Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 18:03

J'observe que ce texte est écrit par Louis Pergaud, au début du XX eme siècle. Il est écrit en français à l'origine. C'est une nouvelle tirée du recueil Les Rustiques, Nouvelles villageoises.(1921)

Je lis /j'écoute et je pense à des expériences personnelles :quand je jouais au policier et au voleur.


Je comprends que ce texte parle d'un groupe d'enfants qui jouent à des jeux, insouciants du danger, et se font surprendre par la vase. L'action se passe dans une mare à la fin de la nouvelle. Les personnages principaux sont Camus, le Braque, Tintin, Bouleau, Tétas et
Grand Gibus. Ils doivent sauver le Braque de la noyade car il s'est envasé.


Je réagis : j'aime le comportement de le Braque car il a l'air d'être le même que le mien. J'ai compris l'histoire et je suis d'accord avec le comportement des autres garçons.


J’interprète : ce texte est lu pour audiocité.net.
L'auteur veut nous dire que même en jouant il faut toujours se méfier. Il s'y est pris en faisant en sorte qu'un accident se produise. L'idée est facile à percevoir car elle est assez explicite, on ne peut pas se tromper sur le sens de ce texte : c'est un texte qui montre les dangers.

Timoté 4B

J’observe : Ce texte a été écrit par Louis Pergaud en 1921 c’est une nouvelle du recueil Les Rustiques, Nouvelles villageoises. Cette époque est entre les deux grandes guerres du XX e siècle.

Je lis, j’écoute : le mot que j’ai retenu est « entraide »

Je comprends : les personnages sont des jeunes garçons, ils chassent des grenouilles, un d’eux se coince dans la vase en voulant aller chercher la grenouille qu’il a tuée  malgré la mise en garde de ses amis alors tous ensembles ils essayent de le sauver et il réussissent !

L’histoire se passe à coté d’un village sur les berges d’un étang.

Je réagis : j’aime l’histoire, c’est drôle ça me parle car ce genre de mésaventure peut arriver à des enfants comme moi.

J’interprète :ce texte est destiné à tous les publics, il fait rire.

L’auteur veut dire que quand on n’a rien à faire, on fait des bêtises, il veut aussi dire que les amis peuvent nous aider quand on est en danger.

Lucas, 4B

J’observe :

   J’ai écouté un texte qui s’intitule « Un Sauvetage » écrit par Louis Pergaud. Je n’ai pas trouvé d’informations me donnant le moment où il a été écrit  .je pense que d’après mes recherches personnelles ce texte a été écrit en français étant donné que l’auteur est d’origine française. Ce texte appartient au genre de la nouvelle.

Je lis\j’écoute

   En écoutant ce texte je pense à différentes images et bien sûr à différents sons

Je comprends

Ce texte parle de six amis qui jouaient ensemble (courir). Ils se retrouvent près d’un lac où ils avaient tous interdiction d’aller jouer. Ils se mettent à chasser des grenouilles et réussissent même  à en tuer une, mais celle-ci étant imprenable, Lebrac se met à l’eau pour la récupérer. Après quelques pas dans l’eau, Lebrac s’enfonce peu à peu. Il est prêt à se noyer lorsque les cinq autres enfants réussissent à le sortir de l’eau.                                                                                              

  Dans cette histoire il y a de l’action, elle se passe principalement dans un petit village mais on ne sait pas quand se passe cette scène.                                                                                                                                                                                                                                  Les personnages principaux sont les six enfants Lebrac, Camus, Tintin, Boulot, Tétas et Grangibus, ils s’amusent (aux gendarmes et aux voleurs, aux billes…) Après une course folle, ils ont atterri par hasard au bord du lac et l’un d’eux a failli se noyer en voulant récupérer la grenouille qu’ils avaient tuée .

Je réagis

Ce que je ressens à travers ce texte est la joie de vivre et j’aime beaucoup.

J’interprète

Ce texte est simple à comprendre. Les intentions sont faciles à percevoir car il y a beaucoup d’indices. L’auteur a écrit ce texte pour argumenter il est plutôt destiné aux jeunes lecteurs car il est facile à écouter. Il nous montre par cette histoire qu’il faut être obéissant auprès de ses parents et que l’on peut toujours compter sur ses amis.

Léna, 4D

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 11:49
Panet Sabine et Penot Pauline, Le coeur n'est pas un genou que l'on peut plier

Auteurs : Sabine Panet et Pauline Penot

Titre : Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier

Editeur : Thierry Magnier

Illustrateur : Anne Bordenave

Genre : suspense

Collection : roman

La famille Bocoum est une famille sénégalaise. Dado la tante, Bocoum le père, Aminata la mère, Awa et Ernestine les deux filles, Amayel le bébé et les deux petits frères. Ernestine est en 6ème et Awa est en 1ère mais il y a un problème : son père, Bocoum, veut la marier à un de ses cousins et veut qu’ils aillent au Sénégal avec leur famille. Mais Awa refuse d’abandonner ses études. Toute la famille est contre Bocoum. Agathe, la meilleure amie d’Awa, lui propose d’aller avec elle à Oléron pour réviser son bac de français et elle pourra aussi continuer ses études. Mais Awa ne sait pas trop comment faire. Quant à Ernestine, elle prépare le spectacle de fin d’année. Ernestine est tombée amoureuse de Jacob, un garçon méditerranéen. Elle demande des conseils à Awa pour savoir comment il faut faire pour embrasser un garçon. Mais pour le spectacle de fin d’année, elle comprend enfin comment embrasser et que Jacob l’aime. Dado, elle, aimait M. Mérindol, le prof de français d’Awa et d’Ernestine. M. Mérindol l’aimait aussi .Le soir du spectacle de fin d’année d’Ernestine, Dado comprend que M. Mérindol l’aime et elle essaye de tout faire pour qu’il ne l’embrasse pas.

Awa est une fille sénégalaise. Elle est grande, mince, a les cheveux et les yeux noirs. Ses cheveux sont très épais et lisses. C’est elle qui détient le rôle principal dans l’histoire. C’est aussi une personne sympathique, assez timide mais il ne faut pas trop l’énerver. Elle pense aussi beaucoup à ses études et est très intelligente. Elle préfère rester en France et se préserver pour l’homme qu’elle aimera plutôt que de pourrir sa vie dans un village au Sénégal qu’elle ne connaît même pas. Pour elle, sa famille est bourrée de consanguinité. C’est pour ça qu’elle ne veut pas se marier avec son cousin qu’elle ne connaît même pas.

Voici un extrait de la page 80 du livre :

« Un instant plus tard, un message apparût en gras dans la boîte de réception :

De :malickzeboss@gmail.com

A :awa.bocoum@gmail.com

Salut cousine,

Je sais pas trop si c’est comme ça que je dois t’appeler. Je dois t’avouer que ça m’a fait un drôle d’effet de recevoir un mail de toi ; mais ce qui me surprend le plus, c’est que je ne te retrouve pas sur Facebook. Note, tu as peut-être un pseudo. Mais sinon, qu’on puisse vivre dans un pays où il n’y a pas de délestage et rester anonyme sur la toile, je trouve ça fou.

Je t’envoie déjà ça avant que ça coupe ici.

Bonjour à toi et à ta copine. »

J’ai choisi ce passage car c’est un message du cousin à Awa, Malick, et cela montre bien qu’ils projettent de se marier et d’aller vivre au Sénégal.

Je trouve le livre passionnant mais avec beaucoup de suspense. J’ai aussi trouvé le livre simple à lire avec du langage familier et l’histoire de la jeune sénégalaise était intéressante. Pour ceux qui comme moi n’aiment pas lire de gros romans, je recommande ce livre pour tout type de personnes, jeunes ou moins jeunes.

Léa L. P…, 4D, décembre 2015

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 21:40
Peskine Brigitte, Les Jumeaux de l'île rouge

Présentation

Auteur : Brigitte Peskine

Titre : Les jumeaux de l’île Rouge

Editeur : Bayard jeunesse

Collection : Mille Zime

Illustrateur de la couverture : Olivier Balez

Genre : Sentimental

L’histoire parle d’une jeune fille de 16 ans, Cléa et de son frère jumeau Brice.Une femme demande à Cléa de raconter ses vacances d’été qui ont changé sa vie, à Madagascar .Ce sont des enfants adoptés. Les parents de Cléa : Christine et Bernard trouvent que depuis quelques temps leur fille est mal : elle ne fait plus rien au collège, traîne avec de mauvaises fréquentations et ne parle plus .Ils décident de les envoyer à Madagascar leur pays de naissance. Ils sont accueillis par Josépha une aide maternelle qui les a aidés lors de l’adoption et qui est devenue la marraine de Cléa. Ils vont apprendre à vivre avec presque rien et découvrir que dans ce pays les jumeaux sont maudits. Brice va rencontrer Rosie qui a 2 ans de plus que lui et va un peu après le début de leur relation vouloir se marier avec elle. Brice et Cléa vont apprendre que leur mère biologique est morte et que leur père biologique est vivant, ils vont aussi découvrir qu’ils ont une sœur.

Cléa : Un des personnages principaux du roman. Quand elle était bébé elle était prématurée et a survécu grâce à son frère .Cléa est la cause pour laquelle ses parents les ont envoyés elle et son frère à Madagascar. Elle est noire, un peu ronde et a des cheveux frisés. Cléa, avant d’aller à Madagascar est une enfant perturbée qui a eu de mauvaises notes en troisième et qui a loupé le brevet, elle traîne avec des voyous et fugue. Elle est très proche de son frère et à Madagascar elle va apprendre à faire confiance aux gens.

Passage choisi : J’ai choisi un moment dans une lettre de Christine qui est adressée à Josépha, elle explique pourquoi Cléa est envoyée à Madagascar.

« Pourtant, cette année, je les ai séparés. Je croyais agir pour leur bien, et j’ai convaincu Bernard que c’était la meilleure solution pour nous tous .Cléa avait eu de très mauvais résultats en troisième et avait raté son brevet des collèges .Elle ne travaillait pas, tenait tête aux professeurs, ne nous écoutait plus et, surtout, traînait avec des voyous, pour la plupart déscolarisés.

Nous avons donc pris la décision de la faire redoubler dans un autre établissement. On nous a recommandé un internat dans le Massif central, où une pratique intensive de l’équitation permet de canaliser les adolescents difficiles. Ça a été une catastrophe. Elle a enchaîné bêtises, allant jusqu’à fuguer, pendant que Brice se renfermait sur lui-même et nous reprochait d’avoir exclu sa sœur de la famille.

Cléa revient à la maison dans un mois. Je ne sais plus quoi faire avec elle .J’ai l’impression d’avoir échoué.

La couverture

La couverture représente Cléa et Brice et Cléa un arbre dans le cerveau. Je pense que ça représente la perturbation que Cléa subit et/ou ses origines.

Mon avis sur ce livre

Je trouve que ce livre est bien car il nous fait découvrir des nouvelles croyances de nouvelles pratiques et nous apprend comment les gens qui sont plutôt pauvres font pour vivre convenablement. Il nous parle de la vie d’une ado mal dans sa peau et qui veut connaitre ses origines.

Joséphine, 4A Décembre 2015

**********************************************************************************************************

Auteur : Brigitte Peskine

Titre : Les Jumeaux de l'île rouge

Éditeur : Bayard jeunesse

Collection : Millé Zime

Illustrateur de la couverture : Olivier Balez

Genre du livre : c'est un livre sentimental

Cléa a voulu raconter son histoire car une femme lui a demandé de lui raconter les vacances qui ont changé la vie de cette jeune fille. Cette histoire parle de deux jumeaux prénommés Cléa et Brice, ils ont 16 ans, ils sont malgaches. Ils ont été adoptés par un couple de Français qui se prénommaient Christine et Bernard. Ça fait maintenant 16 ans que Cléa et Brice sont arrivés en France.

Cléa est une jeune fille perturbée, ses parents ne la comprennent plus mais tout ça est peut- être la cause de ses mauvaises fréquentations. Brice, lui, est un jeune garçon calme et sans histoire. Voyant que Cléa n'était pas bien dans sa vie en France, ses parents décident d'envoyer Cléa et son frère dans leur pays de naissance.

À leur arrivée à Madagascar, ils sont aidés par Josépha la marraine de Cléa qui les a déjà aidés pendant leur adoption. En faisant des recherches, ils ont découvert de nouvelles croyances mais aussi de nouvelles cultures. Pour eux c'est une nouvelle vie qui va commencer.

J’ai choisi un moment dans la lettre que Christine (la mère de Cléa et Brice) a écrite à Josépha.

« Pourtant cette année, je les ai séparés. Je croyais agir pour leur bien, et j'ai convaincu Bernard que c'était la meilleure solution pour nous tous. Cléa avait eu de très mauvais résultats en troisième et avait raté son brevet des collèges.

Elle ne travaillait pas, tenait tête aux professeurs, ne nous écoutait plus et, surtout, traînait avec des voyous, pour la plupart déscolarisés. »

J'ai choisi ce passage car il montre l'attachement que Cléa a pour son frère Brice. Mais il montre aussi le changement de comportement de Cléa.

Je n'aurais rien changé dans la fin de l'histoire car je l'aimais bien. Je pense que Bernard et Christine ont pris la bonne décision en envoyant Cléa et Brice dans leur pays de naissance car je pense que c’est en partie à cause de ça que Cléa était mal de ne pas pouvoir connaitre ses vraies origines. J’ai pu m'identifier à Cléa car moi non plus je ne me sens pas très bien ici dans ce collège et dans ma vie.

J'aime beaucoup le style de l'auteur. J'ai trouvé ce livre très passionnant, très agréable à lire et pas difficile à comprendre. Le vocabulaire est accessible.

Clémence, 4A, février 2015

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 15:46
Petit Emmanuelle, Les Silences d'Honorine

Auteure: Emmanuelle Petit
Titre: Les silences d'Honorine
L'éditeur : Gulf Stream Éditeur
Collection : Les romans bleus
Illustrateur de la couverture: Serge Ceccarelli
Genre de roman: Sentimental

C'est l'histoire de Pierre, un homme assez vieux. Il habite avec sa maman dans le golfe du Morbihan. Il est très proche de sa mère. À la mort de celle-ci, il découvre des lettres qui lui étaient écrites et dataient de 1964. Ces lettres écrites en Amérique du Sud vont bouleverser la vie de Pierre.

Pierre est un homme simple, c’est le personnage principal du livre. La relation avec sa maman est fusionnelle, très forte.
Extrait choisi : « Ma femme Brigitte pose sur la table la tarte aux abricots qu'elle a amoureusement préparée en mon honneur.
Trente ans après, le…. irradie toujours de cet amour qu'elle me porte. Tout est toujours parfait. Elle est parfaite. Tellement généreuse, toujours à l'écoute.
Leurs applaudissements me font imaginer qu'ils attendent que je souffle mes bougies.
Mon fils Bertrand frappe dans ses mains parce que ça se fait. Sa compagne, Charlotte, applaudit. »

L’illustration de la couverture de décrit pas l'histoire de ce livre

Ce livre est super car il est émouvant et libre d’esprit.
Bastien G, 4A, décembre 2015

Partager cet article
Repost0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 14:05

J'ai choisi ce livre car j'aime bien le foot et il avait l'air intéressant.
Il était bien car le langage est un peu familier et car on dirait une histoire vraie.
C'est l'histoire d'un enfant nommé Bandian qui adore le foot mais il n'a pas de ballon alors tous les matins, il vend du bois. Un jour, le docteur lui donne un ballon. Bandian décide de le peindre en bleu. Plus tard, il se fait repérer par le recruteur de St Etienne. Bandian accepte de rejoindre le club et sera la star du ballon rond
.

Extrait (p 129) : "Touré blessé, fut évacué. Karim demanda à Bandian de rentrer en jeu . Quand Touré porté sur une civière de fortune, passa prés de Bandian, il lui tendit la main

 

 

-Bandian à toi de marquer, montre-leur...Il faut gagner. Et méfie-toi du numéro 4, c'est un salaud!

Dans la tribune Béchir souriait encore et toujours, la caméra vissée à l'oeil. Quand peu aprés l'arbitre siffla la mi- temps, il se tourna vers Fanta et lui dit:

-Je savais bien que Bandian jouerait.

A la reprise, Bandian fit des étincelles. Les Castors s'étaient beaucoup usés en première mi-temps et le petit plus toujours nécessaire pour marquer leur manquait. Bandian plus vif qu'une mouche à feu dans la nuit, plus zigzaguant qu'un moustique, était partout. Il anticipait l'action et passait: petit pont. Il relançait la contre-attaque et débordait: grand-pont. Quand il réussit une belle reprise de volée ..."

Quentin 5e A 23/10/2008

TITRE : Le Ballon d’Or 

AUTEUR : Yves Pinguilly

EDITION : Rageot

COLLECTION : Rageot Romans

GENRE : Roman

THEMES : Adolescence, Football

Première de couverture :   C’est une peinture représentant Bandian (personnage principal) jouant au  ballon devant son village. ET il y a le titre.

 Quatrième de couverture : On y voit un résumé de l’histoire, le titre, l’auteur, à partir de quel âge on peut lire le livre, le code barre et le prix.

Le personnage principal : BANDIAN  est de taille normale, yeux bleus, brun, il est né un soir où la lune ressemblait à un ballon d’or  dans le ciel, il court très vite.  P12 : « Bandian était né un soir de pleine lune ... un soir où la lune était un ballon d’or dans le ciel ... un ballon de foot.»

Je n’ai pas trouvé de second personnage principal, il y en a plein...

Caractéristiques de l’écriture : elle est réaliste avec beaucoup de dialogues mais aussi de descriptions, un vocabulaire courant, avec parfois des mots de cultures africaines. P53 à 57. Il est facile à lire.

Ce que j’aurais changé au livre : Si j’avais pu, j’aurais enlevé le passage où Bandian et son ami vont en prison, car il ne sert quasiment à rien et ne change rien à l’histoire.

J’ai plutôt apprécié ce livre. Il n’est pas très dur à lire. Certains passages sont parfois amusants. Je conseille ce livre à quelqu’un qui aurait envie de lire ce livre. Il est bien.

Pierre T. 4B 1er juin 2015 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 21:20

Titre : Le Sari Défendu

Auteur : Anne-Marie Pol

Édition : Flammarion

Collection : Flammarion Jeunesse

Genre : Roman

Thèmes : Amitié profonde/ Amour/ Jalousie

Première de Couverture :

Sur la première de couverture L'auteur a voulu nous montrer une page colorée, elle a mis en valeur le titre par des lettres en majuscules écrites en gras de couleurs foncées.

Au premier plan on aperçoit deux jeunes filles d'environ 17 ans regardant toutes deux dans la même direction.

L'image doit être une représentation de "la photographie " où Adèle et Amrita ont posé pour la première automobile de Pondichéry en Inde.

Quatrième de Couverture :

Sur la 4e de couverture on y voit notamment le titre mis en valeur par des lettres majuscules sombres, un résumé assez court avec une question à la fin qui donne envie au lecteur de plonger dans le livre pour y répondre.

On remarque aussi une citation du livre, la collection, l'âge prescrit pour commencer à le lire (ici dès 11 ans) et le code-barres.

Description des deux personnages principaux :

Amrita est la servante de la famille Pontmercy, surtout d'Adèle Pontmercy "elle claque dans ses paumes pour appeler Amrita ; sa servante" (p.14) elle est de nature jalouse et envieuse, "(elle marche pieds nus)"(p.14)porte des " fleurs blanches piquées dans sa tresse noire"(p14) et dort sur une natte tressée "la servante déroule la natte qui lui sert de lit" (p.96). Elle croit en son destin et préfère partir avec celui qu'elle aime "- Emmène-moi, dit-elle." (p.108) pour une nouvelle vie plutôt que de rester avec "sa soeur de lait".

Adèle est une jeune fille à la" chevelure blonde, yeux bleu marine et bouche cerise"(p.18), elle est prête à tout pour obtenir ce qu'elle veut, s'en fiche de ce qu'on peut dire sur elle dans la colonie, or en 1905 l'avis d' autrui sur des familles riches comme celle d'Adèle est important" -Qu'importent les mauvaises langues ? Je n'irai pas au bal." (p.114). Elle est très attachée à sa "sœur de lait" (Amrita) comme on peut le voir à la fin du livre mais elle décide de lui pardonner "comprenant pourquoi Amrita est partie, elle lui pardonne" (p.117),

Les grandes caractéristiques de l'écriture :

Je dirai que le roman a beaucoup de dialogues, on se croirait avec eux, il est très captivant et donne au lecteur l'envie de le continuer il y a plusieurs types de vocabulaire en fonction de la classe sociale, "Fort bien!"(p.20) "Oui, Mam'zelle"(p.35) il est très réaliste et nous rend compte de l'époque en Inde en 1905.

Ce que j'aurai changé si j'en aurais la possibilité :

Si j'en aurais eu la possibilité j'aurais bien voulu avoir une suite " Qu'est-il devenu à Joseph Volcy et Amrita ?" et rajouter quelques chapitres en plus pour savoir ce qu'ils sont devenus et aussi pour que Amrita et Adèle se retrouvent car je suis vraiment restée sur ma faim et je trouve que ça se termine tristement car elles n'auront jamais pu se dire au revoir.

Ce que j'ai pensé du livre :

J'ai beaucoup aimé ce livre car il m'a beaucoup captivée du début à la fin je voulais savoir la suite, il nous fait réfléchir et on se pose beaucoup de questions , c’est également très intéressant de découvrir la vie des Français au tout début du 20e siècle.

Pauline, juin 2015

******************************************************************************************************************************

Nom et Prénom de l’auteur : Anne-Marie Pol.

Titre du roman : Le Sari défendu.

Editeur : Flammarion.

Collection : Flammarion jeunesse.

Nom et Prénom de l’illustrateur de la couverture : Aline Bureau.

Genre du roman : Amour, amitié.

L’histoire se déroule en Inde à Pondichéry en 1905. Adèle est française et riche quant à Amrita, elle est Indienne et pauvre. Elles ont toutes les deux dix-sept ans. Ces deux jeunes filles ont grandi ensemble, mais Amrita est la servante d’Adèle. Elles sont tout de même « sœurs de lait ». Un jour de Pongal, grande fête de la moisson où l’on honore le soleil et la terre, elles assistent à l’arrivée de l’automobile par bateau. Ce jour-là, Amrita et Adèle rencontrent un jeune homme qui se nomme Joseph Volcy. Elles l’avaient déjà croisé auparavant chacune de son côté. Mais les jeunes filles sont toutes les deux amoureuses de lui. Adèle dit à sa sœur de lait qu’elle avait des sentiments pour le jeune homme mais Adèle ne sait pas qu’Amrita l’aime aussi. Puisque Adèle l’aime, Amrita préfère l’oublier et aide son amie à le revoir. Mais la mère d’Adèle ne veut pas qu’elle le voie. Elle lui dit de l’oublier mais celle-ci n’est pas d’accord. La jeune fille décide de lui envoyer une lettre qu’Amrita lui apportera. Amrita va pouvoir le revoir. Joseph va faire bousculer leur vie et leur amitié.

  1. Description d’un personnage :

Amrita est Indienne. Elle a dix-sept ans. Ses parents sont décédés. Elle a été éduquée par sa mère. Amrita travaille chez les Scipion en tant que servante. Elle est timide, aimable, jalouse, bien éduquée ... La jeune fille est sœur de lait avec Adèle sa patronne qui a le même âge. Elle est jalouse d’Adèle car Adèle s’entend bien avec Joseph Volcy. Elle habite chez les Scipion. Amrita est pauvre.

  1. Extrait du roman (p.72,73):

À la cuisine

« À peine Mam’zelle l’a-t-elle convié qu’il est accouru. »

Depuis hier, il aurait pu oublier le rendez-vous, après tout ? Hélas, non !

À l’aide d’un petit maillet, Amrita casse des morceaux du pain de glace (sorti de la glacière), Mam’zelle lui ayant réclamé une boisson bien fraîche pour «  Monsieur Volcy ».

Mam’zelle prend déjà soin de son bien-être.

Mam’zelle est en train de l’amadouer.

La preuve ? Amrita entend rire le jeune homme, assis sur la véranda auprès de son hôtesse…

  • « Sauveur » ? s’étonne-t-il. N’est-ce pas un terme exagéré, Mademoiselle ?
  • Je ne crois pas.

Adèle sourit.

  • Sans vous, j’aurais eu une crise de nerfs. J’ai très peur des singes, vous savez.

Il la croit à moitié. Il a l’impression inexplicable qu’Adèle Scipion n’a pas peur de grand-chose, en dépit de sa blondeur éthérée.

Elle ne craint même pas l’opinion de la colonie française, c’est dire ! La photographie du journal le démontre.

Un bon signe pour Joseph Volcy… 

J’ai choisi ce passage car il montre que  Amrita est jalouse d’Adèle. Mais elle ne le montre pas et Adèle essaye d’amadouer Joseph.

L’illustration de couverture :

On voit à gauche Amrita et à droite Adèle. On les différencie à leurs vêtements. Amrita est pauvre et Adèle est riche. Elles regardent toutes les deux soit l’arrivée de l’automobile soit Joseph Volcy.

Je trouve que l’illustration de couverture correspond à l’histoire. Elle montre bien la richesse et la pauvreté des deux jeunes filles.

Mon avis sur le livre :

J’ai trouvé le livre assez intéressant car il n’y avait pas beaucoup de suspense et d’action. J’ai tout de même bien aimé car c’était une histoire d’amour. Il montre qu’en étant riche et noble on n’obtient pas forcément tout ce que l’on veut. Il montre aussi quelques traditions comme le sari. Le sari rouge est signe de prospérité. Ce roman était très rapide à lire.

Noémie C 4D, 15/12/15

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 10:56

Nom, prénom de l'auteur : Alexandre Pouckine9782091884257.GIF

Titre du recueil : La dame de Pique

Edition : Nathan

Collection : Carrés classiques

Titre des nouvelles que contient ce recueil : La Dame de Pique

Abécédaire

 

a) amoureuse : n'y trouvant rien de décourageant, il rentra chez lui assez content du début de son intrigue amoureuse. P35

b) bal : Amène-le à mon bal, et tu me le présenteras là. P19

c) comtesse : la comtesse Anna Fedotovna. P14

d) Dieu : pour l'amour de Dieu, n'ayez pas peur. P40

e) émotion : la comtesse, pour la seconde fois, montra une vive émotion. P42

f) femme : elle s'était hâtée de congédier sa femme de chambre à moitié endormie en lui disant qu'elle n'avait besoin de personne pour se déshabiller. P43

g) gagnant : les gagnants se mirent à table avec grande appétit . P13

h) Hermann : Comment trouvez-vous Hermann ? P14

i) involontairement : Dans cette attitude, il lui rappela involontairement le portrait de Napoléon .

j) jeune : avant qu'elle eût pu se remettre de sa frayeur, le jeune homme avait disparu. P33

l) Lisabeta : Lisabeta Ivanovna n'eut pas plus tôt enlevé manteau et chapeau que la comtesse l'envoya chercher, et fit de nouveau atteler son coupé . P33

m) Moscou : il lui dit nettement qu'il n'avait pas à Paris ses villages des gouvernements de Moscou et de Saratov . P15

n) nues : elle était assise les mains dégantées, les épaules nues.P45

o) officier : mais l'officier du génie n'était plus dans la rue. P24

p) peur : rien ne me fais plus peur que les noyés . P20

q) quarante : L'un représentait un homme de quarante ans . P38

r) Russie : Hermann était le fils d'un allemand établi en Russie . P25

s) secret : pourquoi garder pour vous ce secret ? P41

t) Tomski : fit observer Tomski. P14

u) uniquement : uniquement parce qu'il avait signés quelque-une de ses lettres . P43

v) vénérer : nous bénirons tous votre mémoire et vous vénérons comme une sainte . P41

w) whist : des généraux et des conseillers privés jouaient au whist. P58

z) Zoritch : … un jour, dans sa jeunesse, perdit contre Zoritch environ trois cent mille rouble. P17

 

Mon avis sur ce livre : C'est un très bon ouvrage à lire. J'aime beaucoup les livres avec des histoires d'amour, ce livre est plutôt mystérieux, plein de secrets. Et j'ai beaucoup aimé que ça se passe au XIX ème siècle. L'intrigue m'a passionnée.

Emilie L,                                                                                                                    06/10/2014

fofutdbl

 

Auteur : Alexandre Pouchkine9782210755727FS.gif

Titre : La Dame de pique

Edition : Magnard

Collection : Classique & Contemporains

Titre de la nouvelle : La Dame de pique

 

A:argent«L'argent seul, voilà ce qui enflammait son âme » P40

B:bal«Amène- le à mon bal et tu me le présenteras »P15

C:comtesse«Mais ce qu'il a de plus étonnant, c’est ma grand-mère la comtesse Anna Fedotovna»P10

D:dame de pique «Au lieu d'un as, il avait devant lui une dame de pique »P53

E:escalier«Dites-moi seulement où je trouverai cet escalier dérobé ; j'irai bien seul »P41

F:fou«Hermann est devenu fou »P54                        

G:gagnantes«Ne pouvez-vous pas, dit  Hermann, m’indiquer trois cartes gagnantes »P54

H:Hermann«Comment trouvez-vous Hermann? dit un des convives en montrant un jeune officier du génie » P10

I:influence«Persuadé que la comtesse pouvait exercer un maligne influence sur sa vie, il s'était imaginé qu’il apaiserait ses mânes en assistant à ses funérailles»P43

J:jeu«Le jeu m'intéresse, dit Hermann mais je ne suis pas d'humeur à risquer le nécessaire pour gagner le superflu »P10

L:Lisabeta Ivanovna «Je te pardonne ma mort pourvu que tu épouses ma demoiselle de compagnie Lisabeta Ivanovna »P46

M:morte«Je la quitte à l'instant, elle est morte »P40

N:Naroumof«On jouait chez Naroumof, lieutenant aux gardes à cheval »P5

O:officier«Elle aperçut un officier du génie, immobile, les yeux fixés sur elle »P21

P:présence«Sa présence fit aussitôt rougir jusqu'aux oreilles  la demoiselle de compagnie »P17

Q:quittant«Plus d'une fois quittant le luxe et l'ennui du salon (...) elle pleurait tout à son aise »P21

R:remords«Au fond du cœur, il sentit bien quelque chose comme un remords, mais cela passa »P33

S:secret«Alors il lui apprit un secret que chacun de vous, j’en suis sûr, payerait fort cher »P13

T:Tchekalinski«Il y avait à Moscou une société de joueurs riches, sous la présidence du célèbre Tchekalinski »P49

V:vision«Hermann rentre dans sa chambre et écrivit aussitôt toutes les circonstances de sa vision »P47

W:whist«Des généraux et des conseillers privés jouaient au whist »P49

Y:yeux«Dans ses yeux ternes on lisait l'absence de la pensée »P23

Z:Zoritch«Un jour, dans sa jeunesse, il perdit contre Zoritch environ trois cents mille roubles »P14

 

Avis : J’ai trouvé cette nouvelle un peu étrange  car  le fantôme de la comtesse  revient pour se venger d'Hermann  , mais ce que j'ai aimé c'est qu'il y a une morale et que l'assassin a été puni.

 

Clément  F. 4B   15/10/14

fofutdbl  

Pouchkine Alexandre

La Dame de pique

Edition : Magnard

Collection : livre de poche

Ce titre ne contient qu’une seule nouvelle : La dame de pique.

Elle se déroule en hiver vers le 18e 19e siècle d’après le port des habits des jeunes femmes.

Les deux personnages principaux de l’histoire sont Hermann et Lisabeta Ivanovna.

Hermann : est un jeune officier qui aime bien les jeux d’argent et comme il avait entendu parler des trois cartes gagnantes que détenait Lisabeta, il fera tout pour les obtenir même tuer s’il le faut.

Lisabeta Ivanovna est une jeune femme ravissante

qui est aimable. À la fin elle se fera manipuler par Hermann.

Hermann est devenu fou .Il est à l’hôpital d’Oboukhof. Ça nous montre à quel point les jeux de hasard peuvent nous faire perdre la tête. P 54.

J’ai trouvé ce livre passionnant à lire car il y avait de  tout : du suspense, de l’amour, de l’amitié, de la  tristesse, de la manipulation, la mort …      

Quentin B, 4eD        01/10/15

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 14:43

Ce recueil de nouvelles fantastiques est publié par Magnard, collection Classiques et contemporains. Poe, Gautier, Gogol, Maupassant sont les auteurs de ces nouvelles.

La
 première histoire a pour titre "Le coeur révélateur", son auteur est Edgar Allan Poe. Je trouve l'histoire intéressante car il y a beaucoup de suspense, du début jusqu'à la fin. Contrairement à d'autres histoires, on devine difficilement la fin, elle est très surprenante.

"Deux acteurs pour un rôle" de Théophile Gautier est une autre nouvelle de ce recueil. L'histoire y est intéressante car très mouvementée, il y a beaucoup d'événements, très fascinants, il y a aussi beaucoup de suspense et la fin de l'histoire n'est pas très facile à imaginer, elle est très originale. Finalement, à la fin de l'histoire, le comédien a tout à gagner mais en fait il ne veut rien, juste retrouver une vie paisible. L'histoire est surprenante, on est étonné quand on arrive à la fin.

Julie, 3D, 10/10/2008feuilles


Nouvelles fantastiques, réponses aux quatre auteurs :

 

Cher Edgar Poe,
J'ai lu votre texte Le Coeur révélateur, qui a été traduit par Charles Baudelaire. A la fin de la lecture de votre texte j'ai pu découvrir des personnages comme: Celui qui incarne le personnage principale (vous, le narrateur), le vieillard avec un de ces yeux qui ressemble à celui d'un vautour et les trois policiers. Cette histoire se passe dans la maison du vieillard. Parfois vous répétiez plusieurs fois le ou les même(s) mot(s) par exemple ligne 37:. « écoutez ! plus haut ! — plus haut ! — toujours plus haut ! — toujours plus haut ! »

J'ai apprécié la lecture de ce texte.

Cher Théophile Gautier,
Après avoir lu votre texte, Deux acteurs pour un rôle, j'ai découvert les personnages : Henrich, Viennoise, Le diable et Katy, la Tante. Quelques paroles du diable (ligne 27 du III) : « Ah ! ah ! mon petit monsieur, vous voulez jouer le rôle du diable ! Vous avez été bien médiocre dans le premier acte, et vous donneriez vraiment une trop mauvaise opinion de moi aux braves habitants de Vienne. Vous me permettrez de vous remplacer ce soir, et, comme vous me gêneriez, je vais vous envoyer au second dessous. »


Cher Guy de Maupassant,
J’ai fini de lire votre texte La nuit : cauchemar. Le seul personnage que j’ai pu découvrir est vous (le narrateur) vous faite toute l’histoire a vous seul. Vous m’avez fait découvrir Paris : « Je m'arrêtai sous l'Arc de Triomphe pour regarder l'avenue, la longue et admirable avenue étoilée, allant vers Paris entre deux lignes de feux, et les astres ! Les astres là-haut, les astres inconnus jetés au hasard dans l'immensité où ils dessinent ces figures bizarres, qui font tant rêver, qui font tant songer.

J'entrai dans le bois de Boulogne et j'y restai longtemps, longtemps. »

Cher Nicolas Gogol,
Lors de la lecture passionnante de votre texte La Perspective Nevski vous m’avez fait découvrir les personnages suivants :« je », Le lieutenant Pirogov, Le peintre Piskariov, Schiller, Hoffmann, Kuntz
J’ai apprécié quand vous écrivez (ligne 54) : « À cette heure du jour, il serait gênant pour une dame de se trouver dans la rue, car le peuple russe affectionne les expressions fortes, et les dames n'entendent jamais de semblables, même au théâtre. »

Kevin LB, 4C, 12/05/2014

feuilles


Auteurs : Poe Edgar Allan, Gautier Théophile, De Maupassant Guy, Gogol Nikolaï                                                                                 

 Titre : Nouvelles fantastiques

Éditeur : Magnard

 Collection : Classiques & contemporains

 Titres des nouvelles : Le cœur révélateur, Deux acteurs pour un rôle, La nuit, La perspective Nevski

 

A. Acteur « N'est-ce pas, monsieur, qu’aucun acteur n'a mieux joué le rôle de Méphistophélès que mon camarade que voilà ? » Page 34, Deux acteurs pour un rôle

B. Blonde « Moi, je te parle de la blonde, celle qui marchait derrière elle et qui est partie de ce côté-là ! » Page 66, La perspective Nevski

 C. Cœur « J'avoue la chose!- arrachez ces planches ! C'est là!-c'est le battement de son affreux cœur ! » Page 19, Le cœur révélateur

 D. Diable « Avez-vous jamais vu le Diable, monsieur Heinrich ? » Page 34, Deux acteurs pour un rôle

 E. Éperon « Les éperons furent enfin prêts. » Page 107 La perspective Nevski

 F. Fantasmagories « Quelles fantasmagories s'y déroulent en un seul jour ! » Page 57 La perspective Nevski

 G. Gracieuse « Et quelle démarche gracieuse et ravissante » Page 88 La perspective Nevski

 H. Heure « Mais l'heure! L’heure ? Qui me dirait l'heure ? » Page51 La nuit

 I. Illusion « Non! Ce n'était pas une illusion ! » Page 72  La perspective Nevski

 J. Jour « Mais le jour était encore loin, si loin de paraître ! » Page 48 La nuit

 K. Kopeck « Pour un seul nez, quatorze roubles et quarante kopecks. » Page 101 La perspective Nevski

 L. Lieutenant « Je suis lieutenant, et alors ? » Page 99 La perspective Nevski

 M. Méphistophélès « Le rideau baissé, le public demanda à grands cris que Méphistophélès reparût. » Page 39 Deux acteurs pour un rôle

 N. Nuit « Mais depuis quand la nuit dure-t-elle ? » Page 44 La nuit

 O. Œil « Son œil désormais ne me tourmenterait plus. » Page 15 Le cœur révélateur

 P. Perspective « Oh! La perspective Nevski plaît encore plus aux dames. » Page 55 La perspective Nevski

 Q. Quotidienne « La banalité quotidienne résonnait singulièrement dans sa tête. » Page 86 La perspective Nevski

 R. Rêve « Non! C’étaient ses propres rêves qui se moquaient de lui. » Page 71 La perspective Nevski

 S. Stupide « Il était vraiment aussi stupide et naïf qu'un enfant. » Page 76 La perspective Nevski

 T. Théâtre « Aussi quelle idée avez-vous eue de vous livrer au théâtre ; » Page 25 Deux acteurs pour un rôle

 V. Violence « Ce qu'on aime avec violence finit toujours par vous tuer. » Page 44 La nuit

 

J'ai aimé la nouvelle «  La nuit » de Maupassant car l'univers de Paris désert m'a plu. Croire et imaginer que l'on est le seul homme vivant sur terre me plaît.

 

C. MALO , 4D                                                                                                            6 Octobre 2014

 

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 19:00

Indications bibliographiques      

Livre : Le Scarabée d'or et La Lettre volée  

poe_scarabee-d-or-lettre-volee--2-.jpg
Titre : La lettre volée   
Auteur : Edgar Allan Poe

Editeur et collection : Castor Poche Flammarion

 Genre : nouvelle d’énigme et policier

Thème principal : Enquête policière

 RésuméL’inspecteur Dupin est contacté par le préfet de police de Paris. Il lui demande de l’aider pour résoudre le mystérieux vol d’une lettre très importante, qui peut mettre en péril l’honneur et la sécurité de son propriétaire. Comment faire pour trouver ce que tout le monde cherche sans résultat ? Changer de méthode …

Choix d’un  passage

Je donnerais vraiment cinquante mille francs à quiconque me tirerait d’affaires, dit le préfet.

Dans ce cas, répliqua Dupin, ouvrant un tiroir et en tirant un livre de mandats, vous pouvez aussi bien me faire un bon pour la somme susdite. Quand vous l’aurez signé, je vous remettrai votre lettre. "(p.108)

Cet extrait montre bien l’efficacité de Dupin grâce à son changement de méthode.

 Mon jugement : Je trouve que ce livre est moyennement bien car parfois il est difficile de comprendre les phrases.

Thomas M. 4A, 07/11/2012

 

Voici un enregistrement audio de cette nouvelle par Louis Riv. de Litterature audio:

et un lien de téléchargement en MP3

utlign9-copie-1

 

 

Cher auteur,

 

Le livre « Le Scarabée d’or suivi de La Lettre volée » m’a beaucoup plu. Dans « Le Scarabée d’or » j’ai apprécié surtout un des personnages, Jupiter.

Quand William Legrand découvrit le scarabée d’or et le parchemin déposé avec celui-ci sur la plage de l’île où il résidait, il rentra chez lui. Jupiter et le narrateur  l’attendaient dans sa demeure. Il ne voulut pas leur  montrer le scarabée qu’il  avait attrapé.

William Legrand découvrit une tête de mort sur le parchemin peu de temps après.

Et le mois suivant, Jupiter vint rendre visite au narrateur et lui apprit que son maitre était très «malade». Jupiter pensait que tout cela était de la faute du scarabée, qu’il aurait été mordu pas l’insecte. William Legrand avait demandé à Jupiter d’envoyer au narrateur la lettre que Massa Will avait écrit pour lui. Sur cette lettre, il demandait que le narrateur aille lui rendre visite le soir même car il avait quelque chose de très important à lui communiquer.

Quand Jupiter et le narrateur arrivèrent à la demeure de Legrand, celui-ci expliqua qu’il allait partir en expédition sur les collines et il voulait que le narrateur  l’accompagne.

Alors, ils partirent en expédition tous les trois. Arrivé sur la colline, William demanda à Jupiter de monter dans l’arbre, et Jupiter trouva un crâne, il mit le scarabée dans l’œil gauche de ce crâne, et il tomba et Legrand voulut creuser à l’endroit même et puis il se rendit compte que ça n’était point là. Alors, il creusa à l’autre endroit qu’il avait repéré et trouva le trésor en cherchant le code. Ils trouvèrent aussi  beaucoup de corps en creusant.

 

Dans « La Lettre volée », c’est le ministre qui a volé le document et qui s’en sert comme moyen de pression. Le propriétaire de la missive demande au préfet de police de récupérer son bien, mais celui-ci refuse. Il n’y avait pas de moyens pour récupérer son œuvre. Il se confie alors à Dupin et au narrateur. À la fin on découvre que Dupin retrouve la lettre en se moquant du ministre.

 

                                                                         Jeanne Henri, 4e C

utlign9-copie-1

Nom puis prénom de l’auteur : Edgar Allan Poe  

Titre du recueil: Le scarabée d’or suivi de La lettre volée  

Edition: Flammarion  

Collection: Castor poche  

Titres des nouvelles que contient ce recueil: Le scarabée d’or et La lettre volée   Abécédaire des mots clés de ce recueil avec citations et n° de page de ces citations :   A. Ainsi : « Ainsi, dis-je, vous avez fait fausse route, et la lettre n’est pas dans l’hôtel, comme vous le supposiez. »  page105, La lettre volée    

B. Brûlante : « J’allumai immédiatement du feu, et je soumis chaque parte brûlante.  » page64, Le scarabée d’or  

C. Crâne : « Eh ! ce n’est rien qu’un crâne ; quelqu’un a laissé sa tête sur l’arbre, et les corbeaux ont becqueté toute la viande. « page 40, Le scarabée d’or  

D. Diamants : «Nous trouvâmes des diamants, dont quelques-uns très beaux. » page 54, Le scarabée d’or  

E. Environ : « Environ un mois après, il nous fit une seconde visite, et nous trouva occupés à peu près de la même façon. »  page 105, La lettre volée  

F. Fer-blanc : « Puis je le plaçai  dans une casserole de fer-blanc, le crâne en dessous. » page 68, Le scarabée d’or  

G. Guets-apens : «Évidemment, il devait avoir prévu - et l’événement l’a prouvé- les guet-apens qui lui ont été préparés. « page 119, La lettre volée  

H. Hutte : « Au plus profond de ce taillis, non loin de l’extrémité orientale de l’île, c’est-à-dire de la plus éloignée, Legrand s’était bâti lui-même une petite hutte, qu’il occupait quand, pour la première fois et par hasard, je fis sa connaissance. »  Page 13, Le scarabée d’or   

I. Ici : « Ici, le sceau était large et noire avec le chiffre de D... ; dans l’autre il était si petit et rouge, avec les armes ducales de la famille S…. »  Page 125, La lettre volée  

J. Jupiter : « Jupiter, d’après les ordres de son maître, commença à nous éclaircir un chemin. » page33, Le scarabée d’or                  

K. Kidd : « Si Kidd avait caché son butin pendant un certain temps et l’avait ensuite repris, ces rumeurs ne seraient pas sans doute venues jusqu’à nous sous leur forme actuelle et invariable. » page 66, Le scarabée d’or  

L. Legrand : « Mon cher Legrand, m’écriai-je en l’interrompant, vous n’êtes certainement pas bien, et vous feriez beaucoup mieux de prendre quelques précautions. » page 29, Le scarabée d’or  

M. Mordu: « Je suis sûr que massa Will a été mordu quelque part à la tête par ce scarabée d’or. » page 23, Le scarabée d’or  

N. Nettoyait : « Pendant ce temps, Jupiter nettoyait les ronces  avec la faux. » page 42, Le scarabée d’or  

O. Opinion : « Une pareille opinion, dis-je, est faite pour m’étonner ; elle est démentie par la voix du monde entier. » page 115, La lettre volée  

P. Parchemin : «Je vous ai dit que c’était un morceau de parchemin et non pas de papier. » page 61, Le scarabée d’or  

Q. Querelle : « Je vois, dis-je, que vous allez vous faire une querelle avec un bon nombre d’algébristes de Paris ; - mais continuez. » page 116, La lettre volée    

R. Réputation :» Je sais qu’ils sont deux frères, et ils se sont fait tous deux une réputation dans les lettres. » page 115, La lettre volée  

S. Sullivan : «Il quitta La Nouvelle-Orléans, la ville de ses aïeux, et établit sa demeure dans l’île de Sullivan,  près Charleston, dans la Caroline du Sud. » page 11, Le scarabée d’or  

T. Trop : « Peut-être le mystère est-il un peu trop clair, dit Dupin. »page 94, La lettre volée   

U. Usage : « L’usage général qu’on peut faire de cette table est évident ; mais pour ce chiffre particulier, nous ne nous en servirons que très médiocrement. »  

V. Vélin: « Et il tira de la poche de son gilet quelque chose qui me fit l’effet d’un morceau de vieux vélin fort sale. « page 17, Le scarabée d’or  

W. Je n’ai pas trouvé               

X. Je n’ai pas trouvé de mot mais dans le livre mais il y a x2 « Dites à l’un de ces messieurs, en matière d’expérience, si cela vous amuse, que vous croyez à la possibilité de cas où x2 + px ne serait pas absolument égal à q. »  page 119, La lettre volée   

Y. Yard : « Pendant que j’y rêvais, mes yeux tombèrent sur une étroite saillie dans la face orientale du rocher, à un yard environ au-dessus de la pointe où j’étais placé. » page 81, Le scarabée d’or  

Z. Zèle : «Nous allumâmes les lanternes, et nous attaquâmes notre besogne avec un ensemble et un zèle dignes d’une cause plus rationnelle. » page 44, Le scarabée d’or  

Mon avis sur le livre : J’ai bien aimé la nouvelle sur le scarabée d’or  car elle était facile à lire et elle donnait envie de continuer à lire, de savoir la suite de l’histoire mais La lettre volée je n’ai pas aimé car elle était dure à lire (les mots étaient compliqués).  

Élise A. 4D                                                                                                                   le 4/10/2014

 


Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 16:36

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES:

97822910.jpg

Ce livre se nomme Le Chat noir et autres nouvelles.

Il a été écrit par Edgar Allan Poe.

L'Editition est Librio.

THEME PRINCIPALhorreur

GENREC'est un recueil de six nouvelles

 RESUME de la première histoire:

C'est l'histoire d'une personne qui tua on chat car il l'avait énervé.Le jour précédent il découvrit un chat exactement pareil que celui qu'il avait tué la veille, la seule différence était qu'il avait une tache blanche sur le nez .Quand il le vit, il crut que c'était son chat mort qui revenait d'entre les morts. Un autre jour sa femme était tellement pénible que le monsieur la tua à coup de hache dans le crâne. Il crut que c'était à cause du chat qu'il avait fait ça.

JUGEMENT: Ce livre est très bien, je vous le conseille fortement.

Flavio, 4A, novembre 2012 

fofutdbl

 

Objet : lecture de « Le Chat Noir et autres nouvelles »

 

            Monsieur,

 

            Elève en 4ème, je viens de finir la lecture de votre livre : « Le  Chat Noir » qui contient six nouvelles. Je vais vous parler de chacune de ces nouvelles.

 Le Chat Noir   Le narrateur adore les animaux et surtout son chat Platon mais il sombre dans librio0213rr04.jpgl’alcool et devient cruel. Il lui arrache un œil puis le pend. Dans la nuit qui suit, un incendie détruit sa maison. Un nouveau chat devient son fidèle animal jusqu’au jour où il veut le tuer avec une hache. Sa femme s’interpose et il la tue puis la cache dans le mur. Le meurtre sera découvert par les policiers grâce au chat mort qui a hurlé.

 

Au début de cette nouvelle fantastique, j’ai beaucoup aimé la complicité entre le narrateur et son chat puis l’histoire est devenue morbide et j’ai eu  beaucoup de mal à lire certains passages atroces : « Je tirai de la poche de mon gilet un canif, je l’ouvris, je saisis la pauvre bête par la gorge et délibérément je fis sauter un de ses yeux de son orbite … » P7.  A la fin de la nouvelle, je suis ravi que le meurtre soit découvert grâce à la vengeance du chat.

 Hop-Frog

Le roi, aimant la facétie, avait enlevé un nain boiteux, Hop-Frog (sautiller et grenouille en anglais), devenu bouffon du roi et une jeune fille danseuse, Tripetta. Ils devaient amuser le roi « Dans ces temps, les nains étaient à la cour aussi communs que les fous ; et plusieurs monarques auraient trouvé difficile de passer leur temps – le temps est plus long à la cour que partout ailleurs – sans un bouffon pour les faire rire, et un nain pour en rire… » P20. Lors d’une fête organisée par le roi, Hop Frog, s’est vengé et a réussi à faire brûler le roi et ses ministres. Hop Frog et Tripetta se sont enfuis dans leur pays.

 

Dans cette nouvelle, j’ai aimé l’intelligence de Hop Frog qui a réussi à se venger du roi et l’amitié entre Hop Frog et Tripetta.

 

 L’ange du bizarre

C’est l’histoire d’un homme qui boit et qui voit en face de lui une pipe de vin qui lui parle et se dit être un ange. Après le départ de l’ange, l’homme fait une sieste et oublie d’aller assurer sa maison qui un jour prit feu. L’homme, abattu et blessé voulut se suicider mais l’ange vint à son secours et coupa la corde.

 J’ai trouvé cette nouvelle très loufoque. Quand l’ange parlait, il fallait bien se concentrer pour comprendre ce qu’il disait : « Che tis, - disait-elle – gu’y vaut que phus zoyez zou gomme ein borgue, pur hêtre aziz là, et ne bas me phoir …. » P36. La fin de l’histoire est sympathique car il est sauvé du suicide.

  

La barrique d’amontillado

 Montrésor veut se venger de Fortunato car il l’a insulté.  Il attire Fortunato dans une cave à vin sous prétexe de lui faire déguster un grand cru et l’enterre derrière un mur et laisse tomber sa torche dans la mince ouverture restante.

 

Dans cette nouvelle, j’ai appris quelques grands noms de vins : Médoc, Xérès, Laffite, amontillado … L’amour des vins a entraîné Fortunato vers la mort.

  

Petite discussion avec une momie

 Le narrateur est convié par son ami Ponnoner à se rendre au City Museum afin d’y examiner une momie. Cette momie a été découverte dans les montagnes de Lybie, au dessus de Thèbes, sur le Nil. Les savants  ouvrent une première caisse, la momie s’appelle Allamistakeo, puis ils ouvrent la deuxième et troisième bière. Mais au lieu de bandelettes et de rubans, ils trouvent une épaisse couche de papyrus, qu’ils retirent pour découvrir un corps qui est intact. Ils utilisent une pile et la momie se réveille brutalement et leur parle en égyptien. Elle leur explique qu’on ne lui a pas retiré les intestins et la cervelle, et qu’on l’a embaumée vivante. Elle leur raconte qu’à son époque la durée de vie était de 800 ans environ et qu’elle a été embaumée il y a 5 000 ans. Lors de leur discussion, ils comparent les civilisations de l’Egypte ancienne et de l’Amérique moderne.

 

J’ai beaucoup aimé ce conte qui nous parle de l’Egypte, des momies, des embaumements.  J’ai été surpris par le réveil de la momie. Ce  conte, contrairement aux autres nouvelles, était amusant : « Rajustant la batterie, nous appliquâmes de nouveau le fluide aux nerfs mis à nu, - quand, avec un mouvement plus vif que la vie elle-même, la momie retira son genou droit comme pour le rapprocher le plus possible de l’abdomen, puis, redressant le membre avec une force inconcevable, allongea au docteur Ponnoner une ruade qui eut pour effet de décocher ce gentleman, comme le projectile d’une catapulte, et de l’envoyer dans la rue à travers une fenêtre. » P63

 L’homme des foules

Le soir, à la nuit tombante, le narrateur observe les passants dans une rue de Londres, toutes les catégories sociales sont représentées. Soudain, il est attiré par un homme d’une soixantaine d’années, petit, maigre, vêtu d’habits sales et déchirés. Il décide de le suivre à travers la foule. Ils ont traversé plusieurs rues, plusieurs quartiers toute la nuit pour revenir dans la rue principale dans laquelle ils circulèrent toute la journée mais rien ne se passa. L’homme des foules est un homme qui ne veut pas être seul.

 

Je m’attendais à ce que l’homme poursuivi  commette un crime car le narrateur dit : «et, si mes yeux ne m’ont pas abusé, à travers une déchirure de manteaux, évidemment acheté d’occasion, dont il était soigneusement enveloppé, j’entrevis la lueur d’un diamant et d’un poignard. » P86 mais rien ne s’est produit.

 

La nouvelle que j’ai préférée est donc « Petite discussion avec une momie » car elle était intéressante et amusante. Par contre, « le Chat Noir » m’a perturbé, la cruauté du narrateur m’a fait mal. Ce que j’ai apprécié dans beaucoup de nouvelles, c’est la revanche, comme celle du chat ou de Hop-Frog.

 

                                                                                  Marc-Antoine, 4ème C, 8 mai 2014

fofutdbl

 

Edgar Allan Poe

Le Chat noir

Édition Librio

 

Les nouvelles de ce recueil : Le chat noir, Hop-Frog, l’ange du bizarre, la barrique d’amontillado, petite discussion avec une momie, l’Homme des foules.

 

Abécédaire 

 

A : animal « Ce dernier  était un animal remarquablement fort et beau, entièrement noir, et d’une sagacité merveilleuse.» page 6, le chat noir.

 

B : bientôt « mais ce sentiment fit bientôt place à l’irritation. » page 8, le chat noir.

 

C : connaître « Pluton lui-même commença à connaître les effets de mon méchant caractère. » page 6 le, chat noir

 

D : Démons « bois, te dis-je ! – cria le monstre, - ou par les démons !... » page 24, Hop-Frog.

 

E : encore « Vous boudez et il vous faut encore du vin. » page 23, Hop-Frog.

 

F : Férocement « tu tâches ! – cria le tyran, férocement. » page 23, Hop-Frog.

 

G : Gargantua « Il aurait préféré le Gargantua. » page 19, Hop-Frog.

 

H : Histoire « A l’époque où se passe cette histoire. » page 19, Hop-Frog.

 

I : influence « elle possédait beaucoup d’influence et ne manquait jamais d’en user. » page 21, Hop-Frog.

 

J : jugement « elle avait probablement été guidée par le calme jugement de son ami le nain. » page 27, Hop-Frog.

 

K : kirschenwasser « il m’inonda d’un océan de kirschenwasser » page 40, l’ange du bizarre.

 

L : Leonidas « j’avais lu le léonidas » page 33, l’ange du bizarre.

 

M : minute « en quelques minutes l’incendie éclata avec violence » page 41 l’ange du bizarre.

 

N : niche « et reculai de quelques pas hors de le niche. » page 53, la barrique d’amontillado.

 

O : ordinairement « ordinairement, la cervelle se vidait par le nez. » page 61, petite discussion avec une momie.

 

P : partager « venez partager notre joie. » page 58, petite discussion avec une momie.

 

Q : quand « quand cette cérémonie fut terminée » page 66, petite discussion avec une momie.

 

R : relativement « relativement aux dernières suggestions de l’orateur » page 66, petite discussion avec une momie.

 

S : suggestions « relativement aux dernières suggestions de l’orateur » page 66, petite discussion avec une momie.

 

T : travers « et ne semblaient occupés qu’à se frayer un chemin à travers la foule. » page 80, l’homme des foules.

 

U : je n’ai pas trouvé.

 

V : voyant « en le voyant » page 85, l’homme des foules.

 

W : wilkie « l’Epigoniade, de Wilkie » page 33, l’ange du bizarre.

 

X/Y : je n’ai pas trouvé.

 

Z : Zadig « Il aurait préféré le Gargantua de Rabelais au Zadig de Voltaire. » page 19, Hop-Frog.

 

J’ai bien aimé ce livre malgré le caractère malsain de certaines nouvelles.

 

HUGO T.                                                                                                                          06/10/14

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs