Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 14:18

Le Horla (1886 puis 1887) est une très célèbre nouvelle fantastique de Guy de Maupassant, disponible dans ses trois versions successives (Le Journal d'un fou de 1885 puis les deux versions du Horla de 1886 et 1887) en Folio ou ici en pdf.

Voici la version de 1887 lue pour littérature audio par Romy Riaud à écouter:



 

Le Horla  a déjà été adapté au cinéma à huit reprises, en série TV, courts métrages et films.

Ce court métrage français de Boris Labourguigne et Bastien Raynaud, remarqué au dernier Festival de Cannes, nous propose une autre lecture de l'oeuvre de Guy de Maupassant. L'oeuvre continue de fasciner ...



"In the form of a video-journal, the narrator conveys his troubled thoughts and feelings of anguish. All around him, he senses the presence of a being that he calls the "Horla". The presence of the Horla becomes more and more intolerable to the protagonist." Directors: Boris Labourguigne & Bastien Raynaud Running Time: 19'59 Country: France 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 21:37

michauxCe  recueil a été publié en 1935. C'est sans doute son premier grand recueil. Le titre, comme souvent dans l'oeuvre de Michaux, est déjà tout un programme : qu'est-ce à dire ? La Nuit remue évoque cette étape éphémère, cette frontière fragile  entre sommeil et veille, entre néant et existence mais aussi cette frontière fragile et mouvante entre la paix sereine des certitudes diurnes et l'angoisse des cauchemars nocturnes. Tel un funambule, Michaux se promène sur ce fil étroit du réel et du rêvé, du clair et du sombre, de l"angoissant et du rassurant et pour cela, il renouvelle sans cesse les rythmes et les formes et fascine ses lecteurs comme sous l'effet d'une magie.  
Voici un choix de quelques poèmes, puisqu'il faut bien choisir, qui devraient convaincre bien mieux que mes paroles :

 






 P 9 "La nuit remue" I

« Tout à coup, le carreau dans la chambre paisible montre une tache. L'édredon à ce moment a un cri, un cri et un sursaut ; ensuite le sang coule. Les draps s'humectent, tout se mouille. L'armoire s'ouvre violemment ; un mort en sort et s'abat. Certes, cela n'est pas réjouissant. Mais c'est un plaisir que de frapper une belette. Bien, ensuite il faut la clouer sur un piano. Il le faut absolument. Après on s'en va. On peut aussi la clouer sur un vase. Mais c'est difficile. Le vase n'y résiste pas. C'est difficile. C'est dommage. Un battant accable l'autre et ne le lâche plus. La porte de l'armoire s'est refermée. On s'enfuit alors, on est des milliers à s'enfuir. De tous côtés, à la nage ; on était donc si nombreux ! Étoile de corps blancs, qui toujours rayonne, rayonne... »

 

 

 

p 30 "Un point, c'est tout"

" L'homme _son être essentiel_ n'est qu'un point. C'est le seul point que la Mort avale. Il doit donc veiller à ne pas être encerclé.
Un jour, en rêve, je fus entouré de quatre chiens, et d'un petit garçon méchant qui les commandait.
Le mal, la difficulté inouïe que j'eus à le frapper, je m'en souviendrai toujours. Quel effort ! Sûrement, je touchai des êtres, mais qui ? En tous cas mes adversaires furent défaits au point de disparaître. Je ne me suis pas laissé tromper par leur apparence, croyez-le ; eux non plus n'étaient que des points, cinq points, mais très forts.[....]"

 

 

 

 

p 79 "Contre !"

" Je vous construirai une ville avec des loques, moi.
Je vous construirai sans plan et sans ciment un édifice que vous ne détruirez pas
Et qu'une espèce d'évidence écumante soutiendra et gonflera,
Qui viendra vous braire au nez, et au nez gelé
De tous vos Parthénons, vos Arts Arabes et de vos Mings.
Avec de la fumée, avec de la dilution de brouillard et du son de peaux de tambours
Je vous assoirai des forteresses écrasantes et superbes,
Des forteresses faites exclusivement de remous et de secousses,
Contre lesquels votre ordre multimillénaire et votre géométrie
Tomberont en fadaises et galimatias et poussières de sable sans raisons.
Glas ! Glas ! Glas ! Sur vous tous! Néant sur les vivants!
Oui! Je crois en Dieu ! Certes, il n'en sait rien.
Foi, semelle inusable pour qui n'avance pas.
Ô monde, monde étranglé, ventre froid !
Même pas symbole, mais néant , je contre, je contre,
Je contre, et te gave de chiens crevés !
En tonnes, vous m'entendez, en tonnes je vous arracherai

 

 

 

http://poezibao.typepad.com/poezibao/images/michaux_montage_copie_basse_def_1.jpg

Ce que vous m'avez refusé en grammes!

Le venin du serpent est son fidèle compagnon.
Fidèle et il l'estime à sa juste valeur.
Frères, mes Frères damnés, suivez moi avec confiance;
Les dents du loup ne lâchent pas le loup.

C'est la chair du mouton qui lâche.

Dans le noir, nous verrons clair, mes frères!
Dans le labyrinthe, nous trouverons la voie droite!
Carcasse, où est ta place ici, gêneuse, pisseuse, pot cassé ?

Poulie gémissante, comme tu vas sentir les cordages tendus des quatre mondes !
Comme je vais t'écarteler !  "


Et l'un de mes préférés, dans le même recueil mais dans la section Mes Propriétés,

 

 

p 143, "Intervention"

"Autrefois, j'avais trop le respect de la nature. Je me mettais devant les  choses et les paysages et je les laissais faire.

 

Fini, maintenant j'interviendrai

J'étais donc à Honfleur et je m'y ennuyais.

Alors résolument, j'y mis du chameau. Cela ne paraît pas fort indiqué. N'importe, c'était mon idée. D'ailleurs, je la mis à exécution avec la plus grande prudence. Je les introduisis d'abord les jours de grande affluence, le samedi sur la place du Marche'. L'encombrement devint indescriptible et les touristes disaient : " Ah ! ce que ça pue ! Sont-ils sales les gens d'ici ! " L'odeur gagna le port et se mit à terrasser celle de la crevette. On sortait de la foule plein de poussières et de poils d'on ne savait quoi.

Et la nuit, il fallait entendre les coups de pattes des chameaux quand ils essayaient de franchir les écluses , gong ! gong ! sur le métal et les madriers !

L'envahissement par les chameaux se fit avec suite et sûreté.

On commençait à voir les Honfleurais loucher à chaque instant avec ce regard soupçonneux spécial aux chameliers, quand ils inspectent leur caravane pour voir si rien ne manque et si on peut continuer à faire route ; mais je dus quitter Honfleur le quatrième jour.

J'avais lancé également un train de voyageurs. Il partait à toute allure de la Grand-Place, et résolument s'avançait sur la mer sans s'inquiéter de la lourdeur du matériel ; il filait en avant, sauvé par la foi.

Dommage que j'aie dû m'en aller, mais je doute fort que le calme renaisse tout de suite en cette petite ville de pêcheurs de crevettes et de moules."

Deux exemplaires de La Nuit remue  sont disponibles au CDI du centre en 841 MIC

231-Honfleur.jpg

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 20:25


C'est un jeune garçon qui s'appelle Joël. Tous les jours, il joue au foot avec ses copains. Son rêve : devenir le meilleur goal du monde.

Un jour, un nouveau voisin arriva. Joël alla à sa rencontre : c'était Vladi, une vedette du football. Vladi remarqua les talents de Joël comme goal.

Vladi et Joël étaient très attachés. "Mais il faut une entraînement quotidien pour devenir goal professionnel."

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 11:00
Auteur : Jean-Philippe Arrou-Vignod
Titre : Sur la piste de la salamandre
Collection : Folio junior
Editeur : Gallimard

Le sujet : C'est l'histoire de trois collégiens, PP Cul-Vert, Rémi et Mathilde. Ils sont en vacances et se lancent dans une chasse au trésor, celle de la salamandre d'or. Pour cela, ils doivent résoudre plusieurs énigmes. A la quatrième énigme, ils trouvent la salamandre mais ils se rendent compte qu'elle est en plâtre. Ils vont alors voir une personne qu'ils trouvent louche car cette personne les espionnait et les avait entendus parler de la salamandre dans leur tente. Ils entrent et découvrent que c'est Monsieur Bolognèse, le sculpteur de la salamandre d'or. Les trois collégiens racontent leurs aventures à M. Bolognèse qui leur donne alors la salamandre d'or : ils avaient gagné la chasse au trésor.

Ce que j'en pense : J'ai bien aimé ce livre car j'aime bien les récits d'aventure et dans ce livre, il y a beaucoup d'aventures qui se déroulent dans un cadre réaliste.
La cote de ce livre au CDI est R-ARR


Sur ce blog, retrouvez trois autres articles sur des livres de Jean-Philippe Arrou-Vignod :

Arrou-Vignod J P, La soupe de poissons rouges

Arrou-Vignod JP, Blanc JN, Delerm P, Hughes Y, Montaignac C, Coups francs

Arrou-Vignod JP, Enquête au collège


Partager cet article

Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 20:11
Voici un choix de quelques poèmes écrits en prose par Francis Ponge et publiés dans le recueil au titre éloquent Le Parti Pris des choses  (1942) : ils conjuguent avec une grande virtuosité poésie, sensations et émotions.

 

Le Pain

La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes.

 

Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente.

 

Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable…

 

Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.


L'Huître

 

L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C'est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l'ouvrir : il faut alors la tenir au creux d'un torchon, se servir d'un couteau ébréché et peu franc, s'y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s'y coupent, s'y cassent les ongles : c'est un travail grossier. Les coups qu'on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d'une sorte de halos.

 

À l'intérieur l'on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d'en-dessus s'affaissent sur les cieux d'en-dessous, pour ne plus former qu'une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l'odeur et à la vue, frangé d'une dentelle noirâtre sur les bords.

Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d'où l'on trouve aussitôt à s'orner.



L'Orange

 

Comme dans l’éponge il y a dans l’orange une aspiration à reprendre contenance après avoir subi l’épreuve de l’expression. Mais où l’éponge réussit toujours, l’orange jamais : car ses cellules ont éclaté, ses tissus se sont déchirés. Tandis que l’écorce seule se rétablit mollement dans sa forme grâce à son élasticité, un liquide d’ambre s’est répandu, accompagné de rafraîchissement, de parfums suaves, certes, - mais souvent aussi de la conscience amère d’une expulsion prématurée de pépins.

 

Faut-il prendre parti entre ces deux manières de mal supporter l’oppression ? – L’éponge n’est que muscle et se remplit de vent, d’eau propre où d’eau sale selon : cette gymnastique est ignoble. L’orange a meilleur goût, mais elle est trop passive, - et ce sacrifice odorant…c’est faire à l’oppresseur trop bon compte vraiment.

 

Mais ce n’est pas assez avoir dit de l’orange que d’avoir rappelé sa façon particulière de parfumer l’air et de réjouir son bourreau. Il faut mettre l’accent sur la coloration glorieuse du liquide qui en résulte, et qui, mieux que le jus de citron, oblige le larynx à s’ouvrir largement pour la prononciation du mot comme pour l’ingestion du liquide, sans aucune moue appréhensive de l’avant - bouche dont il ne fait pas hérisser les papilles.

 

Et l’on demeure au reste sans paroles pour avouer l’admiration que mérite l’enveloppe du tendre, fragile et rose ballon ovale dans cet épais tampon – buvard humide dont l’épiderme extrêmement mince mais très pigmenté, acerbement sapide, est juste assez rugueux pour accrocher dignement la lumière sur la parfaite forme du fruit.

 

Mais à la fin d’une trop courte étude, menée aussi rondement que possible, - il faut en venir au pépin. Ce grain, de la forme d’un minuscule citron, offre à l’extérieur la couleur du bois blanc de citronnier, à l’intérieur un vert de pois ou de germe tendre. C’est en lui que se retrouvent, après l’explosion sensationnelle de la lanterne vénitienne de saveurs, couleurs et parfums que constitue le ballon fruité lui-même, - la dureté relative et la verdeur (non d’ailleurs entièrement insipide) du bois, de la branche, de la feuille : somme toute petite quoique avec certitude la raison d’être du fruit.

 

Les mûres


Aux buissons typographiques constitués par le poème sur une route qui ne mène hors des choses ni à l’esprit, certains fruits sont formés d’une agglomération de sphères qu’une goutte d’encre remplit.

  

Noirs, roses et kakis ensemble sur la grappe, ils offrent plutôt le spectacle d’une famille rogue à ses âges divers, qu’une tentation très vive à la cueillette.

Vue la disproportion des pépins à la pulpe les oiseaux les apprécient peu, si peu de chose au fond leur reste quand du bec à l’anus ils en sont traversés.

 

Mais le poète au cours de sa promenade professionnelle, en prend de la graine à raison :

« Ainsi donc, se dit-il, réussissent en grand nombre les efforts patients d’une fleur très fragile quoique par un rébarbatif enchevêtrement de ronces défendue. Sans beaucoup d’autres qualités, - mûres, parfaitement elles sont mûres – comme aussi ce poème est fait. »

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 13:57
L'Ile des lézards est le tome 5 de la série des Chevaliers d'Emeraude dont les tomes 1, 2 et 7 sont présentés sur ce blog par Pierre P dans ces articles :

Robillard A, Les chevaliers d'Emeraude, Le feu dans le ciel

Robillard A, Les chevaliers d'Emeraude, Les dragons de l'Empereur noir

Robillard Anne, Les chevaliers d'Emeraude, L'enlèvement


Dans ce tome 5, les chevaliers doivent défendre le continent d'Enkidev contre les soldats insectes de l'Empire Noir mais ils sont attaqués par des hommes-lézards qui enlèvent les femmes humaines.
Les chevaliers partent alors sur l'île des lézards pour récupérer les femmes et sauver les femmes-lézards puis ils rentrent aux château pour célébrer leur victoire.

Livre disponible au CDI, cote
R ROB

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 17:58
Jadis et Naguère

Art poétique




De la musique avant toute chose,

Et pour cela préfère l'Impair

Plus vague et plus soluble dans l'air,

Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

[...]


Fêtes galantes

Colloque sentimental

 


Dans le vieux parc solitaire et glacé,
Deux formes ont tout à l’heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,

Et l’on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé,

Deux spectres ont évoqué le passé.

- Te souvient-il de notre extase ancienne ?
- Pourquoi voulez-vous donc qu’il m’en souvienne ?

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom ?
Toujours vois-tu mon âme en rêve ? - Non.

- Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! - C’est possible.


- Qu’il était bleu, le ciel, et grand, l’espoir !

- L’espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.






Poèmes Saturniens

Melancholia

Mon rêve familier





Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur transparent
Pour elle seule, hélas! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l'ignore.
Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

 

Romances sans paroles

Ariettes oubliées

Il pleure dans mon coeur...



Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville;

Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur?

O bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits!
Pour un coeur qui s'ennuie

O le chant de la pluie!

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.

Quoi! Nulle trahison?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine!

 


Toute la poésie de Verlaine en ligne ici.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 13:56
Abécédaire proposé par Emilie et Sami de 4e F

Publication d'Emilie en attente

Publication de Sami :

M comme Mintz, la famille victime de M. N
N comme Noël, la période où se déroule l'histoire ou comme "Monsieur N" qui "n’avait pas été un criminel toute sa vie. La preuve il avait déjà neuf ans quand il tua pour la première fois. Bien entendu, à cette époque, il n’était pas encore monsieur N… Il était Léo, petit garçon qui passait ses étés chez Mémé et Pépé. » annonce la première phrase du roman.
O comme oublier et comme Odette qui a peur que le Père Noël les oublie mais  M. N ne les oublie pas, lui.
P comme Patel les voisins de Mintz  et comme physique car "à 13 ans il attrapa ce physique anodin très envié des cancres"
Q comme un quelconque citoyen
R comme rose comme "sa bouche rose dans son masque de laitue"
S comme sourit : Bébé Lou sourit.
Thor, le chien que M N a déjà tué
Z comme zèle car "elle dépensait tout son zèle à faire le croquemitaine"




Ce livre est disponible au CDI Cote RFER. La notice indique :

Résumé : Monsieur N. déteste les faibles, les étrangers et les Juifs. Un soir, il découvre dans sa boîte aux lettres une missive anonyme disant : "vous êtes coupable, nous possédons la preuve". Il est persuadé que quelqu'un l'a vu tuer son chien Thor et brûler le vieux Rémi, le clochard du coin...

Note de contenu : Un très bon roman où l'intensité croît au fil des pages, où l'humour a aussi sa place.

Genre : roman

Thème de fiction : suspense/racisme/peur/angoisse


Et découvrez ici deux inteviews de Malika Ferdjoukh par des collègiens.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 13:03

L'incipit a été étudié en classe.

Mégane, Pierre-Louis, Edern et Corentin présentent des personnages :

Andréas est un collégien de troisième comme ses amis Thierry et Eric, il a 17 ans. C'est une grosse brute vulgaire et sadique et il a le crâne rasé. Il aime voir souffrir les autres et les jeux vidéos violents et sanglants. Andréas a un ordinateur avancé comme ses deux camarades.

Eric a 15 ans, c'est un amateur de jeux vidéos, il a un frère militaire et un peu vulgaire car il parle familièrement et dit "arrêtez vos conneries ".

Thierry, a le même âge qu'Eric, il paraît le plus intelligent des trois car il a mémorisé l'adresse de la boutique. Il est le souffre douleur d'Andréas, il aime les jeux vidéos et il est ami avec Eric et l'était avec Andréas au début.

Cet abécédaire a été construit par Louis-Marie, Méven et Pierre C

A- Andréas est un des personnages principaux
B- Boisdeffre, nom de famille d'un des personnages principaux
C- "Con", une des insultes dites par Andréas
D- Doom, jeu préféré d'Andréas

E- Eric , un des trois personnages principaux
F- Frenzy, le magasin de jeux videos se nomme Games Frenzy
G- Games Frenzy se trouve à Londres,
125, Upper Tollington Court Road
H- Homme croisé dans le magasin de jeu
I- Immobilisant , les héros s'immobilent dans la station de métro en voyant l'affichette.
J-Jeu, le passe-temps des personnages
K-Kidnappé, hypothèse du frère d'Eric

L-Libératrice Jeu vidéo
M-Médiévale Temps des chevaliers
N- Niveau de difficulté d'un jeu
O-Ordinateur, Console de jeu utilisé par les personnages
P- Programme d'installation d'un jeu
Q- Quake II eut trouvé dans le magasin
R- Rôle, Jeu de rôles.
S- Sombre, une avenue sombre
T- Thierry, un des personnages principaux
U- USA, porovennce des jeux d'importation
V- Verdun, ville où va se passer le jeu
W- Westminster, ville anglaise
X- XII douze
Y- Yeux Partie du visage
Z- Zombie Monstres de Doom




Partager cet article

Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 12:33
Abécédaire réalisé par Adrian , Maï-Lin , Alexandre  et Cathy de 4e F

A : Annette , Annette est la soeur de Ludovic
B : Bernard , le nom de famille de Ludovic
C : Claire , prénom de l'auteur
D : Darru , le vieil homme du village
E : Enfant , Frédéric est un enfant , il a 12 ans.
F : Fugue , Frédéric fait une fugue
G : Gilles , Gilles est l'ami de Frédéric
H :
I : Illustration, l'illustratrice est Anades Modigliani
J : Julliard . nom de l'auteur
K : Kévin . Kévin est un garcon de l'école de Ludovic
L : Ludovic, fils de M. et Mme  Bernard . Bon élève. Il ressemble à Frédéric.
M : Mauvaises . Frédéric a des mauvaises notes.
N : Notes , A la fin , Frédéric a des bonnes notes
O : Ouragan , Ouragan est un cheval
P : Paul , Il est le frère de Ludovic Bernard.
Q :
R : Rêve .Frédéric rêve d'aller à la campagne .
S : Soir . C'est un soir de décembre que Frédéric fait une fugue.
T : Train , Frédéric prend le train pour aller en campagne .
U :
V : Vigne : l'endroit où va Frédéric
W :
X :
Y : Yeux : les yeux d' Annette font couler des larmes de bonheur quand elle croit retrouver son frère.
Z :

L'incipit a été étudié en classe.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs