Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 17:49
Collectif, Le Train perdu et autres histoires

Titre du recueil : Le train perdu et autres histoires mystérieuses

Collection : Médium

Edition : école des loisirs

Sophie Cathala : Un gentil petit bled 13

Michel Carrouges : Le cache nez de caoutchouc 27

J.G Ballard: Le Vinci disparu 43

Tomas Owen : Une aile de papillon mort 83

Claude Farrère : Le train perdu 93

Bernard Cassac : L’arbre du Portugais 105

Un gentil petit bled :

L’histoire raconte une mésaventure d’André Faulk un homme simple sans grande particularité physique. Il devait se rendre à un rendez-vous important avec son patron mais sur la route un des pneus de sa voiture se dégonfle .Par chance un garage se trouvait non loin mais quand il arrive, plusieurs personnes attendent aussi que leur voiture soit réparée .Alors il décide de passer la nuit dans une auberge où le téléphone ne fonctionne plus et quelques personnes jouaient à la belote. Le lendemain le garagiste lui apprend que la batterie ne se recharge pas .Désespéré il marche sur la route en faisant du stop .Au final il arrive à une petite maison avec à l’intérieur des joueurs de belote comme dans la première, il demande le téléphone mais il est lui aussi en dérangement alors il demande une chambre comme la première fois.

Passage que j’ai aimé : « Je voudrais une chambre » , dit-il « Une belle chambre .Une chambre ensoleillée même en décembre… » .

Conclusion : Cette histoire m’a beaucoup plu.

« Vous auriez plutôt intérêt à prendre de l’avance. Ici on ne voit pas tellement de circulation ».Ce passage représente bien l’histoire.

Le cache-nez de caoutchouc

C’est l’histoire d’un jeune garçon qui vivait à Niort avec ses parents et un jour il entre dans le bureau de son père et prend les jumelles qu’il n’avait pas le droit de prendre .En regardant par la fenêtre avec l’objet il aperçut son professeur, M .Carmolaux , qui parlait avec un homme. Le professeur poussa l’homme et celui-ci enferma M.Carmolaux dans une petite fiole et partit. Le matin suivant le professeur ne venait pas et la classe commença à s’agiter, le proviseur entra dans la classe et calma les élèves puis repartit .Le lendemain matin les parents du jeune garçon lui demandèrent de sortir. En partant il prit le journal dans la cuisine . Dehors il lut un article sur la disparition du proviseur et de M.Carmolaux . L’article préconisait de faire sortir les enfants de la ville afin de les protéger, la mère du garçon arriva dans le jardin, prit le journal et dit « Que je t’y reprenne, petit malheureux, à chiper les journaux ! »Dans le train pour aller chez sa grand-mère l’homme que le jeune garçon avait vu enlever le professeur lui donna un journal. Arrivé à la gare, l’homme partit en trombe et le garçon n’avait pas pu lui rendre son journal .À son arrivée chez sa grand-mère celle-ci prit le journal et dit « Sale gosse, que je t’y reprenne encore à voler des journaux ! »

Passage représentatif : « Sale gosse que le t’y reprenne encore à voler des journaux ! »(page41)

Une aile de papillon mort

Un jour un homme du nom de Fédor Glyn voulait se peser sur la balance du parc. Il monte sur la machine incère la pièce et là, l’aiguille montre 2kg 900. Fédor va donc essayer une autre balance mais le résultat est le même alors il décide d’aller voir le responsable. Après lui avoir raconté son histoire Fédor lui propose d’aller vérifier si la balance fonctionne bien mais une fois de plus même avec le réglage l’aiguille affiche toujours 2kg 900. En rentrent chez lui il voulut vérifier quel poids il faisait, alors il alla dans la pharmacie la plus proche et encore une fois le résultat ne changea pas, alors il rentra chez lui pour revérifier. Il posa ses vêtements sur la balance, avec son chapeau, le tout pesait 2kg 900. Quand sa femme arriva elle dit qu’elle aussi ne pesait plus rien.

Passage représentatif de l’histoire : Quand à Fédor Glyn, malgré son petit ventre qui l’attristait souvent, rien …Zéro. Zéro…Zéro …un souffle. (page91)

Le train perdu

Tiphaigne Hoff était un chef de gare dans les années 1900.Un soir, le train 1815 allait partir. Tiphaigne criait son habituel « en arrière, les voyageurs !» mais ce soir-là il n’y avait pas un chat. Il se retourna et vit son collègue qui frappait chaque roue du train avec un marteau puis regarda derrière lui et vit deux personnes sur le quai et resta bouche bée. Il y avait un grand homme et un petit, le grand portait un manteau sombre tandis que le petit était très vieux, sa tenue était particulière avec sur sa tête un chapeau castor. Le plus petit monta avec une agilité étonnante dans le train. Le plus grand restait immobile alors Tiphaigne alla à sa rencontre mais le vieillard lui dit de ne pas le toucher. Le géant monta et le train partit. Le chef de gare dans laquelle le train 1815 était sensé arriver assurait qu’aucun train n’était arrivé ce soir-là. La machine qui était partie voir si le train avait déraillé est arrivée à la gare en question et n’avait rien vu .Le train 1815 avait mystérieusement disparu.

Passage représentatif de l’histoire: personne n’a plus ouï parler du train 1815.

L’arbre de portugais

Julien était condamné à trois mois de prison pour recel. Il fut placé dans une prison avec un homme que l’on appelait le portugais. En arrivant dans la pièce le portugais fit de la place sur l’étagère pour Julien. Le portugais avait été enfermé pour avoir tué sa femme. La première nuit fut très dure pour Julien, son partenaire de chambre avait crié toute la nuit car il faisait un cauchemar, d’après le gardien. Le lendemain Julien demanda au portugais pourquoi il criait la nuit, l’autre lui répondit qu’il devait couper un arbre dans son jardin mais qu’il ne réussirait pas tout seul alors il demandait à Julien de l’aide. Et pendant des nuits et des nuits ils coupaient l’arbre. Quand ils vinrent à bout de l’arbre celui-ci s’écroula sur le sol Une nuit Julien se réveilla et vit le portugais en sang, les infirmiers prirent le portugais le posèrent sur une civière et l’emmenèrent.

Tristan, 4A, le 4 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 21:10
Collectif, Le Crime n'est jamais parfait

Nom et prénom des auteurs : LEBLANC Maurice (l’écharpe de soie rouge), CONAN DOYLE Arthur (la crinière du lion), CHESTERTON J.K (l’oracle du chien) et STEEMAN S.A (la mort dans l’ascenseur).

Titre du recueil : Le crime n’est jamais parfait

Édition : Flammarion

Collection : Étonnants classiques

Titres des nouvelles : L’écharpe de soie rouge, la crinière du lion, l’oracle du chien, et la mort dans l’ascenseur

Abécédaire des mots clés de ce recueil :

  1. astrakan « C’était un jeune homme de vingt-huit à trente ans, qui portait des favoris coupés court, des lunettes un veston d’appartement fourré d’astrakan et qui avait l’air d’un étranger, d’un russe. »page 32, l’écharpe de soie rouge.
  2. Balivernes « parle, dit-il… et pas de balivernes. »page 33, l’écharpe de soie rouge
  3. Chaperonnage « A huit cents mètres, toutefois, se dresse le collège bien connu de Harold Stackurst, Les Pignons ; c’est une grande propriété où sont réunis une vingtaine de jeunes garçons qui se préparent à diverses professions sous le chaperonnage de plusieurs maîtres. »page 63, la crinière du lion
  4. Dégingandée « Impossible de se tromper sur la haute, anguleuse, dégingandée. » page 68 , la crinière du lion.
  5. « Il m’a frappé comme étant de cette sorte d’hommes, doucereuse, souriante, équivoque, et l’un de ses gestes me sembla un indice. » page 100, l’oracle du chien.
  6. Favoris « Il portait une paire de longs favoris d’un noir luxuriant tel qu’il ne s’en n’est pas vu depuis l’ère victorienne. » page 95, l’oracle du chien
  7. Guet-apens « Inquiet, la rage au cœur, plein de haine, il résolut de prendre toutes les précautions nécessaires, non seulement pour ne pas tomber dans un guet-apens, mais même pour ne pas manquer, puisque l’occasion s’en présentait, de prendre son ennemi au piège. » page 48, l’écharpe de soie rouge
  8. Honnêtement « Vous vous êtes demandé comment il m’est possible de deviner ce qui se passe à cent miles de distance ; mais, je l’avoue honnêtement, et cela vous fait honneur : vous décrivez si bien les gens que je reconnais leurs types.»page 113, l’oracle du chien.
  9. Insubordination « ce n’est pas la première fois que je me heurte à votre insubordination.»page70, la crinière du lion.
  10. Jaillir « Les derniers mots que j’entendis et que je compris jaillirent de ses lèvres comme un cri. »page 63, la crinière du lion.
  11. Kiosque «Alors c’était dans un kiosque, n’est-ce-pas ? page 92, l’oracle du chien.
  12. Lugubre « Je vais vous le dire, annonça Fiennes avec une lugubre emphase : quand nous sommes revenus dans le jardin, la première personne que nous avons rencontrée fut Traill, le notaire. » page 98, l’oracle du chien.
  13. Mobile « Et en faisant le tour, nous finirons bien par découvrir le mobile, qui à son tour nous mènera au criminel. »page 69, la crinière du lion
  14. Naturellement « Naturellement, reste le crime en lui-même… et la question de savoir qui a pu tuer le vieux Druce, alors qu’il était seul dans le kiosque… » page 92, l’oracle du chien.
  15. Obligeance « Et tu vois, il n’y avait pas de piège dans tout ça…rien que de l’obligeance…un service de camarade à camarade, de copain à copain. »page 50, l’écharpe de soie rouge.
  16. Perspicaces « Simple manie, sans doute, divertissement puéril auquel personne n’eut prêté attention ; mais Ganimard était un de ces observateurs perspicaces que rien ne laisse indifférents, et qui ne sont satisfaits que quand ils savent la raison secrète des choses. »page29, l’écharpe de soie rouge.
  17. Question« Naturellement, reste le crime en lui-même… et la question de savoir qui a pu tuer le vieux Druce, alors qu’il était seul dans le kiosque… » page 92, l’oracle du chien.
  18. Réhabilité « Du moins me voilà réhabilité ! déclara Murdoch en se remettant lentement debout. »page 84, la crinière du lion
  19. Stylet « Le docteur Valentine-encore dans le voisinage immédiat-revint et certifia que la blessure avait été faite par une sorte de stylet qui, entrant sous l’omoplate, avait transpercé le cœur. »page 94, l’oracle du chien.
  20. Taciturne « Murdoch était le professeur de mathématiques ; grand brun maigre, il était si taciturne et distant qu’il n’avait pas d’amis. »page 64, la crinière du lion.
  21. Unanimes « Mais aussi à des explosions intermittentes de mauvaise humeur qu’ils étaient unanimes à dépeindre comme féroces. »page 64, la crinière du lion.
  22. Velléités « Non sans laisser peut-être certaines velléités de vengeance »

Y. Yankees « C’est souvent le cas de ces Yankees affairés. » page113, l’oracle du chien

Avis : J’ai aimé ce livre car il y a des criminels très différents à chaque fois

Raphaël, 4A 3/10/15

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 20:42
Collectif, Nouvelles du XXe s

Titre du recueil : Nouvelles du XXe siècle

Édition : Hatier, Jeanne Boyer

Collection : Œuvres et thèmes, dirigée par Helène Potelet et Georges Décote.

Titres des nouvelles que contient ce recueil : Le proverbe de Marcel Aymé, Écrire debout de Michel Tournier, Villa Aurore de J.-M.G. Le Clézio, Pauvre petit garçon de Dino Buzzati, Jeu de Roald Dahl, Comment Wang-Fô fut sauvé de Marguerite Yourcenar.

Le proverbe de Marcel Aymé

L'histoire se passe à Paris, en 1925, les principaux personnages sont M. Jacotin, Lucien, Chapusot, Fourmont, Béruchard

Extrait choisi: -Comme ça, tu as été dehors toute la journée ? Du matin au soir ? Bien entendu, puisque tu as passé ton jeudi à t'amuser, j'imagine que tu as fait tes devoirs ?

Le père avait prononcé ces dernières paroles sur un ton doucereux qui suspendait tous les souffles.

-Mes devoirs ? murmura Lucien.

-Oui tes devoirs.

-J'ai travaillé hier soir en rentrant de classe.

-Je ne te demande pas si tu as travaillé hier soir. Je te demande si tu as fait tes devoirs pour demain.

Chacun sentait mûrir le drame et aurait voulu l'écarter mais l'expérience avait appris que toute intervention en pareille circonstance ne pouvait que gâter les choses et changer en fureur la hargne de cet homme violent.

J'ai bien aimé ce livre car j'ai vite compris l'histoire en lisant ce livre.

Goulven, 4A 4 octobre 2015

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 18:49
Collectif, Nouvelles à chute, 2

Auteurs: Roald Dahl, Ray Bradbury, Luis Borges, Fredric Brown

Titre du recueil : Nouvelles à chute 2

Edition : Magnard

Collection : Classique & Contemporains

Titre des nouvelles que contient ce recueil : La logeuse, Le dragon, La demeure d'Astérion, Cauchemar en jaune

- La logeuse :

L'histoire commence à Londres et se termine à Bath au 20ème siècle. Les personnages principaux sont Billy (très aimable, gentil et c'est lui qui cherche une chambre), Monsieur Greenslade (est un ami à Billy qui l'aide, directeur d'un hôtel). Page 12 " Soudain, à la fenêtre d'un rez-de-chaussée brillamment éclairé par un réverbère, Billy aperçut un écriteau appuyé contre la vitre. Il lut "Chambre avec petit déjeuner" "

J'ai choisi cet extrait car c'est le moment où il trouve une chambre (hôtel).

- Le Dragon :

Le lieu et l'époque ne sont pas indiqués. Les personnages principaux sont les deux cavaliers (qui sont allés au recueil du dragon) et évidemment le dragon. Page 31 "À cet instant, le dragon contourna la colline. Son œil, sans paupière, couleur d'ambre clair, les absorba, embrasa leurs armures de lueurs rouges et sinistres. Dans un horrible gémissement, à une vitesse effrayante, il fondit sur eux".

J'ai choisi cet extrait car c'est le moment où le dragon apparait et dévore les deux cavaliers.

- La demeure d'Astérion :

L'histoire se déroule à Apollodore, l'époque n'est pas indiquée. Les personnages principaux sont Astérion, fils de la reine, prétentieux et la Reine, mère d'astérion. Page 35 "Je sais qu'on m'accuse d'orgueil, peut-être de misanthropie, peut-être de démence".

J'ai choisi cet extrait pour prouver qu’Astérion est énormément prétentieux !

- Cauchemar en jaune :

Le lieu et l'époque ne sont pas indiqués. Les personnages principaux sont le mari, criminel, riche et sa femme, la victime. Page 43 "Il posa le doigt sur l'interrupteur et une lumière jaunâtre envahit la pièce. Avant qu'ils aient pu voir que sa femme était morte et qu'il maintenait le cadavre d'un bras, tous les invités à la soirée d'anniversaire hurlèrent d'une seule voix : " Surprise ! "

J'ai choisi cet extrait car il explique parfaitement le titre de la nouvelle qui est "Cauchemar en jaune".

J'ai beaucoup apprécié ce livre en particulier la dernière nouvelle.

Julien O. 4D, 04/10/2015

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 18:37
Collectif, Nouvelles policières

Titre du recueil : Nouvelles policières

Auteurs : Conan Doyle, Léo Malet, Boileau-Narcejac, Roald Dahl, Didier Daeninckx

Nouvelle 1 : le ruban moucheté

Auteur : Conan Doyle

Résumé : Un matin d’avril 1883 Sherlock Holmes et Watson reçuent la visite d’une jeune femme, Hélène Stoner, vivant chez son beau père, Docteur Roylott, depuis la mort de sa mère. Le Docteur Roylott possédait des animaux d’inde. Elle leur expliqua que sa sœur, Julie, était venue le soir précédent dans sa chambre et qu’elle lui avait dit entendre des sifflements le soir, quelques heures après elle l’avait retrouvée mourante dans sa chambre, sa sœur lui aurait parlé d’un ruban moucheté. Elle leur dit aussi qu’à cause des travaux dans sa chambre, elle devait maintenant dormir dans la chambre de sa sœur. Sherlock Holmes et Watson se rendirent chez le Docteur Roylott pour inspecter la maison. Sherlock Holmes découvrit un faux cordon de sonnette qui ouvrait une bouche d’aération sur la chambre du Docteur. Il fut alors décidé que quand, le soir, le docteur Roylott éteindrait sa lumière, Hélène Stoner, retournerait dans sa chambre et que Sherlock Holmes et Watson prendraient sa place. Quand le soir fut venu Sherlock Holmes et Watson prirent la place d’Hélène Stoner, Ils entendirent un sifflement, Sherlock Holmes tira sur le faux cordon et donna des coups de canne dedans, ils entendirent un cri, se précipitèrent dans la chambre du Docteur Roylott et le retrouvèrent mort, un serpent tacheté autour de la tête, le fameux ruban moucheté était en fait en Serpent mortel d’Inde.

Nouvelle 2 : Faux frère

Auteur : Léo Malet

Résumé : Nestor Burna, détective et Florimond, policier enquêtent sur la mort d’un homme ressemblant à un acteur célèbre. Nestor Burna va donc rendre visite à cet acteur qui va lui montrer les photos de deux vainqueurs d’un concours de celui qui lui ressemble le plus. Nestor Burna va se rendre chez les deux personnes. La deuxième personne s’appelle Maunier ou plutôt Maumau la rincette, il a usurpé l’identité de l’homme retrouvé mort pour faire mettre en prison ses complices.

Nouvelles 3 : le fugitif

Auteur : Boileau-Narcejac

Résumé : Michel roulait tranquillement quand il aperçut une BMW arrêtée. Le conducteur dormait, il essaya de le réveiller sans succès, il lui tourna le dos pour inspecter la voiture, quand l’homme se réveilla, pointa une arme sur lui et lui demanda de vider ses poches, il y trouva de la ficelle, un harmonica. Il prit la ficelle et attacha son arme avec. L’homme le fit beaucoup voyager il n’avait pas dormi depuis cinq jours car il était recherché. Ils firent une halte et l’homme retira ses lunettes, Michel en profita pour tenter de partir malheureusement l’homme avait vu le coup venir et le retint. Ils voyagèrent pendant longtemps, quand ils aperçurent la petite maison dans laquelle devait se rendre l’homme pour attendre un camion qui l’emmènerait dans un endroit sûr où il serait en sécurité. Une fois arrivé l’homme demanda à Michel de jouer de son harmonica, l’homme s’endormit. Le lendemain matin l’homme n’avait plu ses lunettes et un tir retentit.

Nouvelle 4 : coup de gigot

Auteur : Roald Dah

Résumé : Mary Maloney attend patiemment son mari, à son retour il est fatigué, boit beaucoup. Elle dit qu’elle va préparer le repas et se rend dans la cuisine puis elle saisi un gigot et tue son mari en l’assommant, C’était trop risqué de rester plus longtemps avec ce policier. Elle met le gigot dans le four et se rend à l’épicerie en rentrant elle appelle la police et se met à pleurer. Les policiers enquêtent pendant un moment fouillant dans la maison à la recherche de l’arme. Au beau d’un moment Mary Maloney leur propose de manger le gigot qui est dans le four. Les policiers discutent, quand l’un d’eux s’exclame : « Probablement nous devons l’avoir sous le nez », en parlant de l’arme du meurtrier.

Nouvelle 5 : Les poissons rouges

Auteur : Didier Daeninckx

Résumé : Albert maintenant en prison, a toujours soupçonné son beau-père d’avoir tué sa mère en laissant tomber un sèche-cheveu dans son bain et d’avoir testé l’expérience sur ses poissons rouges avant et que c’était pour ça qu’ils avaient disparus de leur bocal pour se retrouver dans la corbeille. Un jour alors qu’il allait rendre visite à son beau-père, il le tua au moment où le frère de son beau-père et un policier arrivaient. Le frère de son beau-père expliqua « J’ai envoyé le sèche-cheveu chez Moulinex et le modèle a été inventé six mois après la mort de ta mère et ton beau-père a voulu se suicider de la même façon que ta mère est morte. Tu as fait tout ça pour rien. »

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 22:03

Titre : 10 Nouvelles Fantastiques.

Collection : Castor Poche.     

Edition : Flammarion.

Titres :                                                   Auteurs :

  1. La  maison hantée                            1.Pline Le Jeune

  2. Bisclavret                                          2.Marie De France

  3. Des nouvelles de l’Autre monde       3.Augustin Calmet

  4. Le château du diable                        4.Gérard De Nerval

  5. Le masque de la Mort Rouge           5.Edgar  Allan Poe

  6. Qui sait ?                                           6.Guy De Maupassant           

  7.La disparition d’Honoré Subrac         7.Guillaume Apollinaire

  8. Le coquillage                                     8.Ray Bradbury

  9. Popsy                                                9.Stephen King

  10. Fonds d’écran                                 10.Pierre Bordage

 

1.La maison hantée                                 Pline Le Jeune.

L’histoire se passe dans l’Antiquité, à Athènes. Les principaux personnages de ce récit sont : Le philosophe Athénodore et le spectre d’un vieillard.

-Athénodore  :Il est courageux et déterminé à faire face au spectre qui occupe la maison. Son métier est philosophe.

-Le spectre :C’est un vieillard accablé de misère et de maigreur. Il possède une longue barbe ainsi que des cheveux hirsutes. Il est enchaîné aux main et aux pieds, il inspire la peur.

Extrait : « Le fracas augmente, se rapproche et voilà qu’il retentit sur le seuil . […] Elle se dressait immobile et d’un signe du doigt semblait l’appeler […] .Alors sans plus attendre il prend la lumière et suit l’apparition. Arrivé dans la cour de la maison, elle s’évanouit tout à coup, plantant là son compagnon. »P.9.

Justification : J’ai choisi ce passage car c’est le moment où l’apparition fait son entrée dans l’histoire.

2.Bisclavret                                                 Marie De France.

L’histoire se déroule au Moyen-âge, en Bretagne. Les principaux personnages sont : Le seigneur Bisclavret/Le loup-garou, l’épouse de Bisclavret /la Dame et le roi.

Bisclavret : C’est un beau chevalier, d’une conduite irréprochable. Il est courtois et gentil, brave et de bonne nature.

La Dame : C’est une femme de grande valeur au visage très affable. Elle est aussi peureuse et traîtresse.

Le Roi :Il est attentionné et aimant auprès du loup-garou. C’est un homme courtois et avisé.

Extrait :

« Une année entière passa ainsi, jusqu’au jour où le roi partit à la chasse. Il se rendit tout droit dans la forêt où se trouvait le loup-garou. Chiens et veneurs le poursuivirent toute la journée. Dès que le loup-garou aperçut le roi, il courut vers lui pour implorer sa pitié[…] »Page 16-17.

Justification : J’ai choisi ce passage de la nouvelle Bisclavret car on voit comment le loup-garou utilise son intelligence pour s’en sortir.

3. Des nouvelles de l’Autre monde                               Augustin Calmet.

L’histoire se passe au XVIIIème siècle, à Valogne. Les personnages principaux sont :

Le prêtre M.Bezuel et Des Fontaines

M.Bezuel : Son métier est prêtre .Il est attaché à Des Fontaines, son ami d’enfance. Il est croyant et chrétien.

Des Fontaines : Il est gai ,complaisant et spirituel.

Extrait : « En allant le matin à Notre-Dame-De-La-Victoire ,il m’apparut encore mais pour moins de temps et me pressa toujours de parler à son frère en disant toujours : « Jusques,jusques »et sans vouloir répondre à mes questions. » Page 32.

Justification : J’ai choisi ce passage car on découvre comment se comporte le fantôme de Des Fontaines avec M.Bezuel.

4.Le château du diable                                   Gérard De Nerval.

L’histoire se passe au début du XIXème siècle, à Paris. Le personnage principal est le sergent.

Le sergent : C’est un homme hardi , ambitieux et brave, plus amoureux que crédule .

Extrait représentatif : « Des rires frénétiques partirent de tous côtés ;le sergent intrigué, laissa tomber la bouteille, qui se brisa en mille morceaux. La danse s’arrêta, des cris d’effroi se firent entendre dans tous les coins de la cave, et le sergent sentit ses cheveux se dresser en voyant que le vin répandu paraissait former une mare de sang. Le corps d’une femme, dont les blonds cheveux se répandaient à terre et trempaient dans l’humidité, était étendu à ses pieds. » Page 41.

Justification : J’ai choisi ce passage car on voit sous quelle forme se manifeste le diable dans l’histoire.

5. .Le masque de la Mort Rouge           Edgar  Allan Poe

L’histoire se passe au début du XIXème siècle, dans une abbaye fortifiée.Les personnages principaux sont : -Le Prince Prospero, La Mort Rouge.

 -Prospero :C’est un homme intrépide, sagace, excentrique .

-La Mort Rouge : C’est un personnage grand et décharné ,enveloppé dans un suaire de la tête aux pieds .Le masque qui couvre son visage représente la physionomie d’un cadavre raidi. Il est froid et meurtrier.

Extrait : « Quand les yeux du Prince Prospero tombèrent sur cette figure du spectre –qui d’un mouvement lent, solennel ,emphatique comme pour mieux soutenir son rôle se promenait ça et là à travers les danseurs-on le vit d’abord convulsé par un vilain frisson de terreur ou de dégoût ; mais une seconde après ,son front s’empourpra de rage.[…]Et le poignard glissa avec un éclair sur le tapis funèbre où le prince Prospero tombait mort une seconde après.[...]On reconnut alors la présence de la Mort Rouge .Elle était venue comme un voleur de nuit .Et tous les convives tombèrent un a un dans les salles de l’orgie inondées d’une rosée sanglante ,et chacun mourut dans la posture désespérée de sa chute. » P.54-56.

Justification : J’ai choisi ce passage car c’est le moment où la Mort Rouge entre dans l’histoire et passe à l’action.

6. Qui sait ?                                           Guy De Maupassant       

L’histoire se passe à la fin du XIXème siècle, dans deux endroits différents : À Paris et dans la maison du personnage principal, à la campagne dans un lieu isolé des routes mais à la porte d’une ville en cas de besoin.

Le personnage principal n’a pas de nom, on le nomme Monsieur.

Monsieur : C’est un homme solitaire rêveur, philosophe, bienveillant, content de peu et sans aigreur contre les hommes et sans rancune contre le ciel. Il est mal a l’aise avec les hommes mais très attaché aux objets de son quotidien ainsi qu’à sa maison.

Extrait : « Et voilà que j’aperçus tout à coup, sur le seuil de ma porte, un fauteuil, mon grand fauteuil de lecture, qui sortait en se dandinant. Il s’en alla par le jardin. D’autres le suivaient, ceux de mon salon, puis les canapés bas se traînant comme des crocodiles sur leurs courtes pattes, puis toutes mes chaises, avec des bonds de chèvres, et les petits tabourets qui trottaient comme des lapins. Oh ! Quelle émotion ! »P.67.

Justification : J’ai choisi ce passage car c’est l’élément déclencheur de l’histoire, le moment ou le fantastique apparaît dans l’histoire « Qui Sait ? »

7. La disparition d’Honoré Subrac                                Guillaume Apollinaire

L’histoire se passe dans une rue accolée à une muraille. Elle se déroule au début du XXème siècle. Le personnages principal est : Honoré Subrac.

Honoré Subrac : Il est habillé d’une houpelande et de pantoufles. C’est un homme qui a le pouvoir de se rendre invisible.*

Extrait : « Et je dis à haute voix :

-La rue est déserte, mon ami, vous pouvez apparaître.

Brusquement, Honoré Subrac se détacha en quelque sorte de la muraille contre laquelle je ne l’avais pas aperçu. Il était complètement  nu et, avant tout, il s’empara de sa houpelande qu’il endossa net boutonna le plus vite possible. Il se chaussa ensuite et, délibérément, me parla en m’accompagnement jusqu’à ma porte. »P.86.

Justification : J’ai choisi ce passage car il explique où était caché d’Honoré Subrac pendant tout le temps de sa disparition.

 8. Le Coquillage                                             Ray Bradbury

L’histoire  se déroule au milieu du XXème siècle, Dans la maison d’un jeune garçon. Le personnage principal est Johnny Bishop.

Johnny Bishop : C’est un petit garçon malade de 11 ans, impatient d’être guéri et curieux.

Extrait : « Ce coquillage allait être précieux dans les jours à venir .Chaque fois que l’après-midi s’étirerait en longueur et que l’ennui s’installerait, il le collerait à son oreille et prendrait des vacances là-bas, tout là-bas, sur quelque péninsule exposée au vent du large. »P.100.

J’ai choisi ce passage pour montrer comment s’occupe Johnny en attendant sa guérison.

9. Popsy                                                                     Stephen King

L’histoire se déroule à la fin du XXème siècle, elle se passe dans un centre commercial du nom de Cousingtown.  Les personnages principaux sont : -Shéridan et le petit garçon.

-Shéridan : Il est obligé d’enlever des enfants pour le compte de son patron à qui il doit    beaucoup d’argent. Il se sent honteux d’enlever des enfants.

-Le Petit Garçon : C’est un garçon perdu dans un centre commercial après s’être séparé de son ami Popsy. C’est un vampire, ses yeux sont rouges.

Extrait : « […]Shéridan entrevit l’ongle du pouce de Popsy, juste avant qu’il disparaisse sous son propre menton..Un ongle irrégulier, épais et brutal. Qui lui trancha la gorge avant qu’il ait eu le temps de comprendre ce qu’il lui arrivait. La dernière chose qu’il vit avant que sa vision s’obscurcisse définitivement, ce fut d’abord le gamin qui mettait ses mains en coup pour recueillir le liquide … »P.138.

Justification : J’ai choisi ce passage car on découvre qui est le fameux Popsy que cherchait le petit garçon.

10. Fonds d’écran                                                           Pierre Bordage

L’histoire se passe à notre temps, elle pourrait se dérouler aujourd’hui. L’histoire se passe dans un collège. Le personnage principal est Balthazar.

Balthazar : C’est un jeune homme débrouillard qui aime la technologie, il est également amoureux d’une fille de son âge nommée Tania qui est scolarisée dans le même collège que le garçon.

Extrait : « […]Une image le sidéra. Le pétrifia. Le visage de Tania. Pas le visage mignon et souriant qu’il avait entrevu la dernière fois, non un visage horrifié, les yeux écarquillés par l’épouvante, la bouche grande ouverte. »P.144.

On découvre quel est le problème de Balthazar dans la nouvelle.

Avis sur ce recueil : J’ai bien aimé ce livre car :

-On découvre à chaque récit de nouveaux auteurs.

-Les nouvelles sont fantastiques.

-À chaque nouvelle l’époque change.

Evaelle,  4ème A , 1er Octobre 2015.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 18:19

Auteurs : Anna Galvada, Dino Buzati, Julio Cortazar, Claude Bourgeyx, Fred Kassak, Pascal Mérigeau

Titre du recueil : Nouvelles à chute

Édition : Magnard

Collection : collège/LP

Titre des nouvelles du recueil : Happy Meal de Anna Gavalda, Pauvre petit garçon de Dino Buzati, Continuité des parcs de Julio Cortazar, Lucien de Claude Bourgeyx, Iceberg de Fred Kassak, Quand Angèle fut seule de Pascal Mérigeau

Happy Meal : L’histoire se passe dans un Mc Donald, au XXIe siècle. Les personnages principaux sont le narrateur et sa copine Valentine

Le narrateur aime beaucoup sa copine. Il aime être avec elle. Et n'aime pas les Mc Donald.

Valentine a 7ans elle adore les Mc Donald et elle aime regarder les gens.

Passage choisi : « Cette fille je l’aime. C’est la mienne, elle s'appelle Valentine et elle a 7ans.

Ce passage représente l'amour que le narrateur éprouve pour Valentine.

Avis sur cette nouvelle : Je ne l'ai pas vraiment aimée car le narrateur est toujours en train de dire qu'il la trouve belle, gentille etc. ...

Pauvre petit garçon : L'histoire se passe dans un parc, au XXIe siècle. Les personnages principaux s'appellent Dolfi et Madame Hitler.

Dolfi est plutôt pitoyable même maigrichon, souffreteux, blafard, presque vert il était timide, pleurnichard. Madame Hitler n'aimait pas son fils tel qu'il était.

Passage choisi: Un tumulte de cris se mêla aux échos ardents de la fanfare. Dolfi essaya de se relever mais les ennemis débouchèrent des buissons et le bombardèrent de balles pétries d'eau. (Ligne 138 à 142 page 26)

Je l’ai choisi car il représente bien le martyre qu'il est.

Avis sur cette nouvelle : La vie de Dolfi n'est pas très passionnante.

Continuité des parcs : L'histoire se passe dans un studio, au XXIe siècle. Les personnages principaux sont un homme et une femme.
L’homme a le visage griffé. L'homme et la femme s'aiment beaucoup.
« Puis vint l'homme, le visage griffé par les épines d'une branche. Admirablement, elle étanchait de ses baisers le sang des égratignures. Lui n'était pas venu pour répéter le cérémonial d'une passion clandestine. »
Je l'ai choisi car il représente l'amour entre l'homme et la femme.
Avis sur cette nouvelle : J’ai moyennement aimé cette nouvelle, je n'ai pas bien compris la fin.
Lucien : L'histoire se passe dans le ventre de la mère de Lucien, au XXIe siècle .

Le personnage principale et Lucien. Lucien est un bébé qui vient juste de naitre.

Passage : « C'est la fin » se dit-il. Il s'abandonna à la souffrance en fermant les yeux incapable de résister à ce flot qui le submergeait, l'entraînent loin des rivages familiers .Il n'avait plus la force de bouger. (Ligne 12à 15 page 39)

Je l'ai choisi par ce qu'il représente la souffrance comme la nouvelle.

Avis : J'ai trouvé cette nouvelle très courte et peu intéressante .

Iceberg : L'histoire se passe dans une villa, au XXIe siècle. Les principaux personnages sont Irène et Bernard, le narrateur. Bernard, le narrateur est timide et renfermé. Irène est la mère de Georges et elle l'aime passionnément.
Passage : Georges , mon chéri, sanglote - t'elle, mon ange, mon trésor , mon tout - petit . Elle le berce. Elle lui murmure des mots mystérieux, qu'il comprend et qui l'apaisent. Ils se sourient de nouveaux les voila ensemble. (Ligne 29à 273 page 54 et 55)
Je l'ai choisi par ce qu'il parle d'amour comme dans la nouvelle.
Avis : Cette nouvelle était un peu ennuyante parce que le narrateur parle tout le temps de sa copine

Quand Angèle fut seule : L'histoire se passe au XXIe s . Le personnage principal est Angèle. Angèle est une femme veuve, qui cache sa tristesse.

Passage : Bien sûr, tout n'avait pas marché comme elle l'aurait souhaité pendant toutes ces années ;mais tout de même , cela lui faisait drôle de se retrouver seule assise à la grande table en bois . (Ligne 1à 4 page 59)

Je l'ai choisi car il représente la solitude de cette nouvelle.

Avis :cette nouvelle est triste et un peu difficile à comprendre .

Dara, 4A, 1er octobre 2015

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 18:33
Collectif, Nouvelles fantastiques

Nom et prénom des auteurs : Poe Edgar, Maupassant Guy, Gautier Théophile, Gogol Nicolas

Titre : Nouvelles Fantastiques

Edition et Collection : Magnard Classiques et Contemporains

Titre des nouvelles : Le Cœur révélateur, Deux Acteurs pour un rôle, La Nuit, La Perspective Nevski

Présentation des œuvres

Le Cœur révélateur, écrit par Edgar Poe.

L’histoire se passe dans une maison. (Du vieil homme), elle se déroule environ au 20ème siècle. Les principaux personnages principaux sont :Le narrateur et le vieil homme.

  • Le narrateur est nerveux, c’est le héros et le serviteur du vieil homme.
  • Le vieil homme a un œil de verre.

« Je l’ouvrais juste pour qu’un filet imperceptible de lumière tombât sur l’œil de vautour. Et cela, je l’ai fait pendant sept longues nuits, - chaque nuit juste à minuit ; - mais je trouvai toujours l’œil fermé ; - et ainsi il me fut impossible d’accomplir l’œuvre ; car ce n’était pas le vieil homme qui me vexait, mais son mauvais œil. » Ligne 38 à 43.

J’ai choisi ce passage car le narrateur est énervé de voir l’œil du vieil homme.

Deux Acteurs pour un rôle, de Théophile Gautier.

L’histoire se passe dans le château impérial de Vienne. Elle se déroule environ à la Renaissance.

Les personnages principaux sont : Henrich, comédien de théâtre, il joue le personnage du Diable. Il est amoureux de Katy.

Katy : jeune femme, amoureuse d’Henrich.

Le Diable : homme à l’aspect intriguant, bizarre et terrifiant.

« Seul, un homme assis à la table voisine ne paraissait pas prendre part à l’enthousiasme général ; la tête reversée en arrière, il tambourinait distraitement, avec ses doigts, sur le fond de son chapeau, une marche militaire, et, de temps en temps, il poussait une espèce de humph! Singulièrement dubitatif.

L’aspect de cet homme était des plus bizarres, quoiqu’il fût mis comme un honnête bourgeois de Vienne, jouissant d’une fortune raisonnable ; ses yeux gris se nuançaient de teintes vertes et lançaient des lueurs phosphoriques comme celles des chats. » ligne 68 à 78.

J’ai choisi ce passage car on voit l’aspect du Diable.

La Nuit

L’auteur de l’histoire est Maupassant. L’histoire se passe dehors, elle se déroule au 19ème siècle.

Le personnage principal est le narrateur. Il aime la nuit et éprouve du dégout pour le jour.

« Tout était clair dans l’air léger, depuis les planètes jusqu’aux becs de gaz. Tant de feux brillaient là-haut et dans la ville que les ténèbres en semblaient lumineuses. Les nuits luisantes sont plus joyeuses que les grands jours de soleil. »

La Perspective Nevski, de Gogol.

L’histoire se passe à Saint-Pétersbourg dans la Perspective Nevski. (C’est une avenue).L’histoire se déroule au 19ème siècle.

Les personnages principaux sont : Pirogov : un lieutenant et Piskariov : un peintre naïf.

« Mais trois heures sonnent : l’exposition s’achève, la foule se disperse. Changement complet. Le printemps s’empare soudain de la perspective Nevski qui se couvre de fonctionnaires en uniformes verts. Des conseillers titulaires, auliques et autres, chez eux, mort de faim. » Ligne 166 à 170.

J’ai choisi ce passage car on voit que la Perspective Nevski change d’aspect en fonction des moments de la journée.

Avis sur le livre

J’ai bien aimé les deux premières histoires mais pas les autres car j’aime bien le suspense et l’action.

Thibault G. 4ème D, le 30/09/2015

Partager cet article
Repost0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 20:42

Parler de ce livre n'est pas si simple quand on a à l'esprit que cette fois rien ni personne n'est fictif, ni l'histoire, ni l'auteur, ni le héros. Limonov a pourtant bien l’étoffe d'un héros picaresque côtoyant les voyous soviétiques, les poètes maudits, les bas-fonds new-yorkais, la haute société américaine, les intellectuels contestataires parisiens, le pouvoir russe, les militaires serbes, la prison et les travaux forcés et les femmes aussi belles qu'extravagantes. Cependant l'auteur ne s'attache pas ici à tracer une trajectoire cohérente pour son personnage. Il le montre tantôt pitoyable voire carrément méprisable, tantôt admirable voire héroïque et c'est justement ce qu'Emmanuel Carrère déplore à la fin de l’œuvre : La fin du livre n'est pas un fin de roman, la réalité est beaucoup plus prosaïque.

Outre cette histoire de Limonov, ce livre est aussi une analyse des événements qui se sont déroulés depuis la chute du bloc soviétique. Carrère prend souvent appui sur ce qu'en pense sa mère Hélène Carrère d'Encausse, académicienne spécialiste de la Russie. De ce point de vue, le livre est captivant car il permet de découvrir sous un autre angle des événements qui nous ont été présentés de façon souvent unilatérale au moment des événements.

Extrait de p 484, Limonov demande à Carrère : "C'est bizarre, quand même. Pourquoi est- ce que vous voulez écrire un livre sur moi ?"
Je suis pris de court mais je réponds, sincèrement : parce qu'il a _ou parce qu'il a eu, je ne me rappelle plus le temps que j'ai employé_une vie passionnante. Une vie romanesque, dangereuse, une vie qui a pris le risque de se mêler à l'histoire
." répond Emmanuel Carrère.

Dans une interview au Point, Limonov répondant à une question sur ce qu'est l'âme russe déclare :

"Vous avez lu le livre d'Emmanuel Carrère ? Voilà, vous pouvez voir que l'âme russe se manifeste encore de temps en temps."

En somme, un livre qui m'a parfois dérangée m'a toujours beaucoup intéressée. Il m'a donné envie de lire quelques textes de Limonov.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 16:46
Cantin Marc, Moi, Félix, 10 ans, sans papiers

Titre : Moi, Félix 10 ans sans papiers

Auteur : Marc Cantin

Edition : Milan

Collection : Junior

Genre : (roman/nouvelle/poésie/théâtre/…)/ Roman

Le ou les thèmes (adolescence, famille, amitié, guerre, histoire, …) C’est une histoire sur la clandestinité

Sur la 1ère de couverture, on peut apercevoir une maman Ivoirienne clandestine avec ses trois enfants qui posent devant le drapeau français. Sur la 4ème de couverture, on peut apercevoir une carte d’identité française avec la photo de Félix, l’un des enfants.

Parmi les personnages principaux, il y a Félix, c’est un garçon de 10 ans, clandestin, qui arrive à Brest où il ne connait que son oncle et sa tante. Il est courageux, il aime les aventures et il est intelligent. « Félix est né avec le sens de l’orientation, il ne peut pas se perdre. » (P.34) « Pour ne jamais perdre son chemin, il faut penser comme un lion. Un lion ne se perd jamais, il sent les sources sous le sable et connait milles indices pour trouver la gazelle. C’est papa qui m’a appris à penser comme un lion. » (P.35)

L’oncle de Félix : Parce qu’il est très gentil, il lui donne de l’argent pour pouvoir quitter Brest et acheter un billet de train car il est recherché et il doit partir à Rennes pour rejoindre d’autres personnes qui pourront l’aider. « Une voix dans un haut-parleur leur dit qu’il va partir. L’oncle Massoudé me serre dans ses bras. Tu verras c’est des gens très bien, des Ivoiriens comme nous. » (P.110)

C’est un livre écrit à la première personne et au présent, il est facile à lire et on y trouve quelques mots Ivoiriens expliqués en fin de livre. (P.45) « La foret, les animaux qui s’y cachent et font entendre leur cris, les routes, les pistes les champs de bananiers, de caféiers, et de cacaoyer, les maisons des Sénoufos aux portes sculptées, les poètes et les *griots que l’on écoute sans jamais cligner des yeux… »

*Griots : conteur, musicien, poète, gardien de la mémoire d’un groupe ou d’un peuple, qui se déplace généralement de village en village.

« Et il est inconcevable de préparer un *mafé sans oignons. »

*Mafé : Plat africain à base d’arachide, d’ail, d’oignon, de tomate et de thym. Il est servi par exemple avec du mouton. »

Si je pouvais changer, je changerais la fin pour qu’il puisse retourner avec sa famille et puisse avoir des papiers français.

J’ai adoré ce livre car ce garçon (Félix) m’a beaucoup touchée. Ce livre est très réaliste sur la vie des clandestins. Il est facile à lire et à comprendre. Ce livre donne du suspense du début à la fin. Il est joyeux et triste à la fois. On ne s’attend pas du tout à la fin.

Laura 4ème B

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs