Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 09:47


Auteur : Claire Mazard

Titre : L.O.L.A

Edition du Père Castor9782081646759.jpg

Genre : récit de vie

Thème principal : Lola, une fille de treize ans, reçoit des lettres d'une personne qu'elle ne connaît pas mais qui a déécidé de faire d'elle sa confidente et c'est comme ça que Lola va découvrir la vie de cet inconnu.

Résumé : Lola, une jeune adolescente, et Medhi, son meilleur ami, se mettent à la recherche du mystérieux inconnu qui envoie des lettres en cachette à Lola, sans les signer.

L'inconnu a choisi Lola car il voulait lui confier une mission, à elle et pas à une autre personne car Lola et son demi-frère Jérôme _demi-frère que Lola n'arrive pas à accepter_ lui font penser à lui-même avec sa cousine. Sa cousine était devenue sa soeur après la mort de ses parents et il se rappelle combien il l'avait fait souffrir. Désormais, il s'en veut, il aimerait pouvoir s'excuser mais il va bientôt mourir et c'est pour cela qu'il charge Lola de cette mission.

Extrait choisi :

Jérôme : -Je t'aime pas Lola, quand tu parles comme ça.

Lola : - Eh bien, moi non plus je t'aime pas.

Medhi : - Laisse tomber, Lola. Je mets des hamburgers au micro-onde ?

Lola : - Si ça t'éclate de jouer les garde-mioches !

Tous les mercredis après-midi, même galère : se coltiner Jérôme, trois ans, fils de Michel, le nouveau compagnon de ma mère.

Jérôme : -Et mon dessert, Lola ?

Lola : Allez, à la sieste !

Lola : -Ouf, deux heures avant de se replonger dans l'enfer "jérémien" du mercredi : "Je veux aller au parc, je veux aller ..., je veux", ras le bol du morveux !"

Jugement personnel : J'ai bien aimé ce livre car il montre comment des personnes peuvent se détester et ensuite se regretter, je trouve cette histoire émouvante.

Marie-Reine L, 4C, 15/10/2012

 dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

 

Titre : L.O.L.A

Auteur : Claire Mazard

Illustrateur : Marie Diaz

Editeur : Père Castor Flammarion

Collection. Castor poche

J'ai beaucoup aimé ce livre car il y a du suspense et que l'auteur de la lettre vit la même histoire que l' héroïne, Lola : leurs parents ont divorcé.

Voici un passage significatif , extrait de la première lettre que reçoit Lola d'une personne inconnue :

'Lola,

Tu ne me connais pas, je ne te connais pas vraiment non plus et ma démarche va te paraître curieuse, un peu folle, irréelle. J'ai une maladie, il est trop tard pour en guérir et je vais bientôt mourir"

Marie, 5B, 21/11/2008

dyn005 original 333 79 gif 9088acd107a2d031b8ed3a052b4d8f9

 

Plouvara, le 6 février 2016.

 

Chère auteure,

Je vous écris pour vous parler de votre livre.

Le passage qui m'a touchée c'est quand l'inconnu parle dans ses lettres de la mort de sa maman parce qu'à ce moment-là il se rend compte de ses erreurs. Ce qui m'a déçue c'est comment Lola se comporte avec son demi-frère, qu'elle traite comme un «morveux». Je n'ai pas été déroutée par l'intrigue, je n'aurais rien changé, la fin du livre m'a plu. Les personnages ont des réactions réalistes,Lola a un comportement méchant avec son demi-frère, Mehdi soutient beaucoup Lola, il est toujours là pour elle. Les personnages posent beaucoup de doutes.

Je suis vite rentrée dans l'histoire, je me sentais à la place de Lola comme si j'étais elle. Le livre est agréable à lire, il n'est pas écrit trop petit ni trop gros, le vocabulaire n'est pas trop compliqué.

Merci beaucoup de m'avoir fait découvrir cette jolie histoire.

Romane G

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 17:23

titre du livre : Lettres d’amour de 0 à 10amour.jpg

auteur : Susie MORGENSTERN

maison d'édition :Neuf de L'école des loisirs

résumé du livre :Ernest est un jeune homme de 10 ans qui n’a plus de parents car sa mère est morte le jour de sa naissance et son père, de douleur, est parti. Ernest cohabite avec sa grand- mère, Précieuse, qui est très monotone et régulière. Quand Victoire arrive dans sa vie, elle provoque une tornade de bonheur et de nouvautés. Elle va tout changer dans la vie d'Ernest...

L'extrait qui m'a le plus plu : « Elle l’attendait quand il ressortit. Ernest marchait d'un pas déterminé comme si Victoire n'était pas là. Pour bien lui faire sentir sa présence, elle lui prit le bras et l’interrogea : « Ça fait longtemps que tu habites ici ? »

Ernest hocha la tête .

« Tu ne manges jamais à cantine ? »

Il fit non de le tête.

« Tu as des frères et sœurs ? »

Sa tête bascula de gauche à droite.

« Tes parents sont ils sévères ? »

Peu importait à Victoire qu’Ernest réponde ou pas à son interrogatoire, elle avait assez de conversation pour deux . « Mes parents sont très sévères:on n'a pas le droit de regarder la télé avant d’avoir fini ses devoirs. Quelle est ton émission préférée? Quel est ton plat préféré? Qui est ton chanteur préféré? Qu'est ce que tu fais comme activité le mercredi? Moi c'est piano et piscine. Où allez vous en vacances? Est ce que tu fais une collection?  Moi c’est les papiers métalliques des tablettes de chocolats. As-tu visité un pays étranger ? Tes parents te permettent-ils d’aller à des boums ? »

 Pourquoi je préfère cet extrait : J'ai préféré cet extrait car de voir Victoire poser des questions sans cesse et ne pas avoir de réponses doit l'énerver alors que Ernest est tout à fait le contraire de Victoire.

 pourquoi je conseille ou ne conseille pas ce livre : Je conseille ce livre pour ceux qui aiment lire car il est long, il est très bien écrit et l'histoire est très intéressante.

 Julie M, 4C, 14/10/2012 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 17:11

Titre : Lettres à une disparue

lettre-a-une-disparue1-203x300--1--copie-1.gif

Auteur : Véronique Massenot

Source : CDI

Genre : Ce livre, composé de lettres, est réaliste.

Le sujet : Ce livre nous parle d’une mère séparée de sa fille portée disparue, victime de la barbarie dans un pays soumis à la dictature. Celle-ci contient ses émotions en écrivant à sa fille de façon je pense à supporter l’insupportable. 

Ce livre ayant beaucoup de suspense nous apprendra par la suite que sa fille Nina est vivante.

Avis personnel et général de la lecture :

Ce livre est passionnant. C’est un livre vivant dont on ne se lasse pas tellement son contenu est poignant.

Emilie H, 4C, 08/10/2012

 

 

utlign9

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES :

 Véronique Massenot

 Lettre à une disparue

 Date : Non indiquée ;

 Editeur : Le Livre de Poche Jeunesse ;

 Collection : Contemporain_ Collège

 Genre :  Contemporain

 Thème principal : Une mère écrit à sa fille, qui est portée disparue.

 Le sujet : L’histoire se passe en Amérique latine. Ce livre parle de  Mélina, la mère qui écrit à sa fille, Paloma qui est “ portée disparue “. Paloma a été enlevée par des militaires. Au bout de quatre ans, Mélina décide d’écrire pour exprimer sa douleur et son amour, pour recréer un lien avec Paloma. Mais Paloma ne répond pas.

Puis un jour, on apprend que Nina, la fille de Paloma serait vivante…

 

Choix d'un passage remarquable : Dans ce livre, mon passage préféré a été :

« Huit ans.

   Huit ans, petite colombe, qu’ils t’ont assassinée.

    Huit ans de désespoir, huit ans de dignité

    Huit ans, cent ans, mille ans.

     Mille ans d’impunité.

    Tu n’as plus de pays que celui de mon cœur.»

      J’ai aimé ce passage car je le trouve émouvant. C’est la dernière lettre qu’adresse Mélina à Paloma. Puis après, Mélina décède et c’est Nina qui écrit une lettre qui sera la dernière du livre à Paloma.

Jugement critique personnel : Moi qui n’aime pas lire j’ai adoré ce livre. Je vous le conseille fortement car il émouvant et accrochant. J’ai adoré.

Mathis LB, 4A, 11/10/2012

utlign9

Titre : Lettres à une disparue

Auteur : Véronique Massenot

Editeur : Hachette jeunesse, 1998

Genre : roman épistolaire

Thème principal : lettres d'une mère à sa fille  

Le sujet : C'est l'histoire de Melina qui écrit des lettres à sa fille Paloma. Celle-ci a disparu avec son mari et sa fille depuis 6 ans et Melina pense qu'ils ont été enlevés. En effet, cette histoire se déroule dans un pays soumis à la dictature. Maintenant, Melina pense avoir retrouvé la trace de sa petite-fille et elle fait tout pour la récupérer.  

Passage choisi : p. 56 "Sur ton lit, une poupée. Les bras tendus, les joues dorées, qui semblait m'accueillir. Et j'ai revu Nina, dans le jardin, passant des heures à la coiffer, la faire manger, la promener dans sa voiture d'enfant. Elle était là, debout, à l'arrêt d'autobus. J'ai traversé la place. Nous nous sommes observées. Face à face. J'ai ouvert mon grand sac. "Tiens, Nina, ta poupée." Très lentement, la fillette a tendu le bras, saisi le jouet. Longuement l'a dévisagée, lui caressant les cheveux et les joues. Et sans me regarder, sans prononcer un mot, s'est enfuie en courant."

Remarque sur ce passage : J'ai choisi ce passage car, avec cette poupée qui était à sa fille, puis à sa petite fille, Melina pense pouvoir renouer des liens avec Nina. Malheureusement la petite fille part en courant et cela annonce que les retrouvailles familiales ne seront pas faciles.

Jugement personnel : J'ai bien aimé ce livre. Je l'ai lu rapidement, il est assez facile à comprendre. L'histoire est intéressante : on apprend des choses sur les pays soumis à la dictature, les arrestations, les violences. C'est aussi émouvant.  

Bleuenn, 5C, mars 2013 

utlign9-copie-1


Les personnages de ce livre sont une mère et sa fille disparue, Pamola ( pg 9 et 17) Mon personnage préféré est la mère car elle fait tout pour chercher sa fille. Ce personnage se préoccupe de raconter  l’histoire de son pays et sa recherche du passé. (pg 15,16,17,18,20…) (pg 37…)

Je n’ai jamais rencontré ce type de personnage auparavant. L’auteur a créé des personnages secondaires dans le but de dire que ce n’est pas un personnage qui a été enlevé mais plusieurs.

L’auteur a créé du suspense en faisant sorte que Pamola n’écrive pas à sa mère et en créant une surprise à la fin.

Il divise le livre en huit lettres suivant les recherches du personnage. L’auteur met dans ses lettres des anecdotes. Mais l’élément le plus important du livre est justement la recherche de Pamola. Je ne sais pas pourquoi ce livre se termine de cette façon : Pamola  a-elle bien reçu ces lettres ? L’auteur essaye sûrement de nous dire qu’il faut aimer la famille.

Si je rencontrais l’auteur, je lui demanderais pourquoi elle n’a pas choisi un pays précis pour situer  l’histoire.

  

Bastian, 4A, octobre 2013 

utlign9-copie-1

                                                                                    Jeudi 4 février 2016, à Plaintel

 

                Chère auteure,

 

             Je vous écris aujourd’hui pour vous donner mes impressions à propos de l’histoire que vous avez écrite.

                Vos personnages étaient très faciles à comprendre et l’on se met facilement dans leur peau. J’ai apprécié tous les personnages de l’histoire mais plus particulièrement : Mélina, Lélia et Pablo. J’ai beaucoup aimé le courage et la détermination du personnage principal de votre histoire, Mélina, qui n’a pas baissé les bras et a fini par retrouver sa petite fille. Il y avait également Lélia qui a beaucoup aidé  Paloma dans la recherche de sa petite fille et lui a transmis sa force et son espoir dans sa quête et le mari de Mélina qui a été le premier à croire qu’ils pourraient retrouver leur petite fille.

                J’aurais, par contre, préféré une autre fin, plus joyeuse. Votre histoire a une fin tragique, puisque Paloma meurt. J’aurais aimé la voir heureuse plus longtemps aux côtés de sa petite fille, Nina, dont elle venait juste de se rapprocher et d’acquérir la confiance et de son mari, Pablo, avec qui elle avait traversé toutes les épreuves : de la guerre à l’enlèvement de leur fille et de leur petite fille. J’aurais aussi préféré que Paloma donne quelques signes de vie, et réapparaisse après sa disparition pour qu’elle puisse revoir sa fille et continuer la vie qu’elle avait avec elle avant qu’elles ne soient séparées.

               J’ai beaucoup aimé votre style d’écriture. L’histoire était très facile à lire et à comprendre, le vocabulaire était très accessible car vous n’employiez pas de mots trop compliqués. L’histoire était de la bonne longueur : ni trop longue ni trop courte. J’ai tout de suite aimé le sujet du livre qui parle de la vie d’une famille et qui pourrait très bien être une histoire vraie, et le fait que l’histoire se passait après une guerre violente rendait l’histoire encore plus réaliste. C’était un livre très agréable à lire. Le moment que j’ai préféré c’est l’épilogue pendant lequel la petite fille de Mélina écrit à son tour à sa mère après la mort de sa grand-mère.

               Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cette lettre qui contient mes impressions sur votre histoire, mes plus sincères salutations.

                                                                                                                      

                                                                                                                       Evaelle.

utlign9

Dans un pays soumis à la dictature.                                

        

         Chère Paloma,

         Ma tendre fille, toi qui es partie si tôt en laissant ta fille seule avec son père.

       Si tu me voyais Paloma…Depuis quatre ans, je me suis laissé vaincre. Par le temps passé à t’attendre, par l’espoir sans cesse déçu, par la tristesse et le découragement. Au début, je ne voulais pas croire à ta « disparition ». Je pensais : « Ils l’ont enlevée, interrogée, mais comme elle refuse de parler, ils la gardent en prison ».     

        Ne t’en fais pas ma fille, ton mari et moi-même sommes en train de nous battre contre la justice pour récupérer ta petite Nina adorée.

         Trois semaines ! Trois semaines et ce soir le verdict attendu. Nina nous est « rendue » !

         Je suis tellement fière de t’annoncer cette nouvelle ! Ma fille, ma Paloma, ton enfant est sauvée. Elle grandira parmi les siens et dans la vérité…

          Ma chérie je te remercie pour ta compréhension.

                                                         Maman. 

  1. Le passage qui m’a déçu est le moment où Nina ne parle pas directement à sa grand-mère car celle-ci s’est battue pour elle mais  sa petite- fille ne lui parle pas.
  2. Non je n’ai pas été dérouté par l’intrigue. La fin que j’aurais voulu lire est que Paloma, sa fille revienne dans la famille.
  3. Je trouve que : La mère est triste. Sa petite fille est perdue moralement,                                           elle est désemparée et calme.   
  4. Je me suis un petit peu identifié à la grand-mère car j’aime bien voyager et faire des dessins comme elle.

 

  1. Non je n’aime pas le style de l’auteur car je préfère le roman policier qu’épistolaire. Le livre très souvent répétitif et le vocabulaire est parfois complexe tel « propice aux confidences ».

Pierre-Anne, 4A, 21 février 2015

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 11:19

Octave Mirbeau est l'auteur du Journal d'une femme de chambre et pourtant le film qui en est tiré, avec Jeanne Moreau comme inoubliable héroïne, est bien plus célèbre que le livre et que son auteur. A travers ce livre, j'ai donc découvert, l'auteur et son écriture. Même si selon la 4e de couverture, Mirbeau fut "salué par les plus grands, de TolstoÏ à Apollinaire, en passant par Zola", les quatre nouvelles qui composent ce recueil ne m'ont pas vraiment convaincue :

memoire.jpg

 

"Mémoire pour un avocat" est la plus longue des quatre nouvelles (une cinquantaine de pages), elle se présente comme un "mémoire" envoyé par le narrateur à son avocat afin de l'aider à plaider sa cause dans son divorce. Ce qu'il reproche à son épouse, ce n'est pas une infidélité. En réalité, "sa conduite fut toujours parfaite". Ce qu'il lui reproche c'est au fond d'avoir cessé du jour au lendemain, dès leur mariage, de correspondre  à son idéal féminin de la femme semblable à lui-même en tous points par ses goûts, ses habitudes : "nous aimions les mêmes poètes, les mêmes paysages, la même musique, les mêmes pauvres". Dès leur départ en voyage de noces, Jeanne est devenue insensible, froide, dominatrice, calculatrice, avare et lui-même, a toujours été incapable de lui résister, "car j'abdiquai, tout de suite entre les mains de ma femme", dit-il. Plusieurs mois de fiançailles ne lui avaient pas laissé imaginer le calvaire que serait pour lui une vie conjugale avec Jeanne, il n'avait vu alors que sa beauté et la femme idéale dont il projetait l'image en elle.

Dans "Clothilde et moi" le narrateur est encore le protagoniste principal. Pour profiter de trois mois en tête à tête avec Clothilde, la femme qu'il aime en cachette à Paris dans une relation adultère, il loue une "belle villa" sur la côte anglaise. Clothilde et lui attendent avec enthousiasme ces mois de liberté où ils seraient parfaitement libres de s'aimer. Pourtant, le moment venu, Clothilde arrive avec deux semaines de retard et "trente-trois grosses malles". Elle passe alors tout son temps à installer ses nombreuses toilettes dans la villa qu'elle envahit et qu'elle trouve trop petite et incommode, tant et si bien qu'elle finit par demander à celui qui n'a d'yeux que pour elle de sortir car elle manque de place. 

Dans "Le Pont", le narrateur vient d'épouser "une petite femme rose et blonde, très singulière, vive et charmante petite bestiole qui sautait, de-ci, de-là comme un chevrau dans la luzerne, et babillait, comme un oiseau dans les bois au printemps." Laure était sa "sixième épouse": des cinq autres deux étaient mortes on ne sait pourquoi, trois l'avaient quitté, on ne sait pourquoi. A la fin d'une promenade, Laure propose de prendre un raccourcis et de descendre vers la rivière pour regagner leur maison sur l'autre rive. Le narrateur a beau lui dire que c'est impossible car il n'y a pas de pont, elle s'entête et quand arrivée à la rivière, elle doit se rendre à l'évidence, elle rebrousse chemin, épuisée et fachée, irrémédiablement fachée. "Mon Dieu ! [pense le narrateur, ...], encore une qui m'échappe... Et Pourquoi ? ... Et que se passe-t-il en elle? [...] Déjà Clémence m'avait quitté, parce qu'un soir, en sortant du bal, il avait plu et que sa toilette fut perdue..."

"Veuve" est la dernière nouvelle du recueil : le narrateur est l'ami d'un couple très uni, Lucien et Lucienne. Un jour, il reçoit une lettre de Lucienne qui lui dit "Lucien est mort. Venez tout de suite." Il se précipite, persuadé qu'il y a une erreur, que c'est impossible, il trouve Lucienne en pleurs, Lucien est bien mort. Lucienne est éplorée, si éplorée, qu'elle... tombe dans ses bras.

Ces quatre nouvelles me paraissent finalement très datées : les narrateurs, sans doute très proches de l'auteur, semblent tous souffrir d'une méconnaissance des femmes ce qui les mène tous à la désillusion. Certains sans doute pourraient les taxer de misogynie mais cela me paraît excessif car ces narrateurs sont des êtres falots, sans caractère, prisonniers de leurs a priori. Quant à l'écriture, elle est très dépouillée mais manque un peu de relief à mon goût.

Publié dans la nouvelle collection étonnantiss!me de Flammarion, ce recueil est conçu pour la lecture cursive en 1e.  Il est en effet très facile à lire en lecture cursive.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 23:33
                                                                        
 Acherub 05 couv3duteur : Robert Muchamore
Série : Chérub
Titre : Les survivants (tome 5 de la série qui en compte 13)
Edition : Casterman
 
Les services de renseignements britanniques font appel à Cherub, un service d’agents
 âgés de six à dix-sept ans recueillis et entraînés dans des orphelinats et à leurs contrôleurs de mission pour prouver l’existence d’un lien entre une secte religieuse très importante et le groupe terroriste «Sauver la terre.»
James Adams, jeune adolescent de 14 ans,  un agent de Cherub, part en mission dans un campus de "survivants" en vue de se faire transférer dans une arche. Les "survivants" disent être des anges et pensent que les autres hommes sont des démons.
James grâce à ses résultats très concluants est transféré dans l’arche où il fait connaissance avec Rathbone, un enfant de Q.I. très élevé, fils du gourou qui a créé les survivants.
Mais celui-ci meurt , empoisonné par sa femme et sa mort déclenche une bataille entre démons et survivants. James, averti par son contrôleur de mission, s’enfuit par les égoûts et les forces de l’ordre font arrêter tous les survivants .
 
 
extrait choisi, page 203 :"Gloire à toi seigneur, nous sommes tes anges nés pour te servir.
Protège- nous. Nos âmes sont pures .Nos pensés sont honnêtes.
Nous sommes des chefs. Nous guiderons l’humanité …"
autre extrait représentatif :
" Pourquoi tu fais ça ? gémit James. C'est parce que je suis bleu marine, c'est ça ? Tu sais, tu ne peux pas en vouloir à tout le monde parce que tu n'as pas eu de chance avec tes missions. En tout cas, moi, je ne suis pas responsable.
- Allez, laisse-moi partir, implora James, furieux, en tortillant vainement. Si Takada nous trouve ici à son retour, on risque d'avoir de gros ennuis.
- T'inquiète. Il faut qu'elle aide les gamins à se changer. Ca nous laisse quelques minutes.
-- Quelques minutes pour quoi ?
- Tu vas voir, dit Dana en positionnant son visage à la verticale de celui de James.
Elle gonfla les joues pendant quelques secondes puis entrouvrit les lèvres. Un épais filet de salive s'en échappa et coula lentement sur le visage de son camarade."

J’aime ce livre car il y a de l’action, du suspense. Il est facile à lire et très bien écrit et je vous le conseille à vous, fans des récits d’actions.
Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 21:57

Série : Les évadés du zoo

titre du tome 1 : Signé : Le gang des animaux libres!9782747030144FS-copie-1.gif

Auteur: A. Marx -­‐ B. Pfeiffer

Edition : Bayard poche

Date: 2010

Genre: roman d’aventure

Sujet:

Dans une cage Hamlet, le loup, est mort de peur car il se demande comment il va échapper à Monsieur Leveau. Il veut utiliser sa fourrure pour en faire un manteau. Grâce à son ami il arrive à s’enfuir. Une fois dehors, il rejoint le gang des animaux libres. Mais il n’y a pas à manger et la troupe n’est pas très accueillante. Pourtant face au danger il va découvrir qu’il peut vraiment compter sur ses nouveaux amis.

 

Passage remarquable : "Il bande ses muscles, démarre en trombe,pile net au bord du toit, fait volteface et revient ventre à terre vers ses compagnons.

-­‐ Génial Ah! mes amis, c’est absolument merveilleux !

Puis, devant ses copains ahuris, il renverse la tête en arrière et pousse un long hurlement."

 Commentaire de ce passage :

Ce passage est bien parce que Hamlet reprend confiance en lui avec ses nouveaux compagnons.

Hamlet découvre ce que c’est de vivre en liberté.

 

Jugement personnel : Ce livre est intéressant, il y a du suspense. Hamlet trouve des amis pas très accueillants mais il découvre qu’il peut compter sur eux. Ce qui fait l’histoire passionnante et intéressante c’est que les amis d’Hamlet lui font découvrir la liberté. De plus, ce roman est plein d'imagination. Celle-­‐ci est exprimée par des passages merveilleux. Par  exemple, au retour, ils survolent les toits ….

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 15:54

Indications bibliographiques

Auteur : Marie-Aude Murail9782211092630FS.gif

Illustrations de la couverture : Robert Combas (peintre) 

Titre    : Baby-sitter Blues

Collection : Médium poche

Éditeur: Jean Lamour

Date: 03/1993

Éditions : école des loisirs

 Genre : récit de vie

 Thème principal : quelqu’un qui fait du baby sitting

 Résumé

C’est un garçon qui s’appelle Émilien. Il décide de se lancer dans le baby sitting  pour gagner de l’argent et avoir les mêmes choses que ses copains. Émilien raconte plein de mensonges à plusieurs personnes et une fois il s’est fait attraper par les familles dont il gardait les enfants. Il a gagné suffisamment d’argent pour acheter ce qu’il voulait. Finalement il s’aperçoit qu’il aimerait avoir un frère.

 Choisir un passage remarquable :

Page 12

« Maman se retourna lentement. De temps en temps, quand je la sens en colère, je ne sais pas pourquoi, mais je me recule un peu. Je ne suis pas un môme, pourtant.

On est presque de la même taille maintenant.

-       Si tu as tellement besoin d’argent, me dit-elle doucement, pourquoi est-ce que tu n’en gagnes pas ?

-       Ah non merci ! Cent sous pour vider la poubelle. Tu m’as regardé ?

-       Oui, tu es moche !

-       Si tu te crois belle…

On s’est regardés en plein et on a rigolé parce que, pour la beauté, franchement, on est à égalité.
C’est comme ça ma mère et moi. On s’énerve, on crie, on crie. Tout le monde crain
t le pire, le flot d’injures, la mare de sang, la paire de claques. Pour finir on rigole. »

 

J’ai choisi ce passage parce qu’il y a des réponses drôles.

 

Jugement critique personnel

 

J’ai trouvé le livre drôle : les mensonges qu’il racontait, les réponses au quart de tour. J’ai trouvé ce livre très facile à lire.

utlign1

 

Une présentation complémentaire est disponible sur le site de l'éditeur, voyez là 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 19:52

 L'auteur : Susie Morgenstern

 Titre : L'orpheline dans un arbre9782211079488FS.gif

 Date : Septembre 2005

 Éditeur : École des loisirs

 Collection : Médium

 Genre : humour

 Pages : 209

 Thème principal: C'est l'histoire une jeune fille orpheline qui va faire un grand voyage

 

Résumé :

C'est l'histoire d'une fille nommée Clara-Camille qui vit dans un luxueux orphelinat sur la côte d'azur. Sans aucune famille, mais elle a reçu un héritage qui lui permet de ne manquer de rien, elle vit heureuse avec des camarades dans la même situation. Elle vient de gagner un concours d’écriture, dont le premier prix est un séjour dans une famille californienne. Elle se prend à imaginer sa famille d'accueil : un beau jeune homme, Jeremiah, avec lequel elle correspond, des parents, une sœur ...Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle est accueillie par le «jeune»  homme de 75ans, prénommé Jeremiah . Pensant un instant faire demi-tour, elle décide de continuer quand même l'aventure...           

 

Passage remarquable : p 19                                                                                                                                     

« Finalement, la voiture s'arrête devant un grand portail et nous montons vers ce que papy appelle le ranch. Un long chemin de terre nous conduit a une autre grille. J'imagine que la « vie de famille » se cache là derrière. Je me vois sautant dans les bras de Jeremiah, puis embrassant la mère et le père et la sœur dont il m'a parlé. Mais la maison est résolument noire et déserte. Seul l'occupe un chien gigantesque, qui veut sauter sur moi. J'ai une trouille qui frôle l'angoisse. Si le racisme est une peur de l’autre, je suis raciste envers les animaux. Même envers la vache solitaire, qui erre sur la propriété. Et les  chats ! J'ai carrément une phobie des chats. C'est la terreur. Je n'ai jamais fréquenté d’animaux, autre lacune de mon éducation. »

 

J'ai choisi ce passage car j'ai trouvé que ça expliquait bien l'arrivée de la jeune fille chez sa famille d'accueil en Californie .

 

 Jugement critique personnel : J'ai bien aimé ce livre car il y a de l'aventure.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 21:30

Titre : Le Redoublant        

Auteur : Claire Mazard9782092825884.jpg

Edition : Nathan

Genre : Récit de vie

 

Thème Principal : La naissance de l’amitié entre deux enfants

 Résumé (le sujet) : C’est l’histoire d’un garçon qui s’appelle Sylvestre. Il est solitaire et refuse de dire ce que fait sa mère. Au collège il ne répond à personne, ne sourit jamais. Un jour qu’il était adossé au mur, la bande à Romain s’approche de lui et le coince. Ils lui demandent « Que fait ta mère ? » et il répond « Ma mère, c’est la plus gentille » et tous éclatent de rire et se moquent. Quand la sonnerie  retentit, Sylvestre (le redoublant) donne un gros coup de coude dans l’estomac de Romain, qui rentre chez lui vexé. Il raconte sa mésaventure à sa mère. Elle lui conseille d’être plus gentil et de devenir son ami. Le lendemain, Romain décide de poser quelques questions à Sylvestre. Tout d’un coup, Sylvestre répond : « Moi, je ne t’aime pas, je veux rester en paix. »  Romain décide de devenir son ami. La maîtresse demande à la classe de faire un exposé, elle forme les groupes ; Romain et Sylvestre se retrouvent ensemble. Tous deux sursautent à l’annonce, mais acceptent. Les deux garçons décident de devenir amis et discutent de leur vie. Un jour Romain souhaite dévoiler le secret de Sylvestre à sa mère et au principal. Mais ce jour là, Sylvestre n’est pas à l’école ; alors Romain se met dans tous ses états et se rend au Commissariat des enfants mineurs. L’inspecteur annonce à Romain : « Sylvestre est en danger, nous allons devoir l’enlever de la garde de sa mère car il se fait battre : il est à l’hôpital. » Romain, Nora, Cédric et Flore décident de lui rendre visite. Ils discutent et rient ensemble pendant que Romain essaye de convaincre sa mère pour que Sylvestre vienne vivre à la maison. Lorsque Sylvestre sort de l’hôpital, Romain décide de lui faire un cadeau : il lui offre un écureuil. Sylvestre est hébergé dans un foyer et  tout se passe bien. Une nouvelle tombe : Sylvestre viendra dormir chez Romain tous les week-end et pendant les vacances. Depuis Romain et Sylvestre sont devenus les meilleurs amis du monde.

 

 Passage remarquable, page 81 : Un moment de surprise pour Romain                                                                                                                                                                   

« Romain 

- Oui ?

- Filou et moi avons une grande nouvelle à t’annoncer.                                               

 Ouille, ouille, ouille ! Le ton solennel de Chantal présage la layette, les soirées de baby-  sitter… Coup d’œil à la taille de ma mère. Elle n’a pas grossi. Ils s’y prennent à l’avance pour m’apprendre le petit frère ou la petite sœur.

-Nous ne t’en avons pas parlé plus tôt car nous voulions en être sûrs.

 Prépare-toi à accueillir ….

- Oh ! J’ai compris, un deuxième bébé Chat.

Filou s’étrangle de rire.

-Mais non, s’exclame Chantal. A accueillir …..Sylvestre.

Sylvestre ? Mes yeux sont ronds. Deux vrais calots.

-Mais, je croyais que c’était impossible ….

- Oui. Il ne peut pas venir en permanence avec nous .Mais nous avons fait une demande pour l’accueillir  le week-end et durant les vacances. Nous venons juste d’avoir la réponse. Notre dossier est accepté.

 Quels cachottiers !

Je n’attends pas la suite. Je saute dans leurs bras. »

 

Jugement critique personnel : Personnellement, ce livre m’a intéressé car il met l’accent sur la naissance d’une amitié entre deux garçons, Romain et Sylvestre.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 10:36

 AUTEUR : Marie-Aude Murail

TITRE :Sans sucre, merci 

ÉDITION : L’école des loisirs (1992) 

COLLECTION : medium poche  

THEME PRINCIPAL : Les états d’âmes d’un adolescent passionné de lecture

 

RÉSUMÉ :  C’est l’histoire d’un adolescent nommé Émilien, il a  16 ans il vit avec sa mère célibataire qui est enceinte de 5 mois. Sa mère est pauvre et elle n’a pas un travail fixe mais elle veut lancer une ligne de vêtements pour bébés. Émilien aime lire et à travers ses lectures, il essaie de trouver le bonheur pour sa mère : un mari riche et qui reste à la maison.

La mère d’Émilien accouche à 7 mois : une petite fille qui s’appelle Justine, c’est un bébé prématuré qui est resté quelques mois en couveuse sous perfusion à l’hôpital. Émilien et sa mère sont très angoissés. Mais Justine rentre enfin à la maison car elle pèse 2,5 kg, elle est sauvée.

La mère d’Émilien a trouvé un mari : l’oncle Valentin, Emilien passe sont bac de Français il a eu 10 à l’oral et 15 à l’écrit, il en est fier.

Ils partent tous en vacances en Bretagne, c’est le bonheur retrouvé.

 

PASSAGE REMARQUABLE :9782211082761FS

  « Un jour poussant l’autre, nous sommes arrivés au mois de Juin et j’ai dû passer mon examen de Français. C’était un commentaire de texte à faire sur Baudelaire. J’ai passé mon temps à me demander si le beau était bizarre ou si le bizarre était beau. Il n’était pas question ni de beau ni de bizarre. Je crains le hors sujet. Autre bonne nouvelle, Justine n’a rien trouvé de mieux que de choper un rhume. Dans une couveuse, je te demande un peu, et tout le monde se lave au moins dix fois avant de lui adresser la parole. C’est la princesse au petit pois, ma sœur

 Dans ce  passage du livre, on voit qu’Émilien passe son bac de Français et qu’il est inquiet sur le résultat de son examen.

On voit aussi qu’Émilien s’inquiète pour sa petite sœur qui est un bébé né prématurément et qui a une santé très fragile.

 

JUGEMENT :  J’ai aimé ce livre car il a été facile à lire : écriture simple, pas trop de mots compliqués. Cet écrivain écrit beaucoup pour la jeunesse.

Cette histoire est d’actualité car elle raconte la vie d’un adolescent dans une famille monoparentale avec des problèmes financiers, de solitude et de santé. La fin est plus heureuse car une nouvelle famille se reconstitue. Ce sujet est d’aujourd’hui, j’ai des amis qui sont concernés (divorce de leurs parents) et d’ailleurs ça peut m’arriver.

utlign1

Du même auteur et présenté sur Lirélire, Oh ! Boy, voir ce qu'en disait Brenda en 2008 :

http://aller-plus-loin.over-blog.com/article-23852999.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs