Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:38

Ce roman a été publié en 1813, deux années plus tôt que le précédent que j'ai lu, Emma.

Qu'importe,ils se lisent indépendamment l'un de l'autre et on y retrouve les mêmes analyses sociales de la gentry et le même esprit frondeur ici incarné par Lizzy et non plus par Emma.

Lizzy est la seconde des cinq filles de Mr et Mrs Bennett. Celle-ci n'a qu'une préoccupation : marier ses filles. Pour Mrs Bennet, toutes les préoccupations tournent autour du nombre de livres de rentes que pourraient avoir ses gendres et, en conséquence, des maisons et des robes que pourraient avoir ses filles.Entre caprices et crises de nerfs, Mrs Bennet apparaît surtout comme une femme sotte et  vulgaire. Son époux est un gentleman, il s'est fait une raison : il se retire presque toujours dans sa bibliothèque et lorsqu'on le consulte, il prend presque toujours des décisions contraires à celles de son épouse.

Parmi les filles, Lydia, la troisième, épousera in extremis un aventurier sans foi ni  loi avec elle lequel elle s'était enfuie, L'honneur de la famille est atteint mais sauf. Jane et Lizzy, les deux aînées, plus proches de leur père, au terme de multiples péripéties, épouseront tout de même des gentlemen qui auront su vaincre par amour pour elles, orgueil comme préjugés.

Dans ce roman plus que dans le suivant, l'écart social est important. Le récit nous permet de découvrir quelques personnages représentatifs de ce microcosme. Parmi les portraits  soigneusement dressés, le plus souvent du point de vue de Lizzy, il y a l'obséquieux Mr Collins dont Lizzy a fort justement repoussé l'offre de mariage, la très orgueilleuse Lady Catherine de Bourgh, et bien sûr son neveu, le beau ténébreux Mr Darcy qu'épousera Lizzy après l'avoir  une première fois repoussé :

"Après un silence qui dura quelques minutes, il s'avança vers elle dans un état de grande agitation et commença ainsi :

_J'ai lutté en vain. Je n'en puis plus. Je ne puis dompter mes sentiments. Il faut que vous me permettiez de vous dire à quel point je vous admire et vous aime ardemment.

L'étonnement d'Élizabeth ne peut se dépeindre. Elle ouvrit de grands yeux, douta et garda le silence. Il prit cela pour un encouragement suffisant et l'aveu de tout ce qu'il avait éprouvé, et éprouvé depuis longtemps pour elle, suivit immédiatement. Il s'exprimait bien mais il n'avait pas que son amour à exprimer et l'orgueil ne parlait pas moins fort dans sa bouche.C'est ainsi que profondément convaincu de leur différence de rang, il mit en lumière l'abaissement auquel il consentait, les obstacles familiaux que son jugement avait toujours opposés à son inclination, le tout avec une chaleur que justifiait l'extrême importance donnée par lui à ces choses, mais qui paraissait peu propre à recommander sa demande.

En dépit de son antipathie profondément ancrée, elle ne put rester insensible au compliment que présentait pour elle l'affection d'un tel homme ; et, bien que sa résolution n'ait pas chancelé un instant, elle regretta, d'abord, la peine qu'elle allait lui faire...." (p 236/237)

 

Repost 0
Publié par JBicrel - dans A
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 11:43

Jane Austen est une romancière anglaise de fin XVIII/début du XIXe siècle, elle a publié Emma en 1815, époque où chez nous Chateaubriand occupait largement la une littéraire laissant Mme de Staël Marceline Desbordes-Valmore bien en retrait. Or Jane Austen avec Emma écrit un vrai gros roman qui mêle intrigues sentimentales, analyses psychologiques, étude de moeurs, humour, sarcasme, critique sociale, suspense. En somme, un roman total, étonnamment moderne dans lequel Emma, une jeune femme de 21 ans, manigance et conjecture au sujet des personnes de son environnement de la gentry provinciale de Surrey ce qui donne l'occasion à l'auteure de créer des personnages parfois caricaturaux comme la trop bavarde Miss Bates, l'hypocondriaque Mr Woodhouse, parfois complexes et particulièrement travaillés comme Mr George  Knightley, Miss Jane Fairfax, Miss Hariett, l'odieuse Mrs Elton... Et cela offre aussi l'occasion d'explorer les moeurs provinciales de ce temps, soirées au coin du feu, soupers, pique-niques, visites, promenades et même un bal, de décrire la campagne anglaise et  de se livrer à une critique sarcastique des règles sociales en vigueur.

Extrait choisi, Emma vient de se moquer de Miss Bates au cours d'une journée de pique-nique collectif à Box Hill et Mr Gorge Knightley le lui reproche :

  "Oh ! s'écria Emma, je sais qu'il n'existe pas au monde une meilleure créature qu'elle, mais vous savez aussi que la bonté et le ridicule forment la base de son caractère.

_ Cela est vrai, dit-il, je l'avoue. Mais si elle était riche, j'admettrais même que le ridicule surpassât la bonté ; si elle avait de la fortune, je ne trouverais pas mauvais que ses absurdités fussent pour vous un objet de dérision. Si elle était votre égale par sa position, je ne vous ferais aucun reproche. Mais, Emma, considérez la distance qu'il y a de vous à elle : elle est très pauvre, elle est déchue de l'état de prospérité dans lequel elle était née, et, si elle vit longtemps, son sort deviendra encore plus malheureux. Sa situation devrait exciter en vous la pitié. En vérité, vous vous êtes mal conduite. Vous, qu'elle a vue enfant, vous qu'elle a vue grandir lorsque ses attentions vous honoraient, vous venez maintenant, par l'étourderie, par un orgueil mal entendu, de vous moquer d'elle, de l'humilier devant sa nièce et devant les gens dont quelques-uns imiteront votre exemple.Ce que je vous dis, Emma, ne vous est pas agréable, sans doute, et je vous assure que cela me l'est encore moins. Mais il est de mon devoir de vous faire ces représentations. Tant qu'il sera en mon pouvoir de vous dire la vérité, je le ferai. En vous donnant de bons conseils, je vous prouve la sincérité de l'amitié que j'ai pour vous : rt je me flatte qu'un jour ou l'autre vous me rendrez plus de justice que vous ne le faites à présent.

Tout en parlant, ils s'approchaient de la voiture. Elle était prête et, avant qu'elle pût dire un mot, il lui avait donné la main pour y entrer. Il avait méconnu les sentiments qui l'avaient engagée à tourner la tête et l'avaient empêchée de parler. C'était un composé de colère contre elle-même, de mortification et de chagrin." (p 414-415)

J'ai dévoré ce roman qui m'a tenue en haleine d'un bout à l'autre car l'auteure sait créer et soutenir le suspense jusqu'au bout. Les manigances d'Emma pour prévoir et organiser des mariages, ses maladresses et les patients reproches de Mr Knightley qui se comporte toujours en sage gentilhomme sont pour beaucoup dans le plaisir de cette lecture. Emma est en effet un roman à suspense et aussi un roman d'initiation. Je ne m'attendais pas à une telle modernité dans une oeuvre datant de 1815. Je l'ai lue traduite pour l'édition archipoche par Hélène Seyrès.

Repost 0
Publié par J Bicrel - dans A
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 15:20
Ancion Nicolas, Carrière Solo

Nom de l’auteur: Nicolas Ancion.

Titre du livre: Carrière Solo.

L’éditeur: Mijade

Collection: /

L’illustrateur de la couverture: Guy Servais.

Le genre du roman: Social et sentimental.

C’est l’histoire de Mikaël un jeune homme qui était devenu une star de la chanson mais qui a décidé de tout laisser tomber pour aller vivre avec sa petite amie Julie qui dans la vie est top modèle. Mikaël n’obtient pas d’argent de son groupe alors qu’il était depuis longtemps dans ce dernier. De son côté un membre du groupe de rock just4you a quant à lui énormément d’argent car il vend beaucoup de disques et il a de nombreux fans. Mikaël a besoin d’argent car il n’a plus de travail donc il fait du chantage à Pietro qui est le leader du groupe de rock. Pietro ne voulant pas donner d’argent à Mikaël, ce dernier, pour que le leader du groupe n’ait pas d’autre choix que de lui donner ce qu’il attend, met en scène un braquage dans une station essence. Il en fait une cassette vidéo pour la montrer à Pietro, lui faisant croire que s’il ne lui donne pas d’argent il la dévoilera à la presse ce qui donnera une mauvaise réputation au groupe. Pietro ne voulant pas faire de tort à son groupe donne l’argent à Mikaël, soit environ 3000 euros.

Mikaël est le personnage principal. C’est un jeune garçon. Il est combatif mais il a un mauvais comportement. À la fin du livre il devient sociable. Il a des amis mais par la suite quelques-uns de ses amis deviennent ses ennemis.

Extrait choisi : « Quand j’ai entendu ça pour la première fois, terminait Ulysse, je n’ai pas pu écouter jusqu’au bout tellement je pleurais. Et ce n’est qu’un exemple. Tout est du chiqué. Depuis le lever du soleil jusqu’à la tombée de la nuit. Ce qu’on boit, ce qu’on dit, ce qu’on bouffe, tout est étudié, arrangé, composé, pour faire craquer les filles et, surtout, faire acheter. Des disques, bien sûr, mais aussi des posters, des calendriers, des magazines, des crayons, des gommes, des bracelets, des agendas, des cahiers, des cartables même, et, c’était prévu pour l’année prochaine: des tapis de souris, des fonds d’écran, des tasses, des maillots de bain. Just 4 you, rien que pour toi.

Oui, il avait bien fait. Il en avait marre d’être le prétexte à actionner le tiroir-caisse. Il en avait sa dose d’être manipulé, bichonné, façonné. Il n’avait envie que d’une seule chose, ce matin-là: la liberté et rien d’autre. Envie d’attendre le train, de regarder par la fenêtre, d’être n’importe qui, n’importe quand et se sentir soi-même, tout simplement. » Page 64.

J’ai choisi cet extrait de ce roman car il montre la vie d’un groupe ayant du succès.

Je trouve que Guy Servais (l’illustrateur) a bien illustré la couverture car la musique est au rendez-vous car il y a une guitare, un micro et en gros une caisse suspendue sur un fil et tenue par des pinces à linges et de plus ça reste assez simple.

Mon avis sur le livre est le suivant: l’histoire est très claire, les mots sont très compréhensibles, la mise en page est bien aérée, l’histoire est assez intéressante parfois un peu longue dans les explications. Je le recommande à ceux qui ont du mal à lire un livre jusqu’au bout, globalement c’est un bon livre.

Gaétan K, 4D, décembre 2015

Repost 0
Publié par Gaëtan, 4D - dans A
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:26

Marcel Aymé

La clé sous le paillasson

Folio junior

Gallimard jeunesse

Nouvelles de ce recueil : La clé sous le paillasson, La canne, Le nain

La clé sous le paillasson

L’histoire se déroule dans une petite ville de province, début 1900.

Les personnages sont le gentleman cambrioleur, Mariette, Madeleine, la mère et le père.

Le gentleman cambrioleur est le fils de la famille dont il cambriole la maison.

« -Je me sens déjà prêt à renier les erreurs de ma vie d’aventures pour accomplir ma destinée dans un emploi de l'enregistrement. » Page 17

J'ai choisi ce passage car c'est à ce moment où il se rend compte que faire le cambrioleur, ce n'est pas ça, vie.

La canne

L'histoire se passe à Paris, début 1900

Les personnages sont Sorbier, Mathilde, Victor et Félicien.

Sorbier et Mathilde sont les parents de Félicien et Victor.

« Autour de lui, il y eut un tumulte de rires, de commentaires, de protestations. » page 57

J'ai choisi ce passage car Sorbier a honte à cause de la canne alors qu'il faisait le fier avec celle-ci.

Le nain

L'histoire se passe à Paris, début 1900

Les personnages sont Valentin, Germina, Barnaboum, Mary et l'homme serpent.

Valentin est un nain. Tous les personnages font partie d'un cirque.

« Chacun essuyait une larme et donnait des paroles de regret. » page 81

J'ai choisi ce passage car toute la troupe était déçue que Valentin parte à cause de sa taille.

Mattéo 4eme A, 4 octobre 2015

Repost 0
Publié par Mattéo, 4A - dans A
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 19:00
Aubert, Brigitte, Scènes de crime

Auteur : Aubert Brigitte

Titre : Scènes de crime

Editions : Thierry Magnier

Collections: Nouvelles

Titres des nouvelles que contient ce recueil : Dance Floor , L'Antre , O tempura o Mores , Le Centre , L'ascenseur , Hors Forfait , Grave Party , Double voie , tueurs en série , Autant en emporte le vampire , quinze partout .

Dance floor : l'histoire se passe dans une boîte de nuit. L'époque n'est pas marquée dans cette nouvelle.

Les principaux personnages sont : Robin, Amélie, Fazik, Stefan, Jimmy, Lo sound, speedy.

Robin : il travaille dans une boîte de nuit, c'est le copain d’Amélie

Il critique beaucoup les gens, il est souvent habillé de costumes et de cravates noirs.

Amélie on ne la voit pas vraiment dans l'histoire, on sait juste que c'est la copine de Robin.

Fazik : Il travaille avec Robin à la boîte de nuit et c'est lui qui commande tout le monde.

Stéfan : Il est très maniaque, il est toujours prêt à prendre le parti de Fazik et il travaille

L'antre : L'histoire se passe dans une cité. Les personnages principaux sont :Abdou et Nour

Abdou : C'est le grand frère de Nour, il est assez grand et mince et il est habillé avec des habits de pauvre.

Nour : C'est une petite fille très mignonne, c'est la petite sœur de Abdou et elle adore jouer aux poupées.

O tempura o mores : L'histoire se passe dans un restaurant on doit être en 1990.

Les personnages pricipaux sont : Mori, ousmane et Ho.

Mori : il travaille au restaurant comme gestionnaire et il s'occupe aussi de la comptabilité, il est jaloux de Ho.

Ousmane : C'est le plongeur du restaurant ; il était arrivé sans papiers, il y a six mois il était à la rue sans travail donc Mori décida de l'embaucher à la plonge.

Ho : Il travaille au restaurant où il fait des acrobaties, il montre tout le temps sa beauté et tous ses muscles aux autres clients.

Le centre : On est dans un centre qui ressemble à une sorte de prison .

Le principal personnage est un homme mais son nom n'est pas marqué dans le texte, il est anonyme, on sait juste qu'il est né dans une prison et qu'il sert de nourriture à ses maîtres.

L'ascenseur : L'histoire se passe dans un lycée ou plutôt dans l'ascenseur du lycée.

Les principaux personnages sont : Gaëlle et grand type maigre, les cheveux châtain.

Gaëlle, elle a dix huit ans, elle est tout le temps en retard et elle déteste sa tata, son tonton et ses cousins.

Les grands types maigres : Alors il est dans l'ascenseur avec Gaëlle, il est très bizarre et a une drôle de ceinture autour de sa taille.

Hors forfait : L'histoire se déroule dans un cinéma, au lycée et sur une route.

Les principaux personnages sont sont : Kévin, Sandra, Laetitia et Doug.

Kévin c'est le héros de l'histoire et il se fait passer tout le temps pour le méchant.

Sandra : On ne l'a pas vue dans l'histoire car dès que l'histoire a commencé elle était déjà décédée.

Laëtitia : C'est la petite sœur de Sandra et elle accuse Kévin d'avoir tué sa sœur.

Doug : C'est le petit copain de Sandra et l'envie de vouloir taper Kévin ne cesse de le démanger.

Grave party : L'histoire se passe environs au 21 ème Siècle et le lieu est Albi.

Les personnages principaux sont : Noémie

Noémie est une jeune fille rousse qui rêvait de devenir écrivain, elle a un petit copain qui s'appelle Jules, étudiant en journalisme.

Double vie : L'histoire se déroule à notre époque.

Les principaux personnages sont : Marco et son double.

Marco est un jeune homme qui adore la liberté, faire des bêtises et rouler vite aussi.

Son double : il ressemble à deux gouttes d'eau à Marco et ils se sont rencontrés sur une quatre-voies.

Tueur en série

L'histoire se déroule dans un parc

Le principal personnage est un psychopathe anonyme

Le psychopathe : il est dangereux, c'est un homme et c'est un tueur en série, il adore tuer les gens ça le soulage !

Autant en emporte le vampire

L'histoire se passe chez Gaëtan et ça se déroule à notre époque.

Le principal personnage est Gaëtan.

Gaëtan est un adolescent qui a à peu près quatorze ans, il adore les jeux vidéos et surtout le livre '' Vlad et les dévorateurs '' et il a tous les jours peur que les monstres de son livre viennent l'attaquer.

Quinze partout

Ça se déroule au 21 ème Siècle.

Les principaux personnages sont Mariane et Francis.

Marianne : C'est la femme de Français et elle fait tout le temps le ménage, elle est grande et maigre.

Francis : C'est le mari de Marianne, celui-ci adore le tennis et il ne manquerait pour rien au monde la finale de Tennis.

Coline, 4A, 4 octobre 2015

Repost 0
Publié par Coline, 4A - dans A
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 20:04
Audren, Le Paradis d'en bas

Titre : Le paradis d'en bas

Auteur : Audren

Édition: L'école des loisirs

Collection : Médium

Genre: Roman

les thèmes: Mystère, famille, amitiés, enquête.

Sur la première couverture, on distingue:

Le Nom de l'auteur: Audren, Le titre du livre: Le paradis d'en bas, l'éditeur: l'école des loisirs, quatre enfants (deux filles et deux garçons) en tenues très décontractées.

Sur la quatrième page de couverture , on peut voir le résumé de ce roman, suivi du nom de l'illustrateur de la couverture: Soledad Bravi, le code barre du livre avec son prix.

Les deux personnages principaux du récit

Léopold : Il est le narrateur. Très agacé du regard de ses parents puisqu'ils ne lui accordent aucun intérêt, sérieux envers son club et ses recherches, ses découvertes réalisées lors de cette enquête qu’il a menée à cœur jusqu'au bout avec ses amis (p.23-24).

Il grandit grâce à cette expérience et ça le transforme. Il est un peu jaloux de Justine, sa petite sœur car toutes les attentions excessives de ses parents se portent sur elle (p.22).

Il crée avec ses amis le CHD (Club des Héritiers Détectives).

Manon Janvier: C'est une fille timide aux longs cils noirs et aux grands yeux mauves. Elle est surnommée Blanche-Neige car elle a 7 frères (page25).

Les caractéristiques d'écriture de ce livre sont réalisme et mystère, avec beaucoup de descriptions puisque le narrateur, Léopold, décrit dans la majorité du livre, ce qu'il pense et les sentiments ressentis pour certains personnages.

L'histoire est racontée avec un vocabulaire courant, d'où sa facilité de lecture.

ex: «Je restai muet, sidéré. Mes parents ne me racontaient pas tout! Encore une fois, la sensation d'exclusion et d'abandon me chatouilla le coin des yeux. Deux minuscules larmes tentèrent de s'en échapper mais je les retins en basculant ma tête vers l'arrière. A cet instant, une projection de compote pomme-banane s'écrasa sur mon front. Maman apprit à Justine qu'il ne fallait pas tenir sa cuillère de la main gauche, mais personne ne me tendit de serviette pour me nettoyer. Exaspéré pas ce manque de considération, je quittai la table. Même au paradis, on m'oubliait parfois.»(p.48-49)

ou « Avec les hérissons écrasés, la jalousie, les cyclones et le doute, le monde ne pourrait être parfait. Le vrai paradis n'existait pas sur terre et c'était tant mieux. Qu'aurions-nous pu espérer autrement? Ici, c'était juste la vie, le paradis d'en bas.»(p.110)

Je trouve que les traits de caractère de certains personnages sont très peu exploités, alors qu'ils sont essentiels pour résoudre ce mystère mais au final, ils ne sont que très peu intervenus dans cette histoire(ex: Holly, Manon...).Si les protagonistes secondaires avaient un peu plus participé et étaient plus exploités, alors il y aurait eu de l'action dans le déroulement de l'histoire.Malgré cela, j'ai bien aimé la fin car je m'attendais pas à cette issue.

J'ai bien aimé ce roman. Il est facile et rapide à lire ainsi qu'à comprendre.

Même si j'aurais préféré que le caractère de certains personnages soit un peu plus développé. J'aurais bien aimé aussi que quelques passages soient un peu plus dynamiques, avec plus d'action et moins de descriptions inutiles. Malgré cela, il reste très plaisant à lire. Je le recommande à ceux qui aiment la lecture simple, facile avec des mystères.

Clémence B 4èD (30/05/2015)

Repost 0
Publié par Clémence B. - dans A
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 19:31
L'accident
L'accident

Titre : L’accident

Auteur : Agnès Azza

Édition : GründRomans

Genre : Roman

C’est un Roman qui parle de la vie, de l’adolescence et de la mort.

La première page de couverture est neutre on y voit le titre du livre « L’accident » en dessous on peut voir en petite écriture, cette phrase : « Aujourd’hui j’ai quinze ans trois jours et vingt heures comme mon frère le jour de l’accident… » En bas à droite de la couverture il y a un casque. Et tout en bas de cette couverture l’édition.

La quatrième de couverture est toujours aussi neutre, on revoit notamment le titre du livre. En dessous de celui-ci une phrase donnant l’idée générale du livre : « ça parle de la mort et les adultes ne veulent jamais en parler. » Et non un court texte résumant l’histoire.

Il y a deux personnages principaux :

-Henri est âgé de quinze ans, il se dispute souvent avec sa sœur Vanessa. Il a un scooter. Henri est têtu. Ex : « Ca suffit, vous deux ! Henri, la prochaine fois, pense à en laisser aux autres. » (p.10) il est aussi sarcastique Ex : « Alors là, tu vois, m’a-t-il répondu, j’y ai pas pensé ! »(p.10)

-Vanessa est âgée de onze ans au début de l’histoire, et de quinze ans à la fin de celle-ci. Elle a une amie appelée Patou qui a le même âge. Vanessa se dispute souvent avec son frère, Henri. Elle est superstitieuse. Ex : « Comme avant chaque interro, j’ai fait trois fois le tour de ma chaise comme maman m’a appris pour me porter chance. » (p.15)

C’est une écriture triste, poétique et à la fois réaliste. C’est un roman qui comporte pas mal de dialogues, l’auteur a utilisé un vocabulaire familier, Ex : « Allez, va mourir à Ouagadougou, espèce d’abruti ! p.11 ».

Dans ce livre si j’en avais eu la possibilité, j’aurais changé le passage de l’accident d’Henri, j’aurais rajouté plus de détails sur les circonstances de l’accident, et surtout pourquoi Henri n’avait pas son casque lors de sa chute, alors que lorsqu’il est parti de chez lui, il le portait. Or, le médecin de l’hôpital a affirmé qu’il ne portait pas de casque lorsqu’il s’est fait renverser par la voiture.

J’ai bien aimé ce livre, car j’ai trouvé qu’il était très réaliste. On s’attache facilement à l’un des personnages principaux, Vanessa. Ce livre détaille bien les sentiments ressentis par les personnages. J’ai néanmoins trouvé que ce livre était un peu court, et, que l’on aurait pu rajouter certains passages de l’accident d’Henri.

Anne-Lise, 4D Juin 2015

Repost 0
Publié par Anne-Lise - dans A
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 17:25

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Auteur : Marcel Aymé

Titre : Le passe-murailleproduct_9782070624294_195x320.jpg

Edition : 1943, éditions Gallimard, Folio

GENRE C'est une nouvelle de Marcel Aymé.

 THEME PRINCIPAL Le livre contient dix nouvelles très différentes les unes des autres : les nouvelles réalistes et les nouvelles invraisemblables en mêlant le fantastique, le comique et le merveilleux. Plusieurs nouvelles parlent de la Seconde Guerre Mondiale.

 LE SUJET

Le passe-muraille : C'est l'histoire d'un homme qui passe à travers les murs.

Les sabines : C'est une femme qui se multiplie autant de fois qu'elle le souhaite et qui a beaucoup d'amants.

La carte : Le gouvernement crée des cartes de rationnement pendant la guerre.

Le décret : Un homme avance le temps de dix sept ans pour en finir avec la guerre.

Le proverbe : C'est un père tyrannique qui aide son fils à faire ses devoirs pour être le premier de la classe.

Légende poldève : C'est une femme très religieuse qui décède et qui attend pour aller au paradis.

Le percepteur d'épouses : Ce sont des maris qui payent leurs impôts avec leur femme.

Les bottes de sept lieues : C'est un écolier qui sort de la misère grâce à une paire de bottes magiques.

L'huissier : C'est un huissier qui doit revenir sur terre pour accomplir de bonnes actions auprès des pauvres pour aller au paradis.

En attendant : Ce sont des personnes qui parlent de leur vie pendant la guerre.

CHOIX D' UN PASSAGE REMARQUABLE D'UNE DIZAINE DE LIGNES

" Dutilleul venait d'entrer dans sa quarante-troisième année lorsqu'il eut la révélation de son pouvoir.

Une soir, une courte panne d'électricité l'ayant surpris dans le vestibule de son petit appartement de célibataire, il tâtonna un moment dans les ténèbres et, le courant revenu, se trouva sur le palier du troisième étage " (page 7)

 C'est l'histoire ordinaire et surnaturelle de cet homme qui découvre un jour son pouvoir. La nouvelle a donné son nom au recueil " Passe muraille " où l'on trouve d'autres nouvelles humoristiques ou surréalistes.

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL

    Le passe-muraille est un livre qui contient 222 pages écrites en petits caractères. Ce livre contient trop d'histoires différentes et ne convient pas à des enfants de 13 ans car il est difficile à lire et à comprendre.

 La seule histoire que j'ai aimée est " Le passe-muraille ", il m'a permis de mieux comprendre ce qui s'est passé à Paris pendant la guerre et c'était l'histoire la plus intéressante.

Camille, 4A, novembre 2012

utlign1

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES  

auteur : Marcel Aymé

Titre : Le passe muraille

Edition : Folio

GENRE : recueil de nouvelles 

THEME PRINCIPAL : C'est l'histoire d'un homme qui a un pouvoir.

RESUME de la nouvelle Le Passe-Muraille 

Ce livre parle de l'histoire de Monsieur Dutilleul habitant au troisième étage du 75 bis de la rue d'ORCHAMPT. Un soir lors d'une coupure d'electricité, il fait une découverte. En essayant de trouver l'interrupteur, il se rend compte qu'il est arrivé dans le couloir.

Il est employé de troisième classe au ministère de l'enregistrement, en arrivant un matin, il trouve un nouvel employé installé dans le bureau d'à côté, c'est son nouveau secrétaire. Celui-ci lui empoisonne la vie, à cause de ses critiques et de ses mimiques. Pour pouvoir se concentrer sur son travail Monsieur Dutilleul est contraint de travailler dans une réserve ou un cagibi à peine assez grand pour circuler autour de son bureau. A force il en eut assez et se mit à lui faire peur, en ne laissant dépasser que sa tête dans le mur. Il le rendit fou.

Par la suite Monsieur Dutilleul se livre à des pratiques illégales, entre dans une banque et y vole de l'argent ,dans une bijouterie: des bijoux.

Un jour il rencontre une femme dont il tombe amoureux et décide de la rencontrer, mais celle-ci est déjà prise et son mari l'enferme chaque soir à double tour pour quelle ne puisse rencontrer personne. Un jour qu'il voulut lui rendre visite et qu'il usait de son pouvoir il resta bloqué dans le mur et y mourut.

PASSAGE REMARQUABLE page n°9 

"Un jour, le sous-chef fit irruption dans le réduit  en brandissant une lettre et il se mit à beugler :

-Recommencez -moi ce torchon! Recommencez-moi cet innommable torchon qui déshonore mon service!

Dutilleul voulut protester, mais M. Lécuyer, la voix tonnante le traita de cancrelat routinier".


JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL  

Cette réaction de Lécuyer montre bien pourquoi Dutilleul est en colère.
J'ai apprécié ce livre, car il parle d'un homme au pouvoir extraordinaire, qui facilite la vie et peut être très amusant. Mais en user peut avoir des conséquences fâcheuses quand on se met hors- la-loi et mortelles quand cela s'arrête. 

Romain L. 4C Novembre 2012

feuilles

 

Auteur : Marcel Aymé 
Titre : Le Passe-Muraille.
Date : 1943
Editeur : Gallimard.
Collection : Folio.

Genre : Nouvelle fantastique.

Thème Principal : C’est l’histoire d’un homme qui peut traverser les murs.

Résumé : Ce livre parle d’un homme qui se découvre comme un ‘’pouvoir’’ : Il peut traverser les murs, sans se faire mal, ou autre chose. Dans l’histoire, l’homme est décrit physiquement, il a une barbe et porte des lunettes. Il est ‘’employé de troisième classe au ministère de l'Enregistrement ‘’. Comme il a un pouvoir que les autres n’ont pas, il décide d’en profiter surtout que sur lui ça ne fait rien du tout. Un matin, il remarque qu’y a un nouvel employé dans son entreprise. Celui-ci l’agace énormément à cause de ses critiques et de ses mimiques. Il décide alors, pour pouvoir travailler tranquillement, d’aller dans une autre pièce. Mais celle-ci est trop petite...

L’homme, qui s’appelle Monsieur Dutilleul, en a marre et décide de faire comme une  petite vengeance.  Sachant traverser les murs , il s’amuse à passer à travers le mur, ce qui rend fou l’employé...
Mais à force d’utiliser trop son ‘’pouvoir’’, il reste coincé dans un mur, et meurt dedans..

Jugement critique personnel.

L’histoire peut-être difficile à comprendre pour certaines personnes.

J’ai bien aimé ce livre, car l’histoire est intéressante. C’est la première fois que je lisais une histoire comme celle-ci ayant pour personnage principal un homme avec un pouvoir pas commun. Je ne pensais pas qu’il allait mourir dans un mur… Je conseille ce livre à des personnes qui aiment lire des livres avec des personnages ayant des pouvoirs ou autres…

Marie, 4A, mars 2013

 

feuilles


Marcel Aymé

26 rue Bonaparte

75000 Paris

 

                                                                                                                      Marie R…..

                                                                                                                      19 rue des Prunelles

                                                                                                                      75000 Paris

 

 

                                                                                                          Le jeudi 1er mai

 

 

Bonjour M. Aymé,

 

J’ai lu votre livre « Le passe-muraille », le texte intégral de l’édition Folio.

Vous m’avez fait découvrir des lieux de Paris au 20ème siècle tels que Montmartre : « il y avait à Montmartre, […] un excellent homme » et Montparnasse : « le climat pluvieux de Montparnasse et l’aridité  des Champs-Élysées le lassaient » (p.36) et j’ai pu sentir globalement l’atmosphère parisienne : «la rumeur de Paris s’est apaisée » (p.19)

J’ai côtoyé Sabine, son mari Antoine, Théorème son amant, M. Dutilleul, Lord Burbury, Lady Burbury et bien d’autres personnages. Les personnages voyagent beaucoup, en Angleterre, en Bretagne, en Auvergne, et à travers le monde, c’est le cas dans la nouvelle des « Sabines », où elle se divise en plusieurs personnes et ses doubles voyagent sur tous les continents : « Alphonsine épousa un milliardaire et traversa l’atlantique  avec lui, Barbe épousa un ténor napolitain et l’accompagna dans ses tournées à travers le monde, Rosalie un explorateur espagnol et s’en fut en Nouvelle-Guinée… » (p.34).

Le personnage qui m’a le plus plu est M.Dutilleul avec son don de passer à travers les murs. Je trouve que cette nouvelle est amusante, c’est celle que j’ai préférée. Je la trouve comique car le personnage fait peur à son patron en passant seulement sa tête par le mur et cela provoque la peur chez son supérieur au point qu’il devient malade : «au début de la deuxième semaine, une ambulance vint le prendre à son domicile et l’emmena dans une maison de santé »(p ;11) . Je trouve cela bien qu’il y ait une morale à la fin de la nouvelle.

J’ai apprécié ce livre.

 

Merci. À bientôt.

 

                                                                                                                Marie R.4C     

Repost 0
Publié par Marie R, 4C, Camille E, 4A, Romain, 4C, Marie, 4A - dans A
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 18:03

Titre: Vague de panique

 Auteur: Aubert et Cavali

 Edition: Voyage en pageVaguedepaniqueGRAND.jpg

Genre: Roman policier

 Le sujet de ce livre : deux adolescents appelés Robin et Alice, sont tous deux inscrits dans un club de voile. Mais un jour, lors d'une promenade dans le voilier d'un certain Jules, Robin et Alice sont témoins malgré eux de son assassinat inattendu et doivent fuir pour ne pas être tués à leurs tours.

 

Les cinq mots représentants ce livre sont:

 Vacances car Robin et Alice y sont.

 Voile car ils sont inscrits dans un des clubs.

 Panique car ils sont terrifiés par la mort de Jules.

 Chasse car ils sont poursuivis par les assassins.

 Amitié car ils ne se connaissaient à peine au début de l'histoire et à la fin un lien s'est créé entre eux.

 Oui je déciderais de publier ce livre car le courage de ces adolescents et remarquable. De plus, ils font tout pour ne pas être attrapés et tués par les brigands.

 Samedi 4 janvier 2014, Nathan P. 4A.

Repost 0
Publié par Nathan 4A - dans A
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:30

Titre : Ah ! Anabelle.

Auteur : Catherine Anne.

Edition : l’école des loisirs.

Genre : théâtre.

Quel est le sujet de ce livre?Ah-Anabelle.jpg

Cette histoire de théâtre nous raconte la vie de deux amoureux qui vont se marier dans pas longtemps et quand le mari Louis Beaugosse arrive à la maison de sa femme elle n’est pas là dehors à l’attendre et ce sont ses sœurs qu’il voit arriver pour lui dire de patienter. Quand son épouse arrive enfin, ils se mettent à courir à toute allure en direction de l’église pour leur mariage.

S’il fallait représenter ce livre à partir de cinq mots, ces cinq mots seraient :

Mariage : car ils vont se marier.

Sœurs : car c’est avec elles que Louis Beaugosse patiente.

Anabelle : car c’est elle qui va se marier.

Louis Beaugosse : car c’est lui qui va se marier.

Eglise : car c’est là-bas que le mariage se déroule.

Si je pouvais choisir de publier ce livre je ne le publierais pas car je trouve que l’histoire se finit trop rapidement et la fin n’est pas très compréhensible car l’histoire est allongée et la fin est rapide par ce qu’on ne sait pas ce qu’ils deviennent après leur mariage.

Aurélien G, 4C, décembre 2013

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9


Titre :
Ah ! Anabelle

Auteur : Catherine Anne

Edition : L’école des loisirs

Genre :Pièce de théâtre

Cette pièce raconte l’histoire d’un jeune homme, Louis Beaugosse, qui se rend chez sa fiancée Anabelle, une heure avant leur mariage. Là, il fait la connaissance de ses deux sœurs, Anastasie et Agathe, dont il ignorait l’existence. Celles-ci, par jalousie, ont préparé un plan pour que le mariage n’ait pas lieu…

Cette pièce de théâtre est une comédie amoureuse.

L’écriture est comique et utilise de nombreux jeux de mots :

LOUIS : Anabelle a des sœurs ! Les sœurs, ce serait vous ? Mais… pas possible… Anabelle est si belle et vous êtes…

AGATHE : Agathe !

ANASTASIE : Anastasie !

La farce est présente dans cette pièce :

ANASTASIE : Je vais le faire revenir.

AGATHE : Tu crois ?

ANASTASIE : A feu doux !

AGATHE : Oh non !

ANASTASIE : Avec des oignons coupés en tous petits morceaux, minuscules.

Voici cinq mots qui pourraient caractériser ce livre :

La jalousie : Les deux sœurs emploient les termes de « petite grue » (p.36), « garce » (p.28), « cette oie » (p.41)…

Le complot : Les deux sœurs veulent empoisonner Louis.  « Buvez ! », « C’est pas du poison, Louis ! » (p.51)

Les quiproquos créent des situations de malentendus comiques : 

 AGATHE : Lui ?                                                                                                   

LOUIS : Oui ! Louis.                                                                                   

ANASTASIE : Qui ça lui ?

Le conte de Cendrillon est évoqué par la jalousie des deux sœurs pour la beauté d’Anabelle.

 Si je pouvais décider, je publierais ce livre parce que c’est une pièce comique qui se lit très facilement. Les tirades sont courtes et souvent drôles. Le vocabulaire employé est assez simple, donc compréhensible.

 Le sujet du mariage et celui de la jalousie sont développés avec de nombreux quiproquos. Ceux-ci donnent l’envie de lire cette pièce jusqu’à la fin. De plus, le dénouement est heureux.

 

Lisa 4C décembre 2013

 

 

Repost 0
Publié par Aurélien, 4C - dans A
commenter cet article

Présentation

  • : LIRELIRE
  • LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire) Pour envoyer vos fichiers ouvrez ce lien, donnez l'identifiant Lierelire et donnez le mot de passe : http://outils-n.archive-host.com/upbf.php?id=vJxkEuFnbtxh
  • Contact

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs

  • M (93)
  • C (85)
  • B (74)
  • D (63)
  • G (53)
  • S (45)
  • H (43)
  • P (41)
  • F (37)
  • L (34)
  • J (31)
  • R (26)
  • T (26)
  • A (24)
  • K (23)
  • V (17)
  • W (16)
  • N (13)
  • O (10)
  • E (7)
  • GESTION (5)
  • I (3)
  • Z (3)
  • Q (2)
  • quizz (2)
  • Y (1)