naissance, le petit enfant est l’objet de soin, on le lave, l’examine,  lui donne à manger, on lui met un peu de miel dans sa bouche. Le parrain et marraine assistent au baptême, la maman, elle, doit rester à la maison, où elle reste couchée.

Les  enfants ne vivent pas au même rythme que les adultes, la mère allaite l’enfant et surveille sa croissance. Le déjeuner des enfants est très équilibré : « Un œuf dur ou mollet, une pomme cuite, du pain tendre » Les adultes n’ont pas le droit à ce repas sauf les travailleurs. Le bébé est emmailloté d’un linge de lin.

À l’âge où l’enfant apprend à marcher, il vit en chemise, sans sous-vêtements. Ensuite garçons et filles adoptent la cote. Jusqu’à sept ans l’enfant vit avec sa mère et ses sœurs. Les garçons apprennent à se battre avec une épée en bois. Dès l’âge de 14 ans, et peuvent déjà aller à la guerre. Apprendre à viser est un besoin vital pour le futur guerrier  (des aires de tir sont toujours aménagées dans les jardins des châteaux).

La naissance est une affaire de femmes, elle se déroule au chaud dans la chambre des parents.

Être fils de paysan n’est pas de tout repos : les garçons se couchent tôt, vers six heures du soir, parce qu’ils se lèvent tôt, pour aider leurs parents à soigner les animaux et le mener aux champs. La sœur reste à la maison : il lui faut s’occuper de ses autres frères et sœurs, aider sa mère à porter l’eau, qu’on va chercher parfois à deux kilomètres ou trois du village, éplucher les légumes avec sa mère, nourrir les poules, apprendre à filer le chanvre à la quenouille, ou le lin, etc. Le garçon aide son père : il va ramasser le petit bois pour le feu ou les glands pour la pâtée des cochons, il doit chasser les oiseaux des sillons lors des semailles, il garde les troupeaux de volailles ou de mouton, etc. Les enfants de paysans, entre douze et quatorze ans, entrent en apprentissage, les filles comme brodeuses, couturières, lingères ou servantes, les garçons comme menuisiers, cordonniers ou enfants de cuisine. Au Moyen-âge la vie est dure, les enfants travaillent jeunes, la maladie les guette, mais les jouets ne manquent pas comme : des petit chevaux taillés ou sculptés dans le bois , des poupées pour les jeunes filles, qu’ont habillait de chiffons, des hochets pour les bébés, des toupies de bois, des dinettes, des billes, des sifflets…Dans les villes les enfants jouent dans les rues au cerceau ou aux billes. 

Oriane M, 02/11/2012

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:01
livres-apprentiapouvanteur.jpgAuteur :Joseph Delaney
Titre : L’apprenti épouvanteur
Genre : Aventure 
 
Thème principal : Un épouvanteur et son apprenti combattent l’obscure pour le bien du Comté.
RésuméC’est un grand jour pour Tom Ward qui vit dans une ferme avec sa famille. En effet , un grand homme vient d’entrer dans la ferme. Il s’agit d’un épouvanteur, le septième fils d’un septième fils comme Tom lui-même.
Le métier d’épouvanteur est plus avantageux lorsqu’on est le septième fils d’un septième fils car on possède des dons que les autres n’ont pas.
Après avoir dit au revoir à sa famille , Tom part avec cet étrange personnage. Celui -ci s’appelle John Gregory et va enseigner beaucoup de choses à Tom. Son apprentissage auprès de l’épouvanteur se passe bien jusqu’au jour où une fille aux souliers pointus se présente à Tom. Elle s’appelle Alice, c’est une sorcière car elle porte des souliers pointus. Elle supplie Tom d’apporter des gâteaux à la vieille mère Malkin qui est aussi une sorcière emprisonnée dans un puits. La plus grosse erreur de Tom sera de donner ces gâteaux. 
En effet , il découvrira qu’on a forcé Alice à lui demander de donner ces gâteaux à la vieille sorcière…
Passage important : « Mère Malkin ? Je vous apporte quelque chose de la part de votre famille. Vous êtes là ? Vous m’entendez ? » 
« Ce n’est qu’un gâteau ; dis je . J’espère que ça vous fera du bien. Je vous en apporterai un autre la nuit prochaine. »
Avis personnel :  Ce livre m’a plu parce qu’il y a des rebondissements. Je conseille à tous ce livre  car lorsque vous rentrez dans l’histoire vous vous attachez aux personnages. Pour ceux qui on déjà lu le tome un, je les invite à lire les huit autres tomes.
Léo T, 5C, 04/11/2012

utlign1

Editeur : Bayard Jeunesse

Personnages principaux :

Thommy, L'Apprenti épouvanteur
L'épouvanteur
Alice, la nièce de Lizzie l'Osseuse.
Lizzie L'Osseuse, sorcière utilisant la magie des os et petite-fille de Mère Malkin.
Mère Malkin, sorcière utilisant la magie du sang et grand-mère de Lizzie l'Oiseuse
Tusk, le fils de Mère Malkin.
Oriadon, le gobelin qui protège la maison d'été de l'Epouvanteur. Il vit sous l'apparence d'un chat.

Extrait page 164 : Oriadon sauve Thommy de Tusk et de Lizzie L'Osseuse.

"... Je compris pourquoi les gens du village ne se risquaient jamais jusqu'à la maison de l'Epouvanteur: ce cri portait la mort. Il disait : "Franchis cette ligne, et je te saigne, je te ronge les os et je te suce la moelle ! Franchis cette ligne et tu regretteras d'être né !
Nous étions sauvés. Lizzie l'Osseuse et l'horrible Tusk devaient être en train de dévaler la colline..."

Mon avis : Excellent livre mais... à ne pas lire la nuit !

Pierre P, 5B, 21/10/2008

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 11:16

Auteur : Christopher Gravett

Titre : Le Temps Des Chevaliers9782070615193_1_75.jpg

Edition : Gallimard

Genre : Documentaire

Thème principal : Des informations et images sur le Moyen Âge.

Résumé du sujet : Ce livre offre des renseignements sur la vie au Moyen Âge en partant des chevaliers aux samouraïs du pays du soleil levant.

Ce livre offre également des précisions sur leurs armures et leurs armes, hallebarde, katana, masse etc., et autres objets, broches, mobiliers, chandeliers, pot de chambre, etc. Les guerriers, lors des batailles étaient impitoyables et ne respectaient pas toujours le code d’honneur. Le cheval était très important car il était indispensable lors des batailles. Au IX siècle, les châteaux en pierre apparaissent, ils sont construits de manière défensive. Ils possèdent des meurtrières : petites fentes servant à tirer des flèches, et des mâchicoulis pour verser de l’huile bouillante sur les ennemis.

Un passage que je trouve remarquable : Page 24 : « Le château entre en guerre ».

 « Les défenses des châteaux devinrent de plus en plus ingénieuses. L’assaillant devait d’abord franchir les fossés, parfois hérissés de piquets qui ralentissaient sa marche et en faisaient une cible facile pour les archers postés sur les murailles. Les douves, ou fossés remplis d’eau, étaient assez rares mais constituaient un réel obstacle et empêchaient tout travail de sape à la base des murs. Les tours en saillie, sur la courtine, offraient aux défenseurs d’excellents champs de tir, sans angles morts ni recoins pour abriter l’ennemi ».

On ne peut pas parler de chevaliers sans parler de leur château, ils étaient leurs résidences principales et ils devaient à tout prix le protéger.

Jugement critique personnel : J’ai pris plaisir à lire ce livre, c’est pour ça que je le recommande, car il est rempli de détails intéressants et il n’est pas ennuyeux. J’ai particulièrement apprécié le chapitre des samouraïs avec leurs katanas et leurs masques et armures. 

Théo O, 25/10/2012

Des compléments sont disponibles en ligne sur le site de l'éditeur, à cette adresse :

http://www.decouvertes-gallimard-jeunesse.fr/Yeux-Decouverte/ydd_accueil.php?id=A61519 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs