Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 19:28

Voilà j'ai dévoré les trois premiers tomes de L'Arabe du futur, roman graphique autobiographique sous titré "Une jeunesse au Moyen-Orient (1978 à 1987). J'attends avec impatience la parution d'un quatrième tome.

Avec humour et fraîcheur, l'auteur retrace en une suite de petites scènes étonnantes, touchantes, historiques, critiques, didactiques ou drôles sa jeunesse d'enfant franco-syrien, blondinet élevé à Tripoli dans la Lybie de Kadhafi puis en Syrie, près de Homs, pays de son père, fervent défenseur du panarabisme, et d'Hazed Al-Assad. Parfois,il revient cependant en France, pays de sa mère et plus particulièrement en Côtes d'Armor où il s'extasie devant ... l'Euromarché de Langueux et la profusion des produits qu'on y trouve ! C'est que le monde de son père est fort différent de celui de sa mère. Titulaire d'un doctorat, son père veut faire de Riad l'Arabe du futur mais la voie est étroite et difficile.A la fin du 3e tome, Riad et ses deux jeunes frères subissent la circoncision par "un sosie syrien d'Arnold Schwarzenenegger en plus âgé". L'opération doit faire de lui un homme et voilà que son père annonce sa nomination à l'université de Ryad en Arabie saoudite et ça ne semble réjouir que lui. Vivement le tome  4 !

 

Extrait du tome 2 pour mes lecteurs costarmoricains :

 

Repost 0
Publié par J Bicrel - dans S
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 12:14
Solet Bertrand, Deux copines ont disparu

Auteur : Bertrand Solet
Titre : Deux copines ont disparu
Éditeur : Oskar

Collection : Oskar jeunesse
Illustrateur de la couverture du livre : Aude Samara
Genre : roman social et sentimental

Ce livre raconte l’histoire de deux africaines vivant en France, Fatou et Mariam. Elles partent en Afrique aux vacances de Pâques mais ne reviennent pas à la rentrée. Sylvie, la meilleure amie de Fatou ainsi que les autres camarades du lycée s’inquiètent. Ils vont voir les parents de Fatou et Mariam afin de savoir où sont leurs amies.

Après un rendez-vous manqué, Sylvie apprend par le copain de Mariam, Mouloud, qu'elle doit se marier de force avec un cultivateur de son village en Afrique .Tout le monde en France se mobilise. Sylvie organise une manifestation sur la place de la mairie de leur ville. Le maire va rencontrer les parents Sissoko afin de les raisonner. Il en parle aussi à l'ambassade d’Afrique en France.
Malgré toutes les démarches pour aider les filles en Afrique, la vie du lycée continue et les histoires de cœur aussi. Un jour , Fatou revient seule afin de proposer à ses parents de faire un échange. C'est elle qui se mariera avec l'agriculteur car elle est majeure et pourra divorcer par la suite. Fatou s'envole pour l’Afrique afin de remplacer sa sœur. Le cultivateur ne veut plus se marier avec les françaises car il a eu trop de pressions venant des autorités de France. Finalement Mariam pourra continuer à aimer Mouloud et Fatou, Alex.

Sylvie joue un des principaux rôles du roman avec Fatou et Mariam. C'est la meilleure amie de Fatou avec qui elle passe tout son temps. C'est elle qui s'inquiète en premier de la disparition des deux sœurs .Elle est gentille, appréciée de tous .Elle lance des initiatives pour retrouver les Africaines. Mouloud, le petit ami de Mariam, va lui fixer un rendez vous afin de lui dire ce qu'il s'est passé en Afrique car il lui fait confiance. Elle éprouve un sentiment amoureux envers Alex. Malheureusement, elle découvre à la fin du roman que ce dernier est amoureux de Fatou. Elle est très déçue.

Extrait choisi pages 48 et 49

« -Mais oui! Écoute. Nous sommes du même village, les Sissoko et ma propre famille. Un village en pleine brousse, pauvre, qui envoie ses enfants à l'étranger pour survivre; un village où les idées anciennes sont toujours vivantes...
Durant deux semaines nous avons retrouvé nos cultivateurs et nos éleveurs, nos habitudes de travail dans les champs ; le séjour se passait bien, c'est seulement à la fin que les choses se sont gâtées. J'avais déjà été alerté par des rumeurs, des allusions faites par les jeunes de là-bas, ils riaient sans rien vouloir dire ; mais quand on a appris la vérité, ça a été un drôle de choc.
Sylvie approuva de la tête, elle se sentait plongée dans un autre monde, Mouloud reprit :
-Un soir, le grand-père de Mariam et de Fatou est allé rendre visite au chef du village avec d'autres notables. J'ai eu comme un pressentiment, et je me suis glissé vers la case devant laquelle ils étaient installés. Par malheur, une femme m'a aperçu au travers de la haie d'épineux qui me cachait bien mal. Elle a crié, et j'ai dû me sauver sans entendre un seul mot de leur conversation. Le lendemain, les filles sont venues me trouver, Mariam pleurait, Fatou était en colère. Elles m'ont annoncé que le mariage de Mariam avait été décidé avec un cultivateur, un homme aisé, il n'y en a pas tellement chez nous ; il possédait déjà deux épouses, il en désirait une troisième, très jeune. Il n'était pas question de refuser, l'homme faisait travailler beaucoup de monde et il promettait de l'argent pour entretenir la mosquée. Le choix s'est porté sur Mariam, tous les chefs de famille ont donné leur accord, la mère de Mariam également, parlant au nom de son mari... »

J'ai choisi ce passage car il explique bien ce qui s’est passé pour les deux sœurs parties en Afrique. J’arrive mieux à comprendre ce que des filles peuvent éprouver lorsqu'on les force à se marier avec un garçon qu'elles n'ont pas choisi. La religion et la coutume sont très ancrées dans les pays d’Afrique. C'est mal vu de désobéir mais certaines personnes comme Yassa le font quand même.

Sur l’illustration de couverture, je peux voir deux femmes africaines qui donnent l'impression de parler ensemble. L'une est de profil et l'autre est de face. Je pense qu'il s'agit de Fatou et Mariam.

J'ai beaucoup apprécié ce livre car il parle d'un sujet que je ne connaissais pas. J'ai pu découvrir l'injustice pour les filles africaines d'être souvent obligées d'épouser de force un garçon qu'elles n'ont pas choisi. J'ai bien aimé l’entraide et la solidarité qui s'est créée au sein du lycée afin d'aider les deux sœurs retenues en Afrique. J'ai été impressionné par Fatou qui était prête à renoncer à sa vie en France pour permettre à sa sœur Mariam de vivre.

Erwan, 4D, décembre 2015

Repost 0
Publié par Erwan, 4D - dans S
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 12:27
Stéfani Rémi, 500 000 euros d'argent de poche

Auteur : Rémi Stéfani

Titre : 500.000 euros d’argent de poche

Édition : Rageot

Collection : Heure noire

Illustrateur : Vincent Dutrait

Genre de roman : Policier

C’est l’histoire d’un petit garçon qui habite devant un petit sentier à côté d’une rivière. Un jour il y a eu un meurtre, un comptable s’est fait tuer par balles. Les jours d’après la police et la télé sont venues. Lorsque les caméras filmaient, le père du jeune homme se faisait interroger par les enquêteurs. À ce moment-là, Aurélien traverse avec son pied un petit tas de branches mortes et sent sous son pied quelque chose d’assez gros et lourd. Il attend le lendemain pour aller voir ce que c’était. Il met la main le plus loin qu’il peut, il la sort, puis court jusqu’à sa chambre. Il ouvre la sacoche et découvre 500.000 euros.

Un soir, il faisait chaud et il avait ouvert sa fenêtre. Il entend des voix derrière chez lui, il se cache derrière un buisson et écoute. C’était les auteurs du crime. Un autre soir il promenait son chien avec un copain et il voit un des policiers parler avec des gens dans une voiture. Au retour, les gens se sont arrêtés pour lui parler. Plus tard, Aurélien se fait enlever par les gars car ils savaient qu’il avait l’argent. Ils l’ont enfermé dans un vieux moulin jusqu’à ce que la police arrive le chercher et qu’elle emprisonne les tueurs avec leur chef.

Aurélien a le rôle principal qui est de trouver la sacoche. Il a l’air de taille moyenne, brun gentil et distrait. Il est fiable mais là il est obligé de mentir. Il ne supporte pas les gens qui se vantent d’être les meilleurs et être parfaits. Son comportement est normal, il est calme et sait mentir sans que cela ne se remarque quand il le faut. Comme ami, il a Louis qui se moque de lui en disant que sa maison est normale mais « moche » par rapport à la sienne.

Passage choisi p.40/41:

- Il l’avait forcément avec lui, ct’empaffé, il est parti de chez lui avec. Et il y avait rien dans sa bagnole.

- T’imagines s’il l’avait balancée à la flotte.

- Arrête. Personne peut balancer un paquet de pognon pareil.

- Avec la pétoche qu’y devait avoir !

- Quand même. Non, il a dû le planquer quelque part. Entre ici et le moulin.

- En tout cas, vaudrait mieux qu’on le trouve fissa. Parce que Manu il avalera pas facilement qu’on ait paumé le fric, si tu vois ce que je veux dire.

- Il va croire qu’on l’a piqué, c’est ça ?

- Mets-toi à sa place.

- T’as raison ! Si cet abruti de comptable l’a foutu à la flotte, on est mal.

J’ai choisi ce passage car je trouve que c’est ce qui déclenche les faits, il y a de l’action, du suspense, de la tension.

L’illustration de première page : Je trouve qu’elle représente bien l’histoire car il a trouvé 500.000 euros comme sur le dessin.

Pierre-Anne, 4A, décembre 2015

Repost 0
Publié par Pierre-Anne, 4A - dans S
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 22:00
SIMARD Éric, Le Souffle de la pierre d'Irlande

Auteur : Éric Simard

Titre : Le Souffle de la pierre d’Irlande

Éditeur : Magnard Jeunesse

Collection : Les Fantastique

Illustrateur de la couverture : Marie Diaz

Genre de roman : fantastique

La mère d’un jeune garçon, William, veut partir à la recherche d’une tombe mystérieuse en Irlande. Cela inquiète William car l’Irlande est le pays où est né son père mais aussi où il a disparu quelques mois auparavant dans la quête de retrouver cette même tombe. Arrivé là-bas, le garçon se sent comme chez lui, il se fait très vite des amis et parle assez bien anglais. Dans sa classe, il y a une jeune fille étrange, elle est aveugle et cache beaucoup de secrets. William l’aime bien et devient son ami. Sa mère, pour trouver la tombe, doit déchiffrer un manuscrit et elle est aidée d’un homme, Georg, William le soupçonne d’avoir fait disparaître son père à cause de la tombe qu’il recherche aussi.

Fiona/ Anga : Fiona est une jeune fille aveugle amie de William et mystérieuse. Elle est en fait Anga, une Tuatha qui possède des pouvoirs et une mission, elle doit protéger une pierre précieuse dans une tombe que la mère de William et un homme, Georg, recherchent. Anga a choisi William pour l’aider dans sa mission car avant d’arriver sur terre, il était un guerrier Tuatha, ami d’Anga.

Passage choisi: «- Une fée ?

-Une Tuatha ! Une vraie ! Elle approche les humains sous les traits de Fiona. C’est comme ça qu’elle s’est présentée à moi. Je n’aurais jamais dû parler de mes recherches à Georg. J’ignorais qu’il avait dans ses relations un trafiquant de pierres précieuses. Ils m’ont laissé chercher la tombe en pensant qu’il leur serait ensuite facile de s’approprier l’émeraude. Leur but était de la revendre sur un marché parallèle à un orfèvre véreux. Ils en auraient tiré un énorme profit. Tu imagines…un cristal de cette taille ! Anga m’a averti à temps. Ils ont essayé de me faire parler, puis ils m’ont jeté dans la crevasse. Regardent dans quel état ils m’ont mis ! » (Page 136)

J’ai choisi ce passage car il explique la disparition du père de William et pourquoi Georg était étrange et voulait aider sa mère à trouver la tombe en traduisant le manuscrit.

Avis sur la couverture du livre : Sur l’illustration, il y a une jeune fille rousse aux yeux verts. Elle est près d’un dolmen décoré de gravures celtiques et elle se trouve en Irlande. Je n’aime pas vraiment la couverture car il n’y a que des couleurs sombres.

Avis sur le livre : J’ai aimé ce livre car je ne lis que du fantastique et l’histoire m’a plu.

Emma, 4D, décembre 2015

Repost 0
Publié par Emma, 4D - dans S
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 16:41
Slocombe, Romain, Détective sur cour

L’auteur : Romain Slocombe.

Le titre : Détective sur cour.

Collection : Souris noire

L’édition : Syros.

L’illustrateur de la couverture : Christophe Merlin.

Genre du roman : Roman policier.

Résumé :

C’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Karima, elle a 14 ans, elle a fait une chute d’escalade, elle est plâtrée aux jambes pour 4 mois. Elle est en fauteuil roulant, elle s’ennuie, son kiné lui offre des jumelles pour se distraire. Un jour, elle assiste à un cambriolage, elle reconnait un des deux voleurs : Tino, le copain du frère de Karima. Elle remarque que l’homme cambriolé ne déclare rien à la police, c’est un banquier. Tino demande à Karima de cacher une enveloppe très lourde, elle l’ouvre par curiosité et devine que c’est l’ordinateur de l’homme cambriolé : M.Debourg, qui, lui aussi a des jumelles et s’aperçoit que Karima la surveille. En se faisant passer pour la police, il rentre chez Karima, il la menace de la jeter par la fenêtre si elle ne rend pas l’ordinateur. La police arrive. L’homme explique que c’est Karima et son complice qui ont volé son ordinateur aussi il était venu pour demander des explications. Donc la police comprend que c’est Karima la voleuse et lui demande de se justifier. Elle ne dénonce pas Tino mais il arrive et se dénonce lui-même. Une policière découvre dans les fichiers de l’ordinateur de M.Debourg qu’il est un trafiquant de drogue. Tino va en prison et Karima est amoureuse de lui, elle ne se décourage pas et va lui rendre visite.

Description d’un personnage : Karima Stévard : c’est l’héroïne du roman. Elle a 14 ans, elle est en 4ème au collège Jean Mermoz à Lyon. Ses cheveux sont châtains, longs et bouclés, elle n’aime pas trop les études. Elle est grande pour son âge. Ses parents sont séparés et sa mère l’élève seule. Karima est sportive. Karima est une fille du genre stressée et active, elle fait de l’escalade en compétition. Karima a chuté de 6 mètres lors d’une compétition, elle a des fractures aux jambes et au bras droit. Elle est bloquée chez elle et elle s’ennuie. Son kiné lui offre des jumelles. Elle va découvrir un cambriolage chez son voisin. Elle est amoureuse du cambrioleur mais continuera à l’aimer et le voir alors qu’il est prison.

un extrait du roman: De la page 27 à la page 28 : « Cette fois je retrouve rapidement l’appartement en question. A première vue, rien n’a changé depuis ce matin. Et pas de sang sur les murs, heureusement. Les fleurs assoiffées, dans leur vase, paraissent simplement un petit peu plus sèches… Ah, il y a quelqu’un ! J’ai vu passer une ombre au fond du séjour… Un homme. Il revient dans mon champ de vision. Ce n’est pas le père de la lycéenne, mais un type plus jeune, environ trente, avec une moustache. Il porte une sacoche. D’un geste brusque, il envoie valser les fleurs. Et se penche vers les tiroirs du buffet, qu’il ouvre les uns après les autres, rapidement. Je le vois glisser des objets dans sa sacoche. Ce type est un voleur ! J’en ai le souffle coupé. Je suis en train d’assister, en direct, à un cambriolage ! »

Je l’ai choisi parce qu’il y a de l’action, c’est la scène où Karima voit pour la première fois un cambriolage en direct avec ses jumelles dans un appartement en face de son immeuble. Après ce passage, elle voit que c’est Tino le cambrioleur (le copain du frère de Karima). On voit beaucoup de descriptions dans ce passage.

Illustration de la première de couverture : L’illustration de la première de couverture fait référence à la scène où M.Debourg voit avec ses jumelles que Karima l’observe de son appartement et il reconnait son ordinateur volé. Karima, qui espionnait son voisin, est aussi espionnée par celui-ci. C’est le passage captivant du livre.

Avis sur le livre : C’est un récit captivant car il y a des énigmes. Pourquoi le cambrioleur ne déclare rien à la police ? Va-t-elle se faire agresser par l’homme cambriolé ? Est-ce-que l’héroïne va aller en prison ? Est-ce qu’elle va dénoncer son copain qui a participé au cambriolage ? C’est un récit simple qui raconte la vie d’une adolescente et qui peut arriver à chacun d’entre nous et en plus avec beaucoup d’actions.

Guillaume, 4D, décembre 2015

Repost 0
Publié par Guillaume, 4D - dans S
commenter cet article
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 17:20
Schmitt, Éric-Emmanuel, Deux nouvelles à chute

Nom puis prénom de l’auteur : SCHMITT Éric-Emmanuel

Titre du recueil : Deux nouvelles à chute

Édition : Magnard

Collection : Classique & Contemporains

Titres des nouvelles : -Crime parfait –Les mauvaises Lectures

Crime parfait :

L’histoire se passe vers les Alpes, au XXI ème siècle.

Gabrielle et Gabriel sont les principaux personnages.

Ils sont mariés depuis trente ans mais Gabrielle ne supporte plus les remarques de son mari et décide de le tuer.

Extrait :

« Elle puisa une énergie gigantesque, se rua sur le dos qu’elle suivait et envoya à pleine force son poing aux creux de ses reins […] Elle porta le coup de grâce en frappant les deux mollets de son pied» Page.11

J’ai choisi ce moment car c’est là qu’elle tue son mari.

Les Mauvaises Lectures :

L’histoire se passe en Ardèche, au XXI ème siècle.

Sylvie et Maurice sont les principaux personnages.

Maurice est instituteur et déteste les romans. Sylvie sa cousine est ronde et adore les romans. Mais Sylvie va lui en faire découvrir un qu’il va beaucoup apprécier.

Extrait :

« Lire des romans, moi ? Jamais ! »

J’ai choisi ce passage car, c’est à ce moment qu’il affirme ne pas apprécier les romans.

Par Joséphine, classe de 4A, le 3 octobre 2015

Repost 0
Publié par Joséphine, 4A - dans S
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 10:39

Titre du recueil : Vanina Vanini Le coffre et le Revenant
Auteur : Stendhal 9782011691903FS.gif
Collection : Etonnants Classiques
Edition : GF Flammarion
Titres des nouvelles que contient ce recueil : Une enfance grenobloise, Au service de l’empire, Stendhal italien, Vanina Vanini, le coffre et le revenant


Abécédaire des mots clés de ce recueil avec citations et n° de page de ces citations :


Angleterre.( ligne 10 p.1) Les beautés blondes et réservées de la noble Angleterre avaient brigué l'honneur d'assister à ce bal; elles arrivaient en foule.
Banquier.(ligne 3 p.1) M. le duc de B***, ce fameux banquier, donnait un bal dans son nouveau palais de la place de Venise.
C’était.(ligne 1 p.1) C'était un soir du printemps de 182*.
Donnait.(ligne 3 p.1) M. le duc de B***, ce fameux banquier, donnait un bal dans son nouveau palais de la place de Venise.
Etait.(ligne 8 p.1)
Fameux.(ligne 3 p.1)
Homme.(ligne 15 p.2)
Disait-ils.(ligne 8 p.2)
Jeune.(ligne 1 p.2)
Les.(ligne 10 p.2)
Moins.(ligne 24 p.3)
Nouvelle.(ligne 7p.3)
On.(ligne 6 p.2)
Presque.(ligne 19 p.2)
Quelle.(ligne 13 p.4)
Rome.(ligne 2 p.1)
Soir.(ligne 1 p.1)
Tout.(ligne 3 p.1)
Unique.(ligne 11 p.4)
Venise.(ligne 2 p.1)
Pour les lettres G,K,W,X ,Y et Z je n’ai pas trouvé dans le livre


Mon avis : J’ai trouvé que ce livre était  ennuyant.
M. Vincent 4D                                                                                                                  06/10/2014

barre46

Auteur: Stendhal

Titre: Vanina Vanini

Edition: Magnard

Collection: Classique et contemporains

 

Abécédaire:

 

A: Asdrubale : p.10;L.27 «Le prince don Asdrubale»         

B: baïonnette : p.17;L.192 «blessé d'un coup de baïonnette»

C: Carbonaro : p10;L.37 «Un jeune carbonaro «         

D: Douleurs : p.47;L.860 «Sa douleur»

E:                   

F: Fort St Ange: p.10;L.37 «détenu au fort Saint Ange»

G: geôlier: p.46;L.853«les geôliers avaient tant promis»         

H: Homme: p.47;L.876 «mariez-vous sagement à l'homme»

I: Inconnu : p.16;L.166 «le lendemain l’inconnu»                

J: Jeune: p.39;L.679 «jeune homme fanatique dangereux»

K

O: opiner: p.38;L.672«mais plusieurs opinèrent»                       

L: Livio Savelli : p.11 ; L.43 «don Livio Saveli»

M: Missiliri : p.17;L.181 «je m'appelle Pietro Missirilli»                

N: Nièce: p.38;L.662 «nièce du gouverneur»                

P: prince:p.11;L.51 «le prince don Asdrubale»

Q:                              

R: Rome : p.9;L.1 «tout Rome était en mouvement»

S: Sauvé : p.10;L38 «de se sauver le soir même»                   

T:

U: «parti» Ultra          

V: Vanina: p.10;L.23 «mais enfin la princesse Vanina Vanini»

W: …/ X:…/ Y: …/          

 

Martin R, 4B                                                                                                        16/10/14

Repost 0
Publié par Vincent, 4D, Martin, 4B - dans S
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 22:51

Saint-Julien, le 30 avril 2014

 

M. Stevenson,51A4D2ZFR5L._.jpg

Je vous écris afin de vous faire part de mes impressions sur votre livre « Le cas étrange du Dr.Jekyll et Mr.Hyde » lu en traduction aux éditions Hachette collection Livre de poche (1996) car quelques zones d’ombre ne sont pas complètement éclaircies. Je vais également vous parler de ces moments fantastiques que ce livre m’a apportés.

Commençons par l’époque et les lieux que ce livre m’a fait découvrir : l’Angleterre du XIXème siècle et plus particulièrement Londres où se déroule l’histoire. Je n’avais jamais lu auparavant ni de romans ni de nouvelles dont l’histoire se passe au XIXème siècle.

J’en viens maintenant à une incompréhension de ma part : est-ce que c’est une immense nouvelle  comportant des chapitres ou les chapitres débutent-ils d’autres nouvelles ?

À présent parlons des personnages. Nous avons pu côtoyer Utterson le personnage principal menant l’enquête exerçant le métier de notaire , puis le docteur Jekyll et Mr Hyde qui ne forment qu’une personne : d’un côté le docteur qu’on ne qualifie pas dans le livre mais il a une certaine étrangeté, une dimension mystérieuse qui fait ressentir de la curiosité et de l’autre côté Mr Hyde, une personne froide, noire, antipathique, qui n’inspire aucune confiance. On parle aussi d’un Mr Enfield qui est un des parents éloignés d’Utterson mais ce n’est qu’un personnage secondaire puis de Lanyon un personnage dont je ne savais pas l’identité lors de ma première lecture. Après ma relecture, j’ai compris qu’il était docteur et ami de Jekyll. Puis il y a des personnages aux rôles assez brefs comme Lanyon et Mr Enfield, Sir Danvers Carew assassiné par Edward Hyde, le majordomes Poole (domestique de Jekyll ).

Maintenant je vais faire part de mes impressions au sujet de l’un d’eux, Utterson. Il me fait penser à Sherlock Holmes par son habileté à trouver des indices et à tirer des conclusions précises et claires. Ainsi pg 77 : « Je ne suis pas loin de partager votre conviction, Poole. Il devait y avoir une sorte d’intimité entre votre maître et ce nain. De là est venu tout le mal. Je crois que mon pauvre Henry a été assassiné et que le meurtrier (dans quel but ? Dieu seul le sait) se cache encore dans le cabinet de la victime.  Le Dr Jekyll lui me donne l’impression que c’est un savant fou toujours avide d’exploits scientifiques. Puis pg 99 : « […] Mon travail de laboratoire m’apporta une certaine lumière. Je commençai à discerner comme jamais encore que notre enveloppe corporelle, qui paraît si éphémère n’était qu’une simple écharpe de brume. Je découvris certaines substances qui avaient le pouvoir de nous débarrasser de notre vêtement de chair et de muscles, aussi facilement que le vent emporte la toile d’une tente… Hyde lui me fait penser à Jack l’éventreur par son envie de tuer. Enfin pg 105 : « Hyde ne pensait qu’à lui-même. Il torturait ses victimes avec une avidité bestiale ».

Cordialement,

 

Baptiste B. 4C.

Repost 0
Publié par Baptiste B, 4C - dans S
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 22:46

Auteure : Catarina Sobral

traductrice : Joana Cabral

Achime.jpg

edition : helium Acte Sud

Titre : achime le mot mystère

 

Une fois n'est pas coutume c'est  un album qui fait l'objet de cet article. Un album... pour la jeunesse ?

C'est ce que semble indiquer le cartouche éditorial et pourtant c'est un petit livre bien curieux qui vous lance sur les pistes de la grammaire et de la lexicologie, de la phonétique et de l'étymologie en quête d'une solution sans cesse repoussée à une énigme qui en cache une autre. Au passage, vous rencontrez un chercheur, une certaine Mme Bérangère au discours bien magistral, un linguiste, un premier ministre, un journaliste...

Et c'est l'occasion de jongler comme un poète avec la conjonction et l'adjectif, l'adverbe et le nom... à vous donner le tournis.

Un très joli livre en somme, pour petits et grands.

Repost 0
Publié par J Bicrel - dans S
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 18:24

Auteur: Annie Saumont
Titre: La guerre est déclarée
Éditions: Flammarion date:2005
Genre: recueil de nouvelles
Illustrateur: Joelle Jolivet
Thème principal: C’est une petite fille qui parle de la guerre.

Résumé
Dans son livre, Annie Saumont raconte plusieurs histoires (nouvelles), dont le thème central est la guerre. Dans la première nouvelle « La guerre est déclarée », la narratrice est une étudiante en sciences économiques. Elle s’interroge sur son avenir et cela lui fait peur. Du coup, se rappelant une anecdote de son grand père, qui avait échappé à une punition car au même moment sa mère avait annoncé à son père que la guerre était déclarée, elle décide de vivre comme si la guerre allait être déclarée. Ainsi, grâce à cela, n'étant pas sûre de ses sentiments envers son compagnon, elle a une excuse pour ne pas envisager des projets d'avenir.

Passage remarquable
j'ai bien aimé le passage p27 l.170 à 184, car c'est là ou elle va commencer à raconter plein d’histoires.

Critique personnelle : Ce livre a été difficile à comprendre avec tous ces changements d'histoire.

Julie L, 4A, Novembre 2012

 

utlign1

C'est l'histoire de plusieurs enfants (jeunes) qui racontent chacun une nouvelle se passant pendant la guerre de 1939-1945.

Chacun donne un titre à sa nouvelle en le repétant quelques fois dans le texte. Voici un extrait:

"J'ai trouvé mieux : La guerre est déclarée. Pas vraiment mon invention. J'avai
s souvent écouté bon-papa qui répétait ses histoires inabituelles... "


Ce livre publié aux éditions Flammarion collection Etonnants classiques se compose de huit nouvelles :
-"La guerre est déclarée"
- "Vous auriez dû changer à Dol"
- "Les voilà"
- "La Composition d'orthographe"
- "Sarah"
- "C'était hier"
- "Le cri"
- "Le sucre"

On y trouve aussi un dossier de documents complémentaires sur la seconde guerre mondiale. C'est un livre particulièrement recommandé aux élèves de troisième.

Méven M, 5B, février 2009

feuilles

Raphaëlle de 4C a dessiné le 15 janvier 2014 une nouvelle couverture à découvrir en cliquant ce lien vers le fichier pdf

saumont.jpg

Repost 0
Publié par Meven M, 5e B, Julie L, 4A, Raphaëlle de 4C - dans S
commenter cet article

Présentation

  • : LIRELIRE
  • LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire) Pour envoyer vos fichiers ouvrez ce lien, donnez l'identifiant Lierelire et donnez le mot de passe : http://outils-n.archive-host.com/upbf.php?id=vJxkEuFnbtxh
  • Contact

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs

  • M (93)
  • C (83)
  • B (74)
  • D (63)
  • G (52)
  • S (45)
  • H (43)
  • P (41)
  • F (37)
  • L (34)
  • J (31)
  • R (26)
  • T (26)
  • A (23)
  • K (23)
  • V (17)
  • W (16)
  • N (13)
  • O (10)
  • E (7)
  • GESTION (5)
  • Z (3)
  • I (2)
  • quizz (2)
  • Q (1)
  • Y (1)