Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 12:21

J'étais impatiente de lire ce livre en lice pour le Goncourt 2020 : Thésée est un personnage qui me fascine et je garde un excellent souvenir du Thésée d'André Gide notamment.

Voilà donc un autre Thésée mais cette fois, j'ai fini par me perdre dans son labyrinthe. Après le suicide de son frère Jérôme, le décès de sa mère puis celui de son père, Thésée quitte tout pour aller s'installer avec sa famille dans une ville de l'Est. Il emporte trois boites d'archives familiales en guise de fil d'Ariane. Très vite, il sombre dans une profonde dépression et les archives familiales gisent autour de lui dans sa chambre.... De temps en temps des flashes éclairent le lecteur sur les sources du malaise :  la difficulté d'être Juif en France sous Vichy, la judaïté refoulée au profit de la réussite sociale, ... Mais le récit revient sans cesse aux mêmes idées et tisse des liens obscur entre des dates et des événements, la mise en page mêle photos, manuscrits, texte en italiques en vers libres et texte en prose qui reprend soudain en milieu de phrase ! Bref, un labyrinthe où l'on se perd et dont je ne suis pas ressortie.

extrait choisi :

commences-tu à comprendre comment les corps s'imbriquent

vie après vie

eux, Nissim et son jeune frère Talmaï, notre aïeul,

rêvent de se battre pour une nation qu'ils viennent

juste de rejoindre

tandis que toi et moi

deux frères aussi, pris dans le flot du temps

nous décidons de la fuir

toi, en te suicidant, Jérôme, et moi,

en partant vers un pays

l'ALLEMAGNE

dont je commence à comprendre qu'il est pour Thésée

comme le monstre au cœur du labyrinthe

la grande épreuve de l'effroi et des peurs

généalogiques

mais Nissim, lui, est heureux de se battre pour la France, il en oublie, dans les combats, qu'il fut enfant d'un autre lieu et lié à la « religion de ses pères » ; il se déplace, s'inquiète de ne pas recevoir de lettres de notre futur ancêtre, son cadet ; il se décrit plein d'élan, satisfait d'avoir obtenu de ne plus conduire ; il dit vouloir « faire la guerre pour de vrai » et écrit le onze septembre de Rouen : « J'ai pu faire partie d'une expédition assez sportive dont je suis revenu la nuit dernière ; il s'agissait de faire sauter une ligne de chemin de fer très employée par l'ennemi : cent cinquante kilomètres avec cent soldats à l'intérieur des lignes ; nous sommes arrivés par des chemins jusqu'au point indiqué sans être repérés ; pendant trois heures, nous avons miné la voie et à huit heures du matin, nous l'avons fait sauter ; nous étions à cinq cents mètres d'un village occupé et nous apprenons que seul un détachement de cinquante Allemands y est demeuré, les autres ayant poursuivi vers le front ; en accord avec le commandant, nous avons pris une dizaine d'hommes sur deux autos et nous sommes arrivés sur la place du village ; il était dix heures du matin et une quinzaine de boches étaient assis en train de manger et de fumer ; nous avons ouvert le feu à bout portant… »

vois-tu, Jérôme, cette boucle qui commence à se refermer ?

Ce livre est vendu en librairie 18, 50 €, je le revends à 15 €

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs