Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 21:39

Ce roman couronné par le Goncourt des Lycéens en 2003 et semble-t-il encore largement

plébiscité par les lycéens qui le lisent ou l'étudient est le 3e que je lis de Laurent Gaudé après Le Soleil des Scorta (prix Goncourt 2004) puis Eldorado (2006). Mes lectures se font ainsi en sens inverse de la chronologie. Des trois, c'est celui que j'ai le moins apprécié. C'est à mes yeux une timide réécriture de l'Iliade transposée dans une Afrique légendaire où s'affrontent des êtres aussi fantasques que des amazones, des travestis, des drogués, des hommes fougères...en somme des êtres issus de diverses cultures. Les combats sont sanglants et coriaces comme dans l'Iliade mais comment rivaliser avec le souffle de cet immense poème épique qu'est l'Iliade ? ici Hélène se nomme Samilia et finit par disparaître, son père, le roi Tsongor,  confronté au dilemme du mariage de sa fille, préfère se suicider, livrant sa ville au saccage par les prétendants. Les combats font rage jusqu'à ce qu'il ne reste plus personne, sauf le dernier fils qui revient après ces années de carnage, ayant exécuté les dernières volontés de son père. Le roman n'est pas exempt de poésie mais à mon avis il rivalise avec un titan et c'est une entreprise téméraire.

Voici l'invocation par laquelle commence l'Iliade ( traduction de Frédéric Mugler, Actes Sud, 1995) :

« Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille,
Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens
Et fit descendre chez Hadès tant d'âmes valeureuses
De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens
Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l’avait-il voulu.
 »

Comment peut-on rivaliser ?

J'ignore ce qui séduit des jeunes lecteurs dans La Mort du roi Tsongor, j'en suis curieuse. Pour les enseignants, c'est évidemment un roman intéressant pour qui veut travailler les réécritures au lycée. A ce titre, je le conserve dans ma bibliothèque mais je préfère de loin Le Soleil des Scorta.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Thibault, 1ES 22/11/2017 15:59

J’ai aimé ce roman car il concilie combat épique et lutte psychologique : l’auteur à travers cette œuvre montre le côté monstrueux de la guerre et ses bienfaits.
Il insiste sur le fait que la guerre appelle la guerre. A la fin du roman elle perd réellement tout son sens et ne laisse derrière elle que mort et destruction. Le roman met également en avant l’amitié entre hommes avec le personnage de Katabonlonga qui veille sur le corps du roi aussi bien dans son vivant qu’après sa mort.
Il nous permet de découvrir également une tout autre culture avec des pleureuses et d’imposantes cités. Il donne une morale très instructive et fait comprendre par sa lecture que parfois la guerre est inévitable.
Il fait apparaître la notion de fatalité et de destin : le roi malgré tous ses efforts et son pouvoir ne peut échapper à cette fatalité.
Thibault

Clément, 1ES 22/11/2017 15:54

J’ai apprécié ce livre car il m’a permis de voyager dans le temps. L’action est très présente notamment dans les scènes de batailles. Les personnages et les intrigues sont intéressants et nous donnent envie d’en apprendre plus sur l’histoire, certaines scènes de ce livre sont choquantes
Même si cela n’empêche pas de rentrer dans l’histoire, la fin du livre est assez prévisible, elle clôt les intrigues et ainsi ne laisse pas le lecteur dans le doute.

Clément.

Angelilie 17/09/2017 18:16

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement. un blog très intéressant et plaisant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs