Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 21:35

Magnus, c'est le nom d'un ourson à l'oreille "à moitié grignotée par une brûlure", à moins que

ce ne soit juste un nom brodé "en grosses lettres bariolées" sur le carré de coton enroulé à son cou et c'est aussi, mais seulement parfois, le nom d'un jeune homme "quelque part entre San Francisco, New-York, Montreal, Los Angeles et Vancouver et encore bien d'autres villes." Ce jeune homme d'ailleurs a plusieurs pseudonymes, Franz-Georg, Franz Keller, Adam, Magnus au gré des personnes qu'il croise, un médecin nazi et son épouse Thea Dunkeltal, le pasteur Lothare et sa famille, Hannelore, Else, Erika et leur amie Peggy Bell, puis May et son époux Térence et son ami Scott jusqu'à l'ermite frère Jean qui, fait irruption dans sa vie au fragment 27, tout comme frère Jean des Entommeures apparaissait au chapitre 27 de Gargantua ! Coïncidence ? 

Il faut dire que ce roman est loin d'être "un long fleuve tranquille" ! D'une part, il est découpé en "fragments" qui ne se présentent pas dans l'ordre attendu et qui sont séparés par des notules qui semblent chargées de donner des éléments documentaires et des séquences de textes issus d'autres oeuvres. La chronologie est perturbée mais aussi la logique de la fable.

Or, on le comprend vite, si tout est bousculé, c'est que l'Histoire  comme celle du héros est en lambeaux. Magnus a perdu la mémoire quand Hambourg a été bombardée aux bombes explosives et incendiaires "au coeur de l'été 43" Il a ensuite perdu sa famille d'adoption quand la légende héroïque s'est effondrée. L''Allemagne vaincue, les nazies ont fui et le héros a découvert  l'horreur qui se cachait derrière leur brillante existence.

Plus surprenante est l'intervention de l'ermite frère Jean, un homme que l'on prend d'abord pour une femme, qui prie devant un espace béant où la statue n'est plus, qui vit avec les abeilles et permet au héros de finir sa quête en écoutant tomber les feuilles mortes (On songe ici à Orphée que Virgile évoque dans le livre IV des Georgiques où il évoque aussi très longuement... les abeilles!). Même s'il ne connait toujours pas son identité, le héros peut alors s'en aller.

"Pour tout livre, il emmène celui qui s'est ouvert en lui dans un souffle de hautbois, et qui n'en finit plus de bruire dans son esprit, dans sa poitrine, dans sa bouche. Les pages du livre frémissent dans ses mains, s'effeuillent sous ses pieds.

.S'en aller, chante tout bas le livre des merveilles et de l'insoupçonné, s'en aller...

S'en aller." ( p.264)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs