Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 22:13

Ce livre a été écrit par Mitsu Izumi. Personnellement je ne connais pas d’autres œuvres de cet auteur. Le tome 1 de ce livre est paru en 2018 au Japon. La traduction française a été faite en avril 2019 par Géraldine Oudin. Ce livre est un mangas car on le lit à l'envers, les images sont en noir et blanc.

 

C’est un petit garçon qui est différent des autres, il a les yeux verts, les cheveux dorés et les oreilles pointues. A cause de ces différences, il se fait discriminer. Il aime tellement lire que malgré son interdiction d’entrer dans la bibliothèque, il y va quand même. Il rêve également d’aller dans la bibliothèque centrale, là ou des ouvrages du monde entier sont rassemblés.

Dans ce premier tome les personnages principaux sont Shio Fumis ainsi que Sedona Blue.

Shio Fumis est un petit garçon passionné de lecture, hélas à cause de ses différences, il ne peut pas entrer dans la bibliothèque.

C’est un personnage principal car malgré toutes les méchancetés que lui dit le responsable de la bibliothèque, Shio n'hésite pas à le sauver des flammes. C’est un acte de bravoure car en plus de sauver le père de Sakiya, il risque sa vie pour sauver le seul livre qu'il lui a été permis d’emprunter.

Sedona Blue est une jeune Kahunas âgée de 17 ans qui maîtrise l’élément du vent. C’est elle qui a éteint les flammes en enlevant le dioxygène de l’air. Elle aide Shio à se sentir mieux, en lui faisant confiance.

Quand j’ai lu ce livre j’ai pensé à mon changement d’école et la différence entre elles. Et j’ai le souvenir d’une fille qui pleurait à cause de sa différence, elle n’avait pas d’amie, et cela m’attristait. Quand j’ai vu l’image de Shio qui pleurait pour sa sœur mais aussi quand les enfants le discriminaient, je me suis rappelé la chanson « Ta meilleure amie » qui parle d’une fille qui souffre de ses différences.

Il y a un extrait qui m’a beaucoup marquée :

« Qu’est-ce que je peux faire ? (…) S’il te plaît … lève-toi ! »

Il m’a beaucoup marqué parce que c’est là où le héros est le plus impuissant car malgré son envie d'aider sa sœur, il ne peut rien faire seul et c’est après qu’il part chercher de l’aide et qu’il croise Sedona.

Je pense que Mitsu Izumi s’adresse à tous les enfants qui se font harceler ou discriminer pour qu’ils reprennent courage et se sentent mieux en leur montrant que tout peut s’arranger. L’auteur décrit la méchanceté de l’être humain face aux autres, le rabaissement, la tristesse, mais aussi que tout peut aller mieux si on reste gentil envers les autres.

Cette intention est positive car il remonte la pente grâce à Sedona; et malgré les difficultés la fin est heureuse.

Quand j’ai lu ce manga, j’ai beaucoup aimé le fait que le héros aime lire mais j’ai été heureuse pour Shio quand Sedona lui a confié son livre le plus précieux.

Je n’ai pas trop aimé le fait que les enfants soient méchants avec lui sans vraiment apprendre à le connaître. J’étais en colère contre ces enfants et j’ étais triste pour Shio à cause d’eux.

Dans ce livre, j’ai beaucoup aimé qu’il y ait de la magie : ça rajoute un côté amusant.

J’ai réellement compris et aimé ce livre. J’aimerais vraiment lire le suite de ce manga.

Sur cinq étoiles je lui mets quatre étoiles et voici mon quiz :

https://www.babelio.com/quiz/44145/Magus-of-the-library-tome-1

 

Pour moi ce qui m’a plu dans ce livre c’est la différence de l’enfant car malgré sa différence et sa pauvreté il a un grand cœur et de belles ambitions mais aussi son caractère , cet enfant est courageux et très protecteur des livres mais aussi très peureux . Et dans ce livre rien ne m’a déplu

 

1)L’extrait que j’ai sélectionné ;

 

Pipili  «  Dis donc !Ça ne se fait pas de lire les livres des gens sans leur permission !

Shio -Euh … Excusez-moi !

Pipili  -Si tu voyais ta tête !!! A en croire ton expression … Tu n’as jamais vu de cocopa !

Shio – En fait je …

Pipili  – Je sais ! Je t’observe depuis le début ! Je surveillais les bagages … D ‘ailleurs la propriétaire de cet ouvrage est de retour.

Sedona – On a trouvé une auberge, on va y déposer nos affaires ! Oh … Tiens ? C’est le garçon de toute à l’heure, que fait-il avec mon livre ?

Pipili – Comme tu l’avais oublié sur le banc il en a profité pour gribouiller dessus !

Shio – Euh ..Ce n’est .. pas vrai .

Sedona – Tu n’as pas honte de taquiner un enfant ?

Pipili – Tu ne m’a pas cru ? Je le surveillais dans l’espoir de le disputer mais il est resté assis là à lire bien sagement !

Sedona – Pourquoi tu ne peux pas t’empêcher de tester les gens ? C’est cruel !

Shio – Excuser moi … J’ai remarqué le livre en passant, je n’aurais pas dû l’ouvrir sans votre permission ! Mais il va pleuvoir et je ne voulais pas qu’il soit mouillé. »

 

J’ai sélectionné cet extrait car il montre à quel point il aime les livres et ça explique à quel point il les protège.

Jessie, 4C

 

Partager cet article

Repost0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 15:11

C'est mon premier manga ! Au départ, cela semble déconcertant mais on s'y fait vite et cela se lit très vite. Celui-ci a un intérêt documentaire évident : on découvre la cuisine turque et la danse ou plutôt les danses orientales en détail. L'intrigue, elle, me parait plus faible et improbable : cela commence par l'enlèvement à Tokyo de Yako une jeune étudiante en école de mode. Le kidnapper est un vieillard, un restaurateur turc qui en est à son troisième enlèvement ! Or, contre toute attente, Yako accepte de devenir serveuse au restaurant, L'akşehir. Le vieil homme l'avait remarquée car elle avait au cou un nazar boncuk , amulette turque destinée à écarter le mauvais oeil. Yako devient alors l'amie de Zakuro, japonaise mais danseuse orientale au restaurant. L'intrigue ainsi lancée marque une pause, jusqu'à ce qu'à la fin, au cours d'une intrigue sentimentale naissante, elle se relance et s'achève sur une énigme : quel est le sens de cette amulette offerte à Yako par une ancienne amie soudain revenue pour la lui offrir avant de se suicider ?
J'ai demandé leur avis à trois collégiennes habituées aux mangas. Toutes trois apprécient la dimension documentaire mais chacune formule un ou deux bémols : il y a trop peu de rebondissements ; les dessins, en particulier de danse, seraient mieux animés ; le contexte japonais n'est pas assez mis en valeur ; enfin l'héroïne est un peu fade par rapport aux personnages secondaires.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 10:49

Indications bibliographiques :
-Auteur/s : Eva Ibbotson26167673_6123714.jpg
-Titre : Recherche sorcière désespérément
-Edition : 2006, collection Wiz, édition Albin Michel Jeunesse.
Genre : Ce livre est un roman fantastique, humoristique et sentimental.  
Thème principal :
Un grand sorcier exerçant la magie noire décide de se marier avec une sorcièr e (« noire » aussi) pour avoir un enfant qui pourra le remplacer.


Résumé :
Arriman, grand sorcier exerçant la magie noire, décide de se marier avec une sorcière tout aussi noire que lui pour avoir un descendant. Il décide alors de créer un concours pour départager les sorcières. Il invite toutes les sorcières de Todcaster (sa ville natale). Il y avait sept sorcières à Todcaster : la sirène Mlle Varech, Estelle Bagafoin, les sœurs jumelles Nancy et Nora Gheulhard, la Mère O’Dboudin, Belladonna et Jemmy Fore qui ne participa pas au concours car elle était couverte de boutons. Mais la maléfique Mme Olympia ne tarda pas à arriver. Elle n’était pourtant pas de Todcaster mais elle insinuait qu’elle avait acheté la maison de Mlle Palude qui, elle, était partie en voyage. En se promenant, la belle Belladonna (sorcière blanche !!!) rencontre un garçon : Terence. Il avait un ver de terre comme animal de compagnie et vivait dans un pensionnat car il était orphelin. Belladonna alla le voir, discuta puis elle remarqua la directrice. Elle enracina la directrice. Enraciner les gens était de la magie noire, or Belladonna était blanche. Elle et Terence se dirent alors que Rex le ver de terre avait un pouvoir car elle le tenait dans la main lorsqu’elle avait enraciné la directrice.
Mlle Varech était le numéro 1 au concours organisé par Arriman; elle reçut la note de 4 sur 10 pour son tour, tout comme Estelle Bagafoin qui était  la numéro 2. Nancy Gheulhard était la troisième, avait parfaitement réussi son tour, elle avait créé un trou sans fond,  jusqu’au moment où elle se chamailla avec sa sœur qui tomba dans le trou sans fond. Nancy se retrouva éliminée du concours. La mère  O’Dboudin fut la cinquième. Et la sixième était…Mme Olympia !!! Son tour fut terrifiant, plein de magie noire : elle fit apparaître des rats qui devinrent gros comme des chiens !!! Puis ils s’entremangèrent. Le dernier se dévora lui-même. Elle obtint la note de 9 sur 10.   
Belladonna  souhaitait réveiller le chevalier Simon (c’était un fantôme qui demeurait dans l’antre d’Arriman) et le ramener à la vie. Mais Rex avait disparu ; or Belladonna ne pouvait faire de magie noire sans lui. Terence embaucha alors un acteur pour jouer le rôle du chevalier Simon revenu à la vie. Mais Belladonna ne savait pas qu’il était introuvable. Au moment de son tour, elle prit la boite où était censé se trouver Rex. Elle fit son tour. Le chevalier Simon  apparut !!! Elle l’avait réveillé d’entre les mort et pour de vrai car Terence apprit vite que l’acteur qu’il avait embauché pour jouer le rôle du chevalier avait eu un accident. Or Belladonna n’avait pas Rex avec elle lors de sa prestation.
Terence était retourné au pensionnat car les policiers l’avaient remarqué. À un moment, la directrice voulut le frapper;  il ferma les yeux et la transforma en araignée. Terence était donc le futur successeur d’Arriman ; il pouvait se marier avec Belladonna et faire des enfants (la couleur de leur magie n’aurait plus d’importance puisque Terence était là). Ils se marièrent heureux !!!
 

 

Passage remarquable :
« Et puis quand je les ai entendues raconter que je mordais tellement fort alors que j’étais encore tout bébé, ça a fait un tilt, et quand la dirlo s’est ruée vers moi, j’ai juste fermé les yeux et… eh bien voici. »
Sur  ces mots, il tendit la boîte, à l’intérieur de laquelle l’araignée cavalait furieusement d’une paroi à l’autre.


Ce passage est très important car c’est à ce moment-là qu’Arriman découvre que son futur successeur était Terence. Ce qui permet donc à Belladonna et à Arriman d’avoir des enfants sans se soucier de la couleur de leur magie.


Remarque personnelle :
Ce livre est très intéressant car il a de tout. L’amour, le suspens et la magie sont les trois grands atouts de ce livre. J’ai beaucoup aimé et je vous conseille fortement de le lire. Il te quelques mots difficiles mais il est très agréable à lire. Il est très passionnant.

Albane H, 5D, 25/01/12

 

barrefleur15fx3

 

Présentation de  l'éditeur
 

713242-gb.jpg

Marion, 5A, 28/11/08

Je rédige une suite à cette présentation :

Comme elle est prête à tout pour l'épouser, elle décide de faire le sort le plus maléfique qui ait existé :

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 21:04

L'histoire dit qu'il existe un pays où habitent les créatures imaginaires.
Le passage est ouvert tous les neuf ans.


Un jour, le roi et la reine du pays extraordinaire eurent un enfant dont ils confièrent la garde à trois jumelles.
Un jour, la reine décida que le prince pourrait aller faire un tour dans le pays des humains, accompagné par ses babysitters.
Sur terre, le prince fut kidnappé par une riche femme qui voulait un bébé.
Neuf ans plus tard, le royaume lance à sa recherche une troupe composée d'un magicien, d'une fée, d'un ogre et d'une petite sorcière....



J'ai aimé ce livre car il y a de l'action et quand on le commence, on a envie de le fi
nir. Ce livre est intriguant mais pas très rigolo. Je vous conseille sa lecture car je le trouve bien.

Yves, 5B, 17/10/2008

********************************************************************************************************

Auteur: Eva Ibbotson

Titre: Le secret du quai 13

Editeur: Albin Michel

Collection: Wiz

Illustrateur: Gianni De Conno

Genre: roman fantastique

C’est l’histoire d’un petit garçon kidnappé à la naissance par une femme qui n’en n’avait pas .Mais la vraie mère du petit veut le récupérer sauf qu’elle vit sur une île secrète. Pour y parvenir, il faut traverser un tunnel  qui ne s’ouvre que tous les neuf ans et pendant neuf jours. Sa vraie  mère était la reine de cette île alors elle ne pouvait pas partir car une reine doit veiller sur son peuple. Alors elle engage trois créatures : Cornélius le sorcier, Cornichette  la  fée  et  Hans  le  géant  pour retrouver et ramener le prince. Une sorcière s’appelant Odge intègre au cours  du temps le groupe des sauveteurs. Dans le monde réel le prince  vit une enfance difficile car madame Trottell a eu un enfant  entre temps. Quand les sauveteurs arrivent  dans le monde réel au bout de neuf ans  ils se mettent tout de suite à chercher le prince qui s’appelle désormais  Raymond Trottell. Les sauveteurs le trouvent rapidement et essayent de lui expliquer son passé, Raymond le trouve totalement absurde mais au fil du temps il y croit. Une amitié se crée entre Raymond et  Odge. Odge réussit avec difficulté à ramener Raymond qui désormais s’appellera comme à sa naissance…Ben.

Je vais vous présenter madame Trottell, celle qui a kidnappé le prince. Cette femme est mariée avec un riche banquier  monsieur Landon Trottell. Elle habite dans un quartier chic de Londres près de Buckingham Palace. Sa maison est très surprenante car elle est très grande, il y a cinq domestiques qui l’entretiennent. Madame Trottell est une femme qui aime donner des ordres et qu’on lui obéisse, elle est méchante envers les personnes qu’elle n’aime pas.

Extrait choisi :    

« Odge tourna la tête. Son œil vert apparut, puis son œil brun comme elle rejetait ses cheveux en arrière.

-C’est vrai ? Tu veux que je vienne vivre avec toi ?

-Bien sûr. On l’a décidé dès le premier jour, avec mes parents, dit Ben (son visage s’illumina lorsqu’il prononça ces mots.). On aurait peut-être dû t’en parler plus tôt, seulement j’adore les surprises, et je pensais que toi aussi.

-Oui c’est vrai, fit-elle en remuant les pieds dans le sable. Seulement… et si… si je ne deviens  jamais une puissante et redoutable sorcière ? Est-ce qu’ils se contenteraient d’une… d’une simple sorcière… dans un palais ? Je veux dire… peut-être que je n’aurai jamais un seul orteil supplémentaire ?

Ben se remit sur pied.

-Ne dis pas de bêtise, Odge, dit-il. Tu es comme tu es, et c’est exactement comme ça que nous t’aimons.

Odge se moucha et remit ses pyjamas dans la valise. Puis elle tendit la main à Ben et ensemble, ils remontèrent la plage vers les toits accueillants du palais »

Ligne 19, page 233 Ligne 10, page 234

J’ai choisi cet extrait pour trois raisons :

-Pour vous montrer l’amitié qu’il y a entre Odge et Raymond.

-Afin de vous faire découvrir ce qu’ils font  après l’aventure dans le monde réel.

-Et pour finir, vous faire découvrir le caractère des deux  personnages principaux.

L’illustration de couverture  nous fait bien penser à l’histoire car il y a les deux supers amis, Odge et Raymond.

 

J’ai trouvé l’histoire superbe, pas trop difficile à comprendre, le vocabulaire un peu plus. L’histoire se déroule selon le schéma du récit fantastique. J’ai cependant un regret, l’auteur ne décrit pas beaucoup les créatures fantastiques présentes dans son livre.

Cécile, 4A, décembre 2015

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs