Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 20:15

Indications bibliographiques

avant-qu-il-soit.jpg

Titre :  Avant qu’il soit trop tard

Auteur : Stéphane Daniel

Editeur : Rageot, 2005

Collection : Heure noire

 

Genre :  Ce livre est un roman biographique et policier

Thème principal : Le parcours difficile de Fabien, un garçon en classe de 5ème  racketté par trois autres élèves de son collège en classe de 4ème .

 

Résumé : Fabien Kemp est un garçon de 13 ans. En classe de 5ème, il est assez bon élève et vit paisiblement avec ses parents bien que leur profession respective les empêche de passer beaucoup de temps avec lui.  Or, Fabien est différent ces derniers temps : il est distant, ne parle plus, ne va plus à son club d’échecs ni au collège et ses notes chutent gravement. Car en effet, voilà plusieurs mois qu’il se fait racketter par des élèves en classe de 4ème. Ils lui volent de l’argent, des habits, des CDs et  vont même jusqu'à le frapper.

Il ne sait pas comment s’en sortir, il a très peur. Personne n’est au courant à part lui.

Lorsqu’un jour, son père, lui même ancien racketteur, aperçoit son fils en train de se faire agresser, par peur d’aller de nouveau en prison, il n’agit pas.

Malik, son meilleur ami le découvre également, mais lui décide d’envoyer une lettre anonyme au proviseur qui convoque immédiatement les délinquants, les menaçant avec l’aide d’un commissaire de police.

Pensant que la lettre est l’œuvre de Fabien, il est de nouveau roué de coups par les malfaiteurs mais beaucoup plus rudement cette fois ci.

Le pauvre garçon en a assez ! Il rentre chez lui, prend un couteau et se rend chez Johnson, le chef de la bande afin de régler ses comptes une bonne fois pour toutes.

Or, face à Johnson, lui aussi armé, Fabien n’a aucune chance. C’est alors que son père, qui l’avait suivi, arrive et pour défendre son fils, menace l’adolescent avec un bâton.

Mais au moment d’utiliser son arme, le policier chargé de surveiller les malfrats intervient, juste à temps pour empêcher le père de Fabien de faire une grave erreur qui l’aurait mené tout droit au pénitencier.

Prenant désormais l’affaire au sérieux, la police interdit la fréquentation du collège et ses environs au racketteur et Fabien peut désormais revivre normalement comme si rien ne s’était jamais passé.

Passage remarquable

« _Je tenais à vous voir, madame, pour vous alerter. Il me semble que votre fils est sur une      mauvaise pente.

En face, Mme Kemp opine, les mâchoires serrées.

-   En effet, ses résultats sont à la baisse et c’est inquiétant pour deux raisons : la première est qu’il ne paraît pas s’en alarmer outre mesure ce qui compromet une réaction rapide, la seconde que son niveau de départ ne justifie en rien une telle débandade.

-   Débandade ? réagit Marie Kemp. A ce point-là ?

-   Oui. Ses moyennes ont chuté, et en tant que professeur principal, je puis vous dire que cette tendance est générale.

Et elle rentre dans les détails, matière par matière. En face, la mère accuse le choc. »

 

Explication du passage Ce passage est très important pour le livre car c’est le moment où la mère de Fabien s’aperçoit que quelque chose ne va pas pour son fils même si elle ignore encore ce que c’est.

 Mon avis sur ce passage  J’apprécie ce passage car il y à beaucoup de dialogue bien qu’il soit  un peu long dans sa totalité.

 Mon avis sur ce livre

Bien qu’il ne m’eût pas franchement attirée au premier coup d’œil , j’ai beaucoup aimé ce livre.

L’histoire est prenante, il est facile à lire, je ne me suis pas du tout ennuyée en le lisant c’est pourquoi je le conseille à tout le monde. Il est très réaliste et l’auteur se met dans la peau de personnages différents à chaque chapitre, c’est intéressant de pouvoir observer les différents raisonnements des protagonistes de l’histoire.

J’attribuerais à ce livre la note de 17/20.

Margaux, 4A, Janvier 2013

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 15:39

Titre : Sacrées sorcières

Auteur : Roald Dahllivres-sacrees-sorcieres-352.jpg

Edition : Folio junior

Genre : conte

Thème principal : La découverte du monde des sorcières par un petit garçon

Résumé :

Les sorcières sont des êtres terrifiants pour tout enfant qui les rencontre, et c’est ce qui arriva à un jeune garçon. Après le terrible accident de ses parents qui leur coûta la vie, il partit en Norvège pour vivre chez sa Grand-Mère. Cette dernière, un peu farfelue, en profita alors pour lui donner des indices pour repérer et démasquer une sorcière. Le garçon reprit ensuite l’école comme tous les autres enfants en Angleterre et lorsque vinrent les vacances, sa Grand-Mère et lui décidèrent de repartir en Norvège. Mais sa Grand-Mère tomba malade et le médecin leur conseilla de prendre des vacances au bord de la mer dans un grand hôtel. Ils acceptèrent avec quelques regrets. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est que dans cet hôtel se réunissaient toutes les sorcières d’Angleterre et également leur chef : La Grandissime Sorcière !                                                                                              

Commence alors une grande aventure. Pour le garçon et sa Grand-Mère, ce sera la chasse aux sorcières.

Passage remarquable :

« Ma gorge était en feu ! Cette épouvantable sensation de brûlure dans mon estomac. Maintenant, tout mon corps brûlait ! Ma tête, mes jambes et mes bras ! Je hurlais mais la main de la Grandissime Sorcière me referma la bouche.                                                             

Ensuite, je sentis ma peau rétrécir. Comment dire ?     

Du sommet de mon crâne jusqu’au bout de mes orteils, je rétrécissais. Un peu comme si j’étais un ballon qu’on s’amusait à tordre pour le faire éclater !                                                  

Ensuite, je sentis ma peau devenir métallique. Comme une automobile à la casse, sous presse. Oui, j’étais pressé ! » Passage P 110

Ce passage est le moment décisif de l’histoire. Il nous montre la cruauté des sorcières envers les enfants et leur haine. Le héros se transformera et la suite de l’histoire en sera bouleversée.

Jugement critique personnel : 

Ce livre est amusant et j’ai trouvé que les sorcières étaient différentes de celles qu'on trouve dans les contes ce qui changeait des balais et des chapeaux pointus. Je l’ai trouvé un peu enfantin et j’ai été déçue par la fin, mais même si ce n’est pas mon auteur préféré je le conseille à tout le monde car il nous entraine dans son monde imaginaire et nous fait vraiment croire aux sorcières. Je l’ai aussi aimé car il y a de l’aventure, du suspens mais aussi de la tristesse car on parle de la mort.

Fanny, 4C, janvier 2013

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:08

Coup de gigot et autres histoires à faire peurproduct 9782070612918 244x0
Roald Dahl
Folio Junior

C'est l'histoire de monsieur Maloney qui revenait chez lui après le travail  pour rejoindre sa femme Mary Maloney. Il lui annonça une mauvaise nouvelle qui eut pour conséquence de la rendre furieuse. Elle fut si en colère qu'elle tua son mari en le frappant avec un gigot. Mary ne se sentait pas du tout mal après avoir commis ce crime. Elle se rendit par la suite au marché du village et parla avec le marchand comme si de rien n'était. Lorsque Mary revint à son domicile, elle appela les policiers et ceux-ci crurent ce qu'elle leur raconta à propos du fait qu'elle n'était pas chez elle au moment-même où le crime s'était produit. Les policiers firent leur enquête et lorsqu'ils eurent fini, Mary leur offrit de rester pour prendre le repas avec elle. Sans le savoir, les policiers mangèrent le gigot qui avait servi d'arme pour le crime de monsieur Maloney.

Dany, 4C, novembre 2012

**********************************************************************************************************

L’auteur: Roald Dahl

Édition : Gallimard jeunesse

Collection : Folio Junior

Titre des nouvelles que contient ce recueil : Coup de gigot, Tous les chemins mènent au ciel , La logeuse , William et Mary.

Coup de Gigot

L'histoire se passe dans un village, une maison très chaleureuse, elle se déroule à notre  époque. Les personnages principaux sont la femme Mary Maloney, enceinte, au  sixième mois de grossesse, elle n'était pas nerveuse mais douce, attentionnée avec son mari. Le mari Patrick Maloney  travaille à la gendarmerie, il est toujours fatigué alors chaque soir en revenant de son travail il prenait un petit verre de whisky dans le canapé pour se détendre.

"Alors, Mary Maloney fit simplement quelques pas vers lui, sans attendre, elle leva le gros gigot aussi haut qu'elle put au-dessus du crane de son mari, puis cogna de toutes ses forces. Elle aurait pu aussi bien l'assommer d'un coup de massue". (page 15).

J'ai choisi cet extrait car c'est le moment le plus important où il y a de l'action, et c'est étrange de tuer son mari sans que la femme ait un regret.

Tous les chemins mènent au ciel

L'histoire se passe dans la 62e Rue, la nouvelle se déroule à notre époque. Les personnages principaux de la nouvelle sont la femme Mme Foster et le mari M. Foster. Toute sa vie Mme Foster avait souffert d'une crainte de manquer le train, l'avion, le bateau. Mis a part cette hantise, ce n'était pas une femme particulièrement nerveuse. Le mari M. Foster était un homme agacé par la crainte de sa femme, il faisait même exprès de la faire attendre sans nécessité ou même de faire manquer le train ou l'avion.

"Mme Foster prit son avion avec cinq minutes d'avance. Peu après, au-dessus de l'Atlantique, blottie dans son fauteuil, elle écoutait le ronron des moteurs. Paris venait à elle."(p.49)

J'ai choisi ce passage car c'était le moment fatidique pour elle de savoir si elle allait ne pas rater l'avion et comment allait se passer son voyage et son arrivée à Paris.

La logeuse

L'histoire se déroule dans une ville appelée Bath, plus précisément dans un hôtel. Les personnages de la nouvelle sont Billy, un jeune étudiant de 17 ans qui venait passer un séjour. Billy était stressé à l'idée de ne pas trouver une chambre d’hôtel. Second personnage : une dame âgée entre quarante cinq , cinquante - cinq ans, propriétaire de la maison . Elle avait un sourire encourageant et chaleureux, un visage rond, rosé et des yeux d'un bleu très tendre.

"Pardonnez ma question mais n'avez-vous pas eu d'autres pensionnaires que ces deux messieurs, pendant ces dernières années ? 

Tenant bien haut sa tasse de thé, elle inclina légèrement la tête, le regarda du coin de l'œil et lui fit un de ses charmants petits sourires.

-Mais non, mon cher petit monsieur. Rien que vous.( page 72)

 J'ai choisi ce passage parce qu’il met du suspense dans l'histoire et que cette dame est vraiment bizarre mais la fin aussi est bizarre.

William et Mary

L'histoire se déroule dans une famille à notre époque. Les personnages sont  William Pearl qui est mort et son épouse Mme Mary Pearl. William était un homme sans histoire, généreux, il avait laissé très peu d'argent après sa mort mais il avait laissé une lettre destinée à son épouse expliquant sa rencontre avec le neurochirurgien, John Landy et il y  détaillait sa curieuse proposition : maintenir le cerveau de l'homme en vie après sa mort. Mary Pearl, sa femme ; est triste de perdre son mari, enfin presque.

-"A bientôt, mon chéri, dit-elle encore.

- Cela suffit, madame Pearl !

- N'est-il pas adorable ? s'écria-t-elle en regardant Landy de ses gros yeux brillants. N'est-il pas mignon? J'ai hâte de le ramener à la maison ! (page 123)

J'ai choisi ce passage parce que c'est la fin de la nouvelle et que c'est terrifiant de voir une femme avec un comportement pareil, c'est étrange !.

Mon avis sur le livre : j'ai trouvé des nouvelles intéressantes avec des frissons, du suspense, du rire ou des nouvelles dont la fin était plutôt à faire peur comme "La logeuse" et " William et Mary" mais  dans l'ensemble c'était un bon livre de Roald DAHL.

Léa H, 4 A, 3 octobre 2015.

************************************************************************

Le titre de la nouvelle est : Coup de Gigot.

L'auteur est : Roald Dahl.

Les personnages principaux sont : Mary Maloney, Patrick Maloney et Jack Noonan.

 La collection : Folio Junior

Voici les titres des nouvelles que contient ce recueil : Coup de Gigot, Tous les chemins mènent au ciel, La Logeuse et William et Mary.

Coup de gigot : C'est l'histoire d'une femme, Mary Maloney, et d'un homme, son mari. Ils étaient mariés. Un jour, le mari alla à son travail, pendant ce temps la femme préparait le dîner et puis tout d'un coup, elle entendit les roues de la voiture sur le gravier alors son mari franchit la porte. Le mari était renfermé, il ne parlait pas. Sa femme lui proposa de manger, mais il ne voulut pas. Puis il annonça la nouvelle à sa femme :

-J'espère que tu ne me blâmeras pas trop, dit-il.

Et il lui dit ce qu'il avait à lui dire. Ce ne fut pas long. Quatre ou cinq minutes au plus. Elle demeura  assise sans mot. Elle ne voulait pas y croire, elle pensait que c'était un rêve. Puis elle alla en direction de la cuisine pour faire à manger. Elle prit le gigot et vit son mari, de dos, devant la fenêtre. Puis elle leva le gigot au-dessus de la tête de son mari, elle le cogna de toutes ses forces, il demeura miraculeusement debout, puis il s'écroula sur le tapis. « Elle était épouse de détective. […] Mais l'enfant qu'elle attendait ? Que faisait la loi d'une meurtrière enceinte ? » Elle se posait énormément de questions. Alors elle alla chez le commerçant pour acheter un gâteau au fromage, c'était le préféré de Patrick Maloney, son mari. Elle appela le poste de police, c'était Jack Noonan à l'appareil, puis les voilà qui arrivèrent. Mary devait répondre à d'innombrables questions. Les policiers finirent d'enquêter et ils étaient affamés alors Mary, pour les remercier, leur offrit le dîner. Ils mangèrent donc le gigot. L'un des policiers ajouta que Patrick avait le crâne en miettes, comme broyés à coups de marteau.

Ce livre était passionnant.

Adeline B. 4D, 04/10/2015

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 22:40

TITRE  À la vie à la mort

Auteur : Paule du Bouchetvie_mort.gif

Edition : Gallimard jeunesse

GENRE : sept nouvelles historiques

Thème principal : la guerre.

RÉSUMÉ : C’est à laguerre que se passe cette histoire. Le vieux Florent est un homme qui est seul dans sa vie et qui ne semble pas heureux de vivre depuis la mort de sa femme il y a cinq ans il ne parle plus à personne. Seule Émilie sa nièce a gardé des liens forts avec le vieux Florent jusqu'à qu’il apprenne qu’Émilie et son enfant ont étéabattus devant le mur de l’école par des Allemands.

En avril 1918 un soldat américain voulait offrir un cadeau pour Juliette. C’est un poudrier qu’il va lui offrir où il inscrit les initiales J, S. Le soldat et Juliette se quittèrent en espérant se revoir vite mais le soldat ne put jamais écrire à Juliette. On nous parle de la première et deuxième guerre mondiale.

Passage remarquable : (page 5 et 6)

«  Nous sommes à l’automne 1944. Le débarquement allié a eu lieu il y a quelques semaines. Les Allemands sont aux abois. Partout la résistance s’organise et se renforce. »

Ce passage montre bien l’ambiance du livre et nous laisse nous repérer dans le temps. Il nous apprend que ce livre se passe pendant la guerre.

JUGEMENT CRITIQUE PERSONNEL :  Je n’ai pas aimé ce livre car j’ai eu beaucoup de mal à comprendre l’histoire, les mots étaient compliqués, l’histoire aussi.  Le thème de ce livre paressait bien mais le livre était très dur à comprendre. Les histoires se passaient à plein de dates différentes et avec des personnages différents. Cependant, j’ai bien aimé le début de l’histoire avec le Vieux Florent.

Léa C, 4A, novembre 2012 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 12:28

Indication bibliographique :
Auteur : Kétévane Davrichewy.

Titre : la lucarne.
Edition : l’école des loisirs /Collection : Medium

Genre : Roman par lettresla-lucarne-kethevane-davrichewy-9782211061537.gif

Thèmes principaux : une fille espionne son voisin et écrit ce qu’elle voit dans ses lettres.

 le sujet : C’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Dali. Tous les jours, elle épie son voisin par la lucarne de sa chambre, elle tombe amoureuse de lui, elle écrit des lettres de tout ce qu’il fait sans les lui envoyer. Il s’appelle Philipe. Un jour, sa grand-mère et elle marchent avec leurs sacs de courses quand Philipe bouscule la grand-mère de Dali sans le faire exprès et le sac tombe. Il l’aide à ramasser et la grand-mère l’invite à manger. Dali part chez son père en cachette avant le repas. Le lendemain, Philipe va la voir au collège et lui propose de rentrer avec lui en scooter. Elle accepte. Ensuite ils deviennent amis.

un passage remarquable :
Le passage que je choisis est à la page 101. « Puis finalement, j’ai pris le RER […]. Rien ne traine. »

Dans le livre, cet extrait montre que Dali, qui n’apprécie pas beaucoup son père, va quand même le voir quand elle a un problème. Ce passage montre donc qu’elle lui fait confiance, donc qu’elle l’aime quand même un peu.

Jugement critique personnel :
Dans ce livre, il y a plusieurs sentiments exprimés. Le premier sentiment est l’amour caché : Dali, la fille du livre, tombe amoureuse de son voisin alors qu’il ne l’a jamais vue. Elle le connaît car elle l’épie, et lui, n’a pas idée qu’elle existe. Le deuxième : Ce livre montre montre aussi que même les gens pauvres arrivent à se débrouiller avec leurs moyens, ils sont beaucoup aidés par leurs amis et sont même très aimés.

Je trouve que ce livre apprend beaucoup de choses. Il est basé sur le sentiment, les ressentis des personnages. Cette histoire aurait pu se passer réellement. 

Clémence C, 4A, novembre 2012

Vendredi 05 Février, Quintin

Chère auteure,

Je vous écris dans le but de vous parler de mes impressions sur votre livre intitulé « La lucarne ».

En effet votre livre m’a beaucoup plu, même s’il y a quelques passages que je n’ai pas compris, comme quand Dali et Chota vont chez EDF pour la coupure de courant, d’ailleurs je n’ai pas réellement compris qui était Chota, je sais que Bébo est la grand-mère, Tamara et Tsiala sont les sœurs de Dali, le personnage principal, il y aussi la mère et le père de Dali qui sont divorcés. Je n’avais pas compris tout de suite pourquoi Dali écrivait des lettres au voisin d’en face, Philippe, elle lui écrit dans le but de déclarer son amour, lui expliquer ses tracas, ses joies, se sentir mieux.

Mon moment préféré était quand la mère de Philippe propose à Bébo de les amener à l’hôpital pour le plâtre de Dali et l’appendicite de Philippe, mais aussi quand Philippe propose à Dali de la ramener en Scooter chez elle. Ces deux moments font partie de la 13ème lettre, ma préférée de tout le livre.

Je vous remercie pour cette lecture et vous présente mes sincères salutations.

Marion PC

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 22:48

Titre :  Tel est pris qui croyait prendre9782070630097_1_75.jpg

Genre : recueil de quatre nouvelles

 Le connaisseur

 C’est un homme qui connaît très bien les vins mieux que quiconque ne les connaît, il  s’appelle Richard Pratt, il est invité chez son ami Mike à Londres, ils ont parié chacun sur un vin que Richard Pratt devait retrouver sans avoir lu l’étiquette, il a trouvé et a gagné la main de la fille de Mike, mais la bonne intervient et lui rend ses lunettes qu’ il avait laissées après lui en allant voir l’étiquette de la bouteille avant le pari, le pari est alors annulé.

 Madame Bixby et le manteau du colonel

Madame Bixby est la femme d’un dentiste peu aimable .Madame Bixby se rend tous les ans à Baltimore pour voir sa tante. Mais elle va surtout là- bas pour voir le colonel, un homme riche et grand. Le soir de la veille de noël elle reçoit un carton dans le train de la part du colonel elle l’ouvre et voit un manteau en peau de vison et elle aperçoit une lettre avec écrit dessus « je vous demande d’accepter ce cadeau en signe d’adieu ».Elle l’accepte mais le confie à un prêteur sur gage car elle a peur que son mari croie qu’elle a un amoureux .Alors elle le confie mais elle met juste son nom sur le ticket. Arrivée chez elle, elle fait croire à son mari qu'elle l’a trouvé dans un taxi, alors elle retourne le prendre et en sortant du magasin elle voit la secrétaire de son mari avec son manteau.

Un beau dimanche

C’est un homme qui est à la recherche de bonnes affaires, il achète peu cher et il les revend plus cher pour gagner de l’argent. Il ne passe que le dimanche et passe de ferme en ferme pour faire des bonnes affaires. Il se fait passer pour un curé et il achète un fauteuil chez une paysanne. Il est allé chez la reine Anne mais il ne trouve rien alors il continue et s’arrête chez Rummins et aperçoit une grande commode et tente de ruser pour l'avoir mais il se fait prendre et rate son coup.

 

Le champion du monde

Ce sont deux hommes qui braconnent Claude et Gordon, ils préparent dans la station service des raisins secs avec de la drogue pour endormir les faisans la veille de l’ouverture de la chasse .Un peu plus tard ils vont sur les terres de leur voisin Victor pour attraper les faisans qu'ils ramènent à la station service, mais les faisans se réveillent et encerclent les deux braconniers.

Yann, 4C, 21/11/2012

************************************************************************************

Nom et prénom de l'auteur : Roald DAHI

Titre de la nouvelle : Tel est pris qui croyait prendre

Édition : Gallimard Jeunesse

Collection : Folio Junior

 

Le connaisseur :

L'histoire se passe chez Mike Schofield à Londres. Les principaux personnages sont : Mike Schofield et Richard Pratt : ce sont des personnages experts en matière de vin.

 

Page 8 : « Je me rappelai au moment où nous passions à table , qu'à chacune des précédentes visites chez Richard Pratt , Mike et lui s'étaient livrés à un petit jeu , au moment où nous allions déguster le bordeaux . Pratt devait goûter le vin pour deviner son origine et son âge sans avoir vu   l'étiquette».          

J'ai choisi ce passage car c'est le sujet de cette histoire .

 

Madame BIXBY et le manteau du colonel :

L'histoire se passe à New York. Les principaux personnages sont : Monsieur BIXBY, un dentiste qui gagne peu. Son employée est Mademoiselle PULTENEY. Madame BIXBY une forte femme, le colonel est un homme très riche.

Page 33 : « Elle ouvrit grand les yeux sur le manteau puis elle se jeta dessus et le tira de la boîte . De grosse vagues de fourrure noire se frottaient contre le papier de soie et lorsqu'elle le souleva pour le voir dans toute sa longueur, il était si beau qu'elle en eut le souffle coupé. Elle n'avait jamais vu un vison aussi superbe ».      

J'ai choisi ce passage car c'est l'objet fétiche de l’histoire.

Un beau dimanche :

L'histoire se passe à Londres. Le personnage principal est : Monsieur BOGGIS, un antiquaire à la recherche de vieux meubles, mais surtout la quatrième commode CHIPPENDALE.

Page 69 : « Aujourd'hui, la même pièce vaudrait sûrement, 10 000 livres. Un expert dont Monsieur BOGGIS avait oublié le nom dans une récente étude que ces trois meubles devaient provenir du même atelier car les placages étaient du même bois. On n’avait pas retrouvé les factures  , mais les experts s'accordaient pour penser que ces trois commodes n'avait pu être exécutées que par Thomas Chippendale lui-même , de ses propres mains dans la période la plus inspirée de sa carrière ». 

 J'ai choisi ce passage car c'est ce qui pousse Monsieur BOGGIS à retrouver cette commode.

Le champion du monde :

L'histoire se passe à Oxford. Les personnages principaux sont Claude et Gordon, des marchands de fruits et légumes et chasseurs à certaines époques.

Page 105:«C'était un spectacle étonnant, on eût dit le rêve d'un braconnier devenu réalité. Et si près de nous ! Quelques-uns n'étaient qu'à dix pas de l'endroit où nous nous tenions à genoux. Les faisanes étaient rondes, d'un brun crémeux, si grasses que le plumage de leur poitrine frôlait le sol quand elles se déplaçaient ».           

J'ai choisi ce passage car c'est l'élément déclencheur de cette histoire.

Mon avis sur le livre : J'ai trouvé le livre assez facile à comprendre, avec de l'humour et du suspense.

 

Justine C, 4A, le 3 octobre 2015.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 11:16

9782845260634_1_75.jpgAu temps du moyen âge, les enfants vivent dans une grande famille qui comprend mère, père, grands- parents, oncles, tantes , et cousins…

Les parents souhaitent vivement avoir des enfants, les nobles pour perpétuer la lignée et pour que le fils puisse être héritier du château, et des biens, quant aux pauvres c’est pour avoir le bonheur de la famille, mais aussi pour aider les parents quand ils seront plus grands pour les travaux et veiller sur la vieillesse des parents.

Quand la mère attend un bébé, son entourage veille sur la santé pendant les neuf mois de grossesse. Celles qui attendent un bébé doivent suivre un régime et éviter les aliments trop salés et les épices et elles ne doivent pas boire de vin. L’accouchement est toujours une épreuve redoutée, si tout se passe bien, les parents ont le temps de noter avec soin le jour et l’heure de la naissance. Dès sa naissance, le petit enfant est l’objet de soin, on le lave, l’examine,  lui donne à manger, on lui met un peu de miel dans sa bouche. Le parrain et marraine assistent au baptême, la maman, elle, doit rester à la maison, où elle reste couchée.

Les  enfants ne vivent pas au même rythme que les adultes, la mère allaite l’enfant et surveille sa croissance. Le déjeuner des enfants est très équilibré : « Un œuf dur ou mollet, une pomme cuite, du pain tendre » Les adultes n’ont pas le droit à ce repas sauf les travailleurs. Le bébé est emmailloté d’un linge de lin.

À l’âge où l’enfant apprend à marcher, il vit en chemise, sans sous-vêtements. Ensuite garçons et filles adoptent la cote. Jusqu’à sept ans l’enfant vit avec sa mère et ses sœurs. Les garçons apprennent à se battre avec une épée en bois. Dès l’âge de 14 ans, et peuvent déjà aller à la guerre. Apprendre à viser est un besoin vital pour le futur guerrier  (des aires de tir sont toujours aménagées dans les jardins des châteaux).

La naissance est une affaire de femmes, elle se déroule au chaud dans la chambre des parents.

Être fils de paysan n’est pas de tout repos : les garçons se couchent tôt, vers six heures du soir, parce qu’ils se lèvent tôt, pour aider leurs parents à soigner les animaux et le mener aux champs. La sœur reste à la maison : il lui faut s’occuper de ses autres frères et sœurs, aider sa mère à porter l’eau, qu’on va chercher parfois à deux kilomètres ou trois du village, éplucher les légumes avec sa mère, nourrir les poules, apprendre à filer le chanvre à la quenouille, ou le lin, etc. Le garçon aide son père : il va ramasser le petit bois pour le feu ou les glands pour la pâtée des cochons, il doit chasser les oiseaux des sillons lors des semailles, il garde les troupeaux de volailles ou de mouton, etc. Les enfants de paysans, entre douze et quatorze ans, entrent en apprentissage, les filles comme brodeuses, couturières, lingères ou servantes, les garçons comme menuisiers, cordonniers ou enfants de cuisine. Au Moyen-âge la vie est dure, les enfants travaillent jeunes, la maladie les guette, mais les jouets ne manquent pas comme : des petit chevaux taillés ou sculptés dans le bois , des poupées pour les jeunes filles, qu’ont habillait de chiffons, des hochets pour les bébés, des toupies de bois, des dinettes, des billes, des sifflets…Dans les villes les enfants jouent dans les rues au cerceau ou aux billes. 

Oriane M, 02/11/2012

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:01
livres-apprentiapouvanteur.jpgAuteur :Joseph Delaney
Titre : L’apprenti épouvanteur
Genre : Aventure 
 
Thème principal : Un épouvanteur et son apprenti combattent l’obscure pour le bien du Comté.
RésuméC’est un grand jour pour Tom Ward qui vit dans une ferme avec sa famille. En effet , un grand homme vient d’entrer dans la ferme. Il s’agit d’un épouvanteur, le septième fils d’un septième fils comme Tom lui-même.
Le métier d’épouvanteur est plus avantageux lorsqu’on est le septième fils d’un septième fils car on possède des dons que les autres n’ont pas.
Après avoir dit au revoir à sa famille , Tom part avec cet étrange personnage. Celui -ci s’appelle John Gregory et va enseigner beaucoup de choses à Tom. Son apprentissage auprès de l’épouvanteur se passe bien jusqu’au jour où une fille aux souliers pointus se présente à Tom. Elle s’appelle Alice, c’est une sorcière car elle porte des souliers pointus. Elle supplie Tom d’apporter des gâteaux à la vieille mère Malkin qui est aussi une sorcière emprisonnée dans un puits. La plus grosse erreur de Tom sera de donner ces gâteaux. 
En effet , il découvrira qu’on a forcé Alice à lui demander de donner ces gâteaux à la vieille sorcière…
Passage important : « Mère Malkin ? Je vous apporte quelque chose de la part de votre famille. Vous êtes là ? Vous m’entendez ? » 
« Ce n’est qu’un gâteau ; dis je . J’espère que ça vous fera du bien. Je vous en apporterai un autre la nuit prochaine. »
Avis personnel :  Ce livre m’a plu parce qu’il y a des rebondissements. Je conseille à tous ce livre  car lorsque vous rentrez dans l’histoire vous vous attachez aux personnages. Pour ceux qui on déjà lu le tome un, je les invite à lire les huit autres tomes.
Léo T, 5C, 04/11/2012

utlign1

Editeur : Bayard Jeunesse

Personnages principaux :

Thommy, L'Apprenti épouvanteur
L'épouvanteur
Alice, la nièce de Lizzie l'Osseuse.
Lizzie L'Osseuse, sorcière utilisant la magie des os et petite-fille de Mère Malkin.
Mère Malkin, sorcière utilisant la magie du sang et grand-mère de Lizzie l'Oiseuse
Tusk, le fils de Mère Malkin.
Oriadon, le gobelin qui protège la maison d'été de l'Epouvanteur. Il vit sous l'apparence d'un chat.

Extrait page 164 : Oriadon sauve Thommy de Tusk et de Lizzie L'Osseuse.

"... Je compris pourquoi les gens du village ne se risquaient jamais jusqu'à la maison de l'Epouvanteur: ce cri portait la mort. Il disait : "Franchis cette ligne, et je te saigne, je te ronge les os et je te suce la moelle ! Franchis cette ligne et tu regretteras d'être né !
Nous étions sauvés. Lizzie l'Osseuse et l'horrible Tusk devaient être en train de dévaler la colline..."

Mon avis : Excellent livre mais... à ne pas lire la nuit !

Pierre P, 5B, 21/10/2008

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 23:00

Auteur: Marie-Hélène Delval

Titre: Lettres Secrètes

Date: 2010

Collection: Flammarion jeunesse9782081645295FS

Genre: Recueil de lettres

 THEME PRINCIPAL:  Une jeune fille amoureuse d'un garçon cache cet amour dans un cahier secret.

 Le SUJET : C'est l'histoire de Mathilde, une jeune fille tombée amoureuse du frère de sa meilleure amie. Tout l'éloignait de lui, il était beaucoup plus âgé qu'elle et surtout lui n'était pas amoureux d'elle. Il ne savait point qu’elle l’aimait, d'ailleurs personne ne le savait. Mathilde était bien consciente que rien ne se passerait entre elle et Nicolas, mais elle espérait encore et encore. Elle confiait tous ses malheurs, ses peines, ses joies, et ses souvenirs à ce cahier. Il représentait son histoire, sa vie mais surtout ce qu'elle ressentait. Ces textes qu'elle écrivait chaque jour, étaient sous forme de lettres qu'elle écrivait à son bien aimé mais qu'il ne recevra sans doute jamais. Ces pensées étaient toujours tournées vers Nicolas et cela lui faisait énormément de mal.

Va-t-elle un jour oser lui avouer cet amour ? Ou alors tourner la page sur ce garçon qui la hante ? Il n'y a que son cœur qui peut nous répondre. Mais va-t-il continuer de battre ?

 PASSAGES REMARQUABLE:

 « Oh, Nicolas, pourquoi les choses étaient-elles si simples, autrefois ? On se rencontrait, on s'aimait, on se mariait. Oui, je sais. Même si l'histoire de mes grands-parents est véridique, elle est sans doute exceptionnelle. Et les chagrins d'amour ont toujours existé, les romans de tous les temps en sont pleins. Ce que je vis, finalement, c'est d'une telle banalité ! Ce serait si bon de pouvoir poser toute cette souffrance quelque part, comme on se débarrasse d'un sac trop lourd, et de n'y plus penser...

Mais voilà, je ne peux pas cesser d'y penser. Je me rejoue indéfiniment la scène des trois sucres dans la tasse de thé. Et je lui invente une suite. J'en ai au moins dix versions. Veux-tu que je te les raconte ? » page 51

 

COMMENTAIRES PERSONNEL:  J'aime beaucoup ce livre, je le trouve très réaliste, il ne fait pas partie de ces livres trop idéalistes, imaginaires ou virtuels Je n'aime pas le genre d’histoire qui tourne autour des contes de fées ou autre. Je préfère les textes qui concernent la vie d'aujourd'hui,  ce qu'il se passe en réalité, ce qui est possible, existant, authentique et vrai. L'histoire de Mathilde est très touchante, en lisant ce recueil nous aimerions l'assister et lui remonter le moral, nous sommes obligés d’espérer pour elle que Nicolas tomber sous son charme. On se plonge très vite dans l'histoire et on prend presque la place du personnage.  

Emma S, 4C, 11/10/2012

barre46

Titre : Lettres secrètes

Auteur : Marie-Hélène Delval

Edition : Castor poche Flammarion, 1999

Thème principal : Des lettres qui ne seront jamais envoyées au destinataire.

Résumé. C’est Mathilde qui est amoureuse de Nicolas, le grand frère de Marie sa meilleure amie, elle l’aime secrètement. Elle lui écrit des lettres, qu’elle lui enverra jamais car il a déjà une petite-amie, Magalie. Elle pense toujours à lui, elle a même changer de sport car elle faisait de la danse mais comme Nicolas a une passion, l’équitation, elle a changé pour se sentir plus "près" de lui. Elle a même "volé" une photo de lui dans le placard de Marie quand elle était chez elle. Mais après une semaine chez ses grands-parents, Mathilde a décidé de se reprendre en main.

Le passage que je trouve remarquable est à la page 47 " L’histoire d’amour entre Clémence et Adrien, on me l’a souvent racontée. Je ne me lasse pas de l’entendre"

Jugement critique personnel : Je vous conseille ce livre car il est très intéressant, on comprend ce que c’est l’amour secret et comment ça peut être douloureux.

Laetitia  B, 4A, 26/10/2012

barre46

Titre : Lettres secrètes

Edition : Flammarion jeunesse

Auteur : Marie-Hélène DELVAL

Genre : Roman

Thèmes principaux : Amour secret, espérance

 Résumé :  Mathilde, 15 ans est une adolescente, amoureuse de Nicolas, le frère de sa meilleure amie, Marie.

Elle a écrit des lettres à son amoureux sans les lui envoyer.

Nicolas a sept ou huit ans de plus qu’elle mais cela ne la dérange pas. Ce qui la dérange le plus, c’est qu’il a déjà une copine, Magalie, jugée trop grosse d’après Mathilde.

Mathilde était devenue folle de Nicolas, pendant plus d’un mois elle en était malheureuse, c’est

quand elle a compris que cela ne servait à rien de penser à lui, elle devenue beaucoup plus heureuse.

Elle est devenue plus mature, joyeuse et plus dynamique.

Je conseille ce livre (aux filles) car il est très facile à lire et il raconte l’histoire d’une adolescente amoureuse.

 Mélissa S,4èmeA octobre 2013

Partager cet article
Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 16:22

L'auteur du livre Pauline se nomme Alexandre Dumas. C'est un écrivain français né le 24 juillet 1802 à Villers-Cotterêts et mort le 5 décembre 1870 à Puys, près de Dieppe.

Le livre Pauline a été publié en 1838. Je l'ai lu en édition Flammarion, collection: Etonnants classiques 794110_2898567.jpg

Il appartient à mouvement littéraire et culturel du XIXe siècle, le romantisme.

Le genre du livre est dramatique car le personnage principal décède à la fin du livre ; c'est aussi un roman d'aventure.

 

Personnages du roman:

-Pauline de Meulien est l'héroïne et c'est une jeune fille quelque peu naïve, et également amoureuse du comte.

-Horace de Beuzeval est un jeune aristocrate qui aime la chasse, le tir, l’escrime, l’équitation et le jeu (bien qu’il arrête de jouer dès son mariage avec Pauline)

-Alfred de Nerval est le confident et le protecteur de Pauline, elle le considère comme son frère, c'est un jeune aristocrate d’une vingtaine d’années qui n'a que comme raison de vie Pauline.

 

Le sujet :

Tout d'abord, le livre Pauline est un roman qui raconte l'histoire d'un amour indicible et impossible. Pauline est l'héroïne de ce roman, elle est mariée à Horace de Beuzeval. Au fil du temps elle découvre que son mari est un brigant. Quand celui-ci l'apprend, il ne veut pas que Pauline révèle son secret. Horace la séquestre dans un lieu isolé dans le but de la faire mourir!

On apprend que Alfred de Nerval, est secrètement amoureux de Pauline depuis toujours. Il sauve Pauline de l’enfermement pensant que sa mort était assurée, elle boit le poison déposé auprès d’elle par son mari, au cas où elle voudrait abréger ses souffrances. Pauline meurt malgré les soins. Par la suite, Alfred de Nerval lui témoigne son amour et accepte de se faire passer pour son frère afin de ne pas risquer une seconde fois que Pauline se fasse tuer.

Le texte possède un registre courant et soutenu. Dans le roman on remarque qu'il y a des descriptions assez précises des personnages , le comportement, le physique... Ce livre a un niveau de langue courant et soutenu, d'ailleursil y a quelques mots dont la signification paraît en fin de page. Le rythme de narration du livre Pauline est effréné.


Avis personnel: Le livre est intéressant avec l'histoire d'une histoire d'un amour impossible. Pour ma part, le rythme du récit est un peu trop éffrené à mon goût.

 Sami D. 2nd2.30/05/12

utlign1

Pauline est un roman écrit par Alexandre Dumas, née le 24 juillet 1802 et mort le 5 décembre 1870. Le livre est paru pour la première fois en 1838. Ce livre est dans la collection Étonnants Classiques et aux éditions Flammarion. On peut rattacher ce roman d'aventure au romantisme.

 

Ce roman raconte l'histoire de Pauline de Meulien qui un jour rencontre un homme nommé Horace de Beuzeval au cours d'une chasse. Elle se retrouve mariée avec lui et se pose des questions sur les étranges habitudes de son mari et de ses deux amis. Un jour, Horace s'en va avec ses deux amis en Normandie et demande à Pauline de rester chez eux. Les journaux parlant de la grande présence de bandits là-bas, Pauline décide de partir rejoindre son époux qui apprécie peu cette surprise. Il s'absente alors pour deux jours. Pauline découvre un passage secret et finit par découvrir que son mari et ses deux amis sont des bandits recherchés. Elle assiste au meurtre d'une jeune Anglaise et son mari l'enferme dans le cachot d'une abbaye. Entre-temps, un ancien amour de Pauline, Alfred de Nevar, pris dans une tempête de mer, s'échoue près de l'abbaye et finit par délivrer Pauline, mourante. Il l'emmène alors en Angleterre et la soigne. Un jour, Alfred reçoit une lettre de sa mère qui lui annonce  les fiançailles de sa sœur avec Horace. Il se rend  alors à Paris, défie Horace et le tue en duel. Le couple se rend en Suisse et en Italie, pour soigner Pauline. Malheureusement, Pauline, dans un dernier soupir, jure à Alfred un amour éternel puis meurt.

 

Le livre est écrit dans un registre tragique. Il y a très peu de discours mais un niveau de langue courant.

 

« Personne n'ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible et matérialisé »

 

Le texte étant essentiellement du récit, les adolescents seront moins attirés par ce livre. Mais pour ceux qui aiment ce genre de roman, c'est un livre à ne pas manquer.

Gabriel B, 2nde 2, 30/05/12

utlign1

Alexandre Dumas est né le 24 juillet 1802, à Villers-Cotterêts (Aisne) et mort le 5 décembre 1870 à Puys, près de Dieppe (Seine-Maritime), est un écrivain français qui a écrit « Pauline »  qui est son premier roman,  paru en 1838. Mais celui-ci restera bien moins connu que « Les Trois Mousquetaires » et bien d’autres. Le roman est paru dans l'édition de Laure Humeau-Sermage, chez GF Étonnants classiques et dans la collection Folio. Nous pouvons rattacher l’œuvre au romantisme. Pauline est du genre roman historique.

Pauline est une histoire qui commence en 1834, où Alexandre Dumas auteur et narrateur du livre retrouve un vieil ami, qui se prénomme Alfred de Nerval. Celui-ci lui racontera l’histoire de Pauline décédée un an auparavant.

Alfred de Nerval, ancien amoureux silencieux de Pauline se trouve, par hasard, pris dans une tempête en mer et s'échoue tout près de l'abbaye de Grand Près, en Normandie. Il apprend le décès de Pauline et réalise, se glissant à son chevet, qu'il ne s'agit pas d'elle, mais d'une autre femme, inconnue.
À la nuit tombée, il se rend à l'abbaye et parvient à un cachot où il retrouve Pauline, presque morte… Il la sauve et s'enfuit avec elle en Angleterre, où il prend soin d'elle comme un frère.
Pauline décide de lui raconter « ce terrible secret ». Elle lui narre, tout d'abord, sa première rencontre avec Horace de Beuzeval, son futur mari ; il a sauvé la vie de Paul, au cours d'une chasse. Pauline revit encore le comte à plusieurs reprises : Au bal chez la comtesse M. à Paris et lorsqu'elle a voulu fuir Paris et retourner à la campagne… Il lui a clairement fait comprendre qu'elle l'aimait et que cet amour était réciproque. Ils se marièrent donc à Luciennes, en novembre, mais Pauline n'éprouvait qu'un sentiment de respect mêlé de crainte pour Horace. Le 27 août, il annonce à celle-ci qu'il doit s'absenter deux voire trois mois afin d'aller chasser en Normandie en compagnie de ses amis. Après quelque temps, elle décide d'aller rejoindre son époux… qui n'apprécie guère la surprise et s'absente aussitôt pour deux jours. Elle vit alors des moments de terreur, ose emprunter un passage secret dans la bibliothèque et découvre que son mari et ses compagnons sont les bandits recherchés… De peur qu'elle ne dénonce les coupables, son mari l'enferme dans le cachot d'une abbaye… lui offrant la liberté de mourir lentement d'inanition ou rapidement, tuée par le poison qu'il lui laisse. Alfred est ensuite venu la sauver. Ils fréquentaient un médecin de Londres qui fit remarquer à Alfred l'état de Pauline. Pauline décida de partir tout l'été en Ecosse. Ce voyage fut bénéfique pour la jeune femme. Ainsi passent quelques mois où Pauline tenta de recouvrer sa santé. Un jour, Alfred reçoit une lettre de sa mère lui annonçant les fiançailles de sa sœur, Gabrielle, avec Horace. Aussitôt, il se rend à Paris et défie Horace qu'il tue en duel. Pauline, apprenant la nouvelle par les journaux, retombe dans ses souffrances. Le couple se rend en Suisse et en Italie, pour permettre à Pauline de se soigner. Hélas Pauline, dans un dernier soupir, jure à Alfred un amour éternel et décède. La volonté de Pauline fut respectée : elle dort dans un de ces jardins à Sesto Calende, au milieu du parfum des orangers et sous l'ombrage des myrtes et des lauriers roses.

Personnage :

Avant sa rencontre avec le comte, Pauline de Meulien est une jeune fille quelque peu naïve, mais à l’esprit vif. son caractère évolue rapidement dès qu’Horace apparaît : elle parvient à se forger un avis plus subjectif sur le monde, bien qu’elle n’arrive pas à se détacher de l’avis des autres, notamment en ce qui concerne son amour pour le comte.

Horace de Beuzeval est un personnage trouble, mystérieux, ambigu, insaisissable et équivoque. Dans l’œuvre nous pouvons connaitre la vrai personnage de Horace à travers le regard de Pauline. Ce qui peut nous montrer cette vraie facette c’est aussi l’étrangeté du personnage, car il y a une présence habituelle d’un passé sombre, et on découvre au fur et à mesure de l’histoire que c’est un manipulateur. De  plus l’absence d’émotions renforce son étrangeté. Par ailleurs, des bruits courent sur son existence mystérieuse.

Alfred de Nerval  est le protecteur de Pauline, son confident. C’est un jeune aristocrate d’une vingtaine d’année, il est courageux. Sa seule raison de vivre c’est Pauline.

Kevin D, 2nde 2, 12 juin 2012

utlign1http://blog.crdp-versailles.fr/catablog2evariste/index.php/post/23/02/2009/Correction-du-contr%C3%B4le-sur-Pauline

Félicie LQ, 2nde 2, 12 juin 2012

utlign1

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs