Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 20:09
L'auteur de ce roman édité dans la revue Je Bouquine n° 277 est Gudule, l'illustrateur est Yann Tisseron.
Pink et Lola vont partir seules passer deux jours à Bruges. Elles sont très heureuses de partir mais elles ne savent pas ce qui les attend : elles ne vont pas être déçues du voyage car cette ville est pleine de mystère.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 19:53

Titre : C'était mon oncle !

auteur : Yves Grevet

Editeur: Syros
Collection: Tempo

Illustrateur : Tomas Zarachowicz

Je n'ai pas vraiment aimé ce livre car il parle d'un meurtre et c'est un roman policier or, moi, je n'aime pas ce genre de romans.
J'ai juste aimé un peu le début quand le héros, Noé, est dans le salon avec ses parents.
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 19:34

                                           Titre : La loi du retour, II, L'hôtel du retour 

Auteur : Claude Gutman           
Collection : Pages blanches, Folio Junior 
Editeur : Gallimard
Illustrateur(s) de couverture : Yan Nascimbene       

Les personnages principaux sont David Grunbaum, Monsieur Rigal, Monsieur Legendre, Pimpin (son vrai prénom est Maurice), Mme Bianchotti, M. Rosenberg.

Au début du roman, je ne comprenais pas grand chose : l'histoire était ennuyeuse. Petit à petit, cela devenait de plus en plus intéressant.
Le héros de cette histoire est David, un jeune de quinze ans. L'histoire se déroule au cours de la seconde guerre mondiale, il y a des nazis, la gestapo.
La fin de l'histoire m'a déçue car le héros avait été arraché à ses parents mais il pensait toujours qu'ils étaient encore en vie et en fait, ils étaient morts dans un camp de concentration. Je trouve que l'histoire s'est terminé étrangement.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 15:39

Titre : Compagnons

Auteur : Louis Guilloux

Edition du Centenaire


Ce livre raconte l'histoire d'un homme qui accompagne un malade en s'occupant de lui d'abord à son domicile, puis à l'hôpital, jusqu'à sa mort.

Ce livre ne m'a pas vraiment plu car je le trouve lent et répétitif.


Voici un article d'archives Ouest-France qui présente l'auteur et le livre :

http://www.ouest-france.fr/2004/01/07/rennes/Louis-Guilloux-compagnon-de-voeux-42272702.html



Louis Guilloux, compagnon de voeux - Rennes
mercredi 07 janvier 2004
Louis Guilloux est d'abord le nom d'un grand écrivain avant d'être celui d'un lycée. Il a notamment écrit « Compagnons », récit sur la fraternité et la dignité ouvrières, réédité grâce notamment à la Ville de Rennes.

Une nouvelle de l'écrivain rééditée aux frais de la Ville à 4 000 exemplaires


En lien avec la société des Amis de Louis Guilloux, la Ville de Rennes a fait rééditer à 4 000 exemplaires « Compagnons », une magnifique nouvelle de 60 pages de l'écrivain briochin (1899-1980). Ce petit ouvrage dédié à la fraternité ouvrière, préfacé par Albert Camus, est offert lors des voeux du maire à l'hôtel de ville.

Combien de lycéens de l'établissement scolaire Louis-Guilloux (Beaulieu) savent que leur bahut porte le nom d'un des plus grands écrivains français du 20 e siècle, né et mort à Saint-Brieuc ? L'initiative, prise par la société des Amis de Louis Guilloux, présidée par Paul Chaslin, de faire financer par des collectivités locales de Bretagne et Pays de Loire, la réédition, aux éditions du Centenaire, de « Compagnons », permet de redonner un coup de projecteur sur l'auteur du « Pain des rêves » et du « Sang Noir ». Car la Ville de Rennes a choisi pour sa part d'en acquérir 4 000 exemplaires, distribués lors des voeux du maire.

Fils d'artisans-cordonniers de Saint-Brieuc, Louis Guilloux a d'abord été traducteur avant de devenir un écrivain reconnu, partageant sa vie entre Saint-Brieuc et Paris, où il côtoie Jean Grenier, Albert Camus, Jean Guéhenno etc. Du côté des pauvres et des exclus, homme de convictions, proche un temps des communistes, Louis Guilloux a puisé dans la tradition ouvrière l'inspiration de ses romans. « La Maison du Peuple » en 1927 est son premier grand chef-d'oeuvre. Puis ce sont, entre autres, « Angelina » en 1934, « Le Sang Noir » (1935) qui loupe de peu le Goncourt, « Le Pain des rêves » (1942) ; le « Jeu de Patience » (1949, prix Renaudot), « Salido » suivi de « Ok Joe » (1976). Sans oublier les fameux « Carnets ».

« Ne flatte, ni ne méprise »

Publié en 1931, « Compagnons » est moins connu mais pour ceux qui aiment Louis Guilloux, comme Paul Chaslin, « c'est un petit chef-d'oeuvre ». Cette nouvelle raconte l'histoire de trois compagnons maçons qui doivent vivre la mort, par maladie, de l'un d'entre eux. La beauté de ce texte réside dans sa belle simplicité et dans son thème : la fraternité ouvrière. Saluant en Louis Guilloux l'écrivain qui sait parler de la douleur, Albert Camus écrit dans la préface de « Compagnons » : « J'admire et j'aime l'oeuvre de Louis Guilloux qui ne flatte ni ne méprise le peuple dont il parle et qui lui restitue la seule grandeur qu'on ne puisse lui arracher, celle de la vérité ». Pour Romain Rolland « Compagnons » est « un beau récit, sobre et juste, viril et tendre ».

Dans sa biographie consacrée à Louis Guilloux (Coop Breizh), Yves Loisel raconte qu'après la parution de ce livre, Louis Guilloux est étiqueté comme « écrivain prolétarien ». Il s'en défend ainsi : « Mais les hommes que j'ai voulu peindre ne sont pas d'abord des prolétaires. Ils sont avant tout des hommes [...]. Il n'y a qu'une expérience, la même pour tous : l'Amour. »

Éric CHOPIN.



Partager cet article
Repost0
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 12:21
L'Homme qui plantait les arbres est une nouvelle écrite pour Jean Giono. Elle raconte la vie d'un homme de cinquante ans qui plantait les arbres, il s'appelle Elzéard Bouffier.
J'ai beaucoup aimé ce livre, il est très intéressant.



Vous pouvez lire la nouvelle en la téléchargeant ici.
Et on peut ici entendre l'acteur Philippe Noiret lire le texte de Giono, tout en regardant cette  animation en deux parties :












Partager cet article
Repost0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 18:47
Ce livre est écrit sous la forme d'un journal intime qui raconte la vie quotidienne d'une jeune fille de quinze ans nommée Doria. Il est très passionnant à lire, une fois qu'on l'a commencé, on ne peut plus s'arrêter, on a envie de savoir la suite. Il est aussi très facile à lire.

Informations [pratiques] données sur http://www.evene.fr/livres/livre/faiza-guene-kiffe-kiffe-demain-11229.php :

A partir de 14 ans, Nombre de pages : 193 pages 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs