Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 11:14

Dans Le Printemps des monstres, Philippe Jaenada reprend le genre du roman enquête qu’il avait déjà exploité notamment dans La Serpe. Cette fois, il s’intéresse à une histoire particulièrement touchante car il s’agit du meurtre d’un enfant dont s’est accusé un homme qui probablement n’était pas véritablement le coupable. Cet homme, en s’accusant sans doute à la place d’un autre, n’était pas en mesure de prévoir qu’il passerait en prison plus de quarante années. Pendant ces années, sa compagne et lui échangeront de nombreuses lettres puis cesseront brutalement toute correspondance. Cette compagne meurt à trente et un ans, sans que son mari en soit informé !

Pourtant, à en juger par les lettres qu’ils s’écrivaient, ils formaient un couple très amoureux. Le meurtre en question est celui du petit Luc Taron en 1964 et l’accusé est un infirmier nommé Lucien Léger, un homme qui s’est laissé entraîner dans une folle fanfaronnade s’accusant d’être “l’étrangleur”! Bien sûr il devient ainsi célèbre et les journalistes s’empressent de publier ses élucubrations. Dès lors, la police, la justice, la presse et l’opinion publique voient en lui le monstre sans même se dire que l’enfant n’avait pas été étranglé !

L’auteur se lance alors dans une enquête méticuleuse qui le conduit partout sur les traces de Luc, de Lucien Léger et de son épouse Solange. Il va sur les lieux, rencontre des témoins, fouille des archives et particulièrement nous fait découvrir la personnalité riche et touchante de Solange. Les lettres qu’elle échange avec son mari témoignent de son intelligence et de son humanité sensible et chaleureuse! Or l’auteur découvre que ces lettres étaient contrôlées par l’administration et parfois interceptées à tel point que le couple finit par se défaire.

Dans cette histoire les monstres ne sont pas ceux que l’on prévoit : policiers, journalistes, justice, médecins ont des comportements qui frisent la monstruosité, broyant les gens modestes sans vergogne et tous les malfrats dans l’entourage d’Yves Taron sont manifestement monstrueux.

Ce roman enquête fleuve est surtout intéressant pour le personnage de l’enquêteur dont on ne peut s’empêcher de penser qu’il se confond avec l’auteur. Cet acharnement à faire renaître le passé et à exprimer l’humanité poignante d’êtres à jamais disparus, comme Solange, (on ne sait même pas où elle a été enterrée !) est touchant et précieux.

Extrait choisi : Mais « nullement mystérieux », Delarue pousse le bouchon. Elle abusait des cachets, elle mangeait peu et mal, elle était de faible constitution, mais elle avait trente et un ans. Elle était régulièrement victime d’étouffements, ou de sensations d’étouffement, l’autopsie a révélé des œdèmes pulmonaires, mais si elle s’était asphyxiée, ce serait assez facilement visible et donc noté quelque part, non ? Or pas un mot à ce sujet. (Des œdèmes pulmonaires ?) On ne tombe pas comme ça, morte, à trente et un ans, de façon nullement mystérieuse. Et quand le commissaire écrit que « le Dr Martin conclut à un suicide par barbituriques », c’est faux, du moins c’est une autre de ces interprétations abusives qui lui sont si souvent utiles dans son rapport : le docteur Martin n’a pas conclu ça. Sur le registre de l’Institut médico-légal de Paris, complété après l’autopsie, en face du numéro d’ordre 108, celui de Solange Léger née Vincent, on peut lire, dans la colonne « Genre de mort » (où il doit être précisé s’il s’agit d’une mort naturelle ou violente – en particulier accidentelle, toxique, asphyxique…) : « Inconnu », et dans la colonne « Causes présumées » : « Inconnues ». Ce n’est pas exactement « suicide par barbituriques » ni même « absorption de barbituriques ». Lucien, naturellement, n’a pas été autorisé à s’occuper des obsèques de sa femme. Il n’a même pas été prévenu. Si : le lundi 12 janvier, un gardien de la prison de Château-Thierry qui sortait de sa cellule s’est retourné vers lui avant de refermer la porte, comme s’il avait oublié quelque chose, et lui a lancé : « Ah, au fait, t’es veuf ! »

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : LIRELIRE
  • : Ce blog est destiné à recevoir et à diffuser vos avis de lecteurs à propos des livres que vous avez choisis (élire) et lus (lire)
  • Contact

licence et trace carbone

Lirelire   Josiane Bicrel est mis à disposition selon les termes de la licence creativecommons by-nc-sa/4.0

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions 

Lirelire est neutre en carbone.

 

Rechercher

Classement Alphabétique Des Auteurs