Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 20:13

Auteur : Marie-Sophie Vermot vie-a-part.jpg

Titre : Une vie à part

Edition : Médium , 1997
Genre: roman nostalgique, récit initiatique
Thème principal :  La vie d'une adolescente après la mort de sa mère
 Le sujet :
Jeanne a seize ans. Sa mère était peintre et ne sortait jamais de son atelier. Jeanne se rappelle avoir cessé un jour de l'admirer. C'était il y a longtemps. Elle avait trop d'heures à attendre et à supplier sa mère de lui ouvrir derrière la porte close de l'atelier. Depuis elle la détestait. Jeanne était triste et avait un petit caillou pointu qui s'était installé dans sa gorge. Depuis la mort de sa mère, Jeanne vivait seule avec sa grand-mère. Son amie, Angèle, était folle amoureuse d'un garçon, alors que Jeanne s'intéressait plutôt à sa soeur, Esther. Elle parvint à devenir amie avec elle , mais cette amitié ne dura pas longtemps, et fut rompue. Alors Jeanne commença à sécher les cours en allant dans un café. Elle se faisait passer pour ce qu'elle n'était pas et fit la rencontre de Blanche et Luca ...
Passage remarquable :
Maman est morte il y a deux moi. Est-ce que j'ai encore une chance d'être triste, vraiment triste avant qu'il ne soit trop tard ? Ils croient tous que je le suis. C'est faux. Ce petit caillou pointu dans ma gorge, c'est bien avant la mort de maman qu'il s'est installé. (Page 11.)
Ce passage est très important pour livre, car c'est ici qu'on comprend presque tout. C'est ici qu'on peut voir ce qui arrive à Jeanne. Ce qu'elle affronte, ce qu'elle subit.
Jugement critique personnel
J'ai beaucoup aimé ce livre car il m'a inspirée et car je l'ai trouvé très intéressant. Par contre, j'aurais aimé que la fin soit mieux construite, et qu'on en sache un peu plus. Je conseille fortement ce livre aux lecteurs car il est très intéressant.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 21:55

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 20:08

Titre : Sa majesté des mouches
Auteur : William GOLDING
Adaptation française : Lola Tranec21886c--2-.jpg
Illustration : Gabor Szittya
Collection : Folio
Edition : Gallimard

Genre : récit initiatique

Thème principal : Ce sont les aventures d’une bande de garçons de six à douze ans naufragés sur une île déserte montagneuse.

Résumé : Un groupe de jeunes garçons échoue sur une île déserte montagneuse. Ils ont eu un accident d’avion, il n’y a aucun adultes avec eux. Ces jeunes garçons sont tous anglais. Au début, tout leur parait super, il y a une bonne entente entre eux. Ils s’organisent, ils décident d’élire un chef pour le commandement, ce sera Ralph. Seulement voilà, Jack, un autre garçon aurait lui aussi souhaité avoir ce titre. Tant pis, lui sera élu maître de la chasse et des chasseurs. Les ennuis vont commencer le jour où le chef Ralph et son adjoint Jack ne sont plus en accord sur les priorités de la vie au campement. Ralph souhaite donner la priorité à la conservation du  feu, tandis que Jack préfère mettre toute son énergie et celle du reste du campement à la chasse. Drame, le feu restera sans surveillance, Ralph avait pourtant prévenu qu’il ne fallait pas qu’il s’éteigne. Le feu c’était leur seul et unique espoir d’être secourus, si un bateau passait au large de l’île. Leur désaccord déclenche une vraie guerre, qui finit par en tuer deux d’entre eux.

Passage remarquable, pages 219 à 220

« Mais Jack s’était mis à crier aussi fort et couvrait la voix de Ralph. Il s’était joint à la tribu et le groupe formait un bloc menaçant, hérissé de javelots. Ils se préparaient confusément à l’assaut, ou du moins l’intention semblait se dessiner dans la masse de nettoyer le pont rocheux. Ralph se tenait face à la tribu, un peu sur le côté, l’arme prête. Porcinet était près de lui qui ne lâchait pas le talisman, le coquillage à la beauté fragile. L’orage de hurlements venait se briser contre eux, comme une incantation de haine. Là-haut, cédant avec délices à ses instincts, Roger pesa de tout son poids sur le levier.
Ralph entendit le gros rocher avant de le voir. Il sentit une secousse à travers les semelles de ses chaussures et le déchirement de la rocaille au sommet de la falaise. Alors, la monstrueuse masse rouge bondit sur le pont rocheux et Ralph se jeta à plat ventre tandis que la tribu poussait des cris.
La roche frappa Porcinet de plein fouet, du menton aux genoux ; la conque explosa en mille morceaux et disparut. Sans avoir le temps de pousser le moindre soupir, Porcinet fut projeté de côté dans le vide et se retourna dans sa chute. La roche rebondit deux fois et se perdit dans la forêt. Porcinet s’écrasa sur le dos, quinze mètres plus bas, sur une dalle rocheuse entourée d’eau. Sa tête se fendit et il en sortit une matière qui rougit aussitôt. Ses membres eurent un soubresaut, comme les pattes d’un cochon égorgé. Puis la mer poussa un soupir prolongé ; l’eau bouillonna, rouge et blanche, en recouvrant le rocher, et lorsqu’elle se retira dans un bruit d’aspiration, le corps de Porcinet avait disparu.
Cette fois-ci, le silence était total. Les lèvres de Ralph formèrent un mot, mais il n’en sortit pas un son.
Soudain, Jack se détacha de la masse en poussant des cris sauvages.
- Tu vois ? Tu vois ? Voilà ce qui t’attend ! Voilà ce que j’ai ordonné ! Tu n’as plus de tribu ! Et plus de conque… »


Jugement critique sur le passage : ce passage nous décrit la fin d’une belle aventure entre copains. La querelle de deux d’entre eux, menant à la division de ce groupe, pour enfin nous conduire à la perte de Porcinet dans des conditions des plus atroces.

Jugement critique personnel sur le livre : l’histoire de ce récit aurait pu être tirée d’un fait réel. L’histoire est bien construite, le désaccord entre bande rivale, nous montre et nous décrit jusqu’où les hommes sont prêts à aller pour acquérir le pouvoir. Ce livre ne me déplait pas. En revanche, j’ai trouvé cela un peu long car l'auteur insiste beaucoup trop sur la description détaillée des paysages et des personnages. Je le conseille à ceux qui aiment les aventures un peu du genre de celles de Robinson mais aussi, à ceux qui aiment le vocabulaire descriptif des paysages.

Célia G, 5D

utlign1

Auteur : William Golding (1954)

 Titre : Sa majesté des mouches

 Collection : folio junior

 Genre : récit initiatique et d’aventure

 

Sujet : Ralph, un jeune garçon blond se retrouve sur une Ile, après un naufrage. Pour survivre, lui et d’autres garçons vont devoir chasser et s’entraider. Mais cela semble plus compliqué que prévu.

 

Résumé : Ralph et Piggy, deux garçons échoués sur une île se demandent comment cela a pu arriver. Bien vite ils vont découvrir qu’ils ne sont en fait pas les seuls sur cette île. En découvrant les autres, Ralph se propose comme chef, mais il n’est pas le seul. Jack, un autre garçon se propose aussi comme chef, mais c’est Ralph qui obtient ce titre. Après des jours et des jours loin de leur maison et de leurs parents, la tension monte. Mais très vite nos amis vont apprendre à vivre ensemble et à communiquer.

 

Remarques : J’ai  bien aimé ce livre, je le trouvais très entraînant et passionnant à la foi.  Je le conseille à ceux qui aiment l’aventure.             

Lionel M, 5D

utlign1



Test proposé par Lunaly95 depuis Quizz.biz

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 15:21

Auteur: Stéphane Daniel

9782700230529.jpg

Titre: Gaspard in love
Edition: Rageot
Collection: Métis
GENRE : Ce livre est un récit initiatique, un roman d’amour
THEME PRINCIPAL : Il raconte la vie d’adolescents

 


RESUMÉ du SUJET : Gaspard Corbin, jeune garçon âgé de seize ans, part en vacances avec ses parents à Saint-Raphaël. Alors qu’ils roulent tranquillement tous les trois sur l’autoroute, leur voiture a de gros problèmes mécaniques. Ils s’arrêtent donc et le garagiste qui vient les dépanner les emmène dans l’hôtel de sa sœur, situé dans une ville très peu connue. Gaspard, décide alors de visiter la ville, mais il trouve que rien ne s’y passe. Il ne pense qu’à rejoindre sa copine de l’année précédente qui se trouve déjà à Saint-Raphaël. Puis tout d’un coup, il arrive devant un petit bar et décide d’y entrer. À l’intérieur, il aperçoit un groupe de jeunes et décide de s’approcher d’eux. Dans ce petit groupe, se trouvent beaucoup de très jolies filles. Gaspard s’en aperçoit, l’idée qu’il se faisait du village isolé va alors changer.

CHOIX D’UN PASSAGE REMARQUABLE : PAGE 31
Mon arrivé a fait sensation. Je suis habitué, mais c’était plus marqué que d’habitude. Sur place, une dizaine de jeunes, mâles et femelles, se pressaient. J’aurais bien de

 

mandé aux gars de dégager vite fait, mais mon expérience m’a appris qu’en milieu hostile il faut d’abord s’intéresser à eux avant de poser le regard sur les créatures. J’avais l’impression de me retrouver devant le champ de tournesols, objet de toutes les attentions.
-Salut ! J’ai dit.

 

Sobre entrée en matière, directe sans être apprêtée, intensément neutre, rétive aux interprétations crispées, un pur chef-d’œuvre.
-Salut ! ont répondu certains.

Je trouve que ce passage a quelque chose de significatif pour le livre car cela nous montre le moment où Gaspard rencontre les jeunes avec qui il va être durant tout le livre. Cela nous montre aussi le caractère du personnage, il est assez vantard.

 


JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL : J’ai mis du temps à entrer dans cette histoire, car il y a trop de détails insignifiants au début. Autrement l’histoire n’est pas mal, mais je trouve qu’il n’y a pas beaucoup d’action. Je pense aussi que l’histoire ne bouge pas assez, on sait déjà ce qui va se passer, ca raconte toujours la même chose. En revanche, bien que je n’aime pas trop le caractère vantard du personnage, il reste intéressant car il est aussi très drôle. Je conseille ce livre à ceux qui aiment bien les histoires sans beaucoup d’actions et de suspens mais dans lesquels le héros progresse.

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 15:19

indications bibliographiques:

Auteur : Dean Huguesclandestin-a-l-hotel-copie-1.jpg

Traducteur : David Kévin

Titre : Clandestin à l'hôtel

Collection : Castor Poche,

Éditeur : Flammarion

 

Genre : Roman initiatique


Thème principal: Recherche d'une famille d'accueil pour un enfant


Le sujet:  David, un orphelin qui a fui sa famille d'accueil, se retrouve dans la rue et se faufile dans un hôtel où il se fait découvrir par Paul, le portier de nuit. Au cours de son séjour à l’hôtel, il fait la connaissance de Mélissa, une serveuse dans un bar, il fait aussi la connaissance de Rob et d'Élaine, le personnel de nuit ...


Choix d’un passage remarquable d'une dizaine de lignes:

« Mélissa voulut retourner dans son bar. Élaine la retint: « Attends, j'ai apporté mon appareil pour une photo de tout le monde [ ... ]

(Melissa) -Paul et Betti vous êtes le père et la mère, mettez-vous derrière David. Clark et Élaine sont le grand-père et la grand-mère, mettez vous ensemble également. [ ...] Bon, Rob et moi allons nous agenouiller à côté de David, lui sera le grand frère et moi la grande sœur [ ... ] ( personne qui prend la photo ) -Dites vous avez vraiment l'air d'une famille aussi bizarre que la mienne. »


Jugement critique personnel: J'aime bien ce livre car il y a du suspect et du mystère, les personnages sont sympas, un peu d'humour de temps en temps mais attention quand c'est sérieux ça ne rigole pas. Je conseille ce livre pour ceux qui aiment quand ça parle de mystère et d'aventures et aussi pour ceux qui aiment lire mais pas trop non plus !

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 19:52

 L'auteur : Susie Morgenstern

 Titre : L'orpheline dans un arbre9782211079488FS.gif

 Date : Septembre 2005

 Éditeur : École des loisirs

 Collection : Médium

 Genre : humour

 Pages : 209

 Thème principal: C'est l'histoire une jeune fille orpheline qui va faire un grand voyage

 

Résumé :

C'est l'histoire d'une fille nommée Clara-Camille qui vit dans un luxueux orphelinat sur la côte d'azur. Sans aucune famille, mais elle a reçu un héritage qui lui permet de ne manquer de rien, elle vit heureuse avec des camarades dans la même situation. Elle vient de gagner un concours d’écriture, dont le premier prix est un séjour dans une famille californienne. Elle se prend à imaginer sa famille d'accueil : un beau jeune homme, Jeremiah, avec lequel elle correspond, des parents, une sœur ...Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle est accueillie par le «jeune»  homme de 75ans, prénommé Jeremiah . Pensant un instant faire demi-tour, elle décide de continuer quand même l'aventure...           

 

Passage remarquable : p 19                                                                                                                                     

« Finalement, la voiture s'arrête devant un grand portail et nous montons vers ce que papy appelle le ranch. Un long chemin de terre nous conduit a une autre grille. J'imagine que la « vie de famille » se cache là derrière. Je me vois sautant dans les bras de Jeremiah, puis embrassant la mère et le père et la sœur dont il m'a parlé. Mais la maison est résolument noire et déserte. Seul l'occupe un chien gigantesque, qui veut sauter sur moi. J'ai une trouille qui frôle l'angoisse. Si le racisme est une peur de l’autre, je suis raciste envers les animaux. Même envers la vache solitaire, qui erre sur la propriété. Et les  chats ! J'ai carrément une phobie des chats. C'est la terreur. Je n'ai jamais fréquenté d’animaux, autre lacune de mon éducation. »

 

J'ai choisi ce passage car j'ai trouvé que ça expliquait bien l'arrivée de la jeune fille chez sa famille d'accueil en Californie .

 

 Jugement critique personnel : J'ai bien aimé ce livre car il y a de l'aventure.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 12:47

comme-une-fleur-coupee.jpg

 TITRE : Comme une fleur coupée…

AUTEUR : Françoise Grard et Robert Bigot

COLLECTION: Les romans                                                                       

EDITEUR: Gulf Stream

GENRE: roman d’initiation

THEME : les secrets d’une famille

 
                               

Résumé : C’est l’histoire d’une famille tout à fait banale : la famille Clarisse.

   Un jour, Benjamin  âgé de  16  ans  est renvoyé de son lycée à cause d’une bagarre  et ses parents décident de l’envoyer  en pension en Autriche chez des amis de sa mère. Mais Sophie, l’aînée de la famille en décide autrement et veut à tout prix trouver une solution pour retenir le plus  longtemps possible son frère. En cherchant le livret de famille, les deux adolescents tombent sur des papiers écrits en langue étrangère. Les deux complices inquiets font appel à un ami qui leur traduit le papier : Sophie aurait été adoptée ! Arrivé en Autriche Benjamin décide de mener son enquête là-bas et découvre des secrets  familiaux  qui pourraient bien créer des problèmes au sein de la famille. Benjamin apprend encore certaines choses qui n’arrangent pas la situation déjà bien endommagée. Heureusement les tensions s’apaisent et la sérénité  règne de nouveau chez les Clarisse.

 

Passage remarquable, pages 44 à 45 : « Sophie ne jeta qu’un coup d’œil distrait au cliché que Benjamin lui tendait. Au bord d’un lac, probablement en Autriche, sa mère, âgée  d’une quinzaine d’années, lisait  assise sur un fauteuil de rotin. Une joue ronde, un profil de chat, des boucles rousses .On eût plutôt dit une petite sœur de Birgit …

-         Donne, on n’a pas le temps…

La fouille reprit, de plus en plus fébrile .On ne pouvait plus reculer. Désormais, chaque minute aggravait le risque de se faire surprendre.

Enfin un étroit tendu de velours bleu, gravé de lettres dorées, apparut :

-Le voila.

Sophie recula en  caressant la surface du document dont l’aspect officiel inspirait un respect mêlé de crainte.

- Remontons, souffla Benjamin. »

J’ai  choisi ce passage car je trouve qu’il est assez représentatif du  livre, les actions et les événements surgissent à partir de ce passage du texte et des séries de péripéties s’enchaînent ensuite.  

 

Jugement critique personnel : J’ai beaucoup aimé ce roman car il y a beaucoup                  d’action et de suspens. On a beaucoup de plaisir à lire ce livre et à découvrir ce qui ce passe au fil de l’histoire.

 Eva C, 5D, 16/12/2011

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

 

Adoptée : Au début, Sophie découvre qu’elle a été adoptée.   

Benjamin : C’est un des héros, c’est le frère de Sophie.

Clarisse : C’est le nom de famille de Benjamin et Sophie.

Date : Il y a une date au début de chaque chapitre.

Enquêtent : Le frère et la sœur enquêtent sur les origines de Sophie.

François : C’est le père de Benjamin et Sophie.

Gulf Stream : C’est l’éditeur du livre.

Hongroise : C’est la vraie nationalité de Sophie  

Indulgence : Birgit sa mère est indulgente envers Benjamin

Jardinier : C’est la profession de Jean-Louis, l’oncle de Sophie  

Livret de famille : C’est à cause de la découverte de ce livret que tout à commencé.

Martha : C’est la petite sœur de Benjamin et Sophie.

Naïma : C’est la petite copine de Benjamin. 

Obéit : Benjamin obéit à sa mère quand elle lui dit d’aller en Autriche.

Piano : La tante de Benjamin, Sophie et Martha donne des cours de piano.

Quatre-vingt-un, 81 : C’est l’été 81 que Sophie aurait été trouvée. 

Révoltée : Sophie est révoltée contre ses parents. 

Sophie : C’est une héroïne, la sœur de Benjamin et Martha. 

Troupe de marionnettistes : Étant jeune, Birgit en faisait partie

Viré : Benjamin est viré de son collège.

Wolgang : C’est l’oncle de Benjamin, le frère de Birgit.

Zsynagoga : (synagogue) C’est ce que lit Benjamin sur une pancarte à Budapest.

Youna N, 4A, 22/11/2010

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 23:00

Auteur : Yves Grevet

Titre : Jacquot et le grand père indigne

Edition (date, éditeur, collection) : SYROS 2007

Genre : Roman initiatique

thème : la dispute entre un grand père et un enfant 

 

sujet : C’est l’histoire d’un enfant appelé Jacquot et de son grand père. Jacquot habite avec sa mère dans un appartement et le grand père dans sa maison, Jacquot a perdu sa grand-mère et son père est parti juste après sa naissance . Son grand-père qui est arrivé âgé ne veut pas aller en maison de retraite alors sa fille le pousse à y aller mais il ne veut pas. Jacquot n’aime pas trop son grand père. Son grand père cache le cahier rouge de Jacquot, celui-ci, après avoir retrouvé son cahier rouge cache la télécommande de son grand père pour se venger. Un soir en revenant de l'école il veut entrer dans la cuisine mais la porte est coincée avec le grand-père qui est à terre alors Jacquot fait les premiers soins, appelle les secours et prévient sa mère. La mère et Jacquot vont à l'hôpital voir le grand père tous les jours après l’école et vont  prendre des nouvelles avec Théodore, l’infirmier. Jacquot décide d’inviter Théodore à dîner, puis quelques jours plus tard son grand père va en maison de retraite.

 passage choisi :  

"Je regarde alors mon grand père.

C’est comme si ses yeux s'étaient allumés.

-Jacquot…j’ai soif…s’il te plaît.

Je touche sa main pour le rassurer et je sors.

Maman et Théodore papotent dans le couloir.

-Papi a parlé ! Il a soif ...Venez !!

-Je m'en occupe, dit calmement Théodore.

Mon grand père s'est réveillé.

Je suis presque sûr qu’il a attendu que je sois là pour le faire."

J’aime ce passage car Jacquot et son grand père ne se disputent plus et sont devenus amis. Le grand-père a attendu que son petit- fils soit présent pour dire ses premiers mots après cet accident.

 Jugement personnel : Ce livre est intéressant car il même s''il ny a pas d'image, il n'est pas difficile à lire ni à comprendre, je l' ai bien aimé comme livre.

                                                                                                                                                                          Yann G. 5B, 15/12/2011

utlign9

J'ai bien aimé les personnages de ce récit : d'abord Jacquot car il est courageux et combatif; puis son grand-père car il ne parlait que pour hausser la voix ; ensuite, sa mère car elle ne savait pas faire la cuisine et avait toujours le dernier mot et enfin Mehdi, le copain de Jacquot, qui voulait toujours avoir les mêmes histoires que Jacquot.

Je ne vois pas le rapport entre le titre et l'histoire, je pense qu'il n'a rien à voir avec l'histoire. 

Johan G, 5B, 16/12/2008

 
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:33

Titre : Rite de passage9782070586660FS.gif

Auteur : Richard Wright

Paru en 1995

Éditeur : Gallimard

Collection : Page blanche

Genre : récit de vie, initiatique

Thème principal : un adolescent fait des fugues

Le sujet : C'est l'histoire d'un jeune garçon nommé Johnny. Un jour, quand il rentre de l'école, sa mère et sa soeur lui apprennent qu'il est un enfant adopté et que l'assistance veut le placer dans une nouvelle famille. Johnny ne voulant pas les quitter décide de s'enfuir. Par l'intermédiaire d'un ami, il entre dans un gang, "Les Marlous", et à partir de là, sa vie devient complètement différente de sa vie d'avant.

passage choisi, chapitre 2, pages 33 à 34. J'ai choisi ce passage parce que j'ai trouvé osé et riqué de la part de Johnny de tout quitter pour l'inconnu sans savoir ce qui l'attend.

jugement critique personnel : J'ai bien aimé ce livre car c'est une histoire touchante et réaliste.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:06

Auteur : anonyme

Titre : La Farce de Maître Pathelin

 9782011679574FS.gif 

Edition : Hachette

Date de 1e publication : vers 1460

genre : c'est une pièce de théâtre du Moyen -âge

thème principal: un avocat trompe les gens

 

Le sujet : C'est l'histoire d'un avocat qui est ruiné. Ne pouvant plus acheter des vêtements, ni pour lui, ni pour sa femme, il décide de tromper le drapier pour avoir du tissu à crédit et donc pour payer plus tard. Or, comme il ne compte pas payer ses dettes, l'avocat va ruser pour tromper le drapier. Mais au final, il se fait prendre à son propre jeu par quelqu'un de plus malin et de plus roublard que lui.

Passage choisi, scène 1, lignes 1 à 11

 

Maître Pierre

 Sainte Marie, Guillemette, pour quelque peine que je mette à cabasser n'a ramasser, nous ne pouvons rien amasser. Or vis-je que j'avocassais.  

Guillemette

 Par Notre Dame, j'y pensais, dont on chante, en avocassage. mais on ne vous tient pas si sage des quatre parts comme on soulait. Je vis que chacun vous voulait avoir pour sa gagner sa querelle. Maintenant chacun vous appelle partout "avocat dessous l'orme". 

J'ai choisi ce passage car il explique pourquoi l'avocat arrive à tromper la drapier, il décrit bien les ruses qu'utilise l'avocat.


Jugement critique personnel :

J'ai bien aimé ce livre car il y a une alternance de passages comiques et de suspense.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs