Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 18:57

1243221-gf.jpgL’auteur est Ella Balaert.

Le titre est La lettre déchirée.

L’édition est Flammarion.

Sa date est 2009.

Sa collection est castor poche.

C’est un roman par lettres

Thème principalC’est l’histoire d’un petit garçon de treize ans qui s’appelle Stéphane. Il ne sait pas lire. Il a perdu son père à cause d’une dispute entre ses parents.

Résumé du sujet : Le petit garçon s’appelle Stéphane. Depuis que son père est parti, il est malheureux. Il n’a pas de copain et se sent seul. En classe, il est très discret. Quand il est interrogé, il trouve toujours une bonne excuse pour ne pas répondre au professeur, car il cache un lourd secret, celui de ne pas savoir lire alors qu’il a treize ans.  Mais il ne veut pas le dire à sa mère et encore  moins à son professeur car il ne le croirait pas parce qu’il a treize ans.

Un passage remarquable 

"- Stéphane, à vous, prenez la suite d’Arguant. 

- Je ne peux pas, Monsieur, je suis un peu malade.

Quelques-uns dans la classe s’esclaffent, au risque de dénoncer le bluff auprès du professeur. Celui-ci regarde pensivement Stéphane : jusqu’à quel point son enrouement  est-il feint ?"

Cela illustre comment Stéphane s'arrange pour tromper le professeur quand il est interrogé.Je trouve qu’il bluffe très bien le professeur quand il se fait interroger.

 Jugement critique personnel  Je trouve que ce livre est très agréable et facile à lire. La détresse du petit garçon est  émouvante. Ce qui est un peu dommage  c’est que les chapitres se terminent sur un point et commencent  sur un autre mais on ne sait pas ce qu’il y a entre les deux. Je conseille plutôt pour les petits lecteurs.

Johann LL, 4C, 15/10/12 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 18:08

Auteur : Jean Webster

Titre : Papa-Longues-JambesPapa-longues-jambes

Collection : Folio junior – Gallimard Jeunesse

Thème principal : Une jeune fille orpheline écrit des lettres à un bienfaiteur qui l’a envoyée à l’université.

Résumé : Jerusha est une jeune fille qui vit dans un orphelinat. Mais un jour un mystérieux homme décide de lui financer ses études à une condition : elle doit lui écrire une lettre chaque mois, pour lui raconter comment se passe son éducation.

Passage remarquable : "-Il paraît même que ton travail de rédaction en anglais a été brillant. Miss Pritchard, qui fait partie du comité d’inspection, siège également au conseil d’administration de l’école. Elle a parlé avec ton professeur de rhétorique et a fait un discours en ta faveur. Elle a également lu à haute voix un essai que tu as intitulé : «Mercredi, jour maudit. » Cette fois, l’expression coupable de Jerusha n’était pas feinte. -Il me semble que tu as montré bien peu de reconnaissance en tournant en ridicule l’institution qui a tant fait pour toi et si tu n’avais pas réussi à être drôle, je ne crois pas qu’on aurait pu te pardonner aussi facilement. Mais heureusement pour toi, MR… - C’est-à-dire, ce monsieur qui vient juste de partir - est doté d’un sens immodéré d’humour et, sur la foi de ce devoir impertinent, il a offert de t’envoyer à l’université." (Page 13 et 14 )

J’ai choisi ce passage, car c’est le moment où Jerusha apprend qu’elle va aller à l’université grâce à un bienfaiteur.

Jugement, critiques personnelles : Je n’ai pas du tout aimé ce livre. Le fait qu'elle parle à un homme qu’elle ne connaît même pas, et que celui-ci ne lui réponde jamais ne m’a pas plu. De plus, les lettres qu’elle a écrites ne sont pas extraordinaires. Je n’ai pas réussi à apprécier cette histoire, contrairement à certains livres où dès le début, j’ai envie de connaître la suite. J’ai donc eu beaucoup de mal à le terminer.

Emmanuelle, 4C, 14/10/2012

*******************************************************************************************************

 

M******* Clara,

Elève de 4ème

22800 Quintin

                                                           Le 05 février, 1994

                                                        Jean Webster, écrivain

                                                      1ère Avenue de la rêverie

                   Objet: Mes avis sur votre Roman

                   Cher auteur,

         Je m'appelle Clara, j'ai 13 ans et je viens de lire votre livre intitulé "Papa-longue-jambes". Ce livre m’a particulièrement touchée, c'est pour cela que je vous écris.

         Pour commencer j'aimerais vous dire que j'ai beaucoup aimé le passage où Jerusha Abbot alias Judy apprend la véritable identité de son bienfaiteur, ce passage m’a plu car le suspense du livre prend fin!

          Je n'ai pas été déroutée par l'intrigue il me paraissait évident que le bienfaiteur était quelqu'un de proche de cette demoiselle mais j'avoue que j'ai quelques fois douté sur l'identité secrète de celui-ci.

         J'ai bien aimé les personnages de cette histoire sauf une qui ne s'apercevait pas de la chance qu'elle avait mais cela ne m’a guère dérangée car elle restait généreuse et très gentille et que si elle ne se rendait pas compte du luxe qu'elle avait c'est parce qu'elle a toujours été élevée avec.

         La façon de penser de Judy m’a touchée car avant d'aller à l'université elle se sentait inutile et très seule. Le fait que ses parents l'ont abandonnée la rendait triste mais elle a su en tirer partie en se réconfortant moralement.

         Je ne me suis identifiée à aucun des personnages de cette jolie histoire car je n'ai ni de passe-temps ni de points communs avec eux.

         Même si je ne me suis pas identifiée aux personnages de votre roman j'ai bien aimé son style, la lecture était très simple et j'ai donc pu dévorer très vite l'histoire. Les deux ou trois mots que je ne comprenais pas ne m'ont pas posé d'ennuis! Je ne regrette en rien d'avoir lu ce livre qui nous montre que tout le monde peu importe sa classe sociale peut réussir dans la vie...

        Toutes mes sincères salutations,

Clara.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 17:23

titre du livre : Lettres d’amour de 0 à 10amour.jpg

auteur : Susie MORGENSTERN

maison d'édition :Neuf de L'école des loisirs

résumé du livre :Ernest est un jeune homme de 10 ans qui n’a plus de parents car sa mère est morte le jour de sa naissance et son père, de douleur, est parti. Ernest cohabite avec sa grand- mère, Précieuse, qui est très monotone et régulière. Quand Victoire arrive dans sa vie, elle provoque une tornade de bonheur et de nouvautés. Elle va tout changer dans la vie d'Ernest...

L'extrait qui m'a le plus plu : « Elle l’attendait quand il ressortit. Ernest marchait d'un pas déterminé comme si Victoire n'était pas là. Pour bien lui faire sentir sa présence, elle lui prit le bras et l’interrogea : « Ça fait longtemps que tu habites ici ? »

Ernest hocha la tête .

« Tu ne manges jamais à cantine ? »

Il fit non de le tête.

« Tu as des frères et sœurs ? »

Sa tête bascula de gauche à droite.

« Tes parents sont ils sévères ? »

Peu importait à Victoire qu’Ernest réponde ou pas à son interrogatoire, elle avait assez de conversation pour deux . « Mes parents sont très sévères:on n'a pas le droit de regarder la télé avant d’avoir fini ses devoirs. Quelle est ton émission préférée? Quel est ton plat préféré? Qui est ton chanteur préféré? Qu'est ce que tu fais comme activité le mercredi? Moi c'est piano et piscine. Où allez vous en vacances? Est ce que tu fais une collection?  Moi c’est les papiers métalliques des tablettes de chocolats. As-tu visité un pays étranger ? Tes parents te permettent-ils d’aller à des boums ? »

 Pourquoi je préfère cet extrait : J'ai préféré cet extrait car de voir Victoire poser des questions sans cesse et ne pas avoir de réponses doit l'énerver alors que Ernest est tout à fait le contraire de Victoire.

 pourquoi je conseille ou ne conseille pas ce livre : Je conseille ce livre pour ceux qui aiment lire car il est long, il est très bien écrit et l'histoire est très intéressante.

 Julie M, 4C, 14/10/2012 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 15:27

destination-l-an-mil-jean-trolley-johan-heliot-978221505372.gifTitre:Destination l'an mil
Auteur: Johan Helliot
Éditeur:Édition Fleurus
Collection: Z'azimut

L’idée principale: Richard arrive à se libérer une semaine pour un voyage dans le passé. Comme il ne veut pas dépenser trop d'argent, il a choisi le forfait le moins cher. En fait ce voyage est un vrai cauchemar. Ainsi, à  la fin, alors qu' il attend la fin de ce cauchemar, à l'agence de voyage on lui prolonge son voyage de 48h!

Mon avis: C'est une histoire horrible et je n' aimerais pas être à la place de Richard.

Phillip T, 14/10/2012

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 14:19

9782081244924.jpgINDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Auteurs : Thierry LEFEVRE et Françoise GRARD

Titre : Je t’attends

Édition : 2010, Flammarion 

GENRE Roman par lettres  

THEME PRINCIPAL Les lettres deux jeunes adolescents.

LE SUJET Léa et Léo s’écrivent des lettres pendant les vacances d’été.

La jeune fille a perdu sa mère qui a divorcé quand elle était très jeune. Elle se retrouve seule, à passer ses vacances avec un père (Alain LOISEAU) qu’elle ne connaît même pas au Maine-Pachou dans le pays d’Horte. Léo de son côté est avec toute sa famille à Saint-Martin. Un jour Léa apprend qu’Alain n’est pas son vrai père, elle décide de lui en parler.

Malheureusement elle décide de croire la vérité et s’enfuit. Elle se réfugie dans un camping au bord de la mer avec la tente de son père. Lorsque Léo reçoit une lettre d’Alain lui annonçant la mauvaise nouvelle, il décide de partir à sa recherche en voiture. Léo est victime d'un accident et se retrouve dans le coma pendant une semaine, Léa vient à son chevet. Elle se réconcilie avec son père. Quand Léo se rétablit, elle se rend compte qu’elle est amoureuse de lui. Il avoue lui aussi que plus jamais il ne pourra se passer d’elle. Puis Léa décide de réaliser son rêve le plus cher : partir en Amérique. Elle quitte donc Léo à contre cœur.

PASSAGE CHOISI Page 124

 « Dis-toi que je pars en éclaireuse, que je vais préparer le chemin, que je te dirai par où passer. À toi de faire de la muscu, d’avoir des cuisses en béton. Auras-tu des cuisses en béton pour Noël ? Je blague, Léo. Parce que j’en ai quand même gros sur le cœur d’être toujours devant, de laisser derrière moi des gens que je commence à peine à aimer. Je t’aime, Léo. Et je ne pouvais pas te le dire au téléphone. C’était trop dur. »

 Ma description du passage choisi : Léa écrit cette lettre à son arrivée en Amérique.

C’est le moment où elle déclare à Léo qu’elle l’aime. Et qu’elle n’avait pas osé le lui dire. Léa espère qu’un jour il viendra la voir en Amérique à Noël ou aux prochaines vacances d’été.

 Mes commentaires sur ce pasage :

 Je trouve que c’est le moment le plus important du livre parce que tout s’arrange : elle est réconcilliée avec son père, elle déclare à Léo qu’elle est amoureuse de lui et elle réalise son rêve : partir en Amérique. Mais elle regrette de se séparer de Léo et de son père.

 Mon jugement critique personnel sur ce livre:

Je trouve que c’était une bonne idée de la part des auteurs d’écrire un roman qu’avec des lettres. Même si ce sont deux écrivains différents, les styles des écritures vont bien ensemble. L’histoire est émouvante et elle se finit bien. Je conseillerais ce livre parce qu’il est vraiment passionnant et bien écrit. Il y a du suspense, des actions …

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

Le titre de mon livre : Je t’attends

Ses auteurs: Thierry Lefèvre et Françoise Grard

Les principaux personnages du livre sont Léa et Léo, je préfère Léa car elle est très solitaire et très attachante. (Chapitre 23 page 85). Si je devrais enlever un personnage dans l’histoire ce serait la mère de Léo car on ne la voit pas beaucoup dans le livre, Dans ce cas, Léo ne serait jamais tombé dans le coma.

Léa se préoccupe beaucoup de Léo car il s’est fait renverser par une voiture et il est dans le coma (chapitre15 pages 67). L’auteur veut me faire comprendre que quand l’on est amoureux on est prêt à tout.

 Les auteurs mettent du suspense à ce livre pour que ça nous incite à le lire. Je trouve que ce livre est très bien pour notre âge, ils utilisent un langage de jeunes. (Chapitre 9 pages 47)

Si je devrais poser une question aux auteurs ce serait pourquoi avoir choisi de faire un roman avec seulement des lettres.

 

Jeanne H 4 C, octobre 2013

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

Mme Mathilde W
48 rue de Jean Carron
56000 Le Chartier


Chère Alice,

Après avoir lu le livre que tu m'as prêté, j'ai voulu tout suite t'écrire pour te dire mon ressenti sur ce livre : "Je t'attends"...., je l'ai apprécié malgré quelques déceptions.

Tout d'abord j'ai beaucoup aimé le passage où Léa et Léo sont ensemble. Je t'écris l'extrait :"Votre petite Léa passe le plus clair de son temps auprès de lui (Léo).Elle est capable d'une gaieté, d'un humour et d'une fantaisie qui adoucit beaucoup l'immobilité de Léo." p.82 l.1à4 : c'est mon passage favori parce que je trouve l'histoire joyeuse et triste à la fois.

Ensuite "Je t'attends" est un livre agréable et accessible dans le sens où il n'est pas difficile à lire et à comprendre. Après ce n'est que mon opinion, ce n'est peut être pas la tienne sur ce sujet. Les personnages ont tous les deux un caractère différent : Léo lui est plutôt sage et facile à vivre tandis que Léa est une fille sensible avec beaucoup de caractère sans être méchante.

Il y a quand même des petits points négatifs par exemple il n'y avait pas d'intrigue, on savait dès le début ce qui allait se passer, la fin m'a déçue, j'aurais vraiment aimé que nos deux amoureux se mettent ensemble ou qu'ils déménagent ensemble.

Juste pour te dire au final que j'ai adoré ce roman, tu l'auras compris je suis juste un peu frustrée que ça ne se finisse pas en grande histoire d'amour.

Je t'embrasse et j'espère à très bientôt.

Mathilde

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 10:48

Auteurs : Bazire Laure, Talamon Flore

LENCRIERDUDIABLE.jpg

Titre : L’Encrier du diable

Édition : 2010, Nathan

Collection : histoire

 

Genre : roman historique

Thème principal : Judith se languit souvent de son mari, pris par ses affaires.

Le sujet : 1762, Judith, jeune femme passionnée et rebelle, a épousé François Marie Mesliand, libraire à Rouen. Elle se languit souvent de son mari, pris par ses affaires. Lorsque ses amis parisiens veulent faire reconnaître le génie de Molière à l'Académie Française, l'enthousiasme la gagne. Or, une rumeur se propage : et si Corneille était le véritable auteur des œuvres signées Molière ? Judith doit en avoir le cœur net. Mais dans l'ombre veillent ceux qui souhaitent le discrédit de Molière... à n'importe quel prix. Judith, qui habite l'ancienne maison de Corneille, se met en tête de trouver les preuves, si elles existent, qui pourraient confirmer la collaboration des deux grands auteurs. Mais, dans l'ombre, un ennemi de toujours veille...

Autre présentation en ligne :

http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=livre&id=1219

Jugement critique

Je trouve que ce livre est assez émouvant car il raconte la vie d’une personne en détresse. On a donc envie de le lire entièrement pour savoir la fin.

utlign1

Indications bibliographique :Auteur : Banzire-TalamonTitre : L’encrier du diableEdition : 2010, Edition NathanGenre : Recueil de lettres

 Thème principal : Lettres entre plusieurs personnes du XVIII°siècle

Le sujet : Une jeune femme nommée Judith est mariée à François-Marie, qui est libraire. Elle a des amis parisiens qui veulent lui faire connaître Molière, cela l’enthousiasme. Mais il y a une rumeur : si Corneille avait écrit les œuvres que Molière avait signées ?

Choisir un passage remarquable d'une dizaine de lignes :P154 :

De Judith Meslian A V. St Val                      le 12 novembre

Cher ami,La date de votre rendez-vous avec le Roi approche. Je sais de sources sûres que notre ennemi apportera un écrit censé prouver que la collaboration de Corneille aux œuvres de Molière était effective. Je vous demande d'aller à cette audience avec une personne avertie, s'y connaissant en faux, en écriture. Assurez-vous bien de sa présence.Judith

Intérêt de ce passage : Pour ce livre, c'est le moment de suspense où on se demande si Molière a vraiment été aidé par Corneille...

Jugement personnel :C'est un roman épistolaire où il y a des complots, et de la romance autour d'une énigme de Molière et Corneille, les plus célèbres dramaturges français...J'ai apprécié  le suspense qu'il y a dans toutes ces lettres adressées à différentes personnes. J'ai un peu moins aimé le fait que ce ne soit que des lettres et qu'il n'y ait pas de dialogue direct. Au début j’étais un peu perdue.

Maëlle V, 4A, 14/10/12 


Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 21:04

Auteur :Kathrine Kressmann Taylor

Titre :Inconnu à cette adresse

Edition : Le livre de poche jeunesse

Genre :roman historique9782253108269.jpg

Thème principal :Amitié entre un américain juif et un allemand.

Résumé :

Novembre 1932. Max Eisenstein et Martin Schulse débutent une relation épistolaire, après avoir été associés dans une galerie de tableaux pendant plusieurs années à San Francisco. Martin a choisi de repartir en Allemagne avec sa famille. Max effrayé par ce qui se passe en Allemagne et les idées anti-juives d’Hitler découvre au fil des lettres que le caractère de Martin change et qu’il est attiré par le nazisme. Martin décide alors de ne plus adresser de lettre à Max car ce dernier est juif. Mais celui-ci résiste car sa sœur Griselle est partie à Berlin pour sa carrière théâtrale, et il tient à garder le contact. Lorsque le public allemand découvre qu'elle est juive elle est forcée de s’enfuir. Elle se réfugie chez Martin. Mais il la trahit et l’abandonne aux nazis… Leur histoire tourne alors au drame.

Passage remarquable :

Page  51 « Je ne veux plus rien avoir à faire avec les Juifs, mis à part les virements bancaires et leurs reçus. C’est déjà bien assez fâcheux pour moi qu’une Juive soit venue chercher refuge dans mon domaine. Je ne tolérerai plus d’être associé d’une manière ou d’une autre à   cette race.

De Martin »                                                                          

J’ai  choisi ce passage pour montrer la haine que Martin montre envers Max et tous les autres Juifs.

Jugement critique personnel :

Je conseille ce livre à tout le monde car on apprend la difficulté d’être juif à cette époque, mais aussi la vie quotidienne dans les autres pays. Les personnages changent de caractère au fil du livre et l’auteur veut nous le faire comprendre car elle était présente lors de la guerre 39/45. Lire un livre épistolaire change des romans classiques et même si ce livre a un côté dramatique, je l’ai beaucoup apprécié pour son écriture et pour les personnages qui sont attachants.

Fanny LM,4C 10/10/12

 

barre46

Auteur: Kathrine Kressman Taylor

Titre: Inconnu à cette adresse

Edition: Roman historique écrit en 1938 publié en France en 1999

Genre : Roman historique

 

Thème principal : Les lettres de deux amis qui s’écrivent

 

Je résume le sujet : Ce sont deux amis qui s’écrivent, ils se nomment Martin et Max. Ce dernier est juif. Martin part en Allemagne et laisse Max seul. Max se plaint de sa solitude.

Au fil des lettres, Martin demande à Max de ne plus lui écrire car il ne veut plus fréquenter les juifs.

Quelques mois plus tard Max demande à Martin de veiller sur Griselle, sa sœur, qui vient jouer au théâtre non loin en l'Allemagne, mais la pièce de théâtre tourne au cauchemar quand les spectateurs comprennent qu’elle est juive, elle vient se réfugier chez Martin mais il ne la cache pas et elle se fera donc tuer.

 

Choix d'un passage remarquable d’une dizaine de lignes

"On m’a remis ta lettre. La réponse est “non”. Tu es un sentimental. Tu ignores que les hommes ne sont pas tous faits sur le même modèle que toi. Tu leur colles une gentille étiquette de “libéral” et tu t’imagines qu’ils vont agir en conséquence. Tu te trompes.

Moi, un libéral quasiment américain ? Jamais! Un patriote Allemand.

Un libéral est un homme qui ne croit pas à l’action." (P.39)

 

Commentaire: Ce passage signifie la fin de la sympathie entre Max et Martin (Martin ne veut plus fréquenter les juifs)

Jugement critique personnel : J’ai apprécié ce livre car il montre les relations que l’on peut avoir par correspondance d’un pays a un autre, il est intéressant. Je ne suis pas fan de ce genre de livre je le conseille aux gens qui aiment les romans historiques.

 Alissa L, 4C, 12/10/12

 

barre46
Titre: Inconnu à cette adresse

Auteur: Kressmann Taylor

Je trouve ce livre intéressant ; il traite d'un sujet qui fait partie de nos cours d'histoire. Il est facile à lire et est sous forme de lettres.

Voici une présentation du sujet :
Deux hommes, Max un américain qui est juif et Martin un allemand qui a vécu en Amérique, s'échangent des lettres. Au début de leur correspondance, les deux protagonistes sont liés d'une forte amitié. Mais quand Hitler arrive au pouvoir, on sent que Martin s'éloigne de son ami Max. La censure devient de plus en plus présente en Allemagne et l'allemand doit nier qu'il connait un juif. Jusqu'au jour où Max reçoit sa propre lettre avec, sur l'enveloppe, l'inscription: Inconnu à cette adresse...

      Morgane 3e, 22/01/2099

 

 barre46

Les personnages principaux du roman sont : Max et Martin. Je préfère Max parce que c'est un Américain et parce qu’il a raison de venger sa sœur. Il se préoccupe de venger sa sœur. Je pense que l'élément le plus important dans ce livre ce sont les lettres envoyées par Max à Martin pour venger la mort de sa sœur. D'après moi si l’auteur a introduit des personnages secondaires, c’est pour rendre le texte plus vivant. Si je pouvais supprimer des personnages, je ferais disparaître tous les nazis parce qu’ils sont ignobles mais cela changerait tout puisque il n'aurait pas de guerre, Martin ne serait pas mort et la sœur de Max non plus.

Si je rencontrais l’auteur, je lui demanderais pourquoi il a écrit ce livre. Je pense qu'il l’a écrit pour raconter la guerre. Il essaye de nous dire que la guerre est très très dure.

Je pense que si ce livre finit ainsi parce que sinon il aurait pu durer indéfiniment.

Fabien M, 4A, octobre 2013 

barre46

Les personnages principaux sont Max et Martin. « Mon cher Martin, Mon cher Max ». Du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934 les deux amis s’écrivent  (résumé de quatrième de couverture).  Mon personnage préféré est Max car il est à la fois joyeux et triste. « Je me sens bien seul un pauvre célibataire … Tes merveilleux enfants, surtout ton Heinrich si beau. » (Page 8)  Max tient une galerie d’art : « Marchand de tableaux il dirige une galerie d’art… » (Page 72) Je n’ai jamais rencontré d’autre personnage comme celui-là dans d’autres livres. A sa place, j’aurais vu le côté positif des choses au lieu de me lamenter : « Je suis bouleversé par l’afflux de reportages. » dit-il page 29

L’auteur a créé du suspens dans ce livre grâce à ce que Martin dit sur les juifs et en nous montrant la réaction de Max. « Je ne tolérais plus d’être associé avec ta race. » dit Martin à Max, page 50. L’auteur essaye de nous montrer ce que peut provoquer le racisme. « Mon dieu arrête de m’écrire, assez ! » Page 63 Le changement que ceci apporte à l’histoire est que Max et Martin ne s’aiment plus. « Au fils des lettres Max et Martin s’éloignent l’un de l’autre. D’autant que Max est juif… » (Résumé dos du livre)

L’auteur a créé des personnages secondaires pour créer du suspens. «La pièce dans laquelle jouait Giselle est un triomphe. » (Page 30)

 

                                               Nicolas C 4A octobre 2013  

barre46

Raphaël M**************                                                               À L’Hermitage Lorge,                                                                                                                                                             

Élève en 4e, 

St Nicolas                                                                                    Le 6 Février 2016

22800, Quintin

                   

                                                               Mme Kressman Taylor,

                                                               23 rue des orangers, 

                                                               Paris 

 

            Chère auteure,            

       Je vous écris aujourd’hui afin de vous donner mon avis sur votre livre Inconnu à cette adresse.

           J’ai particulièrement aimé l’impression de progression que donne cet ouvrage. On remarque bien que l’amitié entre les deux personnages se dégrade au fur et à mesure des lettres. J’ai également apprécié le passage où Martin supplie Max de ne plus lui écrire et qu’il lui écrit quand même, cela donne une impression de suspense.

             En revanche, la fin m’a un peu déçu. On ne sait pas vraiment ce qui se passe après et on ne sait pas non plus si leur amitié revient, on ne sait pas non plus si Martin est arrêté en Allemagne. J’aurais préféré, par exemple, les voir redevenir amis, ou voir Martin revenir en Amérique.

          J’ai aussi été  dérouté par l’histoire, en particulier vers la fin où Max envoie plein de lettres à Martin, qui ne prend même pas la peine de lui répondre. Il  lui répond uniquement pour lui dire de ne plus lui écrire. Or Max, qui est censé être son meilleur ami, continue malgré tout à lui écrire, sans tenir  compte de ses avertissements.

           Votre livre est très bien écrit, le vocabulaire est accessible. À chaque mot compliqué ou nom de personne, il y a une explication très précise, sans être compliquée. Le livre est assez facile à comprendre (hormis la fin), sans être ennuyeux.

           Ne vous arrêtez surtout pas d’écrire,

          Raphaël

barre46

 

À Quintin le 12 Février 2016

 

Bonjour Chère Madame,

 

 

J'ai vraiment adoré ce livre '' Inconnu à cette adresse '' l'histoire de ce jeune Américain et de ce jeune Allemand m'a beaucoup touchée . Je l'ai lue en à peine une après-midi .

Votre livre est parfaitement écrit, il se lit facilement et je me suis plongée dans l'histoire dès la première page. J'ai adoré l'amitié et le lien fort qu'il y a entre Max l'Américain et Martin l'Allemand bien qu'ils se fâchent à un moment de l'histoire. Cela m'a même fait penser à moi et ma meilleure amie. L'assassinat de la sœur de Martin m'a beaucoup touchée car Martin était très attaché à sa sœur, et ça a même gâché une amitié.

Votre livre n'est pas totalement adapté pour les plus jeunes ou pour les personne ayant du mal à lire car il y a certaines adresses en Allemand que je n'ai pas très bien comprises . Vous avez un style d'écriture simple et naturel . Le livre est facile à lire, les caractères d'écriture sont gros et bien écrits .

J'espère que vous ouvrirez cette lettre avec plaisir et enthousiasme et que peut-être vous allez me renvoyer à votre tour une réponse .

 

Cordialement

Cassandre E

 

barre46

 

P. Yann

6 devinezoù Quintin

yannp@yavoo.fr

0Z.B5.5Y.6T.V2

                                                                                              Le 2 Février 2016 à Quintin

Kressman Taylor

Ecrivain

Minesota Etats Unis

Madame,

 

Dans Inconnu à cette adresse, les passages qui m'ont touché sont quand Max découvre que sa soeur a disparu car c'est triste : Griselle s'est fait attraper par les SS et tuer. C’est émouvant. En plus, Max dénonce que Martin est juif car Martin n'as pas voulu aider Griselle. J'ai été dérouté par l'intrigue quand Martin n'as pas voulu aider Griselle qui est la soeur de son ami qui s'appelle Max. La fin que j'aurais préférée est que Martin ne meure pas.

 

Je pense que les personnages ont un comportement troublant comme Martin qui n'aide pas Griselle qui était poursuivie par des nazis. J'ai pu m'identifier aux personnages car je comprends la réaction de certains personnages. J’aime le style de l'auteur car il est facile à lire, le vocabulaire est accessible aux ados et les caractères d’écriture sont assez grands pour qu’on puisse facilement le lire.

 

Je vous prie de croire, Madame en l’assurance de mes meilleurs sentiments.

 

Yann.P

Julien O                                                                                                                                

06/02/2016 à Plaintel

 

Chère auteure de « Inconnu à cette adresse »,

Je vous écris pour vous dire que votre livre m’a plu, il y'a un passage dans ce livre qui m’a déçu, c’est  le moment où Martin envoie une lettre à Max pour couper les ponts. La fin que j’aurais préféré est la suivante : que Martin revienne en Amérique pour retrouver son ami d'enfance Max.

J'ai trouvé les personnages amusants par moment, et je regrette de ne pas avoir plus vu Elsa et Griselle dans le livre, je les ai trouvées absentes. Je n'ai pu m'identifier à aucun de ces personnages, ils ne me correspondent pas du tout, celui qui me ressemble le moins est Martin, je l’ai trouvé sadique avec Max.

Je trouve votre style original, c'était le premier livre épistolaire que je lisais et grâce à vous sans doute pas le dernier, mais il y a du vocabulaire que je n'ai pas forcément bien compris.

Merci, pour cette lecture. Cordialement, 

Julien

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 20:09

 INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Auteur : Nicole Schneegans 

LA-PLUS-GRANDE.jpg

Titre : La plus grande lettre du monde 

 Collection : Le livre de poche jeunesse

Éditeur : Hachette, 2001

GENRE : Ce livre est un récit de vie (à travers une lettre)

THÈME PRINCIPAL : La vie de Nicolas, un enfant de 12 ans, racontée à sa future femme dans une lettre après le décès de sa grand-mère.

RÉSUMÉ : Nicolas a 12 ans et il est en 6ème. Sa mère est morte dans un accident de train alors qu’il n’était encore qu’un nourrisson et il n’a jamais connu son père. De ce fait, il vit depuis toujours chez ses grands-parents. Mais sa grand-mère tombe malade et décède. Il est extrêmement bouleversé par la disparition de sa « Grand-Mam’s » et perd la parole. Il se lance alors dans l’écriture d’une très longue lettre adressée à sa future femme et qu’il lui donnera le jour de leur mariage. À l’intérieur, il lui raconte tout : ses peines, son année scolaire, son quotidien et la lutte que son grand père (G.P.) et Mr Delahaye (son professeur de français) vont mener pour qu’il accepte de rencontrer son père biologique. 

LE PASSAGE QUE J’AI CHOISI : « En fait, si je t’écris, c’est que j’ai un grave problème depuis huit jours : je ne peux plus parler. Je vois bien que G.P. commence à s’inquiéter, mais rien à faire, je suis coincé. 

Le médecin a dit : «  C’est le choc, ne vous tourmentez pas, tout va rentrer dans l’ordre dans quelque temps. » 

En attendant, je me tais. C’est embêtant, parce que j’étais assez bavard avant, et parce que cette affaire me donne un air triste. Or, Grand-Mam’s, quand elle était encore vivante, m’a demandé de m’occuper de G.P. et de lui changer les idées. 

Je sais qu’elle a demandé la même chose à Julia, seulement Julia n’est pas là tout le temps. 

Grand-Mam’s est morte il y a huit jours. Elle ne te connaîtra pas. » 

La plus grande lettre du mondePage 9 

MON EXPLICATION CONCERNANT LE PASSAGE : Ce passage est très significatif pour le livre car il démontre ce qui est à l’origine de cette très longue lettre. Il explique pourquoi Nicolas décide d’écrire à sa future épouse. 

MON COMMENTAIRE CONCERNANT LE PASSAGE : Ce passage me plait car ce petit garçon « parle » à sa future épouse comme si il la connaissait déjà. Il écrit de façon naturelle et dans un langage courant et j’apprécie cela.Ce passage résume également très bien cette histoire.

MON JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL DU LIVRE : J’ai beaucoup aimé ce livre car je l’ai trouvé très réaliste. Je suis rentrée très facilement dans l’histoire et je ne me suis pas ennuyée une seule fois en le lisant. Il aborde plein de thèmes différents (comme la famille, la tristesse, l’amour, la mort,…etc.) ce qui le rend encore plus intéressant. 

Ce qui m’a déplu, en revanche, c’est que l’on ne sait pas grand chose des personnages et que par conséquent on a du mal à les visualiser. Je conseille tout de même ce roman car il est simple à lire et que l’on se retrouve un peu dans ce personnage principal. 

La note que j’attribuerais à ce livre : 9,75/10

Margaux, 4ème C, 13/10/12

barrefleur15fx3

Les principaux personnages sont : Nicolas, Choucs, Grand-Mam's, GP( Grand-pap's), Le personnage que je préfère, c'est Nicolas car c'est le héros principal du roman, il est très courageux. S'il fallait supprimer un personnage, je choisirais d'enlever la sœur du héros. Elle n'a pas un rôle important dans le livre.La préoccupation principale du héros est de parler à sa future épouse qu’il ne connaît pas. (page 7) C'est la première fois que je lis un livre de ce type. Un enfant qui écrit des lettres à une future épouse qu'il ne connaît pas, ce n'est pas fréquent. J'aurais fait la même chose que le héros. L’écriture le détend et lui permet d'oublier la mort de sa grand-mère. C'est un moyen de s'évader. (Pages 9 à 10). L’auteur crée du suspense, en ne dévoilant le nom du père du personnage principal qu'à la fin du roman. (page 92) Le suspense est présent à chaque chapitre. En effet, Nicolas découvre au fil des chapitres le nom de sa mère, de sa sœur et de son père. Le livre se termine par la découverte du nom du père de Nicolas.Une suite du livre aurait été trop triste, Nicolas aurait dû faire face à la mort de son grand-père âgé.Par ce livre, l'auteur nous dit qu'il faut être courageux face au décès d'un proche et qu'il ne faut passe laisser aller. (page 9)
Clément C. 4A octobre 2013

barrefleur15fx3

J Erwan

Collège st Nicolas

22800 Quintin

0R/Y6/T9/U7

erwan@reveur.fr

 

Quintin, le 04/02/2016

Daisy Delahaye

25 rue de la liberté

26000 Valence

 

 

Objet: histoire de ton demi-frère

 

Mademoiselle Daisy,

 

Chère Daisy,

 

Je viens te raconter l'histoire de ton frère, Nicolas, que tu ne connais pas encore.

Il a onze ans. Il est orphelin : sa mère est morte dans un accident de train et son père lui , est inconnu. Il a grandi avec son grand père (GP) et sa grand-mère (grand mam's).  Il était heureux dans cette famille d'adoption. Il y a quelques jours, sa grand-mère est décédée après une longue maladie. Ce fut une immense tristesse pour lui à tel point qu'il en perdit la voix. Il décide d'écrire sa vie dans une grande lettre qui est adressée à sa future épouse qu'il décide de prénommer « chouc's ».

Son extinction de voix lui gâche la vie auprès des autres (au collège, avec son grand père). Il pense que s'il apprenait qui est son père, il irait mieux et retrouverait peut être sa voix. Son grand père lui dévoile que son père était le mari de la meilleure amie de sa mère.

Par déduction, il comprend que son père est aussi son professeur de français, M. Delahaye, donc son propre père. C'est pour cela, que tu deviens sa demi-sœur. Ils ont décidé tous les deux de simplement s'écrire pour l'instant, afin d'apprendre à se connaître. Depuis que le secret de l'identité de son père a été levée, Nicolas a retrouvé sa voix.

Je voudrais te confier mes sentiments, mes émotions lorsque j'ai lu une partie de ton histoire. Je me suis mis très facilement à la place de Nicolas, ton demi-frère, car j'ai à peu près le même âge et j'ai vécu aussi le décès de mon grand-père, il y a un an. J'ai éprouvé comme lui une très grande tristesse .Je pensais tous les jours à lui, je me remémorais tous les bons moments passés avec lui. Son propre grand père me touche car il est proche de lui. Il le console, l'écoute et il est patient avec lui. Je pensais que Nicolas aurait voulu revoir rapidement son père afin de lui poser plein de questions. J'avais imaginé que son père serait quelqu'un habitant loin de son village mais pas une personne qu'il côtoyait tous les jours.

La lecture est facile, avec un vocabulaire simple à comprendre et des chapitres courts. Les sujets abordés sont intéressants : la mort d'un être cher, les secrets au sein d'une famille, l'amour, la tristesse....

Amicalement,

Erwan, le meilleur ami de Nicolas

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 17:11

Titre : Lettres à une disparue

lettre-a-une-disparue1-203x300--1--copie-1.gif

Auteur : Véronique Massenot

Source : CDI

Genre : Ce livre, composé de lettres, est réaliste.

Le sujet : Ce livre nous parle d’une mère séparée de sa fille portée disparue, victime de la barbarie dans un pays soumis à la dictature. Celle-ci contient ses émotions en écrivant à sa fille de façon je pense à supporter l’insupportable. 

Ce livre ayant beaucoup de suspense nous apprendra par la suite que sa fille Nina est vivante.

Avis personnel et général de la lecture :

Ce livre est passionnant. C’est un livre vivant dont on ne se lasse pas tellement son contenu est poignant.

Emilie H, 4C, 08/10/2012

 

 

utlign9

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES :

 Véronique Massenot

 Lettre à une disparue

 Date : Non indiquée ;

 Editeur : Le Livre de Poche Jeunesse ;

 Collection : Contemporain_ Collège

 Genre :  Contemporain

 Thème principal : Une mère écrit à sa fille, qui est portée disparue.

 Le sujet : L’histoire se passe en Amérique latine. Ce livre parle de  Mélina, la mère qui écrit à sa fille, Paloma qui est “ portée disparue “. Paloma a été enlevée par des militaires. Au bout de quatre ans, Mélina décide d’écrire pour exprimer sa douleur et son amour, pour recréer un lien avec Paloma. Mais Paloma ne répond pas.

Puis un jour, on apprend que Nina, la fille de Paloma serait vivante…

 

Choix d'un passage remarquable : Dans ce livre, mon passage préféré a été :

« Huit ans.

   Huit ans, petite colombe, qu’ils t’ont assassinée.

    Huit ans de désespoir, huit ans de dignité

    Huit ans, cent ans, mille ans.

     Mille ans d’impunité.

    Tu n’as plus de pays que celui de mon cœur.»

      J’ai aimé ce passage car je le trouve émouvant. C’est la dernière lettre qu’adresse Mélina à Paloma. Puis après, Mélina décède et c’est Nina qui écrit une lettre qui sera la dernière du livre à Paloma.

Jugement critique personnel : Moi qui n’aime pas lire j’ai adoré ce livre. Je vous le conseille fortement car il émouvant et accrochant. J’ai adoré.

Mathis LB, 4A, 11/10/2012

utlign9

Titre : Lettres à une disparue

Auteur : Véronique Massenot

Editeur : Hachette jeunesse, 1998

Genre : roman épistolaire

Thème principal : lettres d'une mère à sa fille  

Le sujet : C'est l'histoire de Melina qui écrit des lettres à sa fille Paloma. Celle-ci a disparu avec son mari et sa fille depuis 6 ans et Melina pense qu'ils ont été enlevés. En effet, cette histoire se déroule dans un pays soumis à la dictature. Maintenant, Melina pense avoir retrouvé la trace de sa petite-fille et elle fait tout pour la récupérer.  

Passage choisi : p. 56 "Sur ton lit, une poupée. Les bras tendus, les joues dorées, qui semblait m'accueillir. Et j'ai revu Nina, dans le jardin, passant des heures à la coiffer, la faire manger, la promener dans sa voiture d'enfant. Elle était là, debout, à l'arrêt d'autobus. J'ai traversé la place. Nous nous sommes observées. Face à face. J'ai ouvert mon grand sac. "Tiens, Nina, ta poupée." Très lentement, la fillette a tendu le bras, saisi le jouet. Longuement l'a dévisagée, lui caressant les cheveux et les joues. Et sans me regarder, sans prononcer un mot, s'est enfuie en courant."

Remarque sur ce passage : J'ai choisi ce passage car, avec cette poupée qui était à sa fille, puis à sa petite fille, Melina pense pouvoir renouer des liens avec Nina. Malheureusement la petite fille part en courant et cela annonce que les retrouvailles familiales ne seront pas faciles.

Jugement personnel : J'ai bien aimé ce livre. Je l'ai lu rapidement, il est assez facile à comprendre. L'histoire est intéressante : on apprend des choses sur les pays soumis à la dictature, les arrestations, les violences. C'est aussi émouvant.  

Bleuenn, 5C, mars 2013 

utlign9-copie-1


Les personnages de ce livre sont une mère et sa fille disparue, Pamola ( pg 9 et 17) Mon personnage préféré est la mère car elle fait tout pour chercher sa fille. Ce personnage se préoccupe de raconter  l’histoire de son pays et sa recherche du passé. (pg 15,16,17,18,20…) (pg 37…)

Je n’ai jamais rencontré ce type de personnage auparavant. L’auteur a créé des personnages secondaires dans le but de dire que ce n’est pas un personnage qui a été enlevé mais plusieurs.

L’auteur a créé du suspense en faisant sorte que Pamola n’écrive pas à sa mère et en créant une surprise à la fin.

Il divise le livre en huit lettres suivant les recherches du personnage. L’auteur met dans ses lettres des anecdotes. Mais l’élément le plus important du livre est justement la recherche de Pamola. Je ne sais pas pourquoi ce livre se termine de cette façon : Pamola  a-elle bien reçu ces lettres ? L’auteur essaye sûrement de nous dire qu’il faut aimer la famille.

Si je rencontrais l’auteur, je lui demanderais pourquoi elle n’a pas choisi un pays précis pour situer  l’histoire.

  

Bastian, 4A, octobre 2013 

utlign9-copie-1

                                                                                    Jeudi 4 février 2016, à Plaintel

 

                Chère auteure,

 

             Je vous écris aujourd’hui pour vous donner mes impressions à propos de l’histoire que vous avez écrite.

                Vos personnages étaient très faciles à comprendre et l’on se met facilement dans leur peau. J’ai apprécié tous les personnages de l’histoire mais plus particulièrement : Mélina, Lélia et Pablo. J’ai beaucoup aimé le courage et la détermination du personnage principal de votre histoire, Mélina, qui n’a pas baissé les bras et a fini par retrouver sa petite fille. Il y avait également Lélia qui a beaucoup aidé  Paloma dans la recherche de sa petite fille et lui a transmis sa force et son espoir dans sa quête et le mari de Mélina qui a été le premier à croire qu’ils pourraient retrouver leur petite fille.

                J’aurais, par contre, préféré une autre fin, plus joyeuse. Votre histoire a une fin tragique, puisque Paloma meurt. J’aurais aimé la voir heureuse plus longtemps aux côtés de sa petite fille, Nina, dont elle venait juste de se rapprocher et d’acquérir la confiance et de son mari, Pablo, avec qui elle avait traversé toutes les épreuves : de la guerre à l’enlèvement de leur fille et de leur petite fille. J’aurais aussi préféré que Paloma donne quelques signes de vie, et réapparaisse après sa disparition pour qu’elle puisse revoir sa fille et continuer la vie qu’elle avait avec elle avant qu’elles ne soient séparées.

               J’ai beaucoup aimé votre style d’écriture. L’histoire était très facile à lire et à comprendre, le vocabulaire était très accessible car vous n’employiez pas de mots trop compliqués. L’histoire était de la bonne longueur : ni trop longue ni trop courte. J’ai tout de suite aimé le sujet du livre qui parle de la vie d’une famille et qui pourrait très bien être une histoire vraie, et le fait que l’histoire se passait après une guerre violente rendait l’histoire encore plus réaliste. C’était un livre très agréable à lire. Le moment que j’ai préféré c’est l’épilogue pendant lequel la petite fille de Mélina écrit à son tour à sa mère après la mort de sa grand-mère.

               Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cette lettre qui contient mes impressions sur votre histoire, mes plus sincères salutations.

                                                                                                                      

                                                                                                                       Evaelle.

utlign9

Dans un pays soumis à la dictature.                                

        

         Chère Paloma,

         Ma tendre fille, toi qui es partie si tôt en laissant ta fille seule avec son père.

       Si tu me voyais Paloma…Depuis quatre ans, je me suis laissé vaincre. Par le temps passé à t’attendre, par l’espoir sans cesse déçu, par la tristesse et le découragement. Au début, je ne voulais pas croire à ta « disparition ». Je pensais : « Ils l’ont enlevée, interrogée, mais comme elle refuse de parler, ils la gardent en prison ».     

        Ne t’en fais pas ma fille, ton mari et moi-même sommes en train de nous battre contre la justice pour récupérer ta petite Nina adorée.

         Trois semaines ! Trois semaines et ce soir le verdict attendu. Nina nous est « rendue » !

         Je suis tellement fière de t’annoncer cette nouvelle ! Ma fille, ma Paloma, ton enfant est sauvée. Elle grandira parmi les siens et dans la vérité…

          Ma chérie je te remercie pour ta compréhension.

                                                         Maman. 

  1. Le passage qui m’a déçu est le moment où Nina ne parle pas directement à sa grand-mère car celle-ci s’est battue pour elle mais  sa petite- fille ne lui parle pas.
  2. Non je n’ai pas été dérouté par l’intrigue. La fin que j’aurais voulu lire est que Paloma, sa fille revienne dans la famille.
  3. Je trouve que : La mère est triste. Sa petite fille est perdue moralement,                                           elle est désemparée et calme.   
  4. Je me suis un petit peu identifié à la grand-mère car j’aime bien voyager et faire des dessins comme elle.

 

  1. Non je n’aime pas le style de l’auteur car je préfère le roman policier qu’épistolaire. Le livre très souvent répétitif et le vocabulaire est parfois complexe tel « propice aux confidences ».

Pierre-Anne, 4A, 21 février 2015

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 20:34

paroles-de-poilus-lettres-et-carnets-du-front-1914-1918-jea.gifIndications bibliographiques

éditeurs : Jean Pierre Guéno et Yves Laplume                               

Titre : Paroles de Poilus 

Edition : 1998, la Fleche, Librio      

Genre  recueil de lettres de Poilus

Thème principal :  Lettres de Poilus de la grande guerre

Résumé :  Ils avaient entre dix-sept et vingt-cinq ans et partaient pour la guerre en devenant  artilleurs, fantassins... Beaucoup d'entre eux moururent du tétanos, de balles transperçant leurs corps ou bien d'éclats d'obus. Ils envoyèrent des lettres à leurs proches pour expliquer la vie à la guerre, et donner de leurs nouvelles. C'est grâce à ces lettres que le livre est sorti.

Choix d’ un  passage

" Je crois n'avoir jamais été aussi sale. Ce n'est pas ici une boue liquide,  comme dans L'Argone. C'est une boue de glaise épaisse et collante dont il est presque impossible de se débarrasser, les hommes se brossent avec des étrilles [...] par ces temps de pluie, les terres des tranchées, bouleversées  par les obus."(p.61).

Il montre bien l'esprit de la guerre.

Mon jugement

Ce livre est bien car il nous explique la guerre tout en nous donnant les détails. Les lettres sont écrites par les poilus dans les tranchées. Nous pouvons voir leurs niveaux de français.

Je le conseille.

Thomas M. 4 A, 9 octobre 2012


barre46

 

Paroles de Poilus est un livre où sont rassemblées différentes lettres envoyées à leur famille par des soldats pendant la guerre 1914-1918.
C'est un livre qui est facile à lire une fois qu'on est bien concentré. On y rencontre parfois beaucoup de violence mais aussi beaucoup d'amour.
J'ai beaucoup aimé le lire car il est très intéressant, on peut presque se sentir dans la guerre. Je le recommande mais âmes sensibles s'abstenir.

extrait (fin de la lettre du 22 février 1915, de Maurice à Marie)
 

Ne crois-tu pas chère Marie que tous ces morts quels qu'ils soient doivent aller droit au ciel après de semblables actes d'héroïsme et ne crois-tu pas odieux, honteux, scandaleux que Messieurs les Députés à la chambre veuillent refuser ou même discuter l'attribution d'une " croix de guerre " à ces hommes, tous des héros, sous prétexte qu'il faut qu'ils soient cités à l'ordre de l'armée... Pour eux l'ordre du jour de la Division n'est pas suffisant. " Oh! injustice et ingratitude humaines " Tandis que vous vous promenez dans les rues ou les lieux de plaisir de Paris tandis que mollement assis dans un bon fauteuil de velours, au coin d'un bon feu, à l'abri de la pluie et scandalisés si un grain de poussière ou une goutte d'eau viennent ternir l'éclat de vos bottines, vous discutez pour savoir si l'absinthe est un poison ou si le mot " bar " est mieux que " débit de boissons " ou " établissement " tandis que loin du danger vous vous demandez d'un air fâché et dédaigneux : " Qu'est-ce qu'ils font donc? Pourquoi n'avancent-ils pas ? Si j'étais au feu je ferais cela.. " Pendant ce temps Messieurs les Députés, vos concitoyens fiançais, vos frères, les fantassins dont le nom seul évoque on ne sait pourquoi, le mépris le plus grand, les soldats en général sont en train de recommander leur âme à Dieu avant d'accomplir "dans l'ombre" sans rien attendre de la postérité le plus grand des sacrifices, le sacrifice de leur vie. Et c'est vous qui êtes si prompts à vous décerner mutuellement des décorations plus ou moins méritées par quelque beau discours ou quelque puissant appui, c'est vous dis-je qui refusez d 'accorder à nos soldats la petite " croix de guerre " si vaillamment méritée; bien petit dédommagement, en vérité pour une jambe ou un bras de moins, qu'un petit morceau de métal suspendu à un ruban quelconque, mais ce sera pourtant tout ce qui restera dans quelques années d'ici pour rappeler la conduite sublime de ces malheureux estropiés que le monde regardera d'un œil dédaigneux.
De plus c'est si simple et ça ferait tant de plaisir à ces braves, ça stimulerait tant le courage des autres. Certes, ce n est pas pour ça qu'ils se battraient; mais ce serait tout de même une juste récompense.
Alors que nos ennemis distribuent à tort et à travers des croix de fer, de cuivre ou de bronze, nous nous montrerions si parcimonieux. Excuse mon bavardage, ma chère Marie, mais je suis écœuré de toutes ces discussions à la Chambre.
Et que penser (tant pis si la censure arrête ma lettre), je ne cite d'ailleurs pas de noms, que penser de certains chefs qui lancent des hommes sur un obstacle insurmontable, les vouant ainsi à une mort presque certaine et qui semblent jouer avec eux, comme on joue aux échecs, avec comme enjeu de la patrie s'ils gagnent, un galon de plus.
Ne te scandalise pas, ma chère Marie, je t'écris encore sous le coup de l'émotion d'hier et de cette nuit et bien que je n ai pas du tout pris part à cette lutte, j'ai été très touché ainsi que d'ailleurs tous les officiers même supérieurs qui sont ici; l'un d'eux ce matin en pleurait de rage et de pitié.
Ne crois pas d'ailleurs que mon moral soit atteint le moins du monde, il est excellent.

Maurice

 

Mélanie, 3D, 11 mars 2009

utlign1

 

Mon personnage préféré est un soldat qui a reçu une balle dans l'épaule, elle a traversé tout son corps et est venue se loger dans son pied  (page 24) . Vu la douleur je ne sais pas ce que j’aurais fait à sa place.

 

L’auteur continue le recueil les lettres de nouveaux personnages  (p13 et 14,  il y a deux lettres de Maurice Marechal). L'auteur a bien disposé les lettres  pour donner envie de continuer à lire. Il a disposé les lettres comme il faut pour faire poursuivre la lecture. L’élément le plus important à retenir est que la guerre est très dure et que les soldats, s’ils n’étaient pas tués, ils étaient  sûrs d’être blessés. Le livre montre la cruauté de la guerre et démontre comment les soldats ont pu souffrir. Si je rencontrais l'auteur, j'aimerais lui demander pourquoi il n’a pas classé toutes les lettres d’un soldat à sa famille ou à sa femme en chapitres ?

 

Il n’y a pas beaucoup d’humour dans ce livre mais parfois les soldats sont blessés très gravement mais ils montrent qu’ils sont plus inquiétés du sort des autres que de leur propre sort. Le style de l’écriture change car ces lettres émanent de plusieurs personnes.

Paul 4A Octobre 2013

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs